Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • : Andrée OGER est maire honoraire de Croth, conseillère départementale de Saint André de l'Eure et chevalier de la Légion d'Honneur.
  • Contact

Rendez-vous

Fête de l'Huma 2016

Vendredi 10, samedi 11 et dimanche 12 septembre
Parc du Bourget
3 jours : 35 €
    

   ------------------------------ 

 

Salaires et pensions à la traîne, prix et loyers en hausse, profits et actionnaires qui explosent...

 

Front Uni 

contre la vie chère !

   

Campagne de pétition lancée par le PCF

pour exiger de meilleurs salaires, une hausse des minimas sociaux,

 pour exiger des baisses de TVA, un blocage des prix et des loyers

pour taxer les profits et le grandes fortunes
  

Demandez la pétition !

Signez la en ligne sur le site de la Fédération euroise du PCF : www.27.pcf.fr !

Participez au rassemblement devant Bercy (ministère des finances), vendredi 3 juin à 15 h !

Campagne contre la vie chère - affiche PCF 2011
------------------------------------------------
Contre la privatisation de La Poste !

Les communistes adhèrent au Comité Départemental de Défense de La Poste
(cliquez sur l'image !)  


- - - - - - - - - - - - - -

 
 
------------------------------------------------
CRISE : que proposent les communistes ?







 

"Sarkozy a été élu par des pauvres qui se lèvent tôt pour aller faire la fête avec des riches qui se couchent tard".
-------------------------------------------
 Des idées, des vidéos, des sondages sur le site www.sortirdelacrise.tv 
 
-------------------------------------------------
ADN-r--sistance.jpg


 

 














 


ensemble-2.jpg
 

Recherche

Texte libre

Je définirais la mondialisation comme la liberté pour mon groupe d’investir où il veut, le temps qu’il veut, pour produire ce qu’il veut, en s’approvisionnant et en vendant où il veut, et en ayant à supporter le moins de contraintes possibles en matière de droit du travail et de conventions sociales.

P.Barnevick, ancien président de la multinationale ABB. 

Pour moi, un réactionnaire c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est dans l’ordre naturel des choses. Un conservateur, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui pense qu’on n’y peut rien. Un progressiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est injuste. Un communiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui est prêt à faire pour eux ce qu’il ferait pour ses propres enfants.

Ibrahim,
Cuba, un soir lors d’une conversation inoubliable.

 

-------------------------

 

« La dette publique, en d’autres termes l’aliénation de l’État, qu’il soit despotique, constitutionnel ou républicain, marque de son empreinte l’ère capitaliste.
La seule partie de la soi-disant richesse nationale qui entre réellement dans la possession collective des peuples modernes, c’est leur dette publique »

 

Karl MARX 

 

-------------------------

Nouvelles permanences d'Andrée OGER :

 

 

 

Vous pouvez prendre rendez-vous avec Andrée OGER en contactant son secrétariat au 02.32.31.96.25

 

- Mairie de Saint André : les lundis de 17 h à 19 h

- Salle des Fêtes d'Ezy-sur-Eure: les vendredis de 17 h à 19 h

 

-------------------------------------------------------

Dernier tract des communistes
du sud de l'Eure

 (cliquer sur l'image)

 

  Tract St André Septembre 2013 - Recto

 Tract St André Septembre 2013 - Verso

 

 

 ----------------------------------------------------

----------------------------------------

Nouille2.jpeg


----------------------------------------------



 

 

1)

  

 

1)      

         

 

Ebuzzing - Top des blogs - Société

20 octobre 2008 1 20 /10 /octobre /2008 11:27
Patronat . Face à la crise, l’internationale des patrons, réunie hier à Paris, a une hantise : que l’opinion rejette le capitalisme.

Devant ce qui risque toujours de devenir la plus gigantesque crise financière de tous les temps, les organisations patronales des grandes puissances viennent de se donner une mission urgente : faire taire ceux qui voudraient contester les bienfaits de l’économie de marché, les joies et les délices du capitalisme, et trop vanter les vertus de l’interventionnisme politique et du retour des États dans l’économie. Hier après-midi, au dernier étage du MEDEF, sur fond de tour Eiffel à Paris, Laurence Parisot a, avec ses homologues américain, allemand, britannique et italien réunis pour un très solennel G5 patronal, devant près d’une centaine de journalistes, lancé un vigoureux appel à la mobilisation.

« Dans ce moment troublé et compliqué, il nous semble important que la parole des entreprises, nos diagnostics s’expriment clairement, présente la présidente du MEDEF. Nous soutenons totalement et sans réserve les plans élaborés aux États-Unis et en Europe pour soutenir les banques et les assurances. Mais au-delà, il y a des précautions à prendre. Plus que tout, nous voulons dire combien nous croyons dans l’entreprise privée. Le grand public doit comprendre que c’est par l’entreprise qu’on trouvera la solution pour la croissance ; ça n’est pas par les États, ni même par la coopération entre les États. Seule l’économie de marché peut apporter la prospérité aux différents pays. »

Richard Lambert, du patronat anglais, appuie dans le même sens : « L’économie de marché est parfois extravagante, on le sait tous, mais elle demeure le meilleur système d’allocation des ressources. » Véritable armoire à glace, Jurgen Thumann, leader des entrepreneurs allemands, la joue moins fine encore. « Vous devez nous aider à faire passer le message, supplie-t-il presque la presse. C’est crucial qu’on ne laisse pas des individus ayant un programme politique alternatif évoquer la fin du capitalisme, la fin de l’économie de marché. On ne peut pas leur laisser dire ça… Le marché libre, le capitalisme est ce dont nous avons besoin pour le futur. »

Les huit organisations patronales des pays du G8 doivent se retrouver le 4 décembre. D’ici là, d’après Laurence Parisot, ils vont mettre en place un « groupe de travail pour échanger des idées et des informations sur la situation ». Tels qu’ils sont partis vendredi, on peut compter sur les patrons des patrons du monde pour ravaler la façade et tout changer pour que rien ne change dans le capitalisme.

Thomas Lemahieu, "L'humanité" du lundi 20 octobre 2008

Partager cet article

Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article

commentaires