Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • : Andrée OGER est maire honoraire de Croth, conseillère départementale de Saint André de l'Eure et chevalier de la Légion d'Honneur.
  • Contact

Rendez-vous

Fête de l'Huma 2016

Vendredi 10, samedi 11 et dimanche 12 septembre
Parc du Bourget
3 jours : 35 €
    

   ------------------------------ 

 

Salaires et pensions à la traîne, prix et loyers en hausse, profits et actionnaires qui explosent...

 

Front Uni 

contre la vie chère !

   

Campagne de pétition lancée par le PCF

pour exiger de meilleurs salaires, une hausse des minimas sociaux,

 pour exiger des baisses de TVA, un blocage des prix et des loyers

pour taxer les profits et le grandes fortunes
  

Demandez la pétition !

Signez la en ligne sur le site de la Fédération euroise du PCF : www.27.pcf.fr !

Participez au rassemblement devant Bercy (ministère des finances), vendredi 3 juin à 15 h !

Campagne contre la vie chère - affiche PCF 2011
------------------------------------------------
Contre la privatisation de La Poste !

Les communistes adhèrent au Comité Départemental de Défense de La Poste
(cliquez sur l'image !)  


- - - - - - - - - - - - - -

 
 
------------------------------------------------
CRISE : que proposent les communistes ?







 

"Sarkozy a été élu par des pauvres qui se lèvent tôt pour aller faire la fête avec des riches qui se couchent tard".
-------------------------------------------
 Des idées, des vidéos, des sondages sur le site www.sortirdelacrise.tv 
 
-------------------------------------------------
ADN-r--sistance.jpg


 

 














 


ensemble-2.jpg
 

Recherche

Texte libre

Je définirais la mondialisation comme la liberté pour mon groupe d’investir où il veut, le temps qu’il veut, pour produire ce qu’il veut, en s’approvisionnant et en vendant où il veut, et en ayant à supporter le moins de contraintes possibles en matière de droit du travail et de conventions sociales.

P.Barnevick, ancien président de la multinationale ABB. 

Pour moi, un réactionnaire c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est dans l’ordre naturel des choses. Un conservateur, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui pense qu’on n’y peut rien. Un progressiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est injuste. Un communiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui est prêt à faire pour eux ce qu’il ferait pour ses propres enfants.

Ibrahim,
Cuba, un soir lors d’une conversation inoubliable.

 

-------------------------

 

« La dette publique, en d’autres termes l’aliénation de l’État, qu’il soit despotique, constitutionnel ou républicain, marque de son empreinte l’ère capitaliste.
La seule partie de la soi-disant richesse nationale qui entre réellement dans la possession collective des peuples modernes, c’est leur dette publique »

 

Karl MARX 

 

-------------------------

Nouvelles permanences d'Andrée OGER :

 

 

 

Vous pouvez prendre rendez-vous avec Andrée OGER en contactant son secrétariat au 02.32.31.96.25

 

- Mairie de Saint André : les lundis de 17 h à 19 h

- Salle des Fêtes d'Ezy-sur-Eure: les vendredis de 17 h à 19 h

 

-------------------------------------------------------

Dernier tract des communistes
du sud de l'Eure

 (cliquer sur l'image)

 

  Tract St André Septembre 2013 - Recto

 Tract St André Septembre 2013 - Verso

 

 

 ----------------------------------------------------

----------------------------------------

Nouille2.jpeg


----------------------------------------------



 

 

1)

  

 

1)      

         

 

Ebuzzing - Top des blogs - Société

20 novembre 2013 3 20 /11 /novembre /2013 09:32

Un enfant sur six (17%) se trouve dans une situation "jugée préoccupante" d'exclusion sociale et 7% d'entre eux souffrent d'une "exclusion extrême", selon les conclusions d'une toute première étude nationale de l'Unicef France publiée mardi.

La consultation "Droits de l'enfant" a été menée de février à juillet avec le concours de l'institut TNS-Sofres auprès de 22.500 enfants âgés de 6 à 18 ans et originaires de plus de 70 villes. Les enfants ont répondu à 130 questions ayant trait à leurs droits, à la vie quotidienne, à l'éducation, aux loisirs et à la santé.

10% des enfants interrogés ont répondu non à la question "on respecte mes droits dans mon quartier, ma ville", 55% oui à la proposition "je peux être harcelé ou ennuyé par d'autres enfants ou jeunes" dans le milieu scolaire. 5% affirment ne pas manger trois repas par jour.

Les réponses ont permis d'établir que l'intégration des enfants est "très bien assurée" (50%), "assez bien assurée" (33%), "précaire" (10%) ou "très précaire" (7%), révèle la consultation de l'antenne française du Fonds des Nations unies pour l'enfance (Unicef).

L'analyse démontre que les différentes dimensions de l'intégration sociale des enfants (au sein de la famille, de la ville, de l'école...) sont "fortement corrélées entre elles" et que cette intégration est liée aux conditions d'existence (niveau de privation, qualité du cadre de vie, accès aux soins). Pas de quoi être surpris ! Il est rare que l'exclusion sociale touche les milieux favorisés.

Pour Serge Paugam, sociologue coauteur de l'étude, les résultats "n'autorisent pas à conclure que les jeux sont faits dès l'enfance" en matière d'exclusion mais prouvent qu' "il existe un risque élevé de reproduction sociale".

"Il y a une spirale négative dans laquelle sont entraînés les enfants et les familles défavorisés", abonde Catherine Dolto, médecin coauteur, qui estime que "notre société riche, se voulant égalitaire et fraternelle, laisse de côté un grand nombre de nos concitoyens". Ecart entre discours et réalité sociale : certains s'enrichissent mais d'autres frôlent une misère qu'on ne pensait plus jamais voir en France !

Dans les réflexions liées à cette étude, la présidente de l'Unicef France, Michèle Barzach rappelle qu'elle "fournit un outil d'élaboration de politiques publiques" qui ne parviennent pas aujourd'hui "à combattre efficacement les conséquences de la pauvreté et à enrayer le cercle vicieux de l'exclusion".

Il est même évident que trente ans de politiques contre l'exclusion non rien rêglé, ni le RMI, ni le RSA, ni les contrats jeunes et encore moins les contrats d'avenir proposés actuellement !

Peut-il en être autrement ? Proposer des mesures contre l'exclusion dans une société qui détruit chaque année des milliers d'emplois et précarise des millions de français, c'est vider l'océan à la petite cuillère !

Sans politique de création d'emplois industriels, il n'y aura pas de créations d'emplois de service non plus. Et sans emplois, industriels et de services, la précarité et la dévalorisation des salaires continuera de s'accentuer, rendant inutile toute politique de lutte contre l'exclusion.

Mais, au final, en système capitaliste, l'important n'est-il pas de permettre à une minorité de s'enrichir en laissant croire à la majorité qu'en faisant des efforts, en se taisant et en se sacrifiant pour "leur" entreprise, ils pourraient peut-être échapper au chômage et à la misère ?

Avant, en régime capitaliste, on s'investissait au travail pour avoir une promotion, évoluer professionnellement.

Aujourd'hui, les travailleurs baissent la tête et se sacrifient dans l'espoir de ne pas perdre le peu qu'ils possèdent : un travail et un salaire modeste.

Qu'importe aux gouvernements et aux grands patrons la misère dans laquelle vivent des centaines de milliers d'enfants en France tant que ce climat de peur sociale premet aux actionnaires d'engranger un maximum de dividendes ?

Partager cet article

Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article

commentaires