Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • : Andrée OGER est maire honoraire de Croth, conseillère départementale de Saint André de l'Eure et chevalier de la Légion d'Honneur.
  • Contact

Rendez-vous

Fête de l'Huma 2016

Vendredi 10, samedi 11 et dimanche 12 septembre
Parc du Bourget
3 jours : 35 €
    

   ------------------------------ 

 

Salaires et pensions à la traîne, prix et loyers en hausse, profits et actionnaires qui explosent...

 

Front Uni 

contre la vie chère !

   

Campagne de pétition lancée par le PCF

pour exiger de meilleurs salaires, une hausse des minimas sociaux,

 pour exiger des baisses de TVA, un blocage des prix et des loyers

pour taxer les profits et le grandes fortunes
  

Demandez la pétition !

Signez la en ligne sur le site de la Fédération euroise du PCF : www.27.pcf.fr !

Participez au rassemblement devant Bercy (ministère des finances), vendredi 3 juin à 15 h !

Campagne contre la vie chère - affiche PCF 2011
------------------------------------------------
Contre la privatisation de La Poste !

Les communistes adhèrent au Comité Départemental de Défense de La Poste
(cliquez sur l'image !)  


- - - - - - - - - - - - - -

 
 
------------------------------------------------
CRISE : que proposent les communistes ?







 

"Sarkozy a été élu par des pauvres qui se lèvent tôt pour aller faire la fête avec des riches qui se couchent tard".
-------------------------------------------
 Des idées, des vidéos, des sondages sur le site www.sortirdelacrise.tv 
 
-------------------------------------------------
ADN-r--sistance.jpg


 

 














 


ensemble-2.jpg
 

Recherche

Texte libre

Je définirais la mondialisation comme la liberté pour mon groupe d’investir où il veut, le temps qu’il veut, pour produire ce qu’il veut, en s’approvisionnant et en vendant où il veut, et en ayant à supporter le moins de contraintes possibles en matière de droit du travail et de conventions sociales.

P.Barnevick, ancien président de la multinationale ABB. 

Pour moi, un réactionnaire c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est dans l’ordre naturel des choses. Un conservateur, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui pense qu’on n’y peut rien. Un progressiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est injuste. Un communiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui est prêt à faire pour eux ce qu’il ferait pour ses propres enfants.

Ibrahim,
Cuba, un soir lors d’une conversation inoubliable.

 

-------------------------

 

« La dette publique, en d’autres termes l’aliénation de l’État, qu’il soit despotique, constitutionnel ou républicain, marque de son empreinte l’ère capitaliste.
La seule partie de la soi-disant richesse nationale qui entre réellement dans la possession collective des peuples modernes, c’est leur dette publique »

 

Karl MARX 

 

-------------------------

Nouvelles permanences d'Andrée OGER :

 

 

 

Vous pouvez prendre rendez-vous avec Andrée OGER en contactant son secrétariat au 02.32.31.96.25

 

- Mairie de Saint André : les lundis de 17 h à 19 h

- Salle des Fêtes d'Ezy-sur-Eure: les vendredis de 17 h à 19 h

 

-------------------------------------------------------

Dernier tract des communistes
du sud de l'Eure

 (cliquer sur l'image)

 

  Tract St André Septembre 2013 - Recto

 Tract St André Septembre 2013 - Verso

 

 

 ----------------------------------------------------

----------------------------------------

Nouille2.jpeg


----------------------------------------------



 

 

1)

  

 

1)      

         

 

Ebuzzing - Top des blogs - Société

11 janvier 2014 6 11 /01 /janvier /2014 09:41

La véritable opposition en Russie ? Elle n'est pas "libérale" mais communiste !

Nos médias nous ont fait grand cas de la "libération" de l'ancien milliardaire et oligarque Mikhaïl Khodorkovski, il y a quelques jours, après dix ans de prison.

Emprisonné à l'issue d'un procès médiatique dont on pourrait difficilement séparé le vrai du faux, l'ex-magnat du pétrole russe est présenté par les médias comme le principal opposant à Vladimir Poutine, ou comme "l'ex-prisonnier le plus célèbre de Russie" (Le Parisien). Au passage, on croyait que c'étaient les Pussy Riot qui étaient les prisonnières les plus célèbres de Russie, mais bon !

Ce qu'oublient évidemment de nous dire nos médias c'est comment Khodorkovski est devenu magnat du pétrole ?

Dans un pays comme la Russie, où corruption et mafia sont fortement liées au pouvoir politique, les richesses fabuleuses se sont créées lors du dépeçage des énormes richesses de la Russie soviétique en 1991.

Comme beaucoup d'oligarques russes actuels, Khodorkovski a été un brillant militant des Komsomol, les Jeunesses communistes soviétiques, et un membre du Parti communiste de l'Union soviétique (PCUS) avant de se découvrir, comme les autres, une passion subite pour le capitalisme et les affaires en 1991.

Cela en dit long sur les "valeurs" politiques de cet homme, plus proches du carriérisme et de l'opportunisme, que de l'humanisme et de l'intérêt collectif.

Cela en dit long sur la nature profonde des hommes qui dirigeaient le PCUS à l'époque et qui ont, quasiment tous, retouvé une place enviable dans les pays issus de l'éclatement de l'Union Soviétique, soit dans le monde des affaires, comme Khodorkoski, soit en politique  comme Chévarnadzé, ex-ministre des affaires étrangères devenu président de la Géorgie, Boris Eltsine, ex-responsable du PCUS de Moscou devenu président de la Russie capitaliste ou Vladimir Poutine, ex-du KGB,... Le ver était dans le fruit.

C'est de Vladimir Poutine, actuel dirigeant de la Russie, que vient la reconnaissance officielle du Parti communiste de la Fédération de Russie (PCFR), héritier assumé du PCUS de Russie, comme première opposition à son pouvoir.

Lors d'une conférence de presse en date du 19 décembre, le correspondant du journal Komsomolskaïa Pravda, Alexander Gamow, a posé la question suivante au Président de la Fédération de Russie :" Vous êtes dans le numéro un de la politique de notre pays et qui, selon vous, a une influence qui lui permettrait de jouer un rôle de numéro 2. Avez vous déjà un successeur ? ".

Voilà comment Vladimir Poutine a répondu : "Oui, vous me mettrez dans une position difficile. Vous savez, nous avons beaucoup de politiciens et des gens très expérimentés. Je peux les énumérer, vous devez connaitre les noms. Le leader communiste Guennadi Andréiévitch Ziouganov. Des millions de personnes votent communiste. C'est un homme politique de renom, il a ses propres points de vue sur les choses. Avec beaucoup d'entre elles je ne suis pas d'accord, je ne les partage pas, et beaucoup me semblent tout à fait réalistes. Surtout dans les affaires internationales. Et dans certains problèmes sociaux ... "
Ainsi, le président a été forcé d'admettre que la seule véritable alternative au gouvernement existant est le Parti communiste et son chef Guennadi Ziouganov.
D'ailleurs, après les 20 % de voix des candidats communistes aux Législatives 2011 (malgré les fraudes massives en faveur des candidats du Kremlin !), les communistes ont remporté de nouveaux scrutins le week-end dernier lors d'élections locales dans la banlieue populaire de Moscou, lors du renouvellement des équipes "municipales".

Ainsi, les communistes russes ont emporté une brillante victoire dans le district de Solnechnogorsky (128 580 habitants). Alexandre Vladimirovitch Yakounine a été élu après avoir mené une campagne visant à consolider toutes les forces politiques et sociales de la région. Le candidat communiste a remporté 56,72 % des voix.

Dans le district de Mozhaisk (30 736 habitants), les communistes obtiennent 33,70 % des voix, mais il manque 11 voix pour permettre l'élection de A.Y Yagotintsev (KPRF). Dans les élections de la ville d'Uvarovka, les communistes obtiennent la deuxième place.
Enfin, dans le district d'Egorievsk (70 392 habitants), pour la première fois depuis de nombreuses années, I.V Kuranova (KPRF), a terminé troisième.

Quels que soient les commentaires des médias, la réalité politique russe démontre que les idées socialistes et les acquis perdus depuis la chute de l'Union soviétique sont aujourd'hui les seules valeurs politiques qui comptent pour des millions de russes et le seul recours au capitalisme débridé et corrompu actuel dans ce pays.

En cela, les russes ont bien l'expérience des deux systèmes et savent que la seule alternative au capitalisme, ce n'est pas une version plus "libérale" du capitalisme mais le socialisme.

C'est pour cela que des pays en crise économique ou politique de l'ancienne Union soviétique connaissent actuellement des regains importants des idéaux communistes, qu'il s'agisse de l'Ukraine ou de la Lettonie (nous en parlions cette semaine), mais aussi d'autres pays comme la Moldavie.

En Europe de l'ouest, le matraquage idéologique des médias de masse appartenant au secteur privé (donc capitaliste) pour faire croire à l'intérêt pour les travailleurs d'une alternance droite-gauche prend l'eau de toute part avec la crise du système depuis 2008 et l'offensive patronale contre les acquis sociaux qui s'est renforcée depuis. Abstention et vote protestataire sont les stigmates de cette perte de confiance des électeurs en un système politique qui fait du spectacle pendant que les milieux financiers dirigent réellement la société.

Il tient beaucoup aux communistes, amis aussi aux travailleurs conscients de ces enjeux, de démontrer à leurs concitoyens que les véritables enjeux ne se trancheront pas par une alternance entre deux version voisines de la gestion libérale, conservatrice de droite ou vaguement sociale de gauche, encore moins par le repli sur un capitalisme nationaliste d'extrême-droite, mais par une opposition plus frontale aux intérêts capitalistes, une rupture avec le diktat de la finance sur les choix de société et l'économie.

En France aussi, la seule opposition au pouvoir économique en place et à ses politiques d'austérité, c'est le communisme et son parti, le PCF.

Partager cet article

Repost 0
Published by Solidaire - dans Dans le Monde
commenter cet article

commentaires