Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • : Andrée OGER est maire honoraire de Croth, conseillère départementale de Saint André de l'Eure et chevalier de la Légion d'Honneur.
  • Contact

Rendez-vous

Fête de l'Huma 2016

Vendredi 10, samedi 11 et dimanche 12 septembre
Parc du Bourget
3 jours : 35 €
    

   ------------------------------ 

 

Salaires et pensions à la traîne, prix et loyers en hausse, profits et actionnaires qui explosent...

 

Front Uni 

contre la vie chère !

   

Campagne de pétition lancée par le PCF

pour exiger de meilleurs salaires, une hausse des minimas sociaux,

 pour exiger des baisses de TVA, un blocage des prix et des loyers

pour taxer les profits et le grandes fortunes
  

Demandez la pétition !

Signez la en ligne sur le site de la Fédération euroise du PCF : www.27.pcf.fr !

Participez au rassemblement devant Bercy (ministère des finances), vendredi 3 juin à 15 h !

Campagne contre la vie chère - affiche PCF 2011
------------------------------------------------
Contre la privatisation de La Poste !

Les communistes adhèrent au Comité Départemental de Défense de La Poste
(cliquez sur l'image !)  


- - - - - - - - - - - - - -

 
 
------------------------------------------------
CRISE : que proposent les communistes ?







 

"Sarkozy a été élu par des pauvres qui se lèvent tôt pour aller faire la fête avec des riches qui se couchent tard".
-------------------------------------------
 Des idées, des vidéos, des sondages sur le site www.sortirdelacrise.tv 
 
-------------------------------------------------
ADN-r--sistance.jpg


 

 














 


ensemble-2.jpg
 

Recherche

Texte libre

Je définirais la mondialisation comme la liberté pour mon groupe d’investir où il veut, le temps qu’il veut, pour produire ce qu’il veut, en s’approvisionnant et en vendant où il veut, et en ayant à supporter le moins de contraintes possibles en matière de droit du travail et de conventions sociales.

P.Barnevick, ancien président de la multinationale ABB. 

Pour moi, un réactionnaire c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est dans l’ordre naturel des choses. Un conservateur, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui pense qu’on n’y peut rien. Un progressiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est injuste. Un communiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui est prêt à faire pour eux ce qu’il ferait pour ses propres enfants.

Ibrahim,
Cuba, un soir lors d’une conversation inoubliable.

 

-------------------------

 

« La dette publique, en d’autres termes l’aliénation de l’État, qu’il soit despotique, constitutionnel ou républicain, marque de son empreinte l’ère capitaliste.
La seule partie de la soi-disant richesse nationale qui entre réellement dans la possession collective des peuples modernes, c’est leur dette publique »

 

Karl MARX 

 

-------------------------

Nouvelles permanences d'Andrée OGER :

 

 

 

Vous pouvez prendre rendez-vous avec Andrée OGER en contactant son secrétariat au 02.32.31.96.25

 

- Mairie de Saint André : les lundis de 17 h à 19 h

- Salle des Fêtes d'Ezy-sur-Eure: les vendredis de 17 h à 19 h

 

-------------------------------------------------------

Dernier tract des communistes
du sud de l'Eure

 (cliquer sur l'image)

 

  Tract St André Septembre 2013 - Recto

 Tract St André Septembre 2013 - Verso

 

 

 ----------------------------------------------------

----------------------------------------

Nouille2.jpeg


----------------------------------------------



 

 

1)

  

 

1)      

         

 

Ebuzzing - Top des blogs - Société

4 novembre 2013 1 04 /11 /novembre /2013 10:51

Une bombe armée sous Sarkozy explose à la figure d'un gouvernement socialiste incapable d'anticiper le piège.

Alors que se sont déroulée ce week-end deux manifestations bretonnes contre l'écotaxe, il apparait que le dossier est bien plus complexe que prévu, entre discours officiels pour l'environnement et collecte privée de l'impôt.

Car, l'argument écologique qui sert d'argument en faveur de l'écotaxe est aussi simpliste et faux que l'argument économique dont se servent l'UMP bretonne et le patronat pour dénoncer cette écotaxe !

Ecotaxe : une création de la droite

Déjà, il faut rappeler une vérité simple : c'est l'UMP et Sarkozy qui ont créé l'écotaxe, à l'intiative de Jean-Louis Borloo, en 2009 ! A l'époque, le patronat et le syndicat agricole majoritaire, la FNSEA, n'avait pas vraiment réagi. Peut-être que leur positionnement politique à droite y était pour quelque chose ?

L'écotaxe est donc une créature de la droite, pas du gouvernement social-démocrate actuel. Hollande et Ayrault n'ont fait qu'hériter d'un cadeau empoisonné dont ils se révèlent incapables de désamorcer le mécanisme sans se le faire pêter à la figure ! En acceptant de mettre en place ce système et en multipliant les erreurs stratégiques, ils se retrouvent encore une fois destabilisés et aux prises avec un mouvement social habilement utilisé par la droite.

Ecotaxe : un prélèvement supplémentaire

C'est que l'instauration d'une écotaxe pour soi-disant réduire le trafic poids-lourds est du même acabit que la multiplication des radars fixes pour réduire les accidents routiers : une bonne excuse pour multiplier les prélèvements sur les usagers de la route !

Aujourd'hui, les radars sont devenus une véritable aubaine pour l'Etat (de plus en plus endetté pourtant ! ?). Les grands voyageurs (professionnels et autres) se rendent d'ailleurs bien compte que les radars se multiplient inversement à la présence des policiers et gendarmes sur les routes. Les incivilités des automobilistes ne cessent de croître, depuis le simple clignotant qu'oublient plus de la moitié des français (selon un sondage !), jusqu'aux doublages dangereux.

Bref ! L'écotaxe vient s'ajouter à d'autres prélèvements dont la justification n'est pas très bonne.

Faut-il rappeler que le transport routier, qui paie déjà des impôts et des taxes (dont la TIPP), est une nécessité vitale pour notre économie et notre quotidien ? En zone urbaine comme en zone rurale, l'approvisionnement des magasins et des entreprises nécessite du transport, routier notamment. Pas besoin d'être en Bretagne pour cela !

Le faux argument écologique

La question est donc : l'écotaxe peut-elle réduire le trafic routier ? La réponse est non !

Sur des activités inutiles, comme fumer, la hausse des prix ne freine pas la consommation.

Sur la santé, la baisse de remboursement des médicaments ne réduit pas le nombre de malade et ne fait que transférer la charge financière sur les mutuelles (donc les salariés) ou les malades.

Sur une activité comme le transport, on imagine bien que faire payer une taxe aux camions va immanquablement entrainer un renchérissement du transport routier qui sera, au final, payé soit par le client qui envoie la marchandise, soit par le client qui l'achète et, au final, par le consommateur.

Pour réduire le trafic routier, il faut proposer des alternatives en termes de transports, comme le développement du ferroutage (train + route), donc le frêt ferroviaire, le transport fluvial ou le transport maritime (cabottage, par exemple).

Et, là, on est loin du discours écologiste officiel !

La dégradation constante du frêt ferroviaire, comme à Sotteville-les-Rouen, en est la triste illustration : la part du transport ferré de marchandise recule d'années en années au profit du camion et ne représente plus que 11 % du transport de marchandise en France contre 86 % pour la route ; des dizaines de locomotives pourrissent à Sotteville-les Rouen et Frêt SNCF annonçait 86 suppressions de postes en Haute-Normandie pour cette année sur 250 postes existants !... Le Frêt ferroviaire est abandonné volontairement depuis 20 ans : il n'y a pas de planification écologique possible dans une économie où c'est le moins disant économique qui est avantagé !

Le transport fluvial, lui, a été décimé dans les années 80. La batellerie est moribonde.

Privatisation du prélèvement d'impôt

L'intérêt écologique, on le voit, est nul et sert d'excuses pour créer un nouvel impôt.

Mais, derrière ce nouvel impôt, se cachent aussi une première en France, une première sous forme de scandale : le prélèvement de l'impôt passera par un consortium privé qui prélèvera 23 % du montant de l'écotaxe jusqu'en 2025 minimum !... Le coût de fonctionnement de l'impôt sur le revenu n'est que de 1,2 %, à titre de comparaison. Ce sont 280 millions d'euros de rentes pour le privé octroyés par Sarkozy !

Là encore, il s'agit d'un cadeau de Sarkozy et Fillon que le gouvernement PS ne remet pas en cause !

C'est ainsi que la France va sous-traiter au privé le prélèvement d'un impôt, chose que l'Etat a toujours géré en interne jusqu'ici ! Et, dans ce groupe (Ecomouv'), on retrouve Benetton (via Sintonia), Goldman-Sachs (ceux du krach financier de 2008 !), Thalès, SFR et même la SNCF (qui fait aussi circuler des camions, via sa filiale Géodis).

Récupération de la droite et du patronat

Le plus dramatique dans ces événements, c'est que le gouvernement socialiste se soit si bêtement fait déborder par la droite, notamment par ceux-là même qui on créé l'écotaxe !

Sous les bonnets rouges, on retrouve beaucoup de patrons (avec leurs salariés), de l'industrie comme du transport, et des syndicalistes agricoles de droite. L'UMP, évidemment, est avec eux !

Sournoisement, le patronat mêle la crise actuelle à l'écotaxe, notamment avec la présence de cadres et de certains "syndicalistes" de boîtes en crise, comme les abattoirs. Un peu comme si l'écotaxe était suffisament diabolique pour provoquer la fermeture d'entreprise avant même d'exister ! !..

Débile mais ça passe !

Une manière aussi pour l'UMP et le grand patronat de se dédouaner de politiques économiques et industrielles qui poussent à la concurrence entre pays européen et entre régions de France plutôt qu'à un développement équilibré et durable des territoires !

D'ailleurs, la manifestation de Quimper était annoncée de longue date, bien avant l'écotaxe, et ciblait les licenciements massifs qui frappent l'emploi dans la Région, notamment dans l'agroalimentaire. Cela a permis de voir, parmis les 15 000 ou 30 000 manifestants (selon les sources), des salariés, des syndiqués FO et des militants de la gauche indépendentiste et du NPA battre les pavés en même temps que des paysans plutôt de droite, des patrons parfois de grosses entreprises, des élus UMP et des militants de l'ultradroite indentitaire !

Côté travailleurs, ce sont 6 000 manifestants qui ont répondu à un appel à manifester à Carhaix, autour de la CGT, de la FSU, de Solidaires, de EELV et du Front de Gauche. Là, pas de confusion possible, ce sont bien les politiques gouvernementales et patronales de casse de l'emploi qui ont été dénoncées !

Alors que le gouvernement plonge dans les sondages, plombé par une politique d'austérité qui ne diverge que marginalement des politiques de droite, l'UMP et le patronat jouent la rue contre le pouvoir, tentent de brouiller les cartes. L'objectif est de faire oublier que les choix politiques libéraux sont appprouvés par le patronat comme par la droite et que les conséquences sociales, chômage, précarité et bas salaires, sont antérieures à l'écotaxe.

Mettre travailleurs et patrons dans la rue contre le gouvernement est une tactique digne des pires populistes de droite.

L'UMP espère ainsi revenir rapidement aux affaires pour continuer sa politique en faveur des patrons.

Pour les travailleurs, en Bretagne ou ailleurs, s'il faut dénoncer et combattre les décisions antisociales de ce gouvernement, comme du précédent, cela ne doit pas se faire en dédouanant ceux qui profitent de ces politiques, les grands patrons, leurs actionnaires et les banquiers !

Partager cet article

Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article

commentaires