Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • : Andrée OGER est maire honoraire de Croth, conseillère départementale de Saint André de l'Eure et chevalier de la Légion d'Honneur.
  • Contact

Rendez-vous

Fête de l'Huma 2016

Vendredi 10, samedi 11 et dimanche 12 septembre
Parc du Bourget
3 jours : 35 €
    

   ------------------------------ 

 

Salaires et pensions à la traîne, prix et loyers en hausse, profits et actionnaires qui explosent...

 

Front Uni 

contre la vie chère !

   

Campagne de pétition lancée par le PCF

pour exiger de meilleurs salaires, une hausse des minimas sociaux,

 pour exiger des baisses de TVA, un blocage des prix et des loyers

pour taxer les profits et le grandes fortunes
  

Demandez la pétition !

Signez la en ligne sur le site de la Fédération euroise du PCF : www.27.pcf.fr !

Participez au rassemblement devant Bercy (ministère des finances), vendredi 3 juin à 15 h !

Campagne contre la vie chère - affiche PCF 2011
------------------------------------------------
Contre la privatisation de La Poste !

Les communistes adhèrent au Comité Départemental de Défense de La Poste
(cliquez sur l'image !)  


- - - - - - - - - - - - - -

 
 
------------------------------------------------
CRISE : que proposent les communistes ?







 

"Sarkozy a été élu par des pauvres qui se lèvent tôt pour aller faire la fête avec des riches qui se couchent tard".
-------------------------------------------
 Des idées, des vidéos, des sondages sur le site www.sortirdelacrise.tv 
 
-------------------------------------------------
ADN-r--sistance.jpg


 

 














 


ensemble-2.jpg
 

Recherche

Texte libre

Je définirais la mondialisation comme la liberté pour mon groupe d’investir où il veut, le temps qu’il veut, pour produire ce qu’il veut, en s’approvisionnant et en vendant où il veut, et en ayant à supporter le moins de contraintes possibles en matière de droit du travail et de conventions sociales.

P.Barnevick, ancien président de la multinationale ABB. 

Pour moi, un réactionnaire c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est dans l’ordre naturel des choses. Un conservateur, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui pense qu’on n’y peut rien. Un progressiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est injuste. Un communiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui est prêt à faire pour eux ce qu’il ferait pour ses propres enfants.

Ibrahim,
Cuba, un soir lors d’une conversation inoubliable.

 

-------------------------

 

« La dette publique, en d’autres termes l’aliénation de l’État, qu’il soit despotique, constitutionnel ou républicain, marque de son empreinte l’ère capitaliste.
La seule partie de la soi-disant richesse nationale qui entre réellement dans la possession collective des peuples modernes, c’est leur dette publique »

 

Karl MARX 

 

-------------------------

Nouvelles permanences d'Andrée OGER :

 

 

 

Vous pouvez prendre rendez-vous avec Andrée OGER en contactant son secrétariat au 02.32.31.96.25

 

- Mairie de Saint André : les lundis de 17 h à 19 h

- Salle des Fêtes d'Ezy-sur-Eure: les vendredis de 17 h à 19 h

 

-------------------------------------------------------

Dernier tract des communistes
du sud de l'Eure

 (cliquer sur l'image)

 

  Tract St André Septembre 2013 - Recto

 Tract St André Septembre 2013 - Verso

 

 

 ----------------------------------------------------

----------------------------------------

Nouille2.jpeg


----------------------------------------------



 

 

1)

  

 

1)      

         

 

Ebuzzing - Top des blogs - Société

17 août 2013 6 17 /08 /août /2013 08:56

Six ans de récession, une chute impressionnante du PIB de 231 milliards en 2009 à 193 milliards d’euros en 2012, un taux de chômage de 27 % (il passe de 7,5% à 26,9% entre le 2ème trimestre 2008 et avril 2013), de 57 % pour les moins de 25 ans et une explosion des cas de suicides.

 Le panorama de la Grèce est catastrophique et alarmant pour le reste de l’Europe. Comme en Argentine en 2001, des enfants s’évanouissent sur les bancs d’école faute de nourriture. On constate une recrudescence des cas de séropositivité alors que les dépenses de santé ont chuté de plus de 20% en 2 ans (elles sont passées de 7,1% du PIB en 2010 à 5,8% en 2012).

Pendant ce temps, le parti nazi Aube Dorée, qui siège au Parlement, profite du délabrement social pour répandre sa haine. Les créanciers ont transformé la récession en dépression et la troïka (UE – FMI - BCE) ne fait qu’assombrir chaque fois plus le tableau.

La nouvelle solution du FMI pour sauver son plan

Tous les travaux de la troïka reposent désormais sur un taux de dette publique de 124% du PIB en 2020. À croire que tout tourne autour de cet objectif fantaisiste, tant le Fonds monétaire international (FMI) s’applique à chaque fois à rectifier le tir pour garder cette cible en ligne de mire. La population grecque devrait-elle se satisfaire d’un tel horizon macro économique qui ne tient absolument pas compte de son bien-être ?

Passé les engouements sur la réduction du déficit extérieur, le dernier rapport du FMI sur la Grèce, rendu public fin juillet 2013, confirme que la population grecque reste étranglée par la charge d’une dette publique qui ne cesse d’augmenter. La baisse obtenue en 2012 à "seulement" 156,9 % du PIB, contre 170,3 % l’année précédente est totalement anéantie par un taux qui tourne en 2013 autour de 176 % du PIB.

Alors qu’elle reconnaît à demi-mot son échec retentissant en Grèce, l’institution de Washington affirme de nouveau avoir la solution… Basé sur des pronostics de croissance qui ne cessent d’être revus à la baisse, son scénario "optimiste" repose sur une imaginaire reprise des exportations, des investissements et de la consommation afin d’atteindre ce fameux objectif d’endettement de 124 % du PIB en 2020 avant de passer sous les 110% en 2022, véritable obsession du FMI. Pourtant, ce taux de dette publique ne serait alors que légèrement inférieur à celui atteint 11 ans plus tôt, en 2009, lorsqu’il était de 129,7 % du PIB. Une avancée toute relative donc.

Il est de notoriété publique que les politiques économiques misent en œuvre depuis 3 ans par la troïka se soldent par des échecs flagrants en asphyxiant chaque fois plus la population. Le FMI doit trouver de nouvelles sources d’argent en plus de celles déjà programmées par son plan d’austérité (recettes de privatisations, baisse des dépenses par des coupes claires dans les budgets sociaux, etc.) pour que le pays puisse rembourser ses créanciers.

Alors, pourquoi poursuivre dans la même voie ?

Un sauvetage en forme de prison libérale pour le peuple grec

Il faut bien comprendre que la troïka, avec son « sauvetage » à la Grèce, ne cherche en réalité qu’à lui imposer une cure libérale radicale tout en endettant encore plus l’État afin de museler définitivement les pouvoirs publics. Ainsi, cette nouvelle tranche du FMI s’inscrit dans un vaste plan d’endettement accru de la Grèce à l’égard de la troïka. En effet, la Grèce a reçu le 31 juillet une tranche de prêt de 4 milliards d’euros de la part des autorités européennes.

Une partie des intérêts que la Grèce a versé aux pays de l’UE, qui lui ont prêté de l’argent dans le cadre du mémorandum de 2010, lui sera reversée sous forme de prêt. C'est un peu comme ce qu'il s'est passé entre les états européens (dont la France) et leurs banques privées qui ont prêtées aux états (avec intérêts) l'argent versé par ses états pour les sauver.

Le 18 juillet dernier, le gouvernement droite-socialiste grec promulgait une loi instituant le licenciement massif des fonctionnaires en pleine contradiction avec la Constitution grecque, loi qui permet le sacrifice de plusieurs milliers d’employés qui devront travailler huit mois avec un salaire réduit avant d’accepter une nouvelle proposition, sous peine d’être mis à la rue. Au total, 4 200 personnes sont concernées : officiers de police municipale, enseignants, gardiens d’écoles...

Par ailleurs, entre autres mesures, la troïka prévoit de privatiser les services de transport public d’autobus longue distance, les sociétés de gestion et d’assainissement d’eau à Athènes (EYDAP) et Thessalonique (EYATH), la compagnie de gaz (DEPA), la plus grosse entreprise de raffinerie et distribution de pétrole (ELPE, Hellenic Petroleum S.A), la loterie nationale, l’organisation grecque de pronostics de football (OPAP)…

Après ses échecs successifs pour renverser les crises en Asie en 1997 (en Thaïlande, Indonésie et Corée du Sud) ou ailleurs, le FMI poursuit sa croisade contre la souveraineté des peuples en Europe dont la Grèce est son laboratoire expérimental.

Les arguments sur la dette cachent, à la vue des résultats inexistants, des traitements qui visent à mettre à genou l'état grec donc la souveraineté du peuple grec sur son destin et son économie.

Il est temps d'exiger l'annulation de la dette illégitime pour le bien du peuple grec auprès de banques et de créanciers qui pratiquent l'usure.

En France aussi, la dette illégitime doit être effacée. C'était l'un des points du programme présidentiel et législatif défendu par les candidats Front de Gauche et communistes en 2012. Il est toujours d'actualité

Partager cet article

Repost 0
Published by Solidaire - dans Dans le Monde
commenter cet article

commentaires