Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • : Andrée OGER est maire honoraire de Croth, conseillère départementale de Saint André de l'Eure et chevalier de la Légion d'Honneur.
  • Contact

Rendez-vous

Fête de l'Huma 2016

Vendredi 10, samedi 11 et dimanche 12 septembre
Parc du Bourget
3 jours : 35 €
    

   ------------------------------ 

 

Salaires et pensions à la traîne, prix et loyers en hausse, profits et actionnaires qui explosent...

 

Front Uni 

contre la vie chère !

   

Campagne de pétition lancée par le PCF

pour exiger de meilleurs salaires, une hausse des minimas sociaux,

 pour exiger des baisses de TVA, un blocage des prix et des loyers

pour taxer les profits et le grandes fortunes
  

Demandez la pétition !

Signez la en ligne sur le site de la Fédération euroise du PCF : www.27.pcf.fr !

Participez au rassemblement devant Bercy (ministère des finances), vendredi 3 juin à 15 h !

Campagne contre la vie chère - affiche PCF 2011
------------------------------------------------
Contre la privatisation de La Poste !

Les communistes adhèrent au Comité Départemental de Défense de La Poste
(cliquez sur l'image !)  


- - - - - - - - - - - - - -

 
 
------------------------------------------------
CRISE : que proposent les communistes ?







 

"Sarkozy a été élu par des pauvres qui se lèvent tôt pour aller faire la fête avec des riches qui se couchent tard".
-------------------------------------------
 Des idées, des vidéos, des sondages sur le site www.sortirdelacrise.tv 
 
-------------------------------------------------
ADN-r--sistance.jpg


 

 














 


ensemble-2.jpg
 

Recherche

Texte libre

Je définirais la mondialisation comme la liberté pour mon groupe d’investir où il veut, le temps qu’il veut, pour produire ce qu’il veut, en s’approvisionnant et en vendant où il veut, et en ayant à supporter le moins de contraintes possibles en matière de droit du travail et de conventions sociales.

P.Barnevick, ancien président de la multinationale ABB. 

Pour moi, un réactionnaire c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est dans l’ordre naturel des choses. Un conservateur, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui pense qu’on n’y peut rien. Un progressiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est injuste. Un communiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui est prêt à faire pour eux ce qu’il ferait pour ses propres enfants.

Ibrahim,
Cuba, un soir lors d’une conversation inoubliable.

 

-------------------------

 

« La dette publique, en d’autres termes l’aliénation de l’État, qu’il soit despotique, constitutionnel ou républicain, marque de son empreinte l’ère capitaliste.
La seule partie de la soi-disant richesse nationale qui entre réellement dans la possession collective des peuples modernes, c’est leur dette publique »

 

Karl MARX 

 

-------------------------

Nouvelles permanences d'Andrée OGER :

 

 

 

Vous pouvez prendre rendez-vous avec Andrée OGER en contactant son secrétariat au 02.32.31.96.25

 

- Mairie de Saint André : les lundis de 17 h à 19 h

- Salle des Fêtes d'Ezy-sur-Eure: les vendredis de 17 h à 19 h

 

-------------------------------------------------------

Dernier tract des communistes
du sud de l'Eure

 (cliquer sur l'image)

 

  Tract St André Septembre 2013 - Recto

 Tract St André Septembre 2013 - Verso

 

 

 ----------------------------------------------------

----------------------------------------

Nouille2.jpeg


----------------------------------------------



 

 

1)

  

 

1)      

         

 

Ebuzzing - Top des blogs - Société

21 janvier 2013 1 21 /01 /janvier /2013 10:22

Plus de quatre français sur dix considèrent l'Allemagne comme un modèle. Et pourtant ! Même les allemands n'en sont pas très fiers.

A force de marteler dans les médias que l'Allemagne est un modèle de vertu économique vers lequel il faudrait tendre, de nombreux français sont aujourd'hui convaincus que c'est vrai !

L'Allemagne a remplacé dans les médias les Etats-Unis, modèle libéral des années 80, puis le "tigre irlandais", modèle des années 90. Il faut dire que la réalité puis la crise ont démoli l'image de ces modèles.

A la différence des communistes qui, eux, en ont fini de l'idée de modèle avec la fin des "pays socialistes", les partisans du capitalisme doivent continuellement chercher un nouveau modèle pour faire croire au petit peuple qu'un capitalisme vertueux est possible, qu'il suffirait d'accepter de "petits sacrifices" pour bénéficier d'une économie dynamique qui vous rendrait le tout au centuple. L'équivalent économique du slogan religieux sur le Paradis : "les derniers seront les premiers". Ou de celui qui disait : "Heureux les pauvres d'esprits car le royaume des cieux est à eux !"...

Bref ! Après les Etats-Unis et l'Irlande, le modèle, c'est l'Allemagne !

Et de nous sortir régulièrement des fausses vérités sur l'industrie allemande, sur le dynamisme des exportations, sur le coût du travail forcément moins cher que chez nous et des salaires élevés qui attirent les frontaliers, info (contradictoire avec l'affirmation précédente mais bon !...

Pour conserver pur le modèle, il ne faut surtout pas trop fouillé, ne jamais remettre en question la réalité allemande ce qui amène parfois à oublier la vérité, voire à la pervertir.

C'est ainsi que personne ne nous parle des conséquences des réformes menées par Schröeder, le chancelier "social-démocrate" des années 90 sur la prise en charge des chômeurs. Sont oubliées les conséquences désastreuses de la réforme Hartz 4, combattue en son temps par les syndicats allemands, comme l'obligation pour les chômeurs d'accepter des boulots à 1 euro de l'heure ! (relire : Le modèle allemand : un pays riche peuplé de pauvres de plus en plus pauvres ).

Michaël Sommer, président d'IG Mettal, la puissante centrale syndicale allemande, s'indignait il y a peu du fait  que "l'Allemagne a le plus gros secteur d'emplois à bas salaire de toute l'Europe !". Un modèle pour les salariés ou pour les patrons ?

Et, évidemment, une réalité basique du capitalisme est elle aussi oubliée : pour qu'une économie exporte, il faut que d'autres économies importent ! Or, si des pays entrent en récession, ils importent moins et le pays qui exporte, lui aussi, finit par entrer en récession.

C'est ce que vit aujourd'hui la vertueuse et dynamique Allemagne de l'efficace Angela Merkel ! Avec 4,3 % de croissances en 2010, 3 % en 2011 et seulement 0,7 % en 2012, l'économie allemande connait un coup de frein énorme.

Même côté chômage, entre les chiffres officiels et les chiffres réels, les allemands ne font pas mieux que les français. Fin 2011, les 2,78 millions de chômeurs officiels englobent les 830 000 bénéficiaires de l'AG I, registre des chômeurs ayant cotisé un an et avec des droits complets, mais seulement 1,9 des 4,6 millions de bénéficiaires de l'AG II, qui regroupe les chômeurs en fin de droits et ceux qui ont bossé ne serait-ce que quelques heures dans le mois.

Le taux réel du chômage en Allemagne serait plus proche des 12 % avec plus de 5,62 millions de chômeurs fin 2011.

On serait tenter de dire : heureusement que les jeunes se font rare en Allemagne ! Cela fait moins de jeunes qui sortent des études et à qui il faut fournir un travail !...

D'ailleurs : pourquoi les allemands ont-ils le taux de natalité le plus bas d'Europe depuis trente ans ? Avec 1,41 enfants par femme (en âge d'avoir un enfant) en Allemagne, on est loin des 2,01 enfants par femme en France.

Ne serait-ce pas à cause d'un système social très conservateur qui n'offre pas la possibilité aux femmes d'être à la fois indépendantes ET mères ? En Allemagne, fautes de structures, les mères sont souvent obligées d'arrêter de travailler.

Cette réalité est d'autant plus vraie que les lander de l'est ont vu leur natalité s'effondrer avec la désintégration de la RDA et la disparition des avantages sociaux socialistes, notamment ceux consentis aux femmes.

Quand on connait finalement la réalité allemande, on comprend pourquoi nos médias se limitent à quelques phrases assennées comme des vérités pour décrire l'Allemagne. Entrer dans les détails amènerait forcément à montrer les zones d'ombres qui font que ce pays est aussi dur pour les travailleurs que n'importe quel autre pays capitaliste d'Europe.

Le modèle capitaliste est en réalité un mirage aux alouettes que l'on nous montre pour nous faire accepter des efforts successifs qui devraient nous permettre d'arriver, un jour, c'est promis, au bonheur suprême.

S'il faut regarder ce que font les autres, c'est toujours d'un oeil critique. Il faut savoir retenir les bonnes pratiques et éviter les défauts. Mais surtout, il ne faut jamais oublier que chaque pays est différent et que l'on ne peut pas toujours transposer les expériences.

Et si au lieu de regarder vers des pays capitalistes en crise, on regardait vers des pays progressistes en pleine croissance ?

D'un oeil critique, pourquoi ne pas chercher à tirer profit des expériences en cours en Amérique du sud, au Vénézuéla, en Argentine ou en Bolivie ? Des pays qui sortent de la crise, de la misère ou de l'analphabétisme et qui connaissent des taux de croissance à 5, 6 ou 7 % ?

Choisir ces pays plutôt que les Etats-Unis, l'Allemagne ou la Roumanie, c'est regarder des pays où ce sont les peuples qui comptent et non les bénéfices des entreprises. C'est ce qui gêne nos médias et les "experts" en libéralisme qui monopolisent les antennes et les écrans.

Rompons avec des modèles qui servent des intérêts égoïstes et regardons plutôt vers ceux qui construisent leur économie dans l'intérête de leurs peuples !

Sans a priori et avec l'esprit critique. Non pas pour copier mais pour s'inspirer.

Partager cet article

Repost 0
Published by Solidaire - dans Dans le Monde
commenter cet article

commentaires