Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • : Andrée OGER est maire honoraire de Croth, conseillère départementale de Saint André de l'Eure et chevalier de la Légion d'Honneur.
  • Contact

Rendez-vous

Fête de l'Huma 2016

Vendredi 10, samedi 11 et dimanche 12 septembre
Parc du Bourget
3 jours : 35 €
    

   ------------------------------ 

 

Salaires et pensions à la traîne, prix et loyers en hausse, profits et actionnaires qui explosent...

 

Front Uni 

contre la vie chère !

   

Campagne de pétition lancée par le PCF

pour exiger de meilleurs salaires, une hausse des minimas sociaux,

 pour exiger des baisses de TVA, un blocage des prix et des loyers

pour taxer les profits et le grandes fortunes
  

Demandez la pétition !

Signez la en ligne sur le site de la Fédération euroise du PCF : www.27.pcf.fr !

Participez au rassemblement devant Bercy (ministère des finances), vendredi 3 juin à 15 h !

Campagne contre la vie chère - affiche PCF 2011
------------------------------------------------
Contre la privatisation de La Poste !

Les communistes adhèrent au Comité Départemental de Défense de La Poste
(cliquez sur l'image !)  


- - - - - - - - - - - - - -

 
 
------------------------------------------------
CRISE : que proposent les communistes ?







 

"Sarkozy a été élu par des pauvres qui se lèvent tôt pour aller faire la fête avec des riches qui se couchent tard".
-------------------------------------------
 Des idées, des vidéos, des sondages sur le site www.sortirdelacrise.tv 
 
-------------------------------------------------
ADN-r--sistance.jpg


 

 














 


ensemble-2.jpg
 

Recherche

Texte libre

Je définirais la mondialisation comme la liberté pour mon groupe d’investir où il veut, le temps qu’il veut, pour produire ce qu’il veut, en s’approvisionnant et en vendant où il veut, et en ayant à supporter le moins de contraintes possibles en matière de droit du travail et de conventions sociales.

P.Barnevick, ancien président de la multinationale ABB. 

Pour moi, un réactionnaire c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est dans l’ordre naturel des choses. Un conservateur, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui pense qu’on n’y peut rien. Un progressiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est injuste. Un communiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui est prêt à faire pour eux ce qu’il ferait pour ses propres enfants.

Ibrahim,
Cuba, un soir lors d’une conversation inoubliable.

 

-------------------------

 

« La dette publique, en d’autres termes l’aliénation de l’État, qu’il soit despotique, constitutionnel ou républicain, marque de son empreinte l’ère capitaliste.
La seule partie de la soi-disant richesse nationale qui entre réellement dans la possession collective des peuples modernes, c’est leur dette publique »

 

Karl MARX 

 

-------------------------

Nouvelles permanences d'Andrée OGER :

 

 

 

Vous pouvez prendre rendez-vous avec Andrée OGER en contactant son secrétariat au 02.32.31.96.25

 

- Mairie de Saint André : les lundis de 17 h à 19 h

- Salle des Fêtes d'Ezy-sur-Eure: les vendredis de 17 h à 19 h

 

-------------------------------------------------------

Dernier tract des communistes
du sud de l'Eure

 (cliquer sur l'image)

 

  Tract St André Septembre 2013 - Recto

 Tract St André Septembre 2013 - Verso

 

 

 ----------------------------------------------------

----------------------------------------

Nouille2.jpeg


----------------------------------------------



 

 

1)

  

 

1)      

         

 

Ebuzzing - Top des blogs - Société

2 décembre 2011 5 02 /12 /décembre /2011 10:23

De nombreux commentateurs critiquent les discours récents de Sarkozy, notamment celui d'hier à Toulon. C'est que le candidat-président annonce des changements importants au niveau européen. Va t-il consulter les français ?

Il fut un temps où Nicolas Sarkozy voulait moraliser le capitalisme. Ce temps là est fini.

De peur d'une prise de conscience massive des peuples de l'aspect hautement criminel du capitalisme, les chefs d'état des grandes puissances du bloc capitaliste avaient entonné un discours hautement moralisateur et social au plus fort de la crise, en 2008. On allait voir ce qu'on allait voir ! Finie la spéculation acharnée ! Finis les traders ! Le capitalisme allait être moral. Il parait même qu'il allait être écolo ! ! C'était le temps du Grenelle de l'environnement et des sommets sur le réchauffement climatique.

La page est tournée. Les peuples se sont calmés et les gouvernements ont réussi à imposer à leurs peuples les factures du capitalisme "immoral". Les affaires ont repris. La spéculation aussi.

A ne gérer que le quotidien du système, sans le changer, les gouvernements européens, de droite comme sociaux-démocrates, n'ont fait que repousser la crise... en laissant l'ardoise monter.

Forcément, les peuples n'étant pas à l'origine de la crise du capitalisme, s'attaquer à eux, à leurs emplois et à leur pouvoir d'achat, ne pouvait pas constituer une réponse à la crise du système !

Aujourd'hui, le capitalisme est toujours en crise. Les Etats se sont endettés pour sauver les banques et les marchés spéculatifs : la dette est passée du secteur privé au secteur public mais elle est encore là !

La différence, c'est que les milieux financiers se sont ragaillardis avec tout cet argent public et que, puisque personne ne leur a demandé de comptes, ils se sont remis à spéculer. Sur les dettes publiques désormais et avec les conséquences que l'on connait pour des pays comme la Grèce, le Portugal ou l'Italie.

Tels des gamins inconscients, les marchés sèment le chaos puisque les adultes les laissent faire. Aujourd'hui, c'est la "maison commune", l'Union européenne, et son "argent", l'Euro, qui sont en danger.

C'est ce que reconnait enfin Nicolas Sarkozy pour qui "l'Europe peut être balayée par la crise si elle ne se ressaisit pas". Tout les beaux discours des europhiles libéraux sur la stabilité que nous apporterait l'Europe volent en éclat. Même Sarkozy reconnait l'échec du traité de Maastricht (1993) ! Un gage de sérieux pour les communistes qui ont été bien seuls à gauche à dénoncer ce traité en son temps !

Côté solutions, le problème de la droite, c'est qu'ils n'ont que le capitalisme à la bouche et la satisfaction de leur clientèle politique en tête. Du coup, notre cher candidat-président propose un "nouveau traité européen refondant et repensant toute l'organisation de l'Europe" avec "plus de discipline, plus de solidarité" et un "véritable gouvernement économique".

En clair, alors que ce qui plombe l'Europe, c'est le modèle capitaliste libéral, l'Euro et les politiques d'austérité, la droite française s'aligne sur la droite allemande et annonce une Europe encore plus centralisée, donc moins démocratique (avec son "gouvernement économique"), et où la rigueur budgétaire ("la discipline" de Sarkozy) serait le principe fondamental.

En clair, la logique des tenants du capitalisme se résume à : "Nous allons droit dans le mur. Accélérons !"

Que l'on ne compte pas sur cette Europe pour lever le petit doigt en cas de difficultés de l'un de ses membres ! Comme le dit Sarkozy, "Il doit être absolument clair que ce qui a été fait pour la Grèce, dans un contexte très particulier, ne se reproduira plus, qu'aucun Etat de la zone euro désormais ne sera mis en défaut" !

Nous voilà prévenus ! Cette Europe qu'appelle de ses voeux Sarkozy, pour le compte de la droite et des milieux d'affaire, se résumera à une agence comptable qui tapera sur les doigts des états qui voudront faire des investissements d'avenir, notamment sociaux, et qui, pour se faire, devront fatalement empruntés. Comme une famille qui achète une voiture ou une maison.

Cette Europe coffre-fort du capitalisme ne risque pas de raviver l'idéal européen que défendaient nos europhiles pour tromper les peuples !

La question subsidiaire est de savoir si le peuple français va être consulté ?

Malgré un vote largement majoritaire du peuple souverain contre le Traité Constitutionnel Européen en 2005, Sarkozy et la classe politique europhile se sont assis sur notre avis pour signer dès 2007 un Traité de Lisbonne dont on mesure tout juste les effets néfastes. Qu'est-ce qui amènerait les mêmes personnes à écouter ce que pensent les français cette fois-ci ?

Ce qui est sûr, c'est que pour changer de politique et pour tourner le dos aux politiques libérales d'intégration européenne des Maastricht et Lisbonne, le mieux est de se tourner vers ceux qui ont annoncé depuis le début (1992 !) les conséquences que l'on constate aujourd'hui, c'est à dire vers la gauche anticapitaliste, communistes en tête.

L'Europe des marchands et des marchés ne fait plus rêver personne. place à l'Europe des peuples et des coopérations !

Partager cet article

Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article

commentaires

Arnaud Mouillard 03/12/2011 08:26

J'ai repris votre article sur Twitter. Vous devriez créer un compte ! Amitiés de gauche, Arnaud MOUILLARD - http://hern.over-blog.com/

Solidaire 03/12/2011 15:13



Merci pour l'initiative ! Par manque de temps, je n'ai pas encore mis le nez dans Twitter. A réfléchir.