Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • : Andrée OGER est maire honoraire de Croth, conseillère départementale de Saint André de l'Eure et chevalier de la Légion d'Honneur.
  • Contact

Rendez-vous

Fête de l'Huma 2016

Vendredi 10, samedi 11 et dimanche 12 septembre
Parc du Bourget
3 jours : 35 €
    

   ------------------------------ 

 

Salaires et pensions à la traîne, prix et loyers en hausse, profits et actionnaires qui explosent...

 

Front Uni 

contre la vie chère !

   

Campagne de pétition lancée par le PCF

pour exiger de meilleurs salaires, une hausse des minimas sociaux,

 pour exiger des baisses de TVA, un blocage des prix et des loyers

pour taxer les profits et le grandes fortunes
  

Demandez la pétition !

Signez la en ligne sur le site de la Fédération euroise du PCF : www.27.pcf.fr !

Participez au rassemblement devant Bercy (ministère des finances), vendredi 3 juin à 15 h !

Campagne contre la vie chère - affiche PCF 2011
------------------------------------------------
Contre la privatisation de La Poste !

Les communistes adhèrent au Comité Départemental de Défense de La Poste
(cliquez sur l'image !)  


- - - - - - - - - - - - - -

 
 
------------------------------------------------
CRISE : que proposent les communistes ?







 

"Sarkozy a été élu par des pauvres qui se lèvent tôt pour aller faire la fête avec des riches qui se couchent tard".
-------------------------------------------
 Des idées, des vidéos, des sondages sur le site www.sortirdelacrise.tv 
 
-------------------------------------------------
ADN-r--sistance.jpg


 

 














 


ensemble-2.jpg
 

Recherche

Texte libre

Je définirais la mondialisation comme la liberté pour mon groupe d’investir où il veut, le temps qu’il veut, pour produire ce qu’il veut, en s’approvisionnant et en vendant où il veut, et en ayant à supporter le moins de contraintes possibles en matière de droit du travail et de conventions sociales.

P.Barnevick, ancien président de la multinationale ABB. 

Pour moi, un réactionnaire c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est dans l’ordre naturel des choses. Un conservateur, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui pense qu’on n’y peut rien. Un progressiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est injuste. Un communiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui est prêt à faire pour eux ce qu’il ferait pour ses propres enfants.

Ibrahim,
Cuba, un soir lors d’une conversation inoubliable.

 

-------------------------

 

« La dette publique, en d’autres termes l’aliénation de l’État, qu’il soit despotique, constitutionnel ou républicain, marque de son empreinte l’ère capitaliste.
La seule partie de la soi-disant richesse nationale qui entre réellement dans la possession collective des peuples modernes, c’est leur dette publique »

 

Karl MARX 

 

-------------------------

Nouvelles permanences d'Andrée OGER :

 

 

 

Vous pouvez prendre rendez-vous avec Andrée OGER en contactant son secrétariat au 02.32.31.96.25

 

- Mairie de Saint André : les lundis de 17 h à 19 h

- Salle des Fêtes d'Ezy-sur-Eure: les vendredis de 17 h à 19 h

 

-------------------------------------------------------

Dernier tract des communistes
du sud de l'Eure

 (cliquer sur l'image)

 

  Tract St André Septembre 2013 - Recto

 Tract St André Septembre 2013 - Verso

 

 

 ----------------------------------------------------

----------------------------------------

Nouille2.jpeg


----------------------------------------------



 

 

1)

  

 

1)      

         

 

Ebuzzing - Top des blogs - Société

22 octobre 2013 2 22 /10 /octobre /2013 09:52

Un régime de partis uniques, gendarme du monde autoproclamé et surveillant les citoyens du monde entier.

George Orwell, en 1948, écrivait "1984" pour dénoncer les régimes "totalitaires".

Son Big Brother existe bien. Pas dans un régime officiellement qualifié de totalitaire, mais chez le leader autoproclamé du "monde libre", les Etats-Unis.

Depuis le début de l'année, Edward Snowden révèle des énormités qui secouent la planète entière avec un scandale d'écoutes menées à très grande échelle par les services secrets américains à l'encontre d'états ou de simples citoyens.

Au passage, ce travail de vérité que mène Edward Snowden, est bien mal récompensé au pays de la "liberté". Il est devenu un traître menacé de prison pour ses révélations, à l'instar d'un Bradley Manning.

Souriez ! Vous êtes filmés !

Hier, on "apprenait" que ce sont plus de 70,3 millions de communications françaises qui ont été interceptées par la NSA rien qu'entre décembre 2012 et janvier 2013 !

En clair, quand vous appelez, les services secrets américains vous écoutent. Bravo la vie privée !

De grandes entreprises américaines sont aussi concernées par la violation des libertés individuelles : Google, Apple, Yahoo, Skype,...

Dans quel but ces écoutes et cette surveillance ? Pour la défense de la "liberté" ou de la "démocratie" ?

Arrêtons de rêver ! Quand on apprend que même le gouvernement américain ne sait pas qui décide et qui écoute quoi à la NSA, on se rend compte que la machine bureaucratique américaine a pris le pas sur le politique sensé représenté le peuple américain (je dis bien "sensé", on y reviendra). Quand bien même cela serait vrai : qu'est-ce qui autorise les Etats-Unis à venir surveiller les français, nos élus ou nos institutions ?

Démocratie de façade

Cette dérive de l'appareil sécuritaire américain n'est qu'un élément d'un puzzle qui a de quoi détruire l'image de paradis des libertés que s'était construite la propagande des Etats-Unis.

Ainsi, lorsque l'on caractérise un régime totalitaire, la première idée qui vient, c'est l'absence de débat démocratique et en général un système de parti unique.

Aux Etats-Unis, le parti unique a deux têtes : le parti démocrate et le parti républicain, deux visions assez proches des Etats-Unis qui les amènent à mener chacun leurs tours des guerres d'intervention à l'étranger et des politiques économiques libérales. Jamais aucune force politique ne pourra s'immiscer dans le débat électoral américain tant le système est vérouillé à la fois par le système électoral (Grands électeurs : celui qui est majoritaire remporte tous les suffrages de l'Etat) et par le système économique privé qui finance les campagnes électorales. On n'est pas près de voir un parti écologiste un peu radical ou un parti un peu trop "socialiste" obtenir des fonds de Exxon, Monsanto ou du complexe militaro-industriel !...

Emprisonnements illégaux et assassinats à distance

Autre face de la "démocratie" américaine, c'est la violation systématique des droits des citoyens, notamment du droit à la justice.

C'est que, au côté de la liberté d'expression du peuple, la justice est un pilier majeur de toute démocratie.

Je ne parle pas des bavures policières qui secouent régulièrement l'actualité aux Etats-Unis, souvent autour de critères raciaux. il ne s'agit pas non plus de dénoncer un système juridique qui permet aux plus riches de bénéficier d'avocats de haute volée, laissant les plus pauvres se faire broyer par le système juridique. Une université américaine s'est d'ailleurs fait forte depuis quelques années de rouvrir des dossiers de condamnations à mort, sauvant de la chaise électrique de nombreux condamnés qui pourrissaient dans les couloirs de la mort.

Non. L'aspect le plus dramatique de cette dérive juridique, ce sont les pratiques illégales, connues et assumées, des Etats-Unis en termes d'emprisonnements sans jugement et d'assassinats à l'étranger.

Abou Ghraïb en Iraq, aujourd'hui fermée, et Guantanamo à Cuba, toujours en service, allient emprisonnements sans procès, tortures psychiques et parfois physiques, comme dans de bonnes vieilles dictatures. Quels que soient les motifs d'emprisonnement, la simple justice nécessite de démontrer la culpabilité de l'accusé, de lui procurer un procès juste et, au final, une condamnation claire. Ce n'est pas le cas des prisonniers détenus à Guantanamo.

Pire ! Ces prisonniers ont souvent été enlevés de force dans leurs pays d'origine, sans aucune autre forme de procédure que la puissance militaire. Imagine-t-on la réaction des Etats-Unis si l'Iran enlevait des citoyens américains en plein New-York pour les emprisonner sans procès sur son sol ?...

Outre l'emprisonnement arbitraire, l'utilisation de l'assassinat à distance est l'une des signatures américaines de ces dernières années. Il ne se passe pas une semaine sans que l'on entende parler d'un drône qui aurait tué des talibans supposés, au Pakistan notamment, sans l'accord de ce pays, pourtant allié des Etats-Unis.

En règle générale, on entend d'ailleurs parler de ces assassinats par drônes lorsque des "bavures" entrainent la mort de civils innocents, femmes ou enfants. Victimes collatérales coupables d'être au mauvais endroit au mauvais moment.

Là aussi, l'absence de procès ne garantit pas la culpabilité de la personne assassinée ! Bien au contraire !

Gendarme du monde... pour son compte

Enfin, récurrent dossier, l'interventionnisme militaire des Etats-Unis un peu partout sur Terre est un sujet permanent de dénonciation des pratiques américaines, plus souvent liées à la défense des intérêts économiques de ses multinationales que des Droits de l'Homme.

On aimerait en effet croire au bonheur retrouvé des afghans, des libyens ou des somaliens après les interventions américaines de ces dernières décennies. C'est bien souvent l'inverse qui s'est produit !

Sans même envoyer son armée, l'action américaine au Chili ou au Honduras, pour changer de zone géographique, a permis la réussite de coups d'état et le renversement de régimes démocratiques  au profit de régimes plus conciliants avec les intérêts américains. C'est ce qui menace aussi le Vénézuéla de Maduro, la Bolivie de Morales ou l'Equateur de Correa.

En résumé, le pays leader de la "Liberté" et de la "Démocratie" dans le Monde s'avère bien loin du modèle qu'il annonce vouloir exporter à travers le Monde. Il y a bien malfaçon de la marchandise et le service après-vente n'est pas assuré.

Entre une démocratie qui se résume à deux partis grassement financés par les milieux économiques, une justice qui ne profite qu'aux riches et un interventionnisme militaire qui l'amène à bafouer Droits de l'Homme et accords internationaux, les Etats-Unis ne méritent ni le titre de démocratie, ni celui de pays pacifique.

Avec les scandales des écoutes illégales, c'est une surveillance de tous les instants qu'imposent les Etats-unis aux citoyens du monde entier, aux entreprises étrangères et mêmes aux gouvernements alliés !

Le "1984" de George Orwell a pris forme. De manière douce mais réelle.

"Big Brother" s'appelle NSA et le ministère de la réécriture de l'Histoire gère les médias.

Partager cet article

Repost 0
Published by Solidaire - dans Dans le Monde
commenter cet article

commentaires

BENAT 22/10/2013 13:02


Le plus étonnant n'est-il pas que cette analyse réaliste soit si peu partagée ?


Comment contrer  cette image "idyllique" du modèle voire du rêve américain que tous les pays occidentaux cherchent et réussissent si bien à imiter ?


Même si les faits sont tétûs, le cerveau humain garde la capacité de les transcender et de croire encore à je ne sais quel paradis ! 

Solidaire 22/10/2013 15:06


Je crois qu'objectivement l'image "idyllique" des Etats-Unis a beaucoup perdu ces dernières années. De nombreux événements ont fini par ternir la virginité démocratique de l'Empire : Guerre du
Golfe, Guantanamo, Bush, la crise économique mondiale qui a commencé aux Etats-Unis (rappelez-vous la crise immobilière US et les familles expulsées ou la faillite de Détroit !)... D'ailleurs,
aujourd'hui, le "modèle" n'est plus américain mais allemand. Un signe ! Malgré tout, les médias continuent de nous bassiner avec des images et des reportages qui confinent à la propagande. Le poids
de cette propagande pèse lourdement sur les esprits même si le doute finit par s'insinuer chez certains. Et c'est à ceux qui, comme nous communistes, veulent briser les totems pour changer
réellement le quotidien des peuples, de travailler à informer sans relâche nos concitoyens pour élargir ce doute dans les consciences.