Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • : Andrée OGER est maire honoraire de Croth, conseillère départementale de Saint André de l'Eure et chevalier de la Légion d'Honneur.
  • Contact

Rendez-vous

Fête de l'Huma 2016

Vendredi 10, samedi 11 et dimanche 12 septembre
Parc du Bourget
3 jours : 35 €
    

   ------------------------------ 

 

Salaires et pensions à la traîne, prix et loyers en hausse, profits et actionnaires qui explosent...

 

Front Uni 

contre la vie chère !

   

Campagne de pétition lancée par le PCF

pour exiger de meilleurs salaires, une hausse des minimas sociaux,

 pour exiger des baisses de TVA, un blocage des prix et des loyers

pour taxer les profits et le grandes fortunes
  

Demandez la pétition !

Signez la en ligne sur le site de la Fédération euroise du PCF : www.27.pcf.fr !

Participez au rassemblement devant Bercy (ministère des finances), vendredi 3 juin à 15 h !

Campagne contre la vie chère - affiche PCF 2011
------------------------------------------------
Contre la privatisation de La Poste !

Les communistes adhèrent au Comité Départemental de Défense de La Poste
(cliquez sur l'image !)  


- - - - - - - - - - - - - -

 
 
------------------------------------------------
CRISE : que proposent les communistes ?







 

"Sarkozy a été élu par des pauvres qui se lèvent tôt pour aller faire la fête avec des riches qui se couchent tard".
-------------------------------------------
 Des idées, des vidéos, des sondages sur le site www.sortirdelacrise.tv 
 
-------------------------------------------------
ADN-r--sistance.jpg


 

 














 


ensemble-2.jpg
 

Recherche

Texte libre

Je définirais la mondialisation comme la liberté pour mon groupe d’investir où il veut, le temps qu’il veut, pour produire ce qu’il veut, en s’approvisionnant et en vendant où il veut, et en ayant à supporter le moins de contraintes possibles en matière de droit du travail et de conventions sociales.

P.Barnevick, ancien président de la multinationale ABB. 

Pour moi, un réactionnaire c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est dans l’ordre naturel des choses. Un conservateur, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui pense qu’on n’y peut rien. Un progressiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est injuste. Un communiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui est prêt à faire pour eux ce qu’il ferait pour ses propres enfants.

Ibrahim,
Cuba, un soir lors d’une conversation inoubliable.

 

-------------------------

 

« La dette publique, en d’autres termes l’aliénation de l’État, qu’il soit despotique, constitutionnel ou républicain, marque de son empreinte l’ère capitaliste.
La seule partie de la soi-disant richesse nationale qui entre réellement dans la possession collective des peuples modernes, c’est leur dette publique »

 

Karl MARX 

 

-------------------------

Nouvelles permanences d'Andrée OGER :

 

 

 

Vous pouvez prendre rendez-vous avec Andrée OGER en contactant son secrétariat au 02.32.31.96.25

 

- Mairie de Saint André : les lundis de 17 h à 19 h

- Salle des Fêtes d'Ezy-sur-Eure: les vendredis de 17 h à 19 h

 

-------------------------------------------------------

Dernier tract des communistes
du sud de l'Eure

 (cliquer sur l'image)

 

  Tract St André Septembre 2013 - Recto

 Tract St André Septembre 2013 - Verso

 

 

 ----------------------------------------------------

----------------------------------------

Nouille2.jpeg


----------------------------------------------



 

 

1)

  

 

1)      

         

 

Ebuzzing - Top des blogs - Société

20 juin 2007 3 20 /06 /juin /2007 17:50

Le bol d’air des législatives permet aux communistes d’aborder leur congrès extraordinaire plus sereinement.

Ce résultat « nous donne des responsabilités », déclarait dès dimanche soir Marie-George Buffet en se projetant immédiatement dans l’après-élections. Selon elle, il s’agit pour le PCF et pour toute la gauche de faire barrage, à l’Assemblée nationale, à la politique antisociale de la droite, mais aussi de « créer les conditions d’un réveil de la gauche ». Si la secrétaire nationale du PCF a pu se féliciter du « très beau résultat » de son parti, ce n’est donc pas pour rendre moins pressantes les questions qui, au lendemain de la présidentielle marquée par le score le plus bas du parti dans cette élection, avaient mené à la convocation d’un congrès extraordinaire. Mais avec 18 députés élus dans les circonscriptions métropolitaines, un résultat nettement au-dessus de la fourchette de 5 à 15, donnée par les sondeurs, le PCF dément tous ceux qui spéculaient déjà sur sa mort et aborde certainement plus sereinement le travail de fond qu’il s’est fixé pour les mois qui viennent.

Le premier tour des législatives, et les 4,7 % réalisés par l’ensemble des candidats communistes, signalait un sursaut par rapport à la présidentielle. Le PCF a néanmoins perdu alors trois députés, deux au profit du Parti socialiste, à Marseille et à Aubervilliers-La Courneuve, en Seine-Saint-Denis, un autre dans l’Isère à la suite de la division des communistes eux-mêmes qui avaient deux candidats concurrents. Au deuxième tour le PCF est partie prenante du redressement de toute la gauche et apparaît très rassembleur. Partout ses candidats réunissent plus de suffrages que l’ensemble des voix de gauche du premier tour, parfois beaucoup plus (5 %, 6 %), une capacité de rassemblement qui n’est pas démentie dans l’Hérault avec la perte du siège de François Liberti (le candidat de l’UMP a été élu grâce à un très bon report de voix du FN qui, contrairement à la fois précédente, n’a pas provoqué de triangulaire). Et des progrès, parfois spectaculaires, des candidats du PCF ont pu être enregistrés. Ainsi le président de l’Association nationale des élus communistes et républicains, André Chassaigne, qui avait au premier tour doublé son score de 2002, est réélu avec 65,90 % des voix contre 51,3 % en 2002. Il dépasse de près de 10 points le total des voix de gauche du premier tour.

Au total, autant de circonscriptions que lors des législatives précédentes mettent cette fois le PCF à plus de 5 %. Pour Michel Laurent, en charge des fédérations à la direction du Parti, « le paysage ne change pas par rapport à 2002. Le PCF garde une implantation nationale, mais des faiblesses se confirment quand le seuil de crédibilité n’est pas atteint ». Selon lui, il apparaît que les bons résultats et les progrès sont directement liés à l’activité de terrain, à la présence de candidats implantés de longue date, qu’ils soient soutenus par le PCF seul ou par le PCF et des collectifs antilibéraux. « Ce deuxième tour des législatives donne de l’air mais il ne faudrait surtout pas en tirer la conclusion qu’il n’y a pas de problème pour la gauche, et, dans la gauche, pas de problème pour le PCF », estime-t-il.

Le second tour a surpris dans tous les camps. Il marque aussi le fait que, lorsque la gauche réussit à être un peu plus audible sur les questions sociales, elle peut être plus forte, retrouver une assise dans les quartiers populaires, chez les jeunes. Quels sont les ressorts de ces mobilisations ou de ces démobilisations ? Quel projet de transformation sociale construire ? Avec quelle gauche ? Avec quelle place, quel rôle des communistes ? L’idée communiste a-t-elle un sens au XXIe siècle ? Les militants communistes ont décidé, avec leur congrès extraordinaire, de mettre toutes ces questions en débat dans leur parti et dans la société. Et l’enchaînement des événements des derniers mois, l’expérience de ces élections ont fait monter, à tous les niveaux du PCF, la détermination à écarter toutes les classifications préétablies pour donner toutes leurs chances à une réflexion de fond et à l’élaboration de réponses efficace. Huistes, majoritaires, refondateurs, orthodoxes..., les observateurs qui en resteraient là risquent fort dans ces conditions de perdre le fil du débat.

Jacqueline Sellem, "L'Humanité", mardi 19 juin

Partager cet article

Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article

commentaires