Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • : Andrée OGER est maire honoraire de Croth, conseillère départementale de Saint André de l'Eure et chevalier de la Légion d'Honneur.
  • Contact

Rendez-vous

Fête de l'Huma 2016

Vendredi 10, samedi 11 et dimanche 12 septembre
Parc du Bourget
3 jours : 35 €
    

   ------------------------------ 

 

Salaires et pensions à la traîne, prix et loyers en hausse, profits et actionnaires qui explosent...

 

Front Uni 

contre la vie chère !

   

Campagne de pétition lancée par le PCF

pour exiger de meilleurs salaires, une hausse des minimas sociaux,

 pour exiger des baisses de TVA, un blocage des prix et des loyers

pour taxer les profits et le grandes fortunes
  

Demandez la pétition !

Signez la en ligne sur le site de la Fédération euroise du PCF : www.27.pcf.fr !

Participez au rassemblement devant Bercy (ministère des finances), vendredi 3 juin à 15 h !

Campagne contre la vie chère - affiche PCF 2011
------------------------------------------------
Contre la privatisation de La Poste !

Les communistes adhèrent au Comité Départemental de Défense de La Poste
(cliquez sur l'image !)  


- - - - - - - - - - - - - -

 
 
------------------------------------------------
CRISE : que proposent les communistes ?







 

"Sarkozy a été élu par des pauvres qui se lèvent tôt pour aller faire la fête avec des riches qui se couchent tard".
-------------------------------------------
 Des idées, des vidéos, des sondages sur le site www.sortirdelacrise.tv 
 
-------------------------------------------------
ADN-r--sistance.jpg


 

 














 


ensemble-2.jpg
 

Recherche

Texte libre

Je définirais la mondialisation comme la liberté pour mon groupe d’investir où il veut, le temps qu’il veut, pour produire ce qu’il veut, en s’approvisionnant et en vendant où il veut, et en ayant à supporter le moins de contraintes possibles en matière de droit du travail et de conventions sociales.

P.Barnevick, ancien président de la multinationale ABB. 

Pour moi, un réactionnaire c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est dans l’ordre naturel des choses. Un conservateur, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui pense qu’on n’y peut rien. Un progressiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est injuste. Un communiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui est prêt à faire pour eux ce qu’il ferait pour ses propres enfants.

Ibrahim,
Cuba, un soir lors d’une conversation inoubliable.

 

-------------------------

 

« La dette publique, en d’autres termes l’aliénation de l’État, qu’il soit despotique, constitutionnel ou républicain, marque de son empreinte l’ère capitaliste.
La seule partie de la soi-disant richesse nationale qui entre réellement dans la possession collective des peuples modernes, c’est leur dette publique »

 

Karl MARX 

 

-------------------------

Nouvelles permanences d'Andrée OGER :

 

 

 

Vous pouvez prendre rendez-vous avec Andrée OGER en contactant son secrétariat au 02.32.31.96.25

 

- Mairie de Saint André : les lundis de 17 h à 19 h

- Salle des Fêtes d'Ezy-sur-Eure: les vendredis de 17 h à 19 h

 

-------------------------------------------------------

Dernier tract des communistes
du sud de l'Eure

 (cliquer sur l'image)

 

  Tract St André Septembre 2013 - Recto

 Tract St André Septembre 2013 - Verso

 

 

 ----------------------------------------------------

----------------------------------------

Nouille2.jpeg


----------------------------------------------



 

 

1)

  

 

1)      

         

 

Ebuzzing - Top des blogs - Société

6 mars 2008 4 06 /03 /mars /2008 18:31

de Yann Jacqueline

Dans cet ancien bastion PC, le candidat Daniel Paul fait jeu égal dans les sondages avec le maire sortant UMP Antoine Rufenacht.

C’est le sondage qui a tout changé. Le 4 février, quand Antoine Rufenacht prend connaissance de l’étude TNS-Sofrès pour le Paris-Normandie, les murs de l’hôtel de ville du Havre tremblent. Ce proche de Chirac -il était son directeur de campagne lors de la présidentielle de 2002-, passe un savon à ses collaborateurs. La douzième ville de France (190 000 habitants) menace de basculer dans le camp communiste. Inimaginable cet automne.

A l’époque, tous les observateurs voient Rufenacht rempiler aisément pour un troisième mandat. Patatras. Pour les sondages, c’est désormais du 50/50 entre Rufenacht (UMP) et son rival communiste Daniel Paul au second tour. Selon cette étude, même l’inconnu du PS, Laurent Logiou, menace l’ex-concurrent de Jean-Pierre Raffarin pour le poste de Premier ministre (en 2005) en cas de duel au second tour (48% contre 52%). Comment les communistes ont-ils pu renverser la vapeur? Explications.

La gauche dans les gènes. Même Antoine Rufenacht le reconnaît : Le Havre est "une ville assez à gauche". C’est peu de le dire. De 1965 à 1995, la sous-préfecture de Seine-Maritime a été le plus grand bastion communiste de France.

Aux dernières législatives, deux des trois circonscriptions en jeu sont tombées aux mains du PC. A la présidentielle, Ségolène Royal a récolté 50,3 % des voix. Des résultats qui s’expliquent par des facteurs locaux, selon Daniel Paul :

"Pourquoi Le Havre est une ville traditionnellement à gauche? La précarité est plus importante qu’ailleurs. Le taux d’intérim au Havre est deux fois plus important que le taux national. Et il y a une industrie lourde, avec de grands groupes. Les gens voient bien les conditions de travail, les salaires d’un côté et les profits de l’autre."

Reste qu’un éventuel retour du PC à la tête de la ville n’enchante pas tous les Havrais. "Le communisme, c’est le repoussoir", assure un octogénaire : "On a été boycotté par tous les groupes anglo-saxons tant que la mairie a été gouvernée par le PC. Rufenacht lui, c’est un homme d’affaires. Il a ramené bien des gens qui l’ont quitté et fait marcher ses relations."

Un électorat enfin mobilisé. "Pour moi il n’y a pas de résurgence du PC, il y a surtout des gens qui ne sont pas allés voter lors des scrutins précédents", analyse Alban Bourcier, maître de conférence en géographie à l’université du Havre, et en 17e position sur la liste de Daniel Paul :

"Quand Rufenacht a été élu à 57%, seul un Havrais sur cinq a voté pour lui. Ce qu’il faut faire dans cette campagne, c’est aller chercher les quatre autres. Ce sont des déçus de la politique."

Un avis que partage Nathalie Nail, vice-présidente du conseil général de la Seine-Maritime et numéro 2 sur la liste de Daniel Paul :

"Les électeurs, on ne les a pas perdus physiquement. Mais quand on est dans la panade, on se préoccupe de savoir ce qu’on va donner à ses enfants à manger, pas d’aller voter. En revanche, à droite, ils sont toujours mobilisés."

Antoine Rufenacht attaqué sur son bilan social. "Rufenacht a changé l’image de la ville, c’est indéniable, mais il y a toujours des gens qui souffrent et pour ceux-là il n’a rien fait", accuse Nathalie Nail. Un grief partagé par certains Havrais.

"Rufenacht a changé l’urbanisme mais pour le chômage et la vie sociale, il n’a rien apporté", déplore un jeune sur un marché du centre-ville. "Tout est fait au Havre pour les gens riches", explique amèrement une mère de famille, qui regrette les parkings payants au bord de la plage :


"Effectivement,on a vu des grues partout, mais les logements qui ont été reconstruits sont essentiellement privés. Il a transformé la ville, et en a fait une ville à deux vitesses", considère Nathalie Nail.

L’"effet Sarkozy". C’est un fait : toutes les listes UMP craignent une contagion de l’impopularité croissante de Nicolas Sarkozy. Au Havre peut-être plus qu’ailleurs. Même s’il s’en défend, Antoine Rufenacht est un proche du pouvoir.

Et son rival Daniel Paul ne manque pas de le souligner. "Il y a une connivence entre la droite au Havre et la droite à Paris", assure-t-il. "Pendant un moment, Madame Lagarde était même promise à une succession éventuelle d’Antoine Rufenacht."

L’ouverture à la mode communiste. Daniel Paul l’affirme d’entrée de jeu : "ce n’est pas une liste PC. Nous avons, je crois, la liste la plus large de France, avec 50% de gens issus de la société civile même si je n’aime pas ce terme."


Un candidat bien implanté. "J’ai connu Daniel Paul il y a trente ans quand nous étions colleurs d’affiche", témoigne Antoine Rufenacht. "C’est un homme courtois avec qui j’entretiens des relations courtoises" :


Elu de terrain, Daniel Paul, 64 ans, l’est resté. Adjoint du maire communiste André Duroméa entre 1977 et 1994, cet ancien instituteur a failli quitter la politique en 1996 pour réaliser son "vieux rêve" : diriger une école. Rappelé lors de la dissolution de l’Assemblée nationale en 1997, il est depuis député de la Seine-Maritime et conseiller municipal.

Bosseur mais un peu austère, Daniel Paul souffre de la comparaison avec Antoine Rufenacht, homme de contact, sur le terrain médiatique. Ce dernier est d’aileurs toujours populaire dans sa ville : 67% des habitants en ont une bonne opinion. "Il a changé l’image du Havre", entend-on régulièrement. "Avant, c’était ville morte, témoigne une passante. Il a bien travaillé et changé l’urbanisme."

Le PS a choisi une tête de liste quasi-inconnue. D’après le journal Paris-Normandie du 4 février, le nom de Laurent Logiou, la tête de liste du PS, n’est connu que de 31% des Havrais quand Rufenacht flirte avec la perfection (98 %) et Daniel Paul résiste avec 83%.

Laurent Logiou est même dépassé par le frontiste Philippe Foucher-Saillenfest (51%) et le divers gauche Eric Donfu (44%)... Le soutien affiché de l’ex-international de football Vikash Dhorasoo (formé au Havre AC) ne peut donc pas lui faire du mal.

Autre handicap pour le leader socialiste : être d’origine rouennaise. Aussi incroyable que cela puisse paraître vu de l’extérieur, ses quarante ans dans la ville aux cent clochers risquent de défriser les Havrais, baignés dans la rivalité ancestrale entre Le Havre l’ouvrière et Rouen la bourgeoise.

http://www.rue89.com/municipales-20...

Partager cet article

Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article

commentaires