Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • : Andrée OGER est maire honoraire de Croth, conseillère départementale de Saint André de l'Eure et chevalier de la Légion d'Honneur.
  • Contact

Rendez-vous

Fête de l'Huma 2016

Vendredi 10, samedi 11 et dimanche 12 septembre
Parc du Bourget
3 jours : 35 €
    

   ------------------------------ 

 

Salaires et pensions à la traîne, prix et loyers en hausse, profits et actionnaires qui explosent...

 

Front Uni 

contre la vie chère !

   

Campagne de pétition lancée par le PCF

pour exiger de meilleurs salaires, une hausse des minimas sociaux,

 pour exiger des baisses de TVA, un blocage des prix et des loyers

pour taxer les profits et le grandes fortunes
  

Demandez la pétition !

Signez la en ligne sur le site de la Fédération euroise du PCF : www.27.pcf.fr !

Participez au rassemblement devant Bercy (ministère des finances), vendredi 3 juin à 15 h !

Campagne contre la vie chère - affiche PCF 2011
------------------------------------------------
Contre la privatisation de La Poste !

Les communistes adhèrent au Comité Départemental de Défense de La Poste
(cliquez sur l'image !)  


- - - - - - - - - - - - - -

 
 
------------------------------------------------
CRISE : que proposent les communistes ?







 

"Sarkozy a été élu par des pauvres qui se lèvent tôt pour aller faire la fête avec des riches qui se couchent tard".
-------------------------------------------
 Des idées, des vidéos, des sondages sur le site www.sortirdelacrise.tv 
 
-------------------------------------------------
ADN-r--sistance.jpg


 

 














 


ensemble-2.jpg
 

Recherche

Texte libre

Je définirais la mondialisation comme la liberté pour mon groupe d’investir où il veut, le temps qu’il veut, pour produire ce qu’il veut, en s’approvisionnant et en vendant où il veut, et en ayant à supporter le moins de contraintes possibles en matière de droit du travail et de conventions sociales.

P.Barnevick, ancien président de la multinationale ABB. 

Pour moi, un réactionnaire c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est dans l’ordre naturel des choses. Un conservateur, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui pense qu’on n’y peut rien. Un progressiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est injuste. Un communiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui est prêt à faire pour eux ce qu’il ferait pour ses propres enfants.

Ibrahim,
Cuba, un soir lors d’une conversation inoubliable.

 

-------------------------

 

« La dette publique, en d’autres termes l’aliénation de l’État, qu’il soit despotique, constitutionnel ou républicain, marque de son empreinte l’ère capitaliste.
La seule partie de la soi-disant richesse nationale qui entre réellement dans la possession collective des peuples modernes, c’est leur dette publique »

 

Karl MARX 

 

-------------------------

Nouvelles permanences d'Andrée OGER :

 

 

 

Vous pouvez prendre rendez-vous avec Andrée OGER en contactant son secrétariat au 02.32.31.96.25

 

- Mairie de Saint André : les lundis de 17 h à 19 h

- Salle des Fêtes d'Ezy-sur-Eure: les vendredis de 17 h à 19 h

 

-------------------------------------------------------

Dernier tract des communistes
du sud de l'Eure

 (cliquer sur l'image)

 

  Tract St André Septembre 2013 - Recto

 Tract St André Septembre 2013 - Verso

 

 

 ----------------------------------------------------

----------------------------------------

Nouille2.jpeg


----------------------------------------------



 

 

1)

  

 

1)      

         

 

Ebuzzing - Top des blogs - Société

20 septembre 2008 6 20 /09 /septembre /2008 14:11
Sans craindre de la désavouer, François Fillon a demandé jeudi à sa ministre de l’intérieur Michèle Alliot-Marie de revoir de fond en comble le décret instituant le fichier Edvige, évacuant les points les plus sensibles, notamment sur les orientations sexuelles et sur les mineurs. Les associations réclament toujours l’abandon pur et simple du projet.

Exit les "informations relatives" aux personnalités qui "exercent un mandat ou jouant un rôle institutionnel, économique, social ou religieux significatif".

Autre modification majeure : Edvige nouvelle version ne pourra comprendre "aucune donnée touchant à l’orientation sexuelle ou à la santé des personnes" et ce "même à titre exceptionnel".

Concernant les mineurs, si la possibilité de collecter des informations sur ceux qui sont "susceptibles de porter atteinte à la sécurité publique" est maintenue, elles seront effacées à leur majorité "sauf si un élément nouveau est intervenu". Ce "droit à l’oubli" est une revendication des anti-Edvige.

Le dernier désaveu

L’annonce du Premier ministre est intervenue au moment même où Mme Alliot-Marie se présentait devant les députés de la commission des Lois, qui avaient déjà souhaité mercredi soir une modification en profondeur du fichier, dans le sens annoncé par Matignon. Ce que la ministre n’a pu que confirmer.

M. Fillon lui a demandé de saisir dès vendredi la Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL) sur ce nouveau décret qui remplacera celui du 27 juin 2008.

Les règles encadrant le fichier seront beaucoup plus strictes. Les données ne pourront être collectées que pour des personnes "dont l’activité individuelle ou collective" peut "porter atteinte à la sécurité publique" et pour celles "entretenant ou ayant entretenu des relations non fortuites avec elles".

Il visera également "des personnes travaillant dans des secteurs ou des domaines sensibles" et qui font à ce titre l’objet d’enquêtes administratives.

Mme Alliot-Marie a indiqué jeudi qu’un "répertoire administratif des personnalités pourra être tenu dans les préfectures", aux informations limitées.

La ministre était pressée de toutes parts de revoir sa copie, les critiques se multipliant, de l’opposition, des associations -qui revendiquent 200.000 pétitionnaires- mais également de la majorité et même du gouvernement, au nom de la défense des libertés publiques.

Le ministre de la Défense Hervé Morin s’en était le premier ému, suscitant un commentaire acerbe de sa collègue de l’Intérieur. Mais Michèle Alliot-Marie n’a pas non plus trouvé de réconfort du côté de l’Elysée.

Pour éteindre au plus vite l’incendie, le président Nicolas Sarkozy l’avait désavouée la semaine dernière exigeant "une solution dans les tout prochains jours" avec "une règle très simple : tout ce qui n’est pas indispensable à la sécurité des Français, il faut l’enlever".

Les députés s’en sont aussi mêlés, la commission des lois, comprenant des députés de droite et de gauche, formulant neuf recommandations qui de fait vidaient de sa substance le décret initial.

Alors que les opposants ont appelé à accentuer la mobilisation, notamment le 16 octobre pour la Sainte-Edwige, le dernier désaveu est donc venu de Matignon. François Fillon a reçu jeudi matin à sa ministre de l’Intérieur.

Le chef du gouvernement a également rappelé à l’ordre jeudi ses ministres sur le dossier délicat de la fiscalité écologique, , déplorant une cacophonie gouvernementale et affirmant depuis Rome que "rien n’est arbitré" en faveur de l’extension du bonus-malus à de nouvelles familles de produits.

Qu’est-ce que le fichier Edvige ?

Le fichier Edvige (pour "exploitation documentaire et valorisation de l’information générale"), institué par le décret paru le 1er juillet, permet une large collecte d’informations "à caractère personnel" sur toute personne "susceptible de porter atteinte à l’ordre public", dès 13 ans, ainsi que sur les responsables politiques et syndicaux.

Pourraient être "évacués" du fichier les renseignements concernant l’orientation sexuelle et la santé des personnes. "L’opportunité" de ficher "les personnalités" est également "largement mise en cause".

Au contraire de l’ancien fichier des Renseignements généraux (RG) qu’il remplace, Edvige permet de recenser les mineurs dès leur âge de responsabilité pénale (13 ans) et centralise des données informatiques, là où les anciennes fiches RG étaient collectées au niveau départemental et sur papier.

Le 1er juillet est également paru un décret instituant un autre fichier, secret-défense celui-là, baptisé Cristina (pour "centralisation du renseignement intérieur pour la sécurité du territoire et les intérêts nationaux") et mis à la disposition des services policiers antiterroristes.

L’opposition, gauche et Modem, les centrales syndicales, les organisations de défense des droits, ont réclamé le retrait d’un fichier symbole d’une "société du flicage", selon le leader de la CGT, Bernard Thibault.

Le bureau national du PS avait estimé que le "début de changement de pied du gouvernement ne répond pas du tout à ce qui est dénoncé" par les opposants à ce dispositif.

La présidente du Medef Laurence Parisot a demandé des "explications", exprimant des réserves entendues dans la majorité, également chez la secrétaire d’Etat aux Droits de l’Homme Rama Yade.

Mais les douze organisations du collectif "Non à Edvige" (LDH, CFDT, CGT, Aides…) ne désarment pas. "Nous continuons de demander très fermement le retrait pur et simple" du fichier, a assuré Hélène Franco, du Syndicat de la magistrature.

Une pétition en ligne a déjà recueilli 200.000 signatures pour l’abandon d’Edvige. Des recours en annulation d’Edvige et Cristina ont été déposés devant le Conseil d’Etat, qui doit rendre sa décision à la fin de l’année.

Partager cet article

Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article

commentaires