Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • : Andrée OGER est maire honoraire de Croth, conseillère départementale de Saint André de l'Eure et chevalier de la Légion d'Honneur.
  • Contact

Rendez-vous

Fête de l'Huma 2016

Vendredi 10, samedi 11 et dimanche 12 septembre
Parc du Bourget
3 jours : 35 €
    

   ------------------------------ 

 

Salaires et pensions à la traîne, prix et loyers en hausse, profits et actionnaires qui explosent...

 

Front Uni 

contre la vie chère !

   

Campagne de pétition lancée par le PCF

pour exiger de meilleurs salaires, une hausse des minimas sociaux,

 pour exiger des baisses de TVA, un blocage des prix et des loyers

pour taxer les profits et le grandes fortunes
  

Demandez la pétition !

Signez la en ligne sur le site de la Fédération euroise du PCF : www.27.pcf.fr !

Participez au rassemblement devant Bercy (ministère des finances), vendredi 3 juin à 15 h !

Campagne contre la vie chère - affiche PCF 2011
------------------------------------------------
Contre la privatisation de La Poste !

Les communistes adhèrent au Comité Départemental de Défense de La Poste
(cliquez sur l'image !)  


- - - - - - - - - - - - - -

 
 
------------------------------------------------
CRISE : que proposent les communistes ?







 

"Sarkozy a été élu par des pauvres qui se lèvent tôt pour aller faire la fête avec des riches qui se couchent tard".
-------------------------------------------
 Des idées, des vidéos, des sondages sur le site www.sortirdelacrise.tv 
 
-------------------------------------------------
ADN-r--sistance.jpg


 

 














 


ensemble-2.jpg
 

Recherche

Texte libre

Je définirais la mondialisation comme la liberté pour mon groupe d’investir où il veut, le temps qu’il veut, pour produire ce qu’il veut, en s’approvisionnant et en vendant où il veut, et en ayant à supporter le moins de contraintes possibles en matière de droit du travail et de conventions sociales.

P.Barnevick, ancien président de la multinationale ABB. 

Pour moi, un réactionnaire c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est dans l’ordre naturel des choses. Un conservateur, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui pense qu’on n’y peut rien. Un progressiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est injuste. Un communiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui est prêt à faire pour eux ce qu’il ferait pour ses propres enfants.

Ibrahim,
Cuba, un soir lors d’une conversation inoubliable.

 

-------------------------

 

« La dette publique, en d’autres termes l’aliénation de l’État, qu’il soit despotique, constitutionnel ou républicain, marque de son empreinte l’ère capitaliste.
La seule partie de la soi-disant richesse nationale qui entre réellement dans la possession collective des peuples modernes, c’est leur dette publique »

 

Karl MARX 

 

-------------------------

Nouvelles permanences d'Andrée OGER :

 

 

 

Vous pouvez prendre rendez-vous avec Andrée OGER en contactant son secrétariat au 02.32.31.96.25

 

- Mairie de Saint André : les lundis de 17 h à 19 h

- Salle des Fêtes d'Ezy-sur-Eure: les vendredis de 17 h à 19 h

 

-------------------------------------------------------

Dernier tract des communistes
du sud de l'Eure

 (cliquer sur l'image)

 

  Tract St André Septembre 2013 - Recto

 Tract St André Septembre 2013 - Verso

 

 

 ----------------------------------------------------

----------------------------------------

Nouille2.jpeg


----------------------------------------------



 

 

1)

  

 

1)      

         

 

Ebuzzing - Top des blogs - Société

28 mai 2007 1 28 /05 /mai /2007 16:22

Pentecôte . Pour la troisième fois, une partie des salariés sont obligés de travailler lundi. Tous les syndicats pointent l’inefficacité de cette mesure pour financer l’aide aux personnes dépendantes.

Le « truc » remonte à 2003. Cette année-là, après la canicule meurtrière de l’été (15 000 morts), le gouvernement Raffarin cherche un moyen de se défausser de ses responsabilités tant dans la gestion de cette crise que dans les carences, révélées au grand jour, de la prise en charge des personnes âgées. Il invente la journée de « solidarité », c’est-à-dire la suppression d’un jour férié, en l’occurrence le lundi de Pentecôte. L’équivalent de la masse salariale correspondant à cette journée devant être versé par les entreprises et administrations à une caisse spécifique pour aider au financement de mesures en faveur des personnes dépendantes, âgées ou handicapées. Le tollé suscité par sa mise en oeuvre en 2005 a conduit à un assouplissement du dispositif : latitude a été donnée aux employeurs de choisir, en accord avec les syndicats, la date de cette journée, le lundi de Pentecôte s’imposant faute de consensus. Aujourd’hui, les modes de participation à cette soi-disant solidarité sont très variables d’une entreprise à l’autre (journée travaillée, suppression d’un jour de congé, de RTT ou, rarement, « cadeau » de ce lundi aux salariés), aggravant ainsi les lourdes inégalités existantes.

La ferme opposition des syndicats

Après que le nouveau gouvernement, par la voix de son ministre du Travail, Xavier Bertrand, a affirmé qu’en « aucun cas le principe ne sera remis en cause », l’ensemble des confédérations syndicales ont redit cette semaine leur très ferme opposition à cette mesure. « Alors que ce gouvernement n’a plus qu’un slogan à la bouche, "travailler plus pour gagner plus", il n’hésite pas à reprendre à son compte un dispositif qui revient, pour tous les salariés, à "travailler plus pour ne rien gagner" », remarque la CGT. À l’instar de la CFDT, tous les syndicats relèvent « l’injustice » de cette décision qui « fait essentiellement reposer la solidarité sur la contribution des salariés ». FO et la CGT en réclament le retrait et la CFTC a même déposé un préavis de grève contre cette « journée de corvée ». D’autant qu’elle s’avère, de surcroît, « inefficace » pour résoudre le problème visé. Ces organisations, mais aussi l’Association des directeurs au service des personnes âgées, présidée par Pascal Champvert, et la Fédération des associations de personnes âgées et leurs familles, soulignent ainsi l’extrême insuffisance de cette « réponse » aux besoins induits par le phénomène de la dépendance. Le produit de la journée de « solidarité », versé dans une caisse spécifique (CNSA), avoisine 1,9 milliard d’euros. Soit, notons-le au passage, l’équivalent des dettes de l’État envers la Sécurité sociale (2,3 milliards d’euros, correspondant aux exonérations de cotisations sociales attribuées aux entreprises, et non compensées par l’État)...

« de nouveaux financements »

La prise en charge des personnes âgées, à domicile et en établissement, ainsi que des handicapés, à hauteur des nécessités, appelle « de nouveaux financements ». Dans cette optique, l’association de Pascal Champvert « réitère sa demande d’une grande conférence nationale réunissant pouvoirs publics, partenaires sociaux et acteurs du secteur, afin de définir le niveau et la nature » de ces financements. Et la CGT relance sa demande d’une « réforme d’ensemble du financement de l’assurance-maladie et de la protection sociale ».

Yves Housson

"L'Humanité ", 26 mai 2007

Partager cet article

Repost 0

commentaires