Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • : Andrée OGER est maire honoraire de Croth, conseillère départementale de Saint André de l'Eure et chevalier de la Légion d'Honneur.
  • Contact

Rendez-vous

Fête de l'Huma 2016

Vendredi 10, samedi 11 et dimanche 12 septembre
Parc du Bourget
3 jours : 35 €
    

   ------------------------------ 

 

Salaires et pensions à la traîne, prix et loyers en hausse, profits et actionnaires qui explosent...

 

Front Uni 

contre la vie chère !

   

Campagne de pétition lancée par le PCF

pour exiger de meilleurs salaires, une hausse des minimas sociaux,

 pour exiger des baisses de TVA, un blocage des prix et des loyers

pour taxer les profits et le grandes fortunes
  

Demandez la pétition !

Signez la en ligne sur le site de la Fédération euroise du PCF : www.27.pcf.fr !

Participez au rassemblement devant Bercy (ministère des finances), vendredi 3 juin à 15 h !

Campagne contre la vie chère - affiche PCF 2011
------------------------------------------------
Contre la privatisation de La Poste !

Les communistes adhèrent au Comité Départemental de Défense de La Poste
(cliquez sur l'image !)  


- - - - - - - - - - - - - -

 
 
------------------------------------------------
CRISE : que proposent les communistes ?







 

"Sarkozy a été élu par des pauvres qui se lèvent tôt pour aller faire la fête avec des riches qui se couchent tard".
-------------------------------------------
 Des idées, des vidéos, des sondages sur le site www.sortirdelacrise.tv 
 
-------------------------------------------------
ADN-r--sistance.jpg


 

 














 


ensemble-2.jpg
 

Recherche

Texte libre

Je définirais la mondialisation comme la liberté pour mon groupe d’investir où il veut, le temps qu’il veut, pour produire ce qu’il veut, en s’approvisionnant et en vendant où il veut, et en ayant à supporter le moins de contraintes possibles en matière de droit du travail et de conventions sociales.

P.Barnevick, ancien président de la multinationale ABB. 

Pour moi, un réactionnaire c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est dans l’ordre naturel des choses. Un conservateur, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui pense qu’on n’y peut rien. Un progressiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est injuste. Un communiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui est prêt à faire pour eux ce qu’il ferait pour ses propres enfants.

Ibrahim,
Cuba, un soir lors d’une conversation inoubliable.

 

-------------------------

 

« La dette publique, en d’autres termes l’aliénation de l’État, qu’il soit despotique, constitutionnel ou républicain, marque de son empreinte l’ère capitaliste.
La seule partie de la soi-disant richesse nationale qui entre réellement dans la possession collective des peuples modernes, c’est leur dette publique »

 

Karl MARX 

 

-------------------------

Nouvelles permanences d'Andrée OGER :

 

 

 

Vous pouvez prendre rendez-vous avec Andrée OGER en contactant son secrétariat au 02.32.31.96.25

 

- Mairie de Saint André : les lundis de 17 h à 19 h

- Salle des Fêtes d'Ezy-sur-Eure: les vendredis de 17 h à 19 h

 

-------------------------------------------------------

Dernier tract des communistes
du sud de l'Eure

 (cliquer sur l'image)

 

  Tract St André Septembre 2013 - Recto

 Tract St André Septembre 2013 - Verso

 

 

 ----------------------------------------------------

----------------------------------------

Nouille2.jpeg


----------------------------------------------



 

 

1)

  

 

1)      

         

 

Ebuzzing - Top des blogs - Société

17 septembre 2013 2 17 /09 /septembre /2013 10:22

Entre Fillon qui met à égalité PS et FN et des sondages qui montre la proximité idéologique entre électeurs FN et UMP, il y a de quoi craindre pour l'avenir de la France !

Certains nostalgiques de l'OAS ou de Pétain voient déjà leur revanche arriver sur leurs défaite face aux républicains et démocrates. On est pourtant loin de la coupe aux lèvres !

Le travail de Marine Le Pen porte ses premiers fruits : de plus en plus de français ont un regard sympathique sur la fille du fondateur du parti d'extrême-droite, l'ancien tortionnaire d'Algérie, Jean-Marie Le Pen. Entre discours plus nuancé et récupération de thèmes de gauche (comme les retraites), l'héritière Le Pen reprend la stratégie qui a permis le développement du mouvement fasciste italien et du national-socialisme allemand.

FN en hausse mais toujours marginalisé

Cependant, si ce travail amène le FN et son hégérie à des niveaux jamais atteints dans les sondages, la banalisation de l'extrême-droite n'est pas réalisée. Beaucoup de français se souviennent encore de leurs cours d'Histoire de la Seconde guerre mondiale et des dangers que représentent les théories racistes et autoritaires du FN.

Selon un sondage BVA paru ce mois-ci, 34 % des français auraient une bonne opinion de Marine Le Pen et 31 % considèreraient envisageable de voter pour elle. Ces "bons" résultats progressent respectivement de 8 % et 5 % par rapport au sondage précédent de mars 2011.

Ces inquiétants résultats sont à prendre en considération et doivent justifier une vigoureuse réaction des démocrates.

Il faut quand même nuancer cette poussée car les thèses d'extrême-droite restent toujours minoritaires en France. Heureusement !

Ainsi, toujours dans le même sondage BVA sur Marine Le Pen, 65% des Français ont une mauvaise opinion d’elle. 67% des Français ne pourraient en aucun cas voter pour elle lors de la prochaine élection présidentielle et trois-quarts des Français ne lui feraient pas confiance pour gouverner le pays !

Un peu de pédagogie permettrait aussi d'ouvrir les yeux aux 21 % de français qui considèrent ses idées comme différentes de celles de son père. Comme si celui-ci avait pu laisser SON parti dans les mains d'une "dissidente" ? !...

54 % des français continuent de considérer que le Front National ne peut pas être considéré comme un "parti comme les autres". Entendez par là : un parti "républicain".

Canibalisation de l'UMP par le FN

Ce que nous apprennent par contre ces sondages, c'est que la croissance du Front National se fait par la porosité de plus en plus grande entre les électorats de la droite UMP et du Front National.

La banalisation du FN se fait au sein de la droite alors que les électeurs de gauche rejettent massivement les thèses fascistes.

70 % des électeurs UMP considèrent le FN comme un parti "comme les autres".

40 % seraient prêts à voter pour elle (15 % de plus qu'en février 2011 !).

55 % pensent qu'elle ferait une politique "meilleure" que le Parti socialiste !

Quand on interroge les électeurs de gauche, les résultats sont tout autres et le FN recule même dans cet électorat où seuls 7 % des sondés envisageraient de voter pour elle contre 14 % en 2011 !

Tous ces chiffres sont les signes d'une perte de repères de l'électorat de droite, UMP essentiellement. La digue républicaine maintenue sous Chirac a partiellement sauté et certains électeurs (et militants) UMP voient désormais le FN et ses thèses d'un bon œil.

Il faut dire que les années Sarkozy ont été l'occasion d'une véritable droitisation de l'UMP, d'un alignement sur les théories néo-conservatrices. On l'a vu sur l'immigration (avec le tristement célèbre "ministère de l'identité nationale"), sur les droits sociaux ou sur les droits des homosexuels. La forte implication de l'UMP, bras dessus-bras dessous avec tout ce la France compte de nazillons, d'extrémistes religieux et d'homophobes, avait de quoi alerter !

Dans ce contexte, on comprend mieux les propos d'un François Fillon marginalisé par Copé au sein de l'appareil UMP. Pour se refaire une place au sein du parti, il opte pour  une stratégie de course vers la droite, histoire de s'attirer les sympathies des plus réactionnaires de ses militants.

Se faisant, François Fillon participe à l'entreprise de banalisation du FN. En considérant qu'il n'appellerait pas systématiquement à voter socialiste en cas de duel PS-FN, mais qu'il soutiendrait "le moin sectaire des candidats", il contribue à faire du FN un allié potentiel de la droite "républicaine", donc à lui donner légitimité, crédibilité et respectabilité.

Cette stratégie de Fillon que l'on a vu à l'œuvre avec Sarkozy, Guéant ou Hortefeux, est totalement suicidaire.

Historiquement, les gouvernements bourgeois de droite qui ont tenté de "contrôler" leur partis d'extrême-droite ont fini par être complètement dépassés par eux. C'est ce que nous ont montré les expériences allemandes et italiennes des années 20 et 30.

En Europe, la Hongrie montre l'exemple à ne pas suivre d'un gouvernement de droite qui s'aligne complètement sur l'extrême droite (Jobbik).

En France, depuis que l'extrême-droite est réapparue sur l'échiquier politique français (en 1983, il y a trente ans !), jamais la droite française n'a pu réduire son influence électorale en puisant des idées dans cette fange xénophobe ni en organisant d'alliances, officielle ou tacite, avec elle !

Ce que l'Histoire nous enseigne, c'est ce que traduisent aujourd'hui les sondages : la droite banalise l'extrême-droite et rend poreuses les frontières idéologiques puis électorales entre elle et le FN. Au final, c'est le FN qui siphonne l'électorat de droite.

Loin du cliché longtemps entretenu et absurde d'un électorat communiste passé au FN, c'est plutôt une dérive à droite de notre société qui entraine la poussée brune marine : un Parti socialiste glissant vers le social-libéralisme et une droite gaullliste évoluant vers le libéralisme conservateur, une droite conservatrice évoluant vers l'intolérance raciste,...

Si les communistes, et toute la gauche, a le devoir de démontrer au quotidien la proximité des thèses économiques et sociales de la droite et de l'extrême-droite, c'est avant tout au sein de la droite, notamment chez ses dirigeants nationaux, que doit surgir la volonté de se démarquer de l'extrême-droite au niveau moral et démocratique.

On ne manipule pas le diable contre ses adversaires : on finit par se faire bouffer par lui !

Partager cet article

Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article

commentaires

Eric RUIZ 17/09/2013 15:30


Le rapprochement entre droite et extrême-droite est à l'oeuvre depuis malheureusement très longtemps dans le sud de la France. Je l'ai vécu dans le Gard où j'ai vécu quelques années.


Et rappelons-nous de la fusion des listes RPR et FN aux régionales de 1988 en PACA !


La chasse aux immigrés et aux fonctionnaires promise par le FN détourne l'attention des véritables causes de l'effondrement économique de la France et des pays développés : la mondialisation
capitaliste qui a permis, via l'Europe, le GATT puis l'OMC, de contourner les législations nationales pour favoriser la libre circulation des capitaux et des biens donc la mise en concurrences
des travailleurs du monde entier entre eux.


Ceux qui profitent vraiment de la mondialisation et de la crise, ce ne sont pas les pauvres bougres qui prennent des risques fous pour venir taffer au noir en France ! Ce sont ces quelques
milliers de riches bourgeois bien de chez nous, comme Béttencourt, Lagardère, Arnaud,.. qui voit progresser leurs richesses d'années en années !

Solidaire 18/09/2013 09:53


Dans "extrême-droite", il y a "droite" ! Beaucoup de français, notamment chez les ouvriers et les employés, oublient ce "détail" : le FN est un parti de la droite extrême. Le programme de ce parti
est donc logiquement de droite, c'est-à-dire libéral économiquement et conservateur socialement. Avec une dose d'autoritarisme et de racisme propre à ce courant idéologique. Ceux qui tentent
d'amalgamer les "extrêmes" (en y mettant un PCF qui ne se considère pas extrémiste mais passons) font volontairement de la confusion pour tromper les électeurs et leur laisser croire que le FN et
l'extrême-droite sont contre le "système" alors qu'ils en sont des défenseurs radicaux.