Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • : Andrée OGER est maire honoraire de Croth, conseillère départementale de Saint André de l'Eure et chevalier de la Légion d'Honneur.
  • Contact

Rendez-vous

Fête de l'Huma 2016

Vendredi 10, samedi 11 et dimanche 12 septembre
Parc du Bourget
3 jours : 35 €
    

   ------------------------------ 

 

Salaires et pensions à la traîne, prix et loyers en hausse, profits et actionnaires qui explosent...

 

Front Uni 

contre la vie chère !

   

Campagne de pétition lancée par le PCF

pour exiger de meilleurs salaires, une hausse des minimas sociaux,

 pour exiger des baisses de TVA, un blocage des prix et des loyers

pour taxer les profits et le grandes fortunes
  

Demandez la pétition !

Signez la en ligne sur le site de la Fédération euroise du PCF : www.27.pcf.fr !

Participez au rassemblement devant Bercy (ministère des finances), vendredi 3 juin à 15 h !

Campagne contre la vie chère - affiche PCF 2011
------------------------------------------------
Contre la privatisation de La Poste !

Les communistes adhèrent au Comité Départemental de Défense de La Poste
(cliquez sur l'image !)  


- - - - - - - - - - - - - -

 
 
------------------------------------------------
CRISE : que proposent les communistes ?







 

"Sarkozy a été élu par des pauvres qui se lèvent tôt pour aller faire la fête avec des riches qui se couchent tard".
-------------------------------------------
 Des idées, des vidéos, des sondages sur le site www.sortirdelacrise.tv 
 
-------------------------------------------------
ADN-r--sistance.jpg


 

 














 


ensemble-2.jpg
 

Recherche

Texte libre

Je définirais la mondialisation comme la liberté pour mon groupe d’investir où il veut, le temps qu’il veut, pour produire ce qu’il veut, en s’approvisionnant et en vendant où il veut, et en ayant à supporter le moins de contraintes possibles en matière de droit du travail et de conventions sociales.

P.Barnevick, ancien président de la multinationale ABB. 

Pour moi, un réactionnaire c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est dans l’ordre naturel des choses. Un conservateur, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui pense qu’on n’y peut rien. Un progressiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est injuste. Un communiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui est prêt à faire pour eux ce qu’il ferait pour ses propres enfants.

Ibrahim,
Cuba, un soir lors d’une conversation inoubliable.

 

-------------------------

 

« La dette publique, en d’autres termes l’aliénation de l’État, qu’il soit despotique, constitutionnel ou républicain, marque de son empreinte l’ère capitaliste.
La seule partie de la soi-disant richesse nationale qui entre réellement dans la possession collective des peuples modernes, c’est leur dette publique »

 

Karl MARX 

 

-------------------------

Nouvelles permanences d'Andrée OGER :

 

 

 

Vous pouvez prendre rendez-vous avec Andrée OGER en contactant son secrétariat au 02.32.31.96.25

 

- Mairie de Saint André : les lundis de 17 h à 19 h

- Salle des Fêtes d'Ezy-sur-Eure: les vendredis de 17 h à 19 h

 

-------------------------------------------------------

Dernier tract des communistes
du sud de l'Eure

 (cliquer sur l'image)

 

  Tract St André Septembre 2013 - Recto

 Tract St André Septembre 2013 - Verso

 

 

 ----------------------------------------------------

----------------------------------------

Nouille2.jpeg


----------------------------------------------



 

 

1)

  

 

1)      

         

 

Ebuzzing - Top des blogs - Société

6 juillet 2015 1 06 /07 /juillet /2015 08:14

61,31 % des électeurs grecs ont voté NON au référendum sur les nouvelles mesures d'austérité proposées par l'Europe.

Les commentateurs et les politiciens pro-européens sont bien embêtés. Comme en 2005, après le référendum français sur le traité constitutionnel européen, les voilà face au choix souverain d'un peuple qui s'oppose à leurs diktats.

Comme en 2005, pourtant, les médias, les politiciens nationaux et européens et les patrons s'étaient ligués pour effrayer les électeurs, leurs faire croire que refuser un nouveau renforcement de l'austérité, c'était choisir la sortie de l'Europe DONC la voie du pire.

Comme en 2005, le peuple (grec, cette fois-ci !) ne s'est pas fait avoir.

Ce sont donc 3 électeurs sur 5 qui ont choisi de résister aux diktats des marchés financiers relayés par les médias et les partis à leur solde.

Quoi qu'en disent nos journalistes, il fallait arrêter cette spirale sans fin qui amenait l'économie et le peuple grec vers l'abîme pour l'obtention de nouveaux crédits européens. Chaque nouveau crédit servant à payer les précédents, il ne pouvait y avoir de solutions avec ce modèle !

L'endettement de la Grèce est en effet passé de 103 % en 2008, avant la crise mondiale du capitalisme à 180 % aujourd'hui ! Pouvait-on continuer comme ça ?

En choisissant SYRIZA et la gauche radicale au printemps, le peuple grec a fait le choix souverain de refuser encore plus de politiques d'austérité, causes d'appauvrissement aggravé et de reculs sociaux successifs, pour tenter une voie alternative avec une politique en faveur du peuple plutôt qu'en faveur des banques.

Un choix confirmé, voire même renforcé, avec ce scrutin !

L'autre enseignement de ce référendum n'est pas en Grèce mais en Europe.

C'est la confirmation de l'existence d'une troïka idéologique en faveur de la défense du modèle libéral et des politiques d'austérité en Europe.

Gouvernements, médias et milieux économiques se sont à nouveau ligués partout en Europe pour effrayer les citoyens sur les conséquences de ce vote NON du peuple grec, pour brouiller les cartes idéologiques, pour créer des amalgames et amener les peuples européens à se désolidariser du peuple grec, pour l'isoler.

L'objectif de cette troïka est d'éviter la solidarité entre peuples pour empêcher tout phénomène de "contagion" qui amènerait d'autres peuples à contester les politiques libérales et l'austérité. Une véritable hantise pour les milieux financiers !

C'est ainsi que depuis l'annonce de ce référendum, la propagande s'est déchaînée pour tenter de faire croire aux peuples européens que les Grecs étaient égoïstes, fous ou manipulés, que leur refus de payer la "dette" amènerait l'Europe au chaos et que ce serait aux autres nations de payer pour eux.

Bien au contraire, la résistance du peuple grec est un appui pour tous les peuples européens, victimes des mêmes politiques qui ont amené les gouvernements partout en Europe à investir des centaines de milliards d'euros pour sauver le secteur bancaire et financier des conséquences de ses choix spéculatifs.

En France, ce sont 600 milliards d'euros que Sarkozy a injecté dans le secteur bancaire après la crise de 2008, 600 milliards qui ont alourdi la dette publique et qu'on demande aujourd'hui aux Français d'éponger au travers de politiques d'austérité toujours plus dures !

Pour la troïka médiatique, cette peur de la contagion amène à tenter d'isoler le peuple grec et son gouvernement du reste de l'Europe, quitte à tronquer la réalité ou à la déformer.

C'est ainsi que nos médias tentent de créer un amalgame entre la gauche radicale et l'extrême-droite autour d'un "Front du Non" qui n'existe pas. Comme en 2005 avec le TCE, l'extrême-droite sert d'épouvantail au système pour effrayer les électeurs de gauche. Alors que le PS a perdu tout soutien populaire et que des vagues d'adhérents quitte ce parti, l'objectif est de garder démobilisés ces militants et électeurs de gauche déçus par la conversion libérale du parti.

En faisant croire qu'un soutien au peuple grec équivaut à un soutien au Front National, médias et politiciens libéraux manipulent les faits pour briser tout élan de solidarité en France.

Cette surmédiatisation de l'extrême-droite dans le dossier grec va de pair avec le silence des médias autour des soutiens européens au peuple grec et à SYRIZA de la part de la gauche radicale.

Si les médias parlent un peu de "Podemos" en Espagne, grand vainqueur des élections municipales de mai dernier, et citent parfois Jean-Luc Mélenchon, c'est en général tout ce qui est dit.

Pourtant, au sein du PS comme dans la gauche française, les soutiens ne manquent pas, à commencer par celui du Parti Communiste et de ses partenaires du Front de Gauche.

Ailleurs, c'est un grand courant de sympathie qui a parcouru de nombreux pays européens, y compris en Allemagne ou la gauche radicale (Die Linke) s'est clairement exprimée contre la politique d'Angela Merkel et en faveur du peuple grec. On retrouve ce soutien partout en Europe, en Italie (SEL, PdCI, PRC), en Irlande (Sinn Fein, PC), en Espagne (Podemos, IU), au Portugal (PCP, BE) ou même en Grande Bretagne ! De même, l'alliance économique et politique sud-américaine ALBA s'est exprimée en faveur du NON avant le référendum, une alliance qui regroupe 11 pays (excusez du peu !) dont le Vénézuéla, la Bolivie, l'Equateur, l'Argentine ou Cuba !

Bien loin de l'isolement du peuple grec et d'une peur suite au vote NON de ce peuple ce dimanche, nous faisons partie des millions d'Européens qui voient ce vote comme une note d'espoir pour tous les peuples victimes du libéralisme et des politiques d'austérité.

Partager cet article

Repost 0
Published by Solidaire - dans Dans le Monde
commenter cet article

commentaires