Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • : Andrée OGER est maire honoraire de Croth, conseillère départementale de Saint André de l'Eure et chevalier de la Légion d'Honneur.
  • Contact

Rendez-vous

Fête de l'Huma 2016

Vendredi 10, samedi 11 et dimanche 12 septembre
Parc du Bourget
3 jours : 35 €
    

   ------------------------------ 

 

Salaires et pensions à la traîne, prix et loyers en hausse, profits et actionnaires qui explosent...

 

Front Uni 

contre la vie chère !

   

Campagne de pétition lancée par le PCF

pour exiger de meilleurs salaires, une hausse des minimas sociaux,

 pour exiger des baisses de TVA, un blocage des prix et des loyers

pour taxer les profits et le grandes fortunes
  

Demandez la pétition !

Signez la en ligne sur le site de la Fédération euroise du PCF : www.27.pcf.fr !

Participez au rassemblement devant Bercy (ministère des finances), vendredi 3 juin à 15 h !

Campagne contre la vie chère - affiche PCF 2011
------------------------------------------------
Contre la privatisation de La Poste !

Les communistes adhèrent au Comité Départemental de Défense de La Poste
(cliquez sur l'image !)  


- - - - - - - - - - - - - -

 
 
------------------------------------------------
CRISE : que proposent les communistes ?







 

"Sarkozy a été élu par des pauvres qui se lèvent tôt pour aller faire la fête avec des riches qui se couchent tard".
-------------------------------------------
 Des idées, des vidéos, des sondages sur le site www.sortirdelacrise.tv 
 
-------------------------------------------------
ADN-r--sistance.jpg


 

 














 


ensemble-2.jpg
 

Recherche

Texte libre

Je définirais la mondialisation comme la liberté pour mon groupe d’investir où il veut, le temps qu’il veut, pour produire ce qu’il veut, en s’approvisionnant et en vendant où il veut, et en ayant à supporter le moins de contraintes possibles en matière de droit du travail et de conventions sociales.

P.Barnevick, ancien président de la multinationale ABB. 

Pour moi, un réactionnaire c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est dans l’ordre naturel des choses. Un conservateur, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui pense qu’on n’y peut rien. Un progressiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est injuste. Un communiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui est prêt à faire pour eux ce qu’il ferait pour ses propres enfants.

Ibrahim,
Cuba, un soir lors d’une conversation inoubliable.

 

-------------------------

 

« La dette publique, en d’autres termes l’aliénation de l’État, qu’il soit despotique, constitutionnel ou républicain, marque de son empreinte l’ère capitaliste.
La seule partie de la soi-disant richesse nationale qui entre réellement dans la possession collective des peuples modernes, c’est leur dette publique »

 

Karl MARX 

 

-------------------------

Nouvelles permanences d'Andrée OGER :

 

 

 

Vous pouvez prendre rendez-vous avec Andrée OGER en contactant son secrétariat au 02.32.31.96.25

 

- Mairie de Saint André : les lundis de 17 h à 19 h

- Salle des Fêtes d'Ezy-sur-Eure: les vendredis de 17 h à 19 h

 

-------------------------------------------------------

Dernier tract des communistes
du sud de l'Eure

 (cliquer sur l'image)

 

  Tract St André Septembre 2013 - Recto

 Tract St André Septembre 2013 - Verso

 

 

 ----------------------------------------------------

----------------------------------------

Nouille2.jpeg


----------------------------------------------



 

 

1)

  

 

1)      

         

 

Ebuzzing - Top des blogs - Société

3 mai 2017 3 03 /05 /mai /2017 08:53

Même si les sondages laissent apparaître une probable victoire d'Emmanuel Macron dimanche prochain, beaucoup d'électeurs hésitent encore sur leur choix.

L'époque où les électeurs suivaient largement les consignes de vote de leurs partis ou candidats est révolue : c'est probablement plus la faute à l'affaiblissement du débat politique, donc de la conscience politique des Français, qu'à une quelconque autonomie des électeurs.

Ceci étant dit, cela ne doit pas nous empêcher de présenter notre point de vue sur la question.

Hier, la France Insoumise de Jean-Luc Mélenchon publiait le résultat d'une consultation auprès de ses sympathisants.

Sur 509 550 soutiens revendiqués, ce sont à peine la moitié d'entre eux (47 %) qui se sont exprimés, soit 243 128. Signe d'un découragement (que leur candidat ne soit pas au second tour) ou, possiblement, d'un doute sur la position à adopter.

Ce doute, on le retrouve dans le résultat de la consultation, avec 34,83 % des votants qui se sont exprimés en faveur d'un vote Macron ; les autres se répartissent entre vote nul/blanc ou abstention.

Rien ne dit que les 7 millions d'électeurs de Jean-Luc Mélenchon suivront cette consigne, ou qu'ils se répartiront dans les mêmes proportions entre le vote Macron, le vote blanc ou nul, ou l'abstention !

La position des communistes

Par principe face à l'extrême-droite, Pierre Laurent s'est exprimé dès le soir du premier tour au titre de secrétaire du Parti communiste pour appliquer la règle du barrage républicain contre Marine Le Pen, en votant Macron.

Au sein du Parti communiste, le débat est moins tranché.

A vrai dire, le choix se résume entre deux positions : voter Emmanuel Macron ou ne pas choisir.

Il n'est en effet pas envisageable de voter Marine Le Pen lorsque l'on est attaché aux valeurs républicaines de Liberté, d'Egalité et de Fraternité ! La stratégie du FN et de son équipe dirigeante consiste à passer pour ce que ce parti n'est pas : le parti du peuple contre l'élite.

L'extrême-droite, de tout temps, à chercher à passer pour un parti du peuple, un parti ouvrier. Au final, ce sont les valeurs fondamentales de ces forces réactionnaires qui sont appliquées lorsqu'ils arrivent au pouvoir :
- des suppressions de liberté, comme le droit d'association et d'opinion (vu dans les mairies FN) ;
- le musellement de l'opposition et de la presse, comme on le voit avec les propos du FN contre les journalistes, notamment autour des affaires qui salissent ce parti ;
- l'interdiction des syndicats, comme on le pressent dans les propos extrêmement agressifs de Marine Le Pen et de son équipe contre eux, particulièrement contre le plus revendicatif, la CGT 
- la mise en place de politique de ségrégation selon des critères racistes ou religieux, autrefois les Juifs, aujourd'hui les Français d'origine maghrébine, noire africaine ou les musulmans.

Reste donc à trancher entre : voter Emmanuel Macron et s'abstenir ou voter nul/blanc.

Emmanuel Macron, c'est la Loi "travail", sur laquelle il a clairement dit ne pas vouloir revenir. C'est un banquier d'affaires, une création de François Hollande et des milieux d'affaires pour donner l'impression d'un renouveau de la politique française : tout changer pour ne rien changer !

Le programme d'Emmanuel Macron, nous l'avons dénoncé, combattu.

Emmanuel Macron président, c'est encore plus de libéralisme, de dérégulation du marché du travail, de soumission aux marchés financiers via l'Europe et les traités commerciaux internationaux (CETA, TAFTA), c'est moins de services publics avec la suppression de 150 000 postes de fonctionnaires, et c'est des cotisations sociales de moins pour les entreprises et des impôts supplémentaires pour les salariés (TVA, CSG).

Le programme d'Emmanuel Macron est donc incompatible avec le nôtre !

Faut-il voter pour un homme comme celui-là ?

Ne pas voter Macron équivaut à voter Le Pen ?

La question de faire barrage au Front National et d'une mobilisation massive contre Marine Le Pen, pour montrer que l'extrême-droite n'est pas une force politique banale, mais un poison, est un argument solide.

Il est donc parfaitement compréhensible que de nombreux électeurs progressistes envisagent, à contre-coeur, de voter pour le libéral Macron.

Pour autant, doit-on diaboliser ceux qui refusent de voter pour Emmanuel Macron et considérer qu'ils font le jeu du Front National ?

C'est vrai qu'il suffit d'une voix pour que Macron soit élu président et que l'on peut donc "jouer avec le feu" en refusant de donner sa voix à Macron.

Pour beaucoup de ceux qui refusent de voter Macron, il y a l'idée qu'un résultat du second tour qui montrerait que des millions d'électeurs du premier tour se sont abstenus et que des millions d'autres ont voté blanc ou nul afin de montrer leur rejet des deux finalistes, serait un message fort envoyé au vainqueur : celui d'un peuple qui ne se reconnait pas dans le nouveau président.

Voter Macron pour faire un barrage massif au Front National ou refuser de choisir pour montrer son rejet des deux candidats, pour des raisons différentes : deux stratégies, deux analyses qui se valent.

L'important pour nous, c'est que la mobilisation populaire autour des candidats progressistes, du Parti communiste, du Front de Gauche ou de la France Insoumise, ne faiblisse pas !

Si, aux Législatives de juin, les électeurs confirment leur engagement du premier tour, voire l'amplifie, ce sont 100 à 200 députés d'une gauche combative qui seront envoyés à l'Assemblée nationale.

C'est ce vote aux Législatives qui comptera pour bloquer toute politique régressive de l'Elysée et pour porter la voix des travailleurs, celles de leurs luttes et de leurs attentes sociales.

Partager cet article

Repost 0

commentaires