Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • : Andrée OGER est maire honoraire de Croth, conseillère départementale de Saint André de l'Eure et chevalier de la Légion d'Honneur.
  • Contact

Rendez-vous

Fête de l'Huma 2016

Vendredi 10, samedi 11 et dimanche 12 septembre
Parc du Bourget
3 jours : 35 €
    

   ------------------------------ 

 

Salaires et pensions à la traîne, prix et loyers en hausse, profits et actionnaires qui explosent...

 

Front Uni 

contre la vie chère !

   

Campagne de pétition lancée par le PCF

pour exiger de meilleurs salaires, une hausse des minimas sociaux,

 pour exiger des baisses de TVA, un blocage des prix et des loyers

pour taxer les profits et le grandes fortunes
  

Demandez la pétition !

Signez la en ligne sur le site de la Fédération euroise du PCF : www.27.pcf.fr !

Participez au rassemblement devant Bercy (ministère des finances), vendredi 3 juin à 15 h !

Campagne contre la vie chère - affiche PCF 2011
------------------------------------------------
Contre la privatisation de La Poste !

Les communistes adhèrent au Comité Départemental de Défense de La Poste
(cliquez sur l'image !)  


- - - - - - - - - - - - - -

 
 
------------------------------------------------
CRISE : que proposent les communistes ?







 

"Sarkozy a été élu par des pauvres qui se lèvent tôt pour aller faire la fête avec des riches qui se couchent tard".
-------------------------------------------
 Des idées, des vidéos, des sondages sur le site www.sortirdelacrise.tv 
 
-------------------------------------------------
ADN-r--sistance.jpg


 

 














 


ensemble-2.jpg
 

Recherche

Texte libre

Je définirais la mondialisation comme la liberté pour mon groupe d’investir où il veut, le temps qu’il veut, pour produire ce qu’il veut, en s’approvisionnant et en vendant où il veut, et en ayant à supporter le moins de contraintes possibles en matière de droit du travail et de conventions sociales.

P.Barnevick, ancien président de la multinationale ABB. 

Pour moi, un réactionnaire c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est dans l’ordre naturel des choses. Un conservateur, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui pense qu’on n’y peut rien. Un progressiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est injuste. Un communiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui est prêt à faire pour eux ce qu’il ferait pour ses propres enfants.

Ibrahim,
Cuba, un soir lors d’une conversation inoubliable.

 

-------------------------

 

« La dette publique, en d’autres termes l’aliénation de l’État, qu’il soit despotique, constitutionnel ou républicain, marque de son empreinte l’ère capitaliste.
La seule partie de la soi-disant richesse nationale qui entre réellement dans la possession collective des peuples modernes, c’est leur dette publique »

 

Karl MARX 

 

-------------------------

Nouvelles permanences d'Andrée OGER :

 

 

 

Vous pouvez prendre rendez-vous avec Andrée OGER en contactant son secrétariat au 02.32.31.96.25

 

- Mairie de Saint André : les lundis de 17 h à 19 h

- Salle des Fêtes d'Ezy-sur-Eure: les vendredis de 17 h à 19 h

 

-------------------------------------------------------

Dernier tract des communistes
du sud de l'Eure

 (cliquer sur l'image)

 

  Tract St André Septembre 2013 - Recto

 Tract St André Septembre 2013 - Verso

 

 

 ----------------------------------------------------

----------------------------------------

Nouille2.jpeg


----------------------------------------------



 

 

1)

  

 

1)      

         

 

Ebuzzing - Top des blogs - Société

19 février 2014 3 19 /02 /février /2014 10:17

Stratégie de la dernière chance pour les extrémistes ukrainiens ?

Alors que la situation tendait à l'apaisement et à la reprise des négociations entre opposition et majorité gouvernementale, une flambée de violences entraine le chaos et des morts en Ukraine. Il semble bien que l'aile radicale et extrémiste de l'opposition refuse de laisser le dialogue et la démocratie prendre le dessus. Reste la tentative de prise de pouvoir par la violence et l'embrasement général !

N'oublions pas que les derniers foyers de guérilla se sont éteints en 1950 dans l'ouest de l'Ukraine avec l'écrasement des derniers foyers de nationalistes ukrainiens qui poursuivaient la guerre contre les russes, les juifs et les communistes entamée au côté des troupes d'occupation nazis.

Solidaire


Un article de Nicolas Maury :

Ils ont été financé par les occidentaux, toléré par le Parti des régions, les néonazis d'EuroMaïdan ont tenté hier de prendre le Parlement (la Rada) pour mener un putsch, les forces de sécurité ukrainienne ont lancé en réponse une forte contre-offensive qui se solde par de lourdes pertes de part et d'autre.

25 morts, 300 blessés à Kiev et l'ouest du pays qui s'embrase, l'Ukraine cours vers la guerre civile
La tension est à son maximum à Kiev, la capitale ukrainienne
Les autorités ont adressé ce mardi un ultimatum à l'opposition pour mettre fin aux violents affrontements entre opposants au président Viktor Ianoukovitch et policiers. Vers 20 heures, le gouvernement a fini par exécuter ses menaces et lancé l'assaut sur les manifestants, réunis à la Maïdan, la place de l'Indépendance, occupée par des milliers de personnes depuis près de trois mois.        
Vers Minuit, la Maison des Syndicats, transformée en QG des manifestants en plein centre de Kiev, était en feu sur plusieurs étages. Des opposants quittaient ce bâtiment donnant sur le Maïdan, place centrale de Kiev.       
Selon le chef de la commission des affaires étrangères de la Douma (chambre basse du Parlement russe), Alexeï Pouchkov, l'Ukraine se trouve au bord de la "guerre civile". Et Alexeï Pouchkov a accusé les Occidentaux d'en être responsables.
Les néonazis d'EuroMaïdan ont déclenché hier une offensive alors que les négociations avançaient vers une fin de conflit       
Dans la matinée, plus de 20 000 manifestants s'étaient dirigés vers le parlement, qui doit examiner une réforme constitutionnelle réduisant les pouvoirs présidentiels. Bon nombre occupaient également le siège du Parti du président Viktor Ianoukovitch. Entre 200 et 300 d'entre eux ont jeté des pavés et des cocktails molotov sur ce bâtiment dont ils ont brisé plusieurs vitres.       
Les policiers ont tiré sur les manifestants des balles en caoutchouc et des grenades assourdissantes et ont eu recours au gaz lacrymogène, après des jets de pavés.
25 morts, 300 blessés à Kiev et l'ouest du pays qui s'embrase, l'Ukraine cours vers la guerre civile
Ianoukovitch met en garde les opposants et appelle ces derniers a lâcher les plus radicaux
Alors que l'assaut est toujours en cours contre les manifestants dans le centre de Kiev ce matin, le président ukrainien menace de "changer de ton" avec les dirigeants de l'opposition s'ils ne prennent pas leurs distances avec les manifestants les plus radicaux après les violences, qui ont fait au moins 16 morts à Kiev.       
Le chef de l'Etat accuse dans un communiqué certains manifestants antigouvernementaux d'avoir "franchi les limites" en appelant leurs partisans à se rendre avec des armes sur la place de l'Indépendance pour la défendre face aux forces de l'ordre, en allusion à l'organisation d'extrême droite Praviy Sektor (Secteur droite). Qualifiant ces manifestants de "criminels", il assure qu'ils seront traduits en justice.       
"Il n'est pas trop tard pour mettre fin au conflit", assure toutefois Viktor Ianoukovitch, qui a reçu dans la nuit deux chefs de file de l'opposition, Vitali Klitschko et Arseni Iatseniouk.
La contestation se poursuit dans l'ouest du pays
Dans la soirée, des manifestants ont pris d'assaut le siège de l'administration et de la police dans la ville occidentale de Lviv. Environ 500 opposants ont investi l'administration régionale, puis le siège de la police régionale, sans rencontrer de résistance, après y avoir lancé des pierres. Dans cette ville, à l'issue d'affrontements au cocktail Molotov, qui ont mis le feu à des bâtiments militaires, quelque 5 000 manifestants ont pris le contrôle des dépôts d'armes.       
Dans la région de Ternopil (ouest), les manifestants ont jeté des cocktails molotov sur le siège régional de la police qui a pris feu, a indiqué la police locale. A Ivano-Frankivsk, également à l'ouest, quelque 50 manifestants encagoulés ont pris d'assaut l'administration régionale avant de l'occuper.
25 morts, 300 blessés à Kiev et l'ouest du pays qui s'embrase, l'Ukraine cours vers la guerre civile

25 morts, 300 blessés à Kiev et l'ouest du pays qui s'embrase, l'Ukraine cours vers la guerre civile

25 morts, 300 blessés à Kiev et l'ouest du pays qui s'embrase, l'Ukraine cours vers la guerre civile

25 morts, 300 blessés à Kiev et l'ouest du pays qui s'embrase, l'Ukraine cours vers la guerre civile

Partager cet article

Repost 0
Published by Solidaire - dans Dans le Monde
commenter cet article

commentaires

Solidaire 19/02/2014 12:13


On apprend aussi qu'après les locaux de la police et du Parti des Régions (Parti du président), ce sont les locaux régionaux du KPU, Parti communiste d'Ukraine) qui ont été vandalisés (vitrines
et fenêtres cassées, bibliothèque incendiée,...) par une centaine d'extrémiste à Loutsk, dans l'Oblast de Volhynie (Nord-ouest).


Le KPU (14,5 % des voix l'an dernier) ne fait pas partie du gouvernement et soutenait, avant la crise, l'idée d'un référendum sur le projet de rapporchement avec l'Union européenne libérale (3,5
millions de signature de soutien !). Cela aurait certainement désamorcé la crise.


En s'attaquant à la police et au Parti des Régions, les extrémistes pro-européens montrent le peu de cas qu'ils font du respect des institutions et de la démocratie. Mais l'attaque des locaux du
KPU donne un autre visage de cette opposition et sa filiation assumée avec les nationalistes ukrainiens qui ont combattu au côté de l'occupant nazi les "russes" et les "rouges".


Soutenir l'opposition ukrainienne CONTRE les institutions du pays et le suffrage universel, c'est soutenir en son sein cette frange radicale qui pèse lourd et qui profitera du climat
insurrectionnel pour prendre le dessus sur les franges plus modérées de l'opposition libérale.


C'est le schéma de toutes les révoltes soutenues et financées par l'Occident, depuis l'Afghanistan (en 1979), la Libye sous Sarkozy jusqu'à la Syrie actuelle.