Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • : Andrée OGER est maire honoraire de Croth, conseillère départementale de Saint André de l'Eure et chevalier de la Légion d'Honneur.
  • Contact

Rendez-vous

Fête de l'Huma 2016

Vendredi 10, samedi 11 et dimanche 12 septembre
Parc du Bourget
3 jours : 35 €
    

   ------------------------------ 

 

Salaires et pensions à la traîne, prix et loyers en hausse, profits et actionnaires qui explosent...

 

Front Uni 

contre la vie chère !

   

Campagne de pétition lancée par le PCF

pour exiger de meilleurs salaires, une hausse des minimas sociaux,

 pour exiger des baisses de TVA, un blocage des prix et des loyers

pour taxer les profits et le grandes fortunes
  

Demandez la pétition !

Signez la en ligne sur le site de la Fédération euroise du PCF : www.27.pcf.fr !

Participez au rassemblement devant Bercy (ministère des finances), vendredi 3 juin à 15 h !

Campagne contre la vie chère - affiche PCF 2011
------------------------------------------------
Contre la privatisation de La Poste !

Les communistes adhèrent au Comité Départemental de Défense de La Poste
(cliquez sur l'image !)  


- - - - - - - - - - - - - -

 
 
------------------------------------------------
CRISE : que proposent les communistes ?







 

"Sarkozy a été élu par des pauvres qui se lèvent tôt pour aller faire la fête avec des riches qui se couchent tard".
-------------------------------------------
 Des idées, des vidéos, des sondages sur le site www.sortirdelacrise.tv 
 
-------------------------------------------------
ADN-r--sistance.jpg


 

 














 


ensemble-2.jpg
 

Recherche

Texte libre

Je définirais la mondialisation comme la liberté pour mon groupe d’investir où il veut, le temps qu’il veut, pour produire ce qu’il veut, en s’approvisionnant et en vendant où il veut, et en ayant à supporter le moins de contraintes possibles en matière de droit du travail et de conventions sociales.

P.Barnevick, ancien président de la multinationale ABB. 

Pour moi, un réactionnaire c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est dans l’ordre naturel des choses. Un conservateur, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui pense qu’on n’y peut rien. Un progressiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est injuste. Un communiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui est prêt à faire pour eux ce qu’il ferait pour ses propres enfants.

Ibrahim,
Cuba, un soir lors d’une conversation inoubliable.

 

-------------------------

 

« La dette publique, en d’autres termes l’aliénation de l’État, qu’il soit despotique, constitutionnel ou républicain, marque de son empreinte l’ère capitaliste.
La seule partie de la soi-disant richesse nationale qui entre réellement dans la possession collective des peuples modernes, c’est leur dette publique »

 

Karl MARX 

 

-------------------------

Nouvelles permanences d'Andrée OGER :

 

 

 

Vous pouvez prendre rendez-vous avec Andrée OGER en contactant son secrétariat au 02.32.31.96.25

 

- Mairie de Saint André : les lundis de 17 h à 19 h

- Salle des Fêtes d'Ezy-sur-Eure: les vendredis de 17 h à 19 h

 

-------------------------------------------------------

Dernier tract des communistes
du sud de l'Eure

 (cliquer sur l'image)

 

  Tract St André Septembre 2013 - Recto

 Tract St André Septembre 2013 - Verso

 

 

 ----------------------------------------------------

----------------------------------------

Nouille2.jpeg


----------------------------------------------



 

 

1)

  

 

1)      

         

 

Ebuzzing - Top des blogs - Société

6 septembre 2011 2 06 /09 /septembre /2011 08:47

Nouvelle dégringolade des Bourses mondiales hier. Le capitalisme est définitivement malade de spéculationnite aigüe. Au point qu'on se demande s'il ne faudrait pas en finir avec les Bourses ?

- 2,21 % à Tokyo, - 2,95 à Hong-Kong, - 3,58 à Londres, - 5,28 à Francfort,... encore une journée de tourmente et de spéculation au niveau des bourses mondiales.

A Paris, le CAC 40 passe sous la barre des 3 000 points au plus bas depuis 2 ans et en chute de 4,73 % en une seule journée.

Il semble clair que les Etats peuvent faire ce qu'ils veulent, le capitalisme continue de s'enfoncer dans la crise systémique et d'entrainer avec lui les économies et les travailleurs.

Après des interventions massives des banques centrales pour arrêter l'effondrement du secteur financier, fin 2008 et début 2009, les chefs d'états des grandes puissances capitalistes ont chanté en coeur la fin de la crise, relayés par nos grands économistes, ceux-là même qui n'avaient pas vu arriver le krach financier et la crise, et par les médias. Il y a encore quelques mois, notre propre gouvernement ne parlait-il pas de retour de la croissance en France ? N'envisageait-il pas une baisse du chômage à court terme ?

Pas sûr qu'avec Christine Lagarde au FMI, les institutions capitalistes internationales voient arriver des idées nouvelles à leur tête et qu'une volonté de régulation du capitalisme voit le jour ! Il est loin le temps où Nicolas Sarkozy, avec Christine Lagarde, menaçaient les spéculateurs et affirmaient vouloir moraliser les marchés financiers ! Poudre aux yeux !

C'est désormais "tout sur la rigueur !".

Alors que le discours de nos dirigeants, en 2008, était qu'il fallait "moraliser le capitalisme" et relancer la consommation, il s'agit désormais de lutter contre les déficits en mettant en place des plans de rigueur.

On voit pourtant l'inefficacité de tels plans : la Grèce s'enfonce dans une récession historique, avec une chute du PIB attendue à près de 5 %, sans que la dette ne baisse ! Evidemment : récession + baisse des salaires et pensions + licenciements massifs = réductions fortes des entrées fiscales dans les caisses de l'Etat grec ! La formule est logique et imparable. Mais cette logique n'est pas celle des gouvernements car le discours sur la réduction des déficits ne fait qu'habiller une autre réalité, une autre logique : la crise sert d'accélérateur à la remise en cause des mesures sociales de répartition des richesses arrachées par les travailleurs en Europe au cours de décennies de conquêtes sociales : services publics, code du travail, négociations collectives, aide sociale,...

Rien qu'en France, chacun a en tête les mesures prises par Nicolas Sarkozy, son gouvernement et sa droite, comme "Président des riches" pour le compte de "la bande du Fouquet's" : bouclier fiscal, TEPA, suppression de la taxe Professionnelle, suppression de l'ISF,... Sa politique de classe favorise les classes possédantes, les nantis et les grandes entreprises, au détriment des classes moyennes et des classes populaires.

Pour la grande majorité des français, salariés ou petits indépendants, c'est au contraire de plus en plus de difficultés avec un détricotage de l'état social : destructuration des services publics (RGPP), fermetures d'hôpitaux, d'écoles, déremboursements de médicaments, recul de l'âge de départ en retraite, réforme du code du travail, hausses continues des tarifs de l'énergie,...

Cette fois-ci, avec les soi-disantes mesures de rigueur, ce sont encore les classes moyennes et populaires qui vont faire les frais des "économies" et qui devront payer plus, notamment avec toutes ces taxes que la droite nous rajoute.

Pendant ce temps, la droite s'entend pour supprimer la mesure de hausse de la TVA sur les parcs d'attraction, pour le plus grand bénéfice de ces entreprises (notamment Disney), ou pour sauvegarder les intérêts des détenteurs de résidences secondaires (non imposition des plus-values à la revente). Sans commentaire.

Comme en Grèce, ces mesures ne feront qu'appauvrir la population française et faire monter le chômage.

Cela est sans importance pour les partisans de la rigueur à droite comme chez ceux qui appellent au "réalisme" à gauche. Leur volonté n'est pas de protéger les intérêts du peuple mais de protéger les intérêts des classes possédantes, actionnaires et spéculateurs. C'est bien pour ça que c'est désormais l'avis de la Bourse et des agences de notation qui donne le la des politiques gouvernementales et non les chiffres de la pauvreté ou du chômage.

Depuis 2008, le capitalisme est entré dans une crise profonde. Cette crise n'est pas momentanée. Elle est liée à la nature même du capitalisme, à son stade de développement actuel, tourné vers la spéculation, sans lien aucun avec la réalité économique et les conséquences sociales et écologiques de ses actes.

Pour le capitalisme, il n'y a pas de machine arrière possible tout comme l'adulte ne peut pas redevenir un enfant. C'est son évolution naturelle.

Les Bourses, qui servent normalement à aider les entreprises à financer leur développement, sont devenues des machines infernales qui tournent pour elles-mêmes, contre l'économie et contre les peuples.

Sans volonté de rompre avec ce système, on ne fera que gérer la pénurie, tenter de pallier les manques du système avec des compensations sociales toujours plus coûteuses mais avec des moyens, eux, toujours plus réduits.

Le capitalisme est irrécupérable. La question devient urgente : quand va t-on s'attaquer au système lui-même ?

Le cancer capitaliste irradie depuis les bourses, par les spéculateurs. Il serait temps d'envisager l'amputation.

Partager cet article

Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article

commentaires