Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • : Andrée OGER est maire honoraire de Croth, conseillère départementale de Saint André de l'Eure et chevalier de la Légion d'Honneur.
  • Contact

Rendez-vous

Fête de l'Huma 2016

Vendredi 10, samedi 11 et dimanche 12 septembre
Parc du Bourget
3 jours : 35 €
    

   ------------------------------ 

 

Salaires et pensions à la traîne, prix et loyers en hausse, profits et actionnaires qui explosent...

 

Front Uni 

contre la vie chère !

   

Campagne de pétition lancée par le PCF

pour exiger de meilleurs salaires, une hausse des minimas sociaux,

 pour exiger des baisses de TVA, un blocage des prix et des loyers

pour taxer les profits et le grandes fortunes
  

Demandez la pétition !

Signez la en ligne sur le site de la Fédération euroise du PCF : www.27.pcf.fr !

Participez au rassemblement devant Bercy (ministère des finances), vendredi 3 juin à 15 h !

Campagne contre la vie chère - affiche PCF 2011
------------------------------------------------
Contre la privatisation de La Poste !

Les communistes adhèrent au Comité Départemental de Défense de La Poste
(cliquez sur l'image !)  


- - - - - - - - - - - - - -

 
 
------------------------------------------------
CRISE : que proposent les communistes ?







 

"Sarkozy a été élu par des pauvres qui se lèvent tôt pour aller faire la fête avec des riches qui se couchent tard".
-------------------------------------------
 Des idées, des vidéos, des sondages sur le site www.sortirdelacrise.tv 
 
-------------------------------------------------
ADN-r--sistance.jpg


 

 














 


ensemble-2.jpg
 

Recherche

Texte libre

Je définirais la mondialisation comme la liberté pour mon groupe d’investir où il veut, le temps qu’il veut, pour produire ce qu’il veut, en s’approvisionnant et en vendant où il veut, et en ayant à supporter le moins de contraintes possibles en matière de droit du travail et de conventions sociales.

P.Barnevick, ancien président de la multinationale ABB. 

Pour moi, un réactionnaire c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est dans l’ordre naturel des choses. Un conservateur, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui pense qu’on n’y peut rien. Un progressiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est injuste. Un communiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui est prêt à faire pour eux ce qu’il ferait pour ses propres enfants.

Ibrahim,
Cuba, un soir lors d’une conversation inoubliable.

 

-------------------------

 

« La dette publique, en d’autres termes l’aliénation de l’État, qu’il soit despotique, constitutionnel ou républicain, marque de son empreinte l’ère capitaliste.
La seule partie de la soi-disant richesse nationale qui entre réellement dans la possession collective des peuples modernes, c’est leur dette publique »

 

Karl MARX 

 

-------------------------

Nouvelles permanences d'Andrée OGER :

 

 

 

Vous pouvez prendre rendez-vous avec Andrée OGER en contactant son secrétariat au 02.32.31.96.25

 

- Mairie de Saint André : les lundis de 17 h à 19 h

- Salle des Fêtes d'Ezy-sur-Eure: les vendredis de 17 h à 19 h

 

-------------------------------------------------------

Dernier tract des communistes
du sud de l'Eure

 (cliquer sur l'image)

 

  Tract St André Septembre 2013 - Recto

 Tract St André Septembre 2013 - Verso

 

 

 ----------------------------------------------------

----------------------------------------

Nouille2.jpeg


----------------------------------------------



 

 

1)

  

 

1)      

         

 

Ebuzzing - Top des blogs - Société

12 janvier 2016 2 12 /01 /janvier /2016 12:00

Avec le débat ouvert sur la déchéance de nationalité, c'est un pas que fait le gouvernement Valls et le Parti "socialiste" vers l'application de l'idéologie raciale du droit du sang, cher à la droite dure et à l'extrême-droite.

De tout temps, la France a agrégé des hommes et des femmes venus de pays proches ou lointains.

Belges, Italiens, Arméniens, Polonais ou Espagnols avant-guerre, Espagnols, Portugais, Marocains, Algériens ou Tunisiens dans l'immédiate après-guerre, constituent les premières vagues d'immigration économique ou politique qu'a connu la France moderne, souvent à la demande du capitalisme français, de son industrie.

Plus récemment, d'autres pays ont vu des jeunes rejoindre notre pays, souvent pour raisons économiques, depuis l'Afrique noire ou l'Asie essentiellement.

Aujourd'hui, ce sont plusieurs dizaines de millions de Français qui comptent au moins un grand parent étranger. Parmi eux, beaucoup possèdent la double nationalité.

Le débat sur l'identité nationale, propulsé dans les médias sous Sarkozy, met en avant des thèses qui sont très éloignées de l'Histoire de la France et de notre héritage républicain, basés tous les deux sur une règle simple : le droit du sol. Tout enfant né en France de parents y demeurant est Français.

Cette règle simple confère à chaque enfant, puis à chaque adulte les mêmes droits et mêmes devoirs.

Insérer une différence selon l'origine des parents, selon les désirs de l'extrême-droite, c'est créer un statut de citoyen de seconde zone, des habitants de notre pays qui ne bénéficieraient plus des mêmes lois, des mêmes règles sociales, que les autres.

Le passé a montré ce que donnait cette différenciation. Sans aller jusqu'à l'Allemagne nazie ou la France de Pétain et leurs statuts des Juifs et des Tsiganes, les Etats-Unis des années 50 et, plus récemment, l'Afrique du Sud de l'Apartheid ont voulu séparer leurs citoyens selon des critères ethniques et raciaux.

En ouvrant la porte à une différenciation entre citoyens Français sur des critères de nationalité des parents, le Parti socialiste glisse le débat sur la lutte contre le terrorisme sur un terrain ethnique et religieux, là où ce sont des dérives sectaires qui sont en cause.

Pire, le gouvernement sous-tend que les Français double-nationaux constituent un vivier à terroristes alors que les observateurs de la radicalisation islamiste attirent l'attention des pouvoirs publics sur ces jeunes Français de culture chrétienne qui se convertissent à l'islam et dont une frange bascule rapidement vers l'islam le plus radical.

Lutter contre la dérive sectaire islamiste ne peut pas rimer avec une ségrégation renforcée des jeunes d'origines immigrée ! Bien au contraire, c'est par l'isolement social de certains jeunes et le rejet raciste qu'ils vivent que s'effectue leur conversion à un message radical de l'islam !

En apportant de l'eau aux thèses néfastes de l'extrême-droite, le gouvernement et le PS ne font qu'attiser le discours de haine porté par les militants et cadres d'extrême-droite.

C'est ainsi qu'une élue FN de Villers-Cotterêts (département de l'Haine), Annie Pirckher, affirme sur les réseaux sociaux : "Pourquoi accorder tant d'indulgence à des êtres qui n'en valent pas le coup", ... "Juste les expédier du haut d'un avion dans leur pays d'origine que cela leurs plaisent ou non, bien sure accompagnés par une centaine de têtes de porcs et déversser du sang de porc par dessus tout. Pour moi c'est le seul chatiment a leurs accordés."

La Haine rajoutée à la Haine.

Acculé économiquement, enfermé idéologiquement dans le plus sectaire des libéralismes, le gouvernement socialiste tente de gagner des points dans l'opinion publique sur le terrain sécuritaire et de la lutte contre le terrorisme. Quitte à sombrer dans le populisme le plus dangereux et à porter un discours qui connait, malheureusement, une certaine audience, celui de l'extrême-droite.

Posons-nous les questions essentielles : qu'est-ce qui amène certains jeunes à basculer dans l'idéologie sectaire et violente du terrorisme takfiriste ?

Répondre à ces questions n'empêche pas de lutter contre les prédicateurs radicaux, ni de condamner ceux qui sombrent dans la violence, mais cela permettrait de réduire considérablement le nombre de candidats au djihad.

Seulement, s'attaquer aux racines du mal nécessite de remettre en cause les fondements même des politiques publiques menées ces trente dernières années et qui ont mené à fracturer l'unité des classes populaires en opposant les Français selon leurs origines, leurs quartiers, leur niveau d'exclusion, des politiques qui ont décrédibilisé le message des enseignants et brisé un système éducatif égalitaire et gratuit.

Au final, ce débat sur la double nationalité apparaît comme une nouvelle fuite en avant d'une classe politique qui veut donner l'illusion du mouvement mais qui refuse de remettre en cause ses choix politiques et économiques.

Partager cet article

Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article

commentaires