Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • : Andrée OGER est maire honoraire de Croth, conseillère départementale de Saint André de l'Eure et chevalier de la Légion d'Honneur.
  • Contact

Rendez-vous

Fête de l'Huma 2016

Vendredi 10, samedi 11 et dimanche 12 septembre
Parc du Bourget
3 jours : 35 €
    

   ------------------------------ 

 

Salaires et pensions à la traîne, prix et loyers en hausse, profits et actionnaires qui explosent...

 

Front Uni 

contre la vie chère !

   

Campagne de pétition lancée par le PCF

pour exiger de meilleurs salaires, une hausse des minimas sociaux,

 pour exiger des baisses de TVA, un blocage des prix et des loyers

pour taxer les profits et le grandes fortunes
  

Demandez la pétition !

Signez la en ligne sur le site de la Fédération euroise du PCF : www.27.pcf.fr !

Participez au rassemblement devant Bercy (ministère des finances), vendredi 3 juin à 15 h !

Campagne contre la vie chère - affiche PCF 2011
------------------------------------------------
Contre la privatisation de La Poste !

Les communistes adhèrent au Comité Départemental de Défense de La Poste
(cliquez sur l'image !)  


- - - - - - - - - - - - - -

 
 
------------------------------------------------
CRISE : que proposent les communistes ?







 

"Sarkozy a été élu par des pauvres qui se lèvent tôt pour aller faire la fête avec des riches qui se couchent tard".
-------------------------------------------
 Des idées, des vidéos, des sondages sur le site www.sortirdelacrise.tv 
 
-------------------------------------------------
ADN-r--sistance.jpg


 

 














 


ensemble-2.jpg
 

Recherche

Texte libre

Je définirais la mondialisation comme la liberté pour mon groupe d’investir où il veut, le temps qu’il veut, pour produire ce qu’il veut, en s’approvisionnant et en vendant où il veut, et en ayant à supporter le moins de contraintes possibles en matière de droit du travail et de conventions sociales.

P.Barnevick, ancien président de la multinationale ABB. 

Pour moi, un réactionnaire c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est dans l’ordre naturel des choses. Un conservateur, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui pense qu’on n’y peut rien. Un progressiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est injuste. Un communiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui est prêt à faire pour eux ce qu’il ferait pour ses propres enfants.

Ibrahim,
Cuba, un soir lors d’une conversation inoubliable.

 

-------------------------

 

« La dette publique, en d’autres termes l’aliénation de l’État, qu’il soit despotique, constitutionnel ou républicain, marque de son empreinte l’ère capitaliste.
La seule partie de la soi-disant richesse nationale qui entre réellement dans la possession collective des peuples modernes, c’est leur dette publique »

 

Karl MARX 

 

-------------------------

Nouvelles permanences d'Andrée OGER :

 

 

 

Vous pouvez prendre rendez-vous avec Andrée OGER en contactant son secrétariat au 02.32.31.96.25

 

- Mairie de Saint André : les lundis de 17 h à 19 h

- Salle des Fêtes d'Ezy-sur-Eure: les vendredis de 17 h à 19 h

 

-------------------------------------------------------

Dernier tract des communistes
du sud de l'Eure

 (cliquer sur l'image)

 

  Tract St André Septembre 2013 - Recto

 Tract St André Septembre 2013 - Verso

 

 

 ----------------------------------------------------

----------------------------------------

Nouille2.jpeg


----------------------------------------------



 

 

1)

  

 

1)      

         

 

Ebuzzing - Top des blogs - Société

24 octobre 2013 4 24 /10 /octobre /2013 10:05

La bonne nouvelle est tombée hier : l'économie espagnole est sortie de récession !

C'est donc bientôt fini ! Ceux qui dénoncent depuis des années les méfaits du capitalisme, ou seulement du libéralisme, et les dangers de l'austérité à la sauce européenne, se sont trompés. Finalement, le gros de la crise est derrière nous.

Il aura suffi d'un nombre pour que certains journalistes s'emballent : 0,1.

0,1, c'est le pourcentage de croissance de l'économie espagnole au troisième trimestre de cette année. C'est le premier chiffre positifs depuis des années et cela suffit aux économistes pour parler de sortie de récession.

0,1 %, c'est pourtant pas grand chose ! C'est même rien du tout. Mais, comme dit le proverbe, "quand on a pas de grives, on mange des merles" !

C'est qu'en France, les chiffres sont moroses. Comme partout en Europe.

Chercher ailleurs un frémissement, LE chiffre "positif", et voilà nos "experts" en austérité qui poussent des cris de joies en affirmant "on vous l'avait bien dit !".

Un chiffre moins mauvais en Espagne suffirait donc à valider les politiques économiques d'austérité et de dérégulation du marché du travail qui s'accélèrent en France et en Europe ?

C'est en fait la méthode Coué !

Car, s'il vaut mieux pour l'Espagne une croissance de 0,1 % qu'une décroissance de 0,1 %, la faiblesse de l'économie espagnole est toujours évidente : plus d'un quart des travailleurs espagnols sont au chômage ! Plus de la moitié des moins de 25 ans !... il faudrait au moins 3 % de croissance pour inverser la spirale du chômage dans ce pays.

Cet été, le gouvernement régional d'Andalousie (sud de l'Espagne) a dû ouvrir les cantines scolaires pour s'assurer que les enfants auraient au moins un vrai repas par jour ! Le chômage touche 37 % de la population dans cette région pourtant riche en sites touristiques et en terres agricoles.

Et puis, qui nous dit que l'économie espagnole ne va pas replonger dans les mois à venir ?

Mais alors ? Si cette annonce n'est pas si glorieuse, pourquoi en parler ?

A vrai dire, si on regarde les chiffres français, ce n'est pas la fête du tout.

Après "l'erreur" de publication des chiffres du chômage en août, ceux du mois de septembre s'annoncent mauvais. C'est le gouvernement qui le dit.

Avec une croissance de 0,2 % cette année, notre économie n'est pas non plus en grande forme !

Et les annonces de licenciements chez Alcatel, dans les abattoirs, chez Air France et dans d'autres entreprises, ne seront pas compensées par ce nouveau cache-misère qu'est le Contrat d'avenir.

La lutte, meilleur moyen de sauver l'emploi

Finalement, les bonnes nouvelles ne viennent que des entreprises où les salariés se battent pour l'emploi.

Citons à nouveau les papetiers d'Alizay (ex M-real) qui ont sauvé leur outil de travail et ont permis de recréer déjà 200 premiers emplois sur le site !

Mais d'autres montrent qu'il faut toujours s'accrocher : les Good-Year d'Amiens sont en passe de sauver la production de pneus agricoles et 330 emplois minimum après plusieurs années de lutte, contre le groupe de pneumatiques, mais aussi contre des autorités de l'Etat qui leur conseillait d'abandonner la lutte !

C'est aussi le cas des Fralib de Gémenos, près de Marseille, qui se battent depuis deux ans pour sauver la production de thés et tisanes ("Eléphant") que veut arrêter le groupe international Unilever ! Ils viennent à nouveau d'obtenir gain de cause au tribunal contre le Plan Social d'Entreprise imposé par le groupe.

Et on peut aussi citer, parmi d'autres, les courageux pétroliers de Pétroplus à Grand Couronne, qui s'accrochent toujours au projet de relance de leur raffinerie... avec le soutien politique désormais limité aux communistes depuis que les socialistes, et le premier d'entre eux François Hollande, les aient oubliés l'élection présidentielle passée !

Purge austéritaire

Les purges économiques, dignes des pires médecins du théâtre de Molière que nous assènent successivement droite et socialistes selon les dogmes académiques d'un libéralisme auquel on ne pourrait échapper, ces purges assèchent notre économie et les comptes de l'Etat.

L'austérité est à la santé de l'économie ce que les purges et les saignées étaient à la santé des malades du temps de Molière : des remèdes pires que le mal qu'ils sont sensés combattre !

D'ailleurs, le journal britannique "Times" avait comme éditorial, le 15 octobre dernier, un article intitulé "L'erreur de l'austérité".

Ce journal de référence, bien loin du marxisme et des idées socialistes, y affirme que "Les opposants à l'austérité ont affirmé que les gouvernements qui essayaient de réduire leur déficit budgétaire trop vite et de manière trop importante, au milieu d'une profonde récession, allaient inutilement la prolonger et l'aggraver. Les données économiques récentes offrent de multiples raisons de croire que c'est exactement ce qui se passe en Europe."

Et le journal de citer une étude de la Banque d'Angleterre (bastion peu connu des communistes ?) qui irait dans ce sens.

Et le journal de pronostiquer un chômage durable en Europe car "Cette erreur de l'austérité pourrait nuire aux perspectives de millions d'européens qui luttent pour trouver du travail. (...) beaucoup pourraient rester dans cette situation des années".

Mais la réalité, c'est que ces politiques austéritaires n'ont pas pour finalité de résoudre le problème du chômage, ni même celui des déficits publics.

L'austérité sert avant tout les intérêts capitalistes, ceux des grandes richesses, gros actionnaires et grands patrons, qui tentent de préserver leurs marges bénéficiaires au sein d'un système capitaliste qui a provoqué une gigantesque crise immobilière puis financière en 2008.

L'austérité est aujourd'hui une arme au service du capital dans l'éternelle lutte des classes qui l'oppose aux travailleurs. C'est d'ailleurs bien ce qu'affirmait François Hollande lui-même durant sa campagne électorale de 2012, notamment en désignant "(mon) ennemi, c'est la finance !".

L'austérité ne visant pas à résoudre la crise économique et ne permettant pas de réduire le chômage, on comprend mieux cette frénésie politique et médiatique autour de petits signes positifs comme ce poussif 0,1 % de croissance en Espagne : donner l'impression au peuple que les politiques d'austérité portent 'enfin) leurs fruits, que la crise va (peut-être) bientot se terminer !

Les gouvernements et les médias savent bien qu'il n'y a pas de fatalité à la crise ni à l'austérité et que si le peuple se levait pour exiger une autre politique, populaire et sociale, ils ne pourraient rien faire. Leur seule arme, c'est de faire croire malgré tout à une fatalité de l'austérité et d'offrir, de temps en temps, des moments d'espoir. Un rôle de propagande et d'endoctrinement attribué à l'école puis aux médias depuis toujours.

En leurs temps, les rois et l'aristocratie religieuse de la très riche église catholique endormaient leurs sujets en leur annonçant un avenir heureux... après leur mort, où les "derniers" deviendraient "les premiers".

En 1974, le libéral Valéry Giscard d'Estaing, président de la république, annonçait entre-apercevoir "le bout du tunnel" au début d'une crise capitaliste... qui s'aggrave d'années en années.

Réveillons-nous ! la sortie de crise ne viendra pas de ceux qui l'ont causée et qui en profitent pour s'enrichir un peu plus sur notre dos !

Ce qui est en cause aujourd'hui, c'est bien une orientation politique qui fait la pert belle à la préservation des intérêts économiques d'une minorité de nantis, au détriment de l'économie nationale et du bien-être des citoyens de ce pays.

Solidaires, nous sommes des millions. Nous pouvons imposer une rupture avec des décennies de régresion sociale et de développement du chômage et de la précarité.

Notre avenir n'est pas dans les mains d'une poignée de grands patrons et de quelques dizaines de leaders politiques, de la sociale-démocratie à l'extrême-droite, acquis à leur cause.

Notre avenir est entre nos mains, dans nos luttes, nos solidarités et notre mobilisation dans les urnes autour des candidats de la rupture avec le libéralisme.

Partager cet article

Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article

commentaires