Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • : Andrée OGER est maire honoraire de Croth, conseillère départementale de Saint André de l'Eure et chevalier de la Légion d'Honneur.
  • Contact

Rendez-vous

Fête de l'Huma 2016

Vendredi 10, samedi 11 et dimanche 12 septembre
Parc du Bourget
3 jours : 35 €
    

   ------------------------------ 

 

Salaires et pensions à la traîne, prix et loyers en hausse, profits et actionnaires qui explosent...

 

Front Uni 

contre la vie chère !

   

Campagne de pétition lancée par le PCF

pour exiger de meilleurs salaires, une hausse des minimas sociaux,

 pour exiger des baisses de TVA, un blocage des prix et des loyers

pour taxer les profits et le grandes fortunes
  

Demandez la pétition !

Signez la en ligne sur le site de la Fédération euroise du PCF : www.27.pcf.fr !

Participez au rassemblement devant Bercy (ministère des finances), vendredi 3 juin à 15 h !

Campagne contre la vie chère - affiche PCF 2011
------------------------------------------------
Contre la privatisation de La Poste !

Les communistes adhèrent au Comité Départemental de Défense de La Poste
(cliquez sur l'image !)  


- - - - - - - - - - - - - -

 
 
------------------------------------------------
CRISE : que proposent les communistes ?







 

"Sarkozy a été élu par des pauvres qui se lèvent tôt pour aller faire la fête avec des riches qui se couchent tard".
-------------------------------------------
 Des idées, des vidéos, des sondages sur le site www.sortirdelacrise.tv 
 
-------------------------------------------------
ADN-r--sistance.jpg


 

 














 


ensemble-2.jpg
 

Recherche

Texte libre

Je définirais la mondialisation comme la liberté pour mon groupe d’investir où il veut, le temps qu’il veut, pour produire ce qu’il veut, en s’approvisionnant et en vendant où il veut, et en ayant à supporter le moins de contraintes possibles en matière de droit du travail et de conventions sociales.

P.Barnevick, ancien président de la multinationale ABB. 

Pour moi, un réactionnaire c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est dans l’ordre naturel des choses. Un conservateur, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui pense qu’on n’y peut rien. Un progressiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est injuste. Un communiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui est prêt à faire pour eux ce qu’il ferait pour ses propres enfants.

Ibrahim,
Cuba, un soir lors d’une conversation inoubliable.

 

-------------------------

 

« La dette publique, en d’autres termes l’aliénation de l’État, qu’il soit despotique, constitutionnel ou républicain, marque de son empreinte l’ère capitaliste.
La seule partie de la soi-disant richesse nationale qui entre réellement dans la possession collective des peuples modernes, c’est leur dette publique »

 

Karl MARX 

 

-------------------------

Nouvelles permanences d'Andrée OGER :

 

 

 

Vous pouvez prendre rendez-vous avec Andrée OGER en contactant son secrétariat au 02.32.31.96.25

 

- Mairie de Saint André : les lundis de 17 h à 19 h

- Salle des Fêtes d'Ezy-sur-Eure: les vendredis de 17 h à 19 h

 

-------------------------------------------------------

Dernier tract des communistes
du sud de l'Eure

 (cliquer sur l'image)

 

  Tract St André Septembre 2013 - Recto

 Tract St André Septembre 2013 - Verso

 

 

 ----------------------------------------------------

----------------------------------------

Nouille2.jpeg


----------------------------------------------



 

 

1)

  

 

1)      

         

 

Ebuzzing - Top des blogs - Société

20 octobre 2011 4 20 /10 /octobre /2011 09:30

Je vous livre ici un article publié sur le site http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/ relatant la formidable mobilisation grecque de mercredi 19 octobre, à l'appel sur syndicat communiste PAME.

Cet article met en évidence l'importance du travail préparatoire à cette mobilisation et la croissance de la mobilisation, de journées en journées, par le travail militant des communistes grecs. Les socialistes, au pouvoir, partagent les mêmes objectifs que la droite et l'extrême droite locales : imposer une forte régression sociale pour engraisser les créanciers du pays. Les communistes constituent la seule force politique à s'y opposer et à proposer une alternative à cette austérité, la seule crédible face à une telle crise : la rupture avec l'euro et l'Union européenne et l'annulation de la dette.

Force est de constater que nos médias ont été obligés de relater l'événement, compte-tenu de son ampleur. Ils ont néanmoins tenté d'en minimiser la portée en évitant le plus souvent de relever le caractère historique de cette mobilisation, en parlant de mobilisation "des" syndicats alors qu'il n'y avait pas de participation des grandes centrales syndicales réformistes grecques (ADEDY, GSEE) mais seulement les syndicats de classe liés ou proches du Parti communiste grec (KKE) comme le PAME.

Enfin, il est rassurant de voir la prise de conscience politique d'une part importante de la population sur la nature intrinsèquement voleuse du capitalisme et sur la nécessité de changer de système politique, voire économique pour certains manifestants.  Les interviews diffusées en France étaient très claires sur ce contenu de classe des revendications sociales.

Un bel exemple à suivre en France qui nous éclaire sur la nature hautement politique de la crise que nous vivons et sur la réalité des forces qui défendent les travailleurs ou les trahissent. L'extrême-droite grecque ayant rejoint le camps de la bourgeoisie dès les premières mesures d'austérité malgré un discours très "populiste" aux élections précédentes. Un classique pour l'extrême-droite, comme nous l'a enseigné l'histoire allemande (avec un parti nazi très "gauchiste" et ouvriériste avant son accession au pouvoir en 1933) et comme tend à nous le montrer l'extrême-droite française aujourd'hui avec le changement de discours du FN, via l'avocate milliardaire marine Le Pen.

Cette mobilisation grecque a tout notre soutien.

Et espérons que le peuple grec ouvre la voie à une période de contre-attaque des peuples contre leurs élites, pour reconquérir les acquis sociaux et les revenus perdus ces dernières décennies. Ou plus encore ?...

Solidaire


Une marée humaine sans précédent de plusieurs centaines de milliers de personnes ont participé à la formidable manifestation de grève du PAME, envahissant la ville d'Athènes, une manifestation telle qu'on en a pas vu dans les dernières décennies, pour le premier jour de la grève générale nationale de 48 heures. Tous les axes du centre-ville d'Athènes ont été occupés par des foules immenses de travailleurs pendant plusieurs heures

Des rassemblements massifs inédits par leur ampleur et leur vigueur militante se sont produits dans des villes de toute la Grèce.

Ces forces se sont réunies afin que le projet de loi prévoyant des mesures anti-populaires ne soit pas adopté avec comme ligne : A bas le gouvernement et les partis de la ploutocratie, organisation et alliance ouvrière-populaire partout, voilà la solution à la question du pouvoir. Le mot d'ordre que l'on entendait pendant le rassemblement était « Sans toi, travailleur, aucun rouage ne tourne, tu peux te débrouiller sans les patrons », « Désobéissance envers la ploutocratie, que le peuple fasse front face au pouvoir ».

L'énorme succès de la grève a reposé sur la paralysie d'innombrables usines, de grandes unités de production et d'autres lieux de travail par les ouvriers et les employés qui vivent la pauvreté, la misère et l'impasse du chômage. Son ampleur considérable et sa vigueur militante ont reposé également sur la fermeture de nombreux petits commerces qui se trouvent désormais face au danger de fermer définitivement leurs portes. Nombreux furent les travailleurs qui ont participé pour la première fois à la grève apportant une dynamique toute particulière à la lutte contre la brutalité des mesures du gouvernement, de la ploutocratie, du FMI, de l'UE.

Dès l'aube, les forces du PAME avec leurs piquets de grève ont soutenu de manière résolue les travailleurs dans les lieux de travail « ghettos » qui ont décidé de partir en grève pour la première fois, défiant l'intimidation patronale et même la mobilisation civile, que le gouvernement avait imposé contre la grève des éboueurs municipaux, ainsi que d'autres mécanismes de casse de la grève auquel a eu recours le gouvernement.

Les groupes provocateurs sortis des rangs des confédérations syndicales de collaboration GSEE et ADEDY ont cherché encore une fois à créer des incidents mis en scène.

Néanmoins, ils ne sont pas parvenus à occulter l'ampleur de la manifestation et ses revendications, la participation organisée et sécurisée des travailleurs aux manifestations du PAME où pas un seul incident ne fut à déplorer.

Giorgos Perros, membre du secrétariat exécutif du PAME, a affirmé entre autres à la tribune : « il n'y a pas de PASOK pour le peuple. Il n'y a pas de gouvernement pour le peuple, qu'il porte l'étiquette de « centre-gauche » ou de « gauche », qui ne rentre pas en conflit avec les monopoles, dont le programme ne comprenne pas la rupture avec les monopoles ou en d'autres termes leur socialisation. Soit du côté du peuple, soit du côté des monopoles. Pouvoir populaire-ouvrier ou pouvoir des monopoles. Il n'y pas d'autre voie ! Ne perdons pas un seul instant. Ripostons tous ensemble ! Demain, jeudi, nous devons tous participer à l'encerclement du Parlement par le PAME, à partir de tous les côtés, de toutes les rues. » 19 octobre - 2Processus en cours dans les partis bourgeois pour endiguer le torrent de colère populaire :

L'énorme succès de ce premier jour de grève met la pression sur les partis de la ploutocratie et son gouvernement. Ainsi, en ce moment, il y a une intensification des processus de re-configuration du système politique de la part du PASOK et de la ND ainsi que d'autres partis bourgeois, avec des scénarios de « grande coalition PASOK-ND », ainsi que des efforts pour s'assurer d'un consensus afin de faire passer les mesures anti-populaires même contre le torrent de la grève qui a inondé Athènes et d'autres villes aujourd'hui.

La secrétaire-générale du comité central du KKE, Aleka Papariga, a évoqué par rapport à ces processus, dans ses déclarations aux médias, la chose suivante : « Je ne pense pas que M.Papandreou attend de nous de la modération et un acquiescement. Peut-être pour des raisons qui ont à voir avec l'image que cela donne à l'étranger, il rencontre les partis afin de montrer qu'il bénéficie de leur soutien. Il ne recevra aucun soutien de notre part. Pas le moindre. Ce qu'il aura de notre part, c'est notre opposition radicale, totale, véritable et organisée. »

A la fin de la rencontre qu'elle a eu avec le premier ministre, qui a organisé une série de rencontres avec tous les dirigeants de parti, la secrétaire-générale du Comité central du KKE a déclaré :

« A partir de maintenant, les choses devront être bel et bien décidées par le peuple souverain et non par des négociations que le gouvernement mènera ou par des conseils et des réunions avec les autres partis ». Aleka Papariga a appelé le peuple à aller de l'avant sans crainte, sans illusions jusqu'à la victoire finale et elle a ajouté :« Il existe une seule solution : les richesses qui se trouve dans ce pays doivent devenir patrimoine du peuple. Nous devons briser les chaînes qui nous lient à l'UE et annuler unilatéralement la dette. Il n'existe pas de solution intermédiaire. »

Il convient de noter que toutes les forces sur des positions de classe seront rassemblées pour la seconde journée de grève, jeudi, et pour l'encerclement du Parlement qui constituera un nouveau jalon dans la lutte contre les mesures anti-ouvrières, contre les monopoles et leur pouvoir.

Partager cet article

Repost 0
Published by Solidaire - dans Dans le Monde
commenter cet article

commentaires

hannibal Lecteur 21/10/2011 14:29



Un manifestant est mort.


Malgré les propos des médias français, il ne s'agit pas d'un anarchiste mais d'un militant communiste de 53 ans, Dimitris Kotzaridis, père de deux filles.


Dimitri n'est pas mort sous les coups de la police mais dans le cadre d'attaques menées par des groupes anarchistes "black blocks" contre le cortège syndical, à coups de pierres, matraques et
cocktail molotov !


Ces groupes démontrent le rôle qu'ils occupent dans la société : ils servent à décrédibiliser les actions pacifiques de masse, à semer des troubles qui ensuite permettent aux autorités de
réprimer les manifestations.


Les jeunes manipulés par ces groupes pensent faire leur "Révolution" ; ils ne font que servir le système capitaliste et la police.


C'est la même chose en France avec ces pseudo-révolutionnaires, noirs ou rouges, que l'on croise parfois au hasard des manifs.


Les travailleurs ont besoin de radicalité, pas deviolence !


Hannibal



Solidaire 21/10/2011 18:10



Information importante effectivement. Merci !