Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • : Andrée OGER est maire honoraire de Croth, conseillère départementale de Saint André de l'Eure et chevalier de la Légion d'Honneur.
  • Contact

Rendez-vous

Fête de l'Huma 2016

Vendredi 10, samedi 11 et dimanche 12 septembre
Parc du Bourget
3 jours : 35 €
    

   ------------------------------ 

 

Salaires et pensions à la traîne, prix et loyers en hausse, profits et actionnaires qui explosent...

 

Front Uni 

contre la vie chère !

   

Campagne de pétition lancée par le PCF

pour exiger de meilleurs salaires, une hausse des minimas sociaux,

 pour exiger des baisses de TVA, un blocage des prix et des loyers

pour taxer les profits et le grandes fortunes
  

Demandez la pétition !

Signez la en ligne sur le site de la Fédération euroise du PCF : www.27.pcf.fr !

Participez au rassemblement devant Bercy (ministère des finances), vendredi 3 juin à 15 h !

Campagne contre la vie chère - affiche PCF 2011
------------------------------------------------
Contre la privatisation de La Poste !

Les communistes adhèrent au Comité Départemental de Défense de La Poste
(cliquez sur l'image !)  


- - - - - - - - - - - - - -

 
 
------------------------------------------------
CRISE : que proposent les communistes ?







 

"Sarkozy a été élu par des pauvres qui se lèvent tôt pour aller faire la fête avec des riches qui se couchent tard".
-------------------------------------------
 Des idées, des vidéos, des sondages sur le site www.sortirdelacrise.tv 
 
-------------------------------------------------
ADN-r--sistance.jpg


 

 














 


ensemble-2.jpg
 

Recherche

Texte libre

Je définirais la mondialisation comme la liberté pour mon groupe d’investir où il veut, le temps qu’il veut, pour produire ce qu’il veut, en s’approvisionnant et en vendant où il veut, et en ayant à supporter le moins de contraintes possibles en matière de droit du travail et de conventions sociales.

P.Barnevick, ancien président de la multinationale ABB. 

Pour moi, un réactionnaire c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est dans l’ordre naturel des choses. Un conservateur, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui pense qu’on n’y peut rien. Un progressiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est injuste. Un communiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui est prêt à faire pour eux ce qu’il ferait pour ses propres enfants.

Ibrahim,
Cuba, un soir lors d’une conversation inoubliable.

 

-------------------------

 

« La dette publique, en d’autres termes l’aliénation de l’État, qu’il soit despotique, constitutionnel ou républicain, marque de son empreinte l’ère capitaliste.
La seule partie de la soi-disant richesse nationale qui entre réellement dans la possession collective des peuples modernes, c’est leur dette publique »

 

Karl MARX 

 

-------------------------

Nouvelles permanences d'Andrée OGER :

 

 

 

Vous pouvez prendre rendez-vous avec Andrée OGER en contactant son secrétariat au 02.32.31.96.25

 

- Mairie de Saint André : les lundis de 17 h à 19 h

- Salle des Fêtes d'Ezy-sur-Eure: les vendredis de 17 h à 19 h

 

-------------------------------------------------------

Dernier tract des communistes
du sud de l'Eure

 (cliquer sur l'image)

 

  Tract St André Septembre 2013 - Recto

 Tract St André Septembre 2013 - Verso

 

 

 ----------------------------------------------------

----------------------------------------

Nouille2.jpeg


----------------------------------------------



 

 

1)

  

 

1)      

         

 

Ebuzzing - Top des blogs - Société

28 octobre 2008 2 28 /10 /octobre /2008 09:38
Christine Lagarde veut croire à une embellie… pour fin 2009. D’ici là, elle prévoit un « ralentissement » très fort. La CGT conteste la « double peine » pour les salariés.

« Je pense que l’année 2009 ne sera pas une bonne année. » Après avoir chanté longtemps, et sur tous les tons, que la France allait échapper aux effets de la crise financière, Christine Lagarde a changé de registre depuis quelques semaines. « Nous sommes actuellement dans une phase de contamination de l’économie réelle par la sphère financière, et on en constate évidemment les effets », a-t-elle déploré, samedi, sur la Chaîne parlementaire. Pour l’heure, la ministre de l’Économie et des Finances récuse toujours le terme de « récession » : « Si on a un chiffre de croissance pour le troisième trimestre qui est négatif, le deuxième l’ayant été, alors on sera techniquement en récession. Aujourd’hui, on n’y est pas. Je pense néanmoins que les mesures que nous avons mises en place pour stimuler la concurrence, pour stimuler l’investissement, pour améliorer la compétitivité des entreprises, ajoutées aux mécanismes généraux qui sont en place dans les pays européens, devraient nous préserver d’une annus horribilis. » Ministre du Budget, Éric Woerth appuie, dimanche, dans le même sens. « On pense que la récession, en tout cas le ralentissement très fort, ne va pas se résoudre en cinq minutes, il va évidemment durer », promet-il sur France 2. Mais le colocataire de Christine Lagarde à Bercy veut croire à une embellie fin 2009 : « Il faut bien évidemment tirer les conséquences de la crise et en même temps les limiter dans le temps. On aura un ralentissement pendant encore quelques mois, et j’espère qu’à partir de fin 2009, au second semestre, je ne sais pas, les choses pourraient aller mieux. »

De son côté, Maryse Dumas demande au gouvernement, « assez indifférent », selon elle, « au drame qui est en train de se produire pour des millions de familles », de « massivement soutenir la consommation ». « Le gouvernement est seulement préoccupé d’obliger les chômeurs à accepter n’importe quel emploi et à « travailler plus pour gagner plus », conteste la secrétaire confédérale de la CGT sur France Info. Résultat, la consommation et la demande baissent. Au lieu que l’argent aille aux actionnaires et à la spéculation, il faut le rendre au travail. Depuis vingt ans, tout a été fait pour que l’exploitation du travail soit au maximum. Le partage dans la valeur ajoutée s’est déplacé de 10 % au détriment du travail et au profit du capital, ce qui a permis de constituer des sommes fabuleuses qui sont allées à la spéculation. Comme il fallait de la consommation pour que la production puisse s’écouler, on a développé l’endettement des ménages, c’est la raison entre autres de la crise. Pour les salariés, c’est la double peine : on a comprimé les salaires pour permettre la spéculation financière, et aujourd’hui, en raison de la crise financière, on leur dit "chômage technique" et on supprime les emplois… »

Thomas Lemahieu, "L'humanité" du 27 octobre 2008


Commentaire : pour aller dans le sens de la CGT, les événements en cours à la CAMIF (950 licenciements), à La Redoute ou dans le secteur automobile (chômage technique chez Peugeot et Renault) traduisent l'arrivée du choc financier sur l'activité économique.
Les centaines de milliards d'euros injectés dans la sphère financière n'empêchent pas l'économie d'entrer en récession. Qui va trinquer ? Comme on le voit chez Renault, les dividendes des actionnaires ne seront pas affectés. Ce sont les salariés, en chômage technique, et les intérimaires, au chômage tout court, qui font les frais du ralentissement économique !
Le système économique capitaliste est basé sur la rémunération du capital, d'où son nom.
Dans ce système, les autres facteurs ne sont que des variables qui peuvent être ajustées, qu'il s'agisse du facteur humain ou de l'environnement.
Vouloir le "corriger" sans le remplacer, c'est une utopie que l'on appelle "social-démocratie" et que défendent des gens comme Delanoé en France ou Gordon Brown, Tony Blair ou le SPD allemand. Avec le non succès que l'on sait.
Vouloir un système qui met d'abord l'intérêt collectif en avant, sur le plan écologique comme social, cela s'appelle "socialisme". Ceux qui luttent pour le socialisme et défendent, dans le système actuel, l'intérêt collectif, ce sont les communistes.
A chacun de choisir, en ces temps de déroute du système actuel, entre l'utopie d'un système capitaliste humanisé et le nécessaire remplacement de ce système par une société dont les priorités seraient la solidarité et la fraternité.
Solidaire

Partager cet article

Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article

commentaires