Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • : Andrée OGER est maire honoraire de Croth, conseillère départementale de Saint André de l'Eure et chevalier de la Légion d'Honneur.
  • Contact

Rendez-vous

Fête de l'Huma 2016

Vendredi 10, samedi 11 et dimanche 12 septembre
Parc du Bourget
3 jours : 35 €
    

   ------------------------------ 

 

Salaires et pensions à la traîne, prix et loyers en hausse, profits et actionnaires qui explosent...

 

Front Uni 

contre la vie chère !

   

Campagne de pétition lancée par le PCF

pour exiger de meilleurs salaires, une hausse des minimas sociaux,

 pour exiger des baisses de TVA, un blocage des prix et des loyers

pour taxer les profits et le grandes fortunes
  

Demandez la pétition !

Signez la en ligne sur le site de la Fédération euroise du PCF : www.27.pcf.fr !

Participez au rassemblement devant Bercy (ministère des finances), vendredi 3 juin à 15 h !

Campagne contre la vie chère - affiche PCF 2011
------------------------------------------------
Contre la privatisation de La Poste !

Les communistes adhèrent au Comité Départemental de Défense de La Poste
(cliquez sur l'image !)  


- - - - - - - - - - - - - -

 
 
------------------------------------------------
CRISE : que proposent les communistes ?







 

"Sarkozy a été élu par des pauvres qui se lèvent tôt pour aller faire la fête avec des riches qui se couchent tard".
-------------------------------------------
 Des idées, des vidéos, des sondages sur le site www.sortirdelacrise.tv 
 
-------------------------------------------------
ADN-r--sistance.jpg


 

 














 


ensemble-2.jpg
 

Recherche

Texte libre

Je définirais la mondialisation comme la liberté pour mon groupe d’investir où il veut, le temps qu’il veut, pour produire ce qu’il veut, en s’approvisionnant et en vendant où il veut, et en ayant à supporter le moins de contraintes possibles en matière de droit du travail et de conventions sociales.

P.Barnevick, ancien président de la multinationale ABB. 

Pour moi, un réactionnaire c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est dans l’ordre naturel des choses. Un conservateur, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui pense qu’on n’y peut rien. Un progressiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est injuste. Un communiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui est prêt à faire pour eux ce qu’il ferait pour ses propres enfants.

Ibrahim,
Cuba, un soir lors d’une conversation inoubliable.

 

-------------------------

 

« La dette publique, en d’autres termes l’aliénation de l’État, qu’il soit despotique, constitutionnel ou républicain, marque de son empreinte l’ère capitaliste.
La seule partie de la soi-disant richesse nationale qui entre réellement dans la possession collective des peuples modernes, c’est leur dette publique »

 

Karl MARX 

 

-------------------------

Nouvelles permanences d'Andrée OGER :

 

 

 

Vous pouvez prendre rendez-vous avec Andrée OGER en contactant son secrétariat au 02.32.31.96.25

 

- Mairie de Saint André : les lundis de 17 h à 19 h

- Salle des Fêtes d'Ezy-sur-Eure: les vendredis de 17 h à 19 h

 

-------------------------------------------------------

Dernier tract des communistes
du sud de l'Eure

 (cliquer sur l'image)

 

  Tract St André Septembre 2013 - Recto

 Tract St André Septembre 2013 - Verso

 

 

 ----------------------------------------------------

----------------------------------------

Nouille2.jpeg


----------------------------------------------



 

 

1)

  

 

1)      

         

 

Ebuzzing - Top des blogs - Société

16 août 2012 4 16 /08 /août /2012 09:41

Entre une croissance cliniquement morte et un chômage bien vigoureux, les choix économiques alliant libéralisme et rigueur ne serve qu'à protéger les intérêts des actionnaires.

La Grèce s'attend à une baisse de son Produit National Brut de 7 % cette année, une récession économique importante pour la septième année consécutive.

Pareil au Portugal avec une croissance négative attendue à 3 % et en Espagne avec une récession à 1,5 %.

On pourrait citer d'autres pays où la situation n'est pas brillante, à commencer par la France et sa croissance quasiment nulle. Même l'Allemagne, modèle des modèles pour nos petits esprits économiques, connait un ralentissement économique ! Comment pouvait-il en être autrement quand la majorité de ses fameuses exportations se font vers ses "partenaires" européens qui plongent, les uns après les autres, dans la récession ?

Le résultat de ces chiffres économiques calamiteux, c'est l'explosion du chômage, à 23 % en Grèce, 15 % au Portugal et même 24,6 % en Espagne ! !...

Avec un chômage qui devrait atteindre les 10 % en fin d'année, la situation française n'est pas non plus glorieuse ! Les annonces de plans sociaux dans de grandes entreprises cachent les plans sociaux qui concernent les sous-traitants et les PME.

Faut-il s'abandonner à la fatalité ? Non

Les discours sur la compétitivité ou sur la nécessité de réduire les dépenses de l'Etat, donc ses investissements et ses effectifs ne tiennent pas à l'analyse des faits.

Depuis trente ans s'appliquent des plans sensés augmenter la compétitivité de la France et réduire le déficit public.

Depuis trente ans, c'est le résultat inverse : des emplois industriels qui disparaissent, de la précarité en hausse pour les salariés et des comptes publics qui se dégradent.

Les discours et remèdes de nos politiciens sont les remèdes des médecins de Molière : le malade s'affaiblit ? On applique une purge ! Le malade sera encore plus affaiblit mais, c'est pour son bien !...

La course continuelle à la baisse des "coûts du travail" à amener à une perte de pouvoir d'achat des travailleurs et à une flambée de l'emploi précaire sans freiner la fuite des emplois : la mondialisation capitaliste a surtout permis aux entreprises une possibilité de mettre en concurrence les travailleurs, entrainant une course vers les pays les moins chers, les moins protecteurs !

Les privatisations et les baisses d'effectifs dans la fonction publique ont surtout permis au secteur privé de mettre main basse sur des filières rentables de notre économie (Energie, Télécoms, nucléaire,...) tout en affaiblissant la qualité des services publics proposés aux français.

Depuis 2008 et la "crise", l'austérité servirait désormais à résorber une dette publique dont il est nécessaire de répéter qu'elle provient pour l'essentiel des centaines de milliards d'euros de fonds publics qui ont servi à renflouer les banques privées qui ont spéculé durant des années pour le compte de leurs actionnaires.

Même sur cet aspect, ces politiques de rigueur sont inefficaces !

En Espagne, par exemple, pays où l'austérité est appliquée avec rigueur, la dette des banques espagnoles auprès de la BCE continue de croître et atteind désormais la somme fabuleuse de 375,5 milliards d'euros !

En Grèce, l'austérité a été mise en place pour "réduire le déficit public". Les dizaines de milliers de postes de fonctionnaires supprimés, les salaires bloqués, les pensions de retraite réduites et les taxes en forte hausse n'ont rien réglé de ce problème : le déficit public grec atteindra 7 % du PNB cette année, au delà des 5,4 % prévu en janvier, bien au delà des 3 % exigé par le traité de Maastricht et largement au delà des exigences du traité Sarkozy-Merkel de janvier dernier : 0,5 % !

Face à l'échec des politiques menées depuis trente ans pour réduire le chômage, les déficits publics et les déficits sociaux, ce n'est pas que la classe politique qu'il faut changer mais bien les choix politiques qui sont effectués !

Rompre avec la spirale du chômage et des déficits, c'est aller chercher l'argent là où il est, dans la poche des actionnaires et des grands groupes financiers et industriels pour le remettre au service commun, par les salaires et pensions, et par les investissements publics. C'est la politique progressiste que proposent le Parti communiste et le Front de gauche.

On est loin de cette réorientation avec le traité Sarkozy-Merkel que s'apprêtent à ratifier droite et socialistes ! Au contraire, le renforcement de l'austérité que prévoie ce traité ne fera qu'aggraver la situation des services publics et que diminuer les investissements publics sur les territoires, aggravant encore un peu les symptômes de la crise.

Exiger un référendum sur la ratification du traité Sarkozy-Merkel, c'est exiger du même coup un débat public sur les choix économiques et politiques de ces trente dernières années, soit toujours plus de libéralisme et de difficultés pour la grande majorité des français, soit une autre construction européenne, avec comme priorité l'humain d'abord et la liberté des peuples à décider de leur destin.

Partager cet article

Repost 0
Published by Solidaire - dans Dans le Monde
commenter cet article

commentaires