Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • : Andrée OGER est maire honoraire de Croth, conseillère départementale de Saint André de l'Eure et chevalier de la Légion d'Honneur.
  • Contact

Rendez-vous

Fête de l'Huma 2016

Vendredi 10, samedi 11 et dimanche 12 septembre
Parc du Bourget
3 jours : 35 €
    

   ------------------------------ 

 

Salaires et pensions à la traîne, prix et loyers en hausse, profits et actionnaires qui explosent...

 

Front Uni 

contre la vie chère !

   

Campagne de pétition lancée par le PCF

pour exiger de meilleurs salaires, une hausse des minimas sociaux,

 pour exiger des baisses de TVA, un blocage des prix et des loyers

pour taxer les profits et le grandes fortunes
  

Demandez la pétition !

Signez la en ligne sur le site de la Fédération euroise du PCF : www.27.pcf.fr !

Participez au rassemblement devant Bercy (ministère des finances), vendredi 3 juin à 15 h !

Campagne contre la vie chère - affiche PCF 2011
------------------------------------------------
Contre la privatisation de La Poste !

Les communistes adhèrent au Comité Départemental de Défense de La Poste
(cliquez sur l'image !)  


- - - - - - - - - - - - - -

 
 
------------------------------------------------
CRISE : que proposent les communistes ?







 

"Sarkozy a été élu par des pauvres qui se lèvent tôt pour aller faire la fête avec des riches qui se couchent tard".
-------------------------------------------
 Des idées, des vidéos, des sondages sur le site www.sortirdelacrise.tv 
 
-------------------------------------------------
ADN-r--sistance.jpg


 

 














 


ensemble-2.jpg
 

Recherche

Texte libre

Je définirais la mondialisation comme la liberté pour mon groupe d’investir où il veut, le temps qu’il veut, pour produire ce qu’il veut, en s’approvisionnant et en vendant où il veut, et en ayant à supporter le moins de contraintes possibles en matière de droit du travail et de conventions sociales.

P.Barnevick, ancien président de la multinationale ABB. 

Pour moi, un réactionnaire c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est dans l’ordre naturel des choses. Un conservateur, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui pense qu’on n’y peut rien. Un progressiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est injuste. Un communiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui est prêt à faire pour eux ce qu’il ferait pour ses propres enfants.

Ibrahim,
Cuba, un soir lors d’une conversation inoubliable.

 

-------------------------

 

« La dette publique, en d’autres termes l’aliénation de l’État, qu’il soit despotique, constitutionnel ou républicain, marque de son empreinte l’ère capitaliste.
La seule partie de la soi-disant richesse nationale qui entre réellement dans la possession collective des peuples modernes, c’est leur dette publique »

 

Karl MARX 

 

-------------------------

Nouvelles permanences d'Andrée OGER :

 

 

 

Vous pouvez prendre rendez-vous avec Andrée OGER en contactant son secrétariat au 02.32.31.96.25

 

- Mairie de Saint André : les lundis de 17 h à 19 h

- Salle des Fêtes d'Ezy-sur-Eure: les vendredis de 17 h à 19 h

 

-------------------------------------------------------

Dernier tract des communistes
du sud de l'Eure

 (cliquer sur l'image)

 

  Tract St André Septembre 2013 - Recto

 Tract St André Septembre 2013 - Verso

 

 

 ----------------------------------------------------

----------------------------------------

Nouille2.jpeg


----------------------------------------------



 

 

1)

  

 

1)      

         

 

Ebuzzing - Top des blogs - Société

10 janvier 2008 4 10 /01 /janvier /2008 22:35

Mis en ligne : 9 janvier

Suite à quatre mois de « négociations » forcément trop rapides, les syndicats de salariés et patronaux se retrouvent – aujourd’hui et demain - avec le gouvernement pour finaliser des accords sur « l’assouplissement » du marché du travail.

Dans le contexte actuel, force est de constater que le gouvernement risque de trancher dans le sens du marché, de la rentabilité, et donc de la précarité généralisée.

Que veut le MEDEF ?

- allongement de la période d’essai ; soit un CNE « bis », qui triplera la période la période d’essai actuelle et qui constitue en soi une belle revanche sur la fameuse période d’essai de deux ans.
- La rupture négociée : vaste masquarade qui situe la rupture entre le salarié et l’entreprise entre la démission et le licenciement. Le but de la manoeuvre étant de dessaisir les prud’hommes des cas de séparation entre salariés et entreprises en passant par le « directeur du travail départemental ».
- CDI à « objet précis » - soit un CDI (CDD ?) pour une période convenue supérieure à 18 mois avec obligation de réalisation d’objectifs définis préalablement : si la notion « de réalisation d’objectifs » semble en soi tout à fait subjective, les entreprises ne sont pas tenues de renouveler les contrats, y compris si les objectifs sont remplis. Ce qui est sûr, c’est que les indemnités de ruptures ne seraient soumises en rien aux prélèvement fiscaux et sociaux.

Aux dernières nouvelles, et faute d’accord entre organisations, le gouvernement seul serait amener à trancher la question. Dans le contexte actuel on peut s’attendre à ce que les concessions faites aux syndicats soient une pommade passée pour faire passer le gros des propositions du MEDEF.

Le fond de l’histoire reste d’amener toujours plus de garanties aux entreprises dans le développement ou la continuité de leur activité, au détriment du respect de l’activité du salarié (pérennité et salaire).

Au contraire, le Parti communiste français reste convaincu de la nécessité du CDI, et de la sécurisation des parcours professionnels pour les salariés. Le problème de la compétitivité des entreprises ne se résout pas dans la précarisation des salariés mais dans l’application d’une politique fiscale adaptée au comportement social des entreprises : les taxes doivent favoriser les entreprises qui développent l’emploi, la formation, la recherche, donc pénaliser toutes les entreprises qui ne répondent pas à ces missions. En amont les salariés par des droits d’interventions nouveaux dans la gestions des entreprises doivent pouvoir également répondre à ces impératifs.

Le Parti communiste français dénonce ces mesures comme autant de coups portés à la dignité et à l’utilité du travail salarié, comme autant de cadeaux faits aux plus riches pour la recherche de la rentabilité à cour terme.

Partager cet article

Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article

commentaires