Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • : Andrée OGER est maire honoraire de Croth, conseillère départementale de Saint André de l'Eure et chevalier de la Légion d'Honneur.
  • Contact

Rendez-vous

Fête de l'Huma 2016

Vendredi 10, samedi 11 et dimanche 12 septembre
Parc du Bourget
3 jours : 35 €
    

   ------------------------------ 

 

Salaires et pensions à la traîne, prix et loyers en hausse, profits et actionnaires qui explosent...

 

Front Uni 

contre la vie chère !

   

Campagne de pétition lancée par le PCF

pour exiger de meilleurs salaires, une hausse des minimas sociaux,

 pour exiger des baisses de TVA, un blocage des prix et des loyers

pour taxer les profits et le grandes fortunes
  

Demandez la pétition !

Signez la en ligne sur le site de la Fédération euroise du PCF : www.27.pcf.fr !

Participez au rassemblement devant Bercy (ministère des finances), vendredi 3 juin à 15 h !

Campagne contre la vie chère - affiche PCF 2011
------------------------------------------------
Contre la privatisation de La Poste !

Les communistes adhèrent au Comité Départemental de Défense de La Poste
(cliquez sur l'image !)  


- - - - - - - - - - - - - -

 
 
------------------------------------------------
CRISE : que proposent les communistes ?







 

"Sarkozy a été élu par des pauvres qui se lèvent tôt pour aller faire la fête avec des riches qui se couchent tard".
-------------------------------------------
 Des idées, des vidéos, des sondages sur le site www.sortirdelacrise.tv 
 
-------------------------------------------------
ADN-r--sistance.jpg


 

 














 


ensemble-2.jpg
 

Recherche

Texte libre

Je définirais la mondialisation comme la liberté pour mon groupe d’investir où il veut, le temps qu’il veut, pour produire ce qu’il veut, en s’approvisionnant et en vendant où il veut, et en ayant à supporter le moins de contraintes possibles en matière de droit du travail et de conventions sociales.

P.Barnevick, ancien président de la multinationale ABB. 

Pour moi, un réactionnaire c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est dans l’ordre naturel des choses. Un conservateur, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui pense qu’on n’y peut rien. Un progressiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est injuste. Un communiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui est prêt à faire pour eux ce qu’il ferait pour ses propres enfants.

Ibrahim,
Cuba, un soir lors d’une conversation inoubliable.

 

-------------------------

 

« La dette publique, en d’autres termes l’aliénation de l’État, qu’il soit despotique, constitutionnel ou républicain, marque de son empreinte l’ère capitaliste.
La seule partie de la soi-disant richesse nationale qui entre réellement dans la possession collective des peuples modernes, c’est leur dette publique »

 

Karl MARX 

 

-------------------------

Nouvelles permanences d'Andrée OGER :

 

 

 

Vous pouvez prendre rendez-vous avec Andrée OGER en contactant son secrétariat au 02.32.31.96.25

 

- Mairie de Saint André : les lundis de 17 h à 19 h

- Salle des Fêtes d'Ezy-sur-Eure: les vendredis de 17 h à 19 h

 

-------------------------------------------------------

Dernier tract des communistes
du sud de l'Eure

 (cliquer sur l'image)

 

  Tract St André Septembre 2013 - Recto

 Tract St André Septembre 2013 - Verso

 

 

 ----------------------------------------------------

----------------------------------------

Nouille2.jpeg


----------------------------------------------



 

 

1)

  

 

1)      

         

 

Ebuzzing - Top des blogs - Société

6 octobre 2016 4 06 /10 /octobre /2016 15:10

Psychodrames et magouilles : voilà à quoi se résume l'actualité du Front National actuellement !

Psychodrames avec la guerre de succession à la tête de l'entreprise familiale. La fille ayant décidé d'éliminer le père, jugé peu fréquentable médiatiquement ?

Chacun sait pourtant que les idées du FN restent les mêmes que celles du temps du père. La parole raciste est libérée désormais et les actes racistes se multiplient : l'idéologie FN a fait son oeuvre avec la complicité d'une partie de la droite française.

Le changement d'image voulu par l'équipe qui entoure Marine Le Pen, c'est simplement de la tactique pour attirer vers le vote FN des électeurs, parfois de gauche, en rupture de vote avec les partis "traditionnels", notamment un PS qui a trahi la classe ouvrière et les classes populaires. Sur le fond, le programme du FN reste nationaliste, isolationniste, libéral et marqué par le racisme et la haine des cultures et religions jugées non traditionnelles.

Avec le passage au tribunal de l'exclusion du fondateur de l'entreprise familiale, voilà que l'extrême-droite utilise les armes juridiques d'un système qu'il feint de dénoncer : risible !

Côté justice, le FN est mal parti : le scandale du financement de la campagne législative de 2012 revient dans l'actualité.

Ce scandale est encore une affaire de potes, entre le FN, la filiale "Jeanne" que préside Marine, et la société Riwal, de Frédéric Chatillon, proche de Marine Le Pen et ancien nazillon du tristement célèbre GUD qui sévit sur certains campus universitaires (genre Assas). Une histoire de surfacturation des frais de campagne pour les candidats aux Législatives qui aura permis au FN et à quelques personnes de faire de substantiels bénéfices sur le dos... des contribuables !

Ah la la ! Le FN est-il devenu aussi "ripou" que les partis du "système" qu'il dénonce ?

On est loin du temps où Jean-Marie scandait "mains propres / têtes hautes" !

Il est vrai que certains cadres gagnent désormais bien leur vie comme assistants parlementaires ou élus locaux. D'ailleurs, où en est l'enquête diligentée par le parlement de Bruxelles sur les faux emplois d'assistants parlementaires de cadres du FN ?... Encore une casserole !

Non, décidément, il faut que le grand chef sioux revienne aux manettes du Parti !

A l'époque, le FN disait tout haut le fonds de sa pensée : la haine ne se cachait pas derrière le sourire carnassier de Marine le Pen.

Et puis, si ça peut mettre un peu d'ambiance au sein du FN, on ne boudera pas notre plaisir !

------------------------------------------------------------------------

AFP, publié le jeudi 06 octobre 2016 à 15h56

Enquête: le FN et deux de ses dirigeants sont renvoyés en procès sur des soupçons d'enrichissement frauduleux lors des campagnes de 2012

Le Front national, deux de ses dirigeants et un très proche de Marine Le Pen devront faire face à un procès pour des soupçons d'escroquerie aux frais de l'État, notamment lors des législatives de 2012, une perspective embarrassante à l'approche de la présidentielle.

La date du procès, dont il n'est pas exclu qu'il se tienne avant l'élection présidentielle de 2017, n'est pas connue, mais cette perspective met à mal l'image du parti d'extrême droite, longtemps champion pour dénoncer les "magouilles" de ses adversaires.

Sur le banc des prévenus comparaîtront le FN en tant que personne morale, pour complicité d'escroquerie, son trésorier Wallerand de Saint-Just, pour recel d'abus de biens sociaux, et l'un de ses vice-présidents, Jean-François Jalkh, pour escroqueries, abus de confiance et recel d'abus de biens sociaux, a indiqué à l'AFP une source judiciaire. Contactés, ils n'ont pas donné suite. Marine Le Pen, qui n'avait pas été mise en examen, n'a pas réagi.

Le parti, qui a toujours clamé son innocence, est rattrapé par son système de kits, mis en place lors des législatives de 2012 avec la société Riwal, dirigée par Frédéric Chatillon, un très proche de Marine Le Pen et un pivot de la communication du parti. Ce quinquagénaire, connu pour avoir dirigé le GUD, un syndicat étudiant d'extrême droite, est aussi renvoyé en procès pour faux, escroqueries, abus de biens sociaux et blanchiment.

Tracts, affiches, cartes postales... la petite panoplie du candidat, obligatoire aux yeux de nombre d'entre eux, coûtait 16.650 euros. Pour l'acquérir, les frontistes devaient dans le même temps contracter un prêt avec intérêts auprès de Jeanne, mouvement satellite du FN.

Les juges pensent que derrière ce montage complexe se cachent des prestations gonflées et surfacturées au détriment de l'Etat, qui rembourse les frais de campagne aux candidats dépassant 5% des voix. Le système aurait été imposé aux candidats sans tenir compte de leurs besoins sur le terrain ni de la réalité de leur campagne, "dans l'unique but de majorer des dépenses électorales remboursables", explique une source proche de l'enquête.

- "Allers-retours à la benne" -

Dans ses réquisitions, le parquet s'appuyait sur les estimations d'un imprimeur pour qui un tel kit devait coûter 4.800 euros dans une "fourchette haute", transport compris. Ainsi, les enquêteurs ont-ils découvert que Riwal avait sous-traité l'impression de tracts... au FN, pour un montant de 412.000 euros, alors que les coûts de production ont été évalués à 80.000. Des chiffres contestés par les protagonistes.

Autre singularité, le recours à un seul expert-comptable pour tous les candidats, dont la rémunération était indexée sur le résultat: 1.200 euros pour ceux qui faisaient plus de 5%, 350 euros pour ceux qui faisaient moins. D'où le soupçon que les conventions de prêt n'aient été antidatées et ajustées aux résultats électoraux. L'expert-comptable Nicolas Crochet, un proche du parti, a aussi été renvoyé en procès, parmi sept personnes physiques et trois personnes morales (le FN, Riwal et Jeanne).

Lors de l'enquête, des candidats ont confirmé n'avoir pas eu d'autre choix que de se fournir chez Riwal, d'autres que le matériel n'était pas arrivé ou alors trop tard. L'un d'eux a parlé d'"allers-retours à la benne pour jeter des quantités incroyables de docs".

"Un prétexte de mauvais candidats qui n'ont pas distribué les tracts", avait rétorqué Wallerand de Saint Just à l'AFP, fustigeant des "assistés totaux".

Autre sujet d'investigation, les intérêts des prêts facturés par Jeanne aux candidats, à 6,5%, soit environ 1.000 euros par kit, et eux aussi remboursés partiellement par l'Etat.

Pour les juges d'instruction, ces prêts sont une fiction, Jeanne n'ayant jamais disposé des sommes, avancées par Riwal via un crédit sans intérêts de plus de huit millions d'euros en 2012. Un crédit considéré par les juges comme un abus de bien social.

Au-delà, l'enquête vise la mise à disposition gratuite par Riwal de locaux ou d'employés pour le parti et l'achat de matériel. Riwal se voit aussi reprocher d'avoir salarié fictivement les élus David Rachline et Nicolas Bay en mai-juin 2012.

Partager cet article

Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article

commentaires

Hannibal Lecteur 07/10/2016 10:36

Et la patronne du FN réagit aujourd'hui en utilisant le bon vieil argument du "complot". Ils ne changeront pas !

Andrée Oger 07/10/2016 11:08

Depuis les années 30, c'est une succession de "complots" qui menace la France selon l'extrême-droite : "complot juif", "complot maçonnique", "complot socialo-communiste" et, maintenant, "complot anti-FN" !
Malheureusement, beaucoup de Français ont oublié leurs leçons d'Histoire sur le bilan de l'extrême-droite au pouvoir !