Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • : Andrée OGER est maire honoraire de Croth, conseillère départementale de Saint André de l'Eure et chevalier de la Légion d'Honneur.
  • Contact

Rendez-vous

Fête de l'Huma 2016

Vendredi 10, samedi 11 et dimanche 12 septembre
Parc du Bourget
3 jours : 35 €
    

   ------------------------------ 

 

Salaires et pensions à la traîne, prix et loyers en hausse, profits et actionnaires qui explosent...

 

Front Uni 

contre la vie chère !

   

Campagne de pétition lancée par le PCF

pour exiger de meilleurs salaires, une hausse des minimas sociaux,

 pour exiger des baisses de TVA, un blocage des prix et des loyers

pour taxer les profits et le grandes fortunes
  

Demandez la pétition !

Signez la en ligne sur le site de la Fédération euroise du PCF : www.27.pcf.fr !

Participez au rassemblement devant Bercy (ministère des finances), vendredi 3 juin à 15 h !

Campagne contre la vie chère - affiche PCF 2011
------------------------------------------------
Contre la privatisation de La Poste !

Les communistes adhèrent au Comité Départemental de Défense de La Poste
(cliquez sur l'image !)  


- - - - - - - - - - - - - -

 
 
------------------------------------------------
CRISE : que proposent les communistes ?







 

"Sarkozy a été élu par des pauvres qui se lèvent tôt pour aller faire la fête avec des riches qui se couchent tard".
-------------------------------------------
 Des idées, des vidéos, des sondages sur le site www.sortirdelacrise.tv 
 
-------------------------------------------------
ADN-r--sistance.jpg


 

 














 


ensemble-2.jpg
 

Recherche

Texte libre

Je définirais la mondialisation comme la liberté pour mon groupe d’investir où il veut, le temps qu’il veut, pour produire ce qu’il veut, en s’approvisionnant et en vendant où il veut, et en ayant à supporter le moins de contraintes possibles en matière de droit du travail et de conventions sociales.

P.Barnevick, ancien président de la multinationale ABB. 

Pour moi, un réactionnaire c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est dans l’ordre naturel des choses. Un conservateur, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui pense qu’on n’y peut rien. Un progressiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est injuste. Un communiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui est prêt à faire pour eux ce qu’il ferait pour ses propres enfants.

Ibrahim,
Cuba, un soir lors d’une conversation inoubliable.

 

-------------------------

 

« La dette publique, en d’autres termes l’aliénation de l’État, qu’il soit despotique, constitutionnel ou républicain, marque de son empreinte l’ère capitaliste.
La seule partie de la soi-disant richesse nationale qui entre réellement dans la possession collective des peuples modernes, c’est leur dette publique »

 

Karl MARX 

 

-------------------------

Nouvelles permanences d'Andrée OGER :

 

 

 

Vous pouvez prendre rendez-vous avec Andrée OGER en contactant son secrétariat au 02.32.31.96.25

 

- Mairie de Saint André : les lundis de 17 h à 19 h

- Salle des Fêtes d'Ezy-sur-Eure: les vendredis de 17 h à 19 h

 

-------------------------------------------------------

Dernier tract des communistes
du sud de l'Eure

 (cliquer sur l'image)

 

  Tract St André Septembre 2013 - Recto

 Tract St André Septembre 2013 - Verso

 

 

 ----------------------------------------------------

----------------------------------------

Nouille2.jpeg


----------------------------------------------



 

 

1)

  

 

1)      

         

 

Ebuzzing - Top des blogs - Société

28 février 2014 5 28 /02 /février /2014 09:37

Pendant que nos médias et gouvernements occidentaux soutiennent l'opposition au Vénézuéla et les putchistes en Ukraine, ils oublient de dénoncer les assassinats politiques qui se multiplient en Colombie et menacent d'envoyer des troupes pour mater la révolte populaire en Bosnie.

Cette situation assez caricaturale de deux poids - deux mesures, indique finalement assez clairement que les engagements "démocrates" de l'Europe et de nos médias sont liés en premier chef aux intérêts géostratégiques du capitalisme européen. L'Union européenne soutient ceux qui servent mes multinationales. Les médias servent d'outils de communication pour formater les esprits.

Ce n'est pas la première fois que nous parlons du traitement caricatural de nos médias au sujet du Vénézuéla. Du temps de Hugo Chavez, combien de fois avons-nous entendu présenté ce pays et son gouvernement comme dictatoriaux ?

La réalité actuelle du Vénézuéla , c'est une tentative majoritaire de changer le cours du destin d'un peuple, de reprendre pour les intérêts populaires des richesses qui, autrefois, ne servaient qu'à enrichir une caste bourgeoise descendant des colons espagnols et des multinationales étrangères. La voie démocratique et pacifique choisie par Chavez et le peuple vénézuélien montre ses limites face à une bourgoisie qui contrôle encore l'essentiel de l'appareil productif, le système de distribution et les médias privés.

Dans le pays voisin, la Colombie, la normalisation politique semble toujours aussi complexe. Fidèle allié régional des Etats-Unis, la Colombie continue d'être divisée entre un Etat au service d'une minorité nantie et une opposition armée marxiste, qu'il s'agisse des FARC ou de l'ELN. Narcotrafiquants, milices d'extrême-droite et propriétaires terriens font la loi dans ce pays.

Rien que depuis 2012, ce sont 30 militants de la "Marcha Patriotica" qui ont été assassiné dans ce pays. Ce mouvement est une tentative de remettre les rebelles armés dans le champs politique. Autant dire que ces assassinats sont un signal pour indiquer aux guerrilleros qu'ils risquent leur vie s'ils déposent les armes. La même chose s'était déjà passée il y a vingt ans avec l'Union Patriotique.

Mais, alors que les émeutes d'une minorité d'étudiants et de militants occupent le devant de la scène médiatique française, et que le gouvernement vénézuélien est taxé de violences contre son peuple, la Colombie bénéficie quant à elle d'un silence médiatique complet. Un silence qui en dit long sur les choix idéologiques qui gouvernent l'indignation sélective de nos médias.

Même chose en Europe !

Pendant des mois, les événements en Ukraine ont fait l'objet de traitements médiatiques orientés, clairement en faveur de l'opposition. Cela malgré la nature de cette opposition, son noyautage par l'extrême-droite néo-nazie et son caractère électorale minoritaire ! Aujourd'hui, les nombreuses exactions de ces militants et les premières décisions de leur gouvernement ont de quoi inquiéter. Pourtant, c'est toujours ce même discours complaisant et cet appui complet qui prime dans nos gouvernements occidentaux et dans nos médias !

A l'inverse, les multiples manifestations de colère en Bosnie sont escamotées ou présentées brièvement, de manière caricaturale.

Dans ce pays, issu de l'éclatement de la Yougoslavie, le pouvoir a été réparti de manière ethnique, institutionnalisant une séparation ethnique entre bosniaques musulmans, serbes et croates, pour le plus grand bénéfice des partis politiques nationalistes de chaque camp.

Mais, la Bosnie, comme le reste des Balkans, c'est avant tout le chômage et la misère après l'effondrement de la Yougoslavie et les guerres qui ont suivi. Il va sans dire que là-bas aussi, la clique dirigeante a, elle, bénéficié des fruits de ces conflits pour s'enrichir.

Et c'est la particularité du mouvement bosniaque actuel : il se rebelle contre les tentatives en cours de briser les dernières entreprises industrielles, par delà les séparations ethniques et géographiques. De grèves en manifestations, de saccages de sièges de partis nationalistes en occupation de sièges administratifs, le mouvement perdure. Des manifestations de soutien ont lieu en Croatie et en Serbie, un symbole même si le nombre de participants reste modeste.

Et là, curieusement, quelle position prend l'Union européenne ?

Elle annonce qu'elle utilisera ses troupes présentes sur place (la KFOR) pour intervenir si jamais le mouvement s'étendait !

En clair, en Bosnie, le peuple doit fermer sa gueule et subir les politiques nationalistes sans réagir !

Il y a donc là aussi un apparent paradoxe en un soutien total à des manifestations de rue en Ukraine et un rejet de ces même manifestations de rue en Bosnie. Un apparent paradoxe qui s'explique, là encore, par la soumission du pouvoir bosniaque aux intérêts des entreprises européennes : le milieu bancaire bosniaque est tombé dans l'escarcelle autrichien, par exemple.

Le traitement médiatique des événements dans le monde, comme en France, ne peut pas être neutre.

Le choix des sujets traités et, donc, le choix des sujets mis de côté, est déjà un choix politique.

Le traitement de ces sujets en est un autre.

L'Europe, la France, vivent dans l'apparence de la démocratie et de médias libres.

La propagande massive et organisée des médias, le modèle de consommation insinué dès l'enfance dans l'esprit des européens, le système politique qui favorise les deux pôles de consensus avec les milieux économiques, tout concourre au maintien d'un système politique et économique qui profite allègrement des richesses du continent.

Le rejet des partis par les peuples, en France comme ailleurs, n'est que l'expression de cette désillusion d'une population qui sent  qu'elle n'a aucune prise sur les événements par la voie parlementaire.

Le mouvement communiste est justement là pour ça, pour redonner la parole et le pouvoir au peuple, en reprenant à la fois le contrôle de l'appareil politique et celui de l'appareil économique. Ce que font finalement les vénézuéliens.

Partager cet article

Repost 0
Published by Solidaire - dans Dans le Monde
commenter cet article

commentaires