Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • : Andrée OGER est maire honoraire de Croth, conseillère départementale de Saint André de l'Eure et chevalier de la Légion d'Honneur.
  • Contact

Rendez-vous

Fête de l'Huma 2016

Vendredi 10, samedi 11 et dimanche 12 septembre
Parc du Bourget
3 jours : 35 €
    

   ------------------------------ 

 

Salaires et pensions à la traîne, prix et loyers en hausse, profits et actionnaires qui explosent...

 

Front Uni 

contre la vie chère !

   

Campagne de pétition lancée par le PCF

pour exiger de meilleurs salaires, une hausse des minimas sociaux,

 pour exiger des baisses de TVA, un blocage des prix et des loyers

pour taxer les profits et le grandes fortunes
  

Demandez la pétition !

Signez la en ligne sur le site de la Fédération euroise du PCF : www.27.pcf.fr !

Participez au rassemblement devant Bercy (ministère des finances), vendredi 3 juin à 15 h !

Campagne contre la vie chère - affiche PCF 2011
------------------------------------------------
Contre la privatisation de La Poste !

Les communistes adhèrent au Comité Départemental de Défense de La Poste
(cliquez sur l'image !)  


- - - - - - - - - - - - - -

 
 
------------------------------------------------
CRISE : que proposent les communistes ?







 

"Sarkozy a été élu par des pauvres qui se lèvent tôt pour aller faire la fête avec des riches qui se couchent tard".
-------------------------------------------
 Des idées, des vidéos, des sondages sur le site www.sortirdelacrise.tv 
 
-------------------------------------------------
ADN-r--sistance.jpg


 

 














 


ensemble-2.jpg
 

Recherche

Texte libre

Je définirais la mondialisation comme la liberté pour mon groupe d’investir où il veut, le temps qu’il veut, pour produire ce qu’il veut, en s’approvisionnant et en vendant où il veut, et en ayant à supporter le moins de contraintes possibles en matière de droit du travail et de conventions sociales.

P.Barnevick, ancien président de la multinationale ABB. 

Pour moi, un réactionnaire c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est dans l’ordre naturel des choses. Un conservateur, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui pense qu’on n’y peut rien. Un progressiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est injuste. Un communiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui est prêt à faire pour eux ce qu’il ferait pour ses propres enfants.

Ibrahim,
Cuba, un soir lors d’une conversation inoubliable.

 

-------------------------

 

« La dette publique, en d’autres termes l’aliénation de l’État, qu’il soit despotique, constitutionnel ou républicain, marque de son empreinte l’ère capitaliste.
La seule partie de la soi-disant richesse nationale qui entre réellement dans la possession collective des peuples modernes, c’est leur dette publique »

 

Karl MARX 

 

-------------------------

Nouvelles permanences d'Andrée OGER :

 

 

 

Vous pouvez prendre rendez-vous avec Andrée OGER en contactant son secrétariat au 02.32.31.96.25

 

- Mairie de Saint André : les lundis de 17 h à 19 h

- Salle des Fêtes d'Ezy-sur-Eure: les vendredis de 17 h à 19 h

 

-------------------------------------------------------

Dernier tract des communistes
du sud de l'Eure

 (cliquer sur l'image)

 

  Tract St André Septembre 2013 - Recto

 Tract St André Septembre 2013 - Verso

 

 

 ----------------------------------------------------

----------------------------------------

Nouille2.jpeg


----------------------------------------------



 

 

1)

  

 

1)      

         

 

Ebuzzing - Top des blogs - Société

24 novembre 2008 1 24 /11 /novembre /2008 10:06
Éducation . (Vendredi), Xavier Darcos a répliqué à la mobilisation massive de jeudi avec l’entêtement de celui qui ne déviera pas de sa politique.

Jeudi, la grève contre la politique du ministre de l’Éducation, Xavier Darcos, a été très largement suivie. Dans les écoles primaires, entre 48 % (selon le ministère) et 69 % (selon les syndicats) des enseignants ont débrayé. Dans les collèges et lycées, ils étaient entre 21 % (ministère) et « plus d’un sur deux » (selon le SNES). « Le message transmis par toute une profession aujourd’hui est massif, net et déterminé », en ont conclu les trois principaux syndicats des écoles primaires, en donnant au ministre de l’Éducation Xavier Darcos « cinq jours pour ouvrir des négociations ». Ils réclament un autre budget pour 2009 (qui supprime 13 500 postes dont 6 000 en primaire), le « maintien des RASED » (maîtres spécialisés contre l’échec scolaire), le respect de l’école maternelle et un « véritable dialogue social ». À défaut, de « nouvelles actions » seront lancées.

 

Hier, sur les ondes de France Inter, Xavier Darcos assurait : « J’entends évidemment la grève, j’entends les manifestations, je ne suis ni sourd ni aveugle (…). Je n’ai pas cessé de parler avec les syndicats du primaire (…) Évidemment, je vais continuer à les rencontrer et leur demande d’être entendus sera évidemment reçue. »

Mais d’ores et déjà le dialogue de sourds se poursuit, avec un ministre qui persiste et signe et n’entend remettre en question aucune de ses réformes. Concernant les RASED, il s’est contenté d’indiquer que, pour « l’instant », il n’avait pas « prévu d’aller plus loin » dans les suppressions de ces postes : « Nous évaluerons la proposition que je fais » de transférer ces 3 000 maîtres spécialisés devant des classes entières. Quant à l’actuel débat sur la scolarisation des 2-3 ans, le ministre, tout en certifiant être un « ardent défenseur » de l’école maternelle, a continué de marteler : « L’école commence à mes yeux à trois ans. »

 

Enfin la mobilisation de jeudi a, de fait, remis sur le devant de la scène la question du service minimum, dénoncé par les syndicats comme une véritable atteinte au droit de grève. Alors que plusieurs grandes villes comme Paris, Lyon, Montpellier, Toulouse, Strasbourg, Clermont-Ferrand ou encore Metz ont refusé de l’organiser, le ministre a tenu à se féliciter d’une procédure mise en place « de manière large » par « 90 % des communes ». Dans ce bras de fer, Xavier Darcos a annoncé qu’à l’avenir, en cas de « difficultés », des « conventions » avec « des fédérations de parents d’élèves » pour trouver les personnels destinés à garder les enfants. Réponse du SNUipp-FSU (premier syndicat du primaire) : « Il est un peu curieux de vouloir d’un côté aider les parents et de l’autre de leur demander de garder les enfants à l’école. »

 

Sophie Bouniot, "l'Humanité" du samedi 22 novembre 2008

Partager cet article

Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article

commentaires