Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • : Andrée OGER est maire honoraire de Croth, conseillère départementale de Saint André de l'Eure et chevalier de la Légion d'Honneur.
  • Contact

Rendez-vous

Fête de l'Huma 2016

Vendredi 10, samedi 11 et dimanche 12 septembre
Parc du Bourget
3 jours : 35 €
    

   ------------------------------ 

 

Salaires et pensions à la traîne, prix et loyers en hausse, profits et actionnaires qui explosent...

 

Front Uni 

contre la vie chère !

   

Campagne de pétition lancée par le PCF

pour exiger de meilleurs salaires, une hausse des minimas sociaux,

 pour exiger des baisses de TVA, un blocage des prix et des loyers

pour taxer les profits et le grandes fortunes
  

Demandez la pétition !

Signez la en ligne sur le site de la Fédération euroise du PCF : www.27.pcf.fr !

Participez au rassemblement devant Bercy (ministère des finances), vendredi 3 juin à 15 h !

Campagne contre la vie chère - affiche PCF 2011
------------------------------------------------
Contre la privatisation de La Poste !

Les communistes adhèrent au Comité Départemental de Défense de La Poste
(cliquez sur l'image !)  


- - - - - - - - - - - - - -

 
 
------------------------------------------------
CRISE : que proposent les communistes ?







 

"Sarkozy a été élu par des pauvres qui se lèvent tôt pour aller faire la fête avec des riches qui se couchent tard".
-------------------------------------------
 Des idées, des vidéos, des sondages sur le site www.sortirdelacrise.tv 
 
-------------------------------------------------
ADN-r--sistance.jpg


 

 














 


ensemble-2.jpg
 

Recherche

Texte libre

Je définirais la mondialisation comme la liberté pour mon groupe d’investir où il veut, le temps qu’il veut, pour produire ce qu’il veut, en s’approvisionnant et en vendant où il veut, et en ayant à supporter le moins de contraintes possibles en matière de droit du travail et de conventions sociales.

P.Barnevick, ancien président de la multinationale ABB. 

Pour moi, un réactionnaire c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est dans l’ordre naturel des choses. Un conservateur, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui pense qu’on n’y peut rien. Un progressiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est injuste. Un communiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui est prêt à faire pour eux ce qu’il ferait pour ses propres enfants.

Ibrahim,
Cuba, un soir lors d’une conversation inoubliable.

 

-------------------------

 

« La dette publique, en d’autres termes l’aliénation de l’État, qu’il soit despotique, constitutionnel ou républicain, marque de son empreinte l’ère capitaliste.
La seule partie de la soi-disant richesse nationale qui entre réellement dans la possession collective des peuples modernes, c’est leur dette publique »

 

Karl MARX 

 

-------------------------

Nouvelles permanences d'Andrée OGER :

 

 

 

Vous pouvez prendre rendez-vous avec Andrée OGER en contactant son secrétariat au 02.32.31.96.25

 

- Mairie de Saint André : les lundis de 17 h à 19 h

- Salle des Fêtes d'Ezy-sur-Eure: les vendredis de 17 h à 19 h

 

-------------------------------------------------------

Dernier tract des communistes
du sud de l'Eure

 (cliquer sur l'image)

 

  Tract St André Septembre 2013 - Recto

 Tract St André Septembre 2013 - Verso

 

 

 ----------------------------------------------------

----------------------------------------

Nouille2.jpeg


----------------------------------------------



 

 

1)

  

 

1)      

         

 

Ebuzzing - Top des blogs - Société

23 août 2014 6 23 /08 /août /2014 08:51

Effarant !

Une chanson qui rapporte de l’argent a des gens qui n’en ont jamais composé 1 siècle après sa première diffusion, grâce qu droit d’auteur. Ou comment transformer un droit des personnes en taxe privée.

Une véritable parabole du milieu artistique et, finalement, du capitalisme.

Ou comment le bizness et l'appa^t du gain vampirise la culture, la création et la recherche scientifique. On le voit actuellement avec la privatisation du génôme humain ou la volonté des multinationales des semences d'interdire la pratique multiséculaire et naturelle d'utilisation des semences fermières par les paysans.

Ce capitalisme sans âme finira par tuer la création et la planète.

Solidaire


Un article de Brice Miclet sur Rue89 à relire ici : http://rue89.nouvelobs.com/rue89-culture/2014/08/17/happy-birthday-to-you-warner-veut-lacher-machine-a-sous-254251.

Elle est la chanson anglophone la plus connue selon le Livre Guinness des records. Pourtant, « Happy Birthday To You » n’est jamais tombé dans le domaine public. C’est la Warner qui, depuis qu’elle a obtenu les droits du morceau en 1990, empoche environ 2 millions de dollars par an de royalties.

Dès qu’elle est fredonnée dans un film, dans un concert, à la radio ou à la télévision, dans l’une de ses trente-quatre traductions officielles, la machine à sous se met en route.

Depuis cinq ans, plusieurs recours en justice tentent de prouver que la major aurait abusé du droit américain. En vain pour le moment. Pourtant, les arguments sont rodés et les plaidoiries bien ficelées.

Rien ne prouve que les sœurs Hill soient les auteures

Si « Happy Birthday To You » a vraisemblablement été écrite aux alentours de 1912, la Warner n’en détient les droits que depuis 1990, lorsqu’elle a racheté la société The Summy Company, pour 15 millions de dollars, elle-même propriétaire de la chanson depuis 1935. Une bonne affaire. Sauf qu’il y a débat.

Pour comprendre ce marasme juridique, il faut faire un bond dans le temps de 121 ans. En 1893, les sœurs Patty et Mildred J. Hill, institutrices à la Little Loomhouse de Louisville, dans le Kentucky, se mettent à composer des chants pour leurs élèves. Petit succès local, les enfants du coin reprennent régulièrement ces airs.


Partition de « Good morning to all »

Un recueil de leurs chansons sort, intégrant notamment le chant « Good Morning To All ». Elles passeront ensuite plusieurs années à écrire des versions différentes de ce morceau, modifiant les paroles pour les adapter à toutes sortes d’événements, mais conservant la même mélodie.

Parmi ces versions : « Happy Birthday To You ». Mais celle-ci n’est pas présente dans le songbook, et n’est donc pas protégée. Rien ne prouve que les sœurs Hill en soient les auteures. C’est pourtant celle-ci qui restera dans l’histoire.

En 1921, 28 ans après son écriture et conformément au droit américain, « Good Morning To All » tombe dans le domaine public. Mais rien concernant la version « Happy Birthday To You », qui devient de plus en plus populaire. Les sœurs Hill ne touchent donc rien de ce succès.

En 1935, une société décide cependant de leur venir en aide. The Summy Company dépose officiellement la version « Happy Birthday To You ». C’est là que ça se complique. Pour ce faire, Jessica Hill prétend que les arrangements de cette version sont originaux, car la première note du morceau est doublée afin de permettre de prononcer les deux syllabes de « Happy », qui remplace « Good ».

« Happy Birthday To You », pour une seule note, est donc protégée pour la première fois, près de 25 ans après son écriture.

Jusqu’à 150 000 dollars pour chaque violation

A partir de là, chaque prestation publique de la chanson est facturée en royalties. Comme cette interprétation par Lino Ventura dans « Les Tontons Flingueurs » en 1963.

Durant plusieurs décennies, The Summy Company reçoit les droits de « Happy Birthday To You », jusqu’à ce que l’entreprise soit rachetée par la Warner en 1990. Désormais, chaque violation de la loi concernant la chanson peut coûter jusqu’à 150 000 dollars (environ 112 000 euros), et ceux jusqu’en 2030 (95 ans après le dépôt du morceau).

Sauf que certaines voix commencent à s’élever contre le bien-fondé de cette détention. Surtout lorsque l’universitaire Robert Brauneis décide de publier une étude détaillée visant à prouver que la Warner outrepasse ses droits.

Plusieurs arguments y sont avancés :

  • D’abord, le fait d’avoir déposé « Happy Birthday To You » en 1935 en invoquant une modification de la mélodie et des arrangements est remis en question. En effet, une mélodie ne peut être déposée deux fois, un copyright doit être original. Le fait d’avoir doublé la première note ne paraît pas suffisant aux yeux de Brauneis. Etant donné que « Good Morning To All » est tombée dans le domaine public dès 1921, il doit en être de même pour sa mélodie, et donc pour « Happy Birthday To You ».
  • Selon Brauneis, la chanson « Good Morning To All » serait elle-même une reprise d’un vieux chant religieux afro-américain. Encore un argument qui remet en question l’originalité de « Happy Birthday To You », pourtant impérative pour qu’elle soit déposée. Une thèse appuyée par le fait que l’une des sœurs Hill, Mildred, est devenue au fil des ans une experte reconnue de ce type de chants religieux.
  • La chanson « Good Morning To All » a été déposée en 1893 et est tombée dans le domaine public 28 ans plus tard, en 1921, conformément à la loi américaine. Sauf que les sœurs Hill avaient la possibilité de renouveler le copyright pour 28 ans supplémentaires, et ne l’ont pas fait. Dans ce cas, comment accepter qu’un morceau (« Happy Birthday To You ») soit protégé quatorze ans après que sa source (« Good Morning To All ») soit tombée dans le domaine public ? Brauneis estime que si les sœurs Hill avaient réellement voulu protéger leur chanson, elles auraient au moins dû faire renouveler le copyright de l’original.

Un document de 68 pages, consultable en téléchargement gratuit, détaille ce travail de recherche absolument remarquable.

La Warner ne lâche pas l’affaire

En 2013, une réalisatrice américaine, souhaite faire un documentaire sur l’histoire de « Happy Birthday To You ». Etant donné que son film contient un passage où un groupe de personnes chante la chanson, elle verse 1 500 dollars à la Warner/Chapell Music. Mais décide finalement d’attaquer la major en justice, s’appuyant sur les travaux de Robert Brauneis.

Débouté une première fois par la Cour fédérale du district sud de New York, Jennifer Nelson et son avocat ont fait appel, réclamant le remboursement des 1 500 dollars versés par la réalisatrice et le remboursement de tous les royalties perçus par la Warner depuis fin 2009. Le jugement soit être rendu en novembre prochain.

En attendant, la Warner exerce toujours son droit sans partage sur la chanson. A tel point que la série documentaire américaine « Eyes On The Prize », traitant des droits civiques aux Etats-Unis et sortie entre 1987 et 1990, est encore aujourd’hui interdite de rediffusion pour contenir un passage où Martin Luther King entonne le fameux chant.

S’il est donc prouvé que « Happy Birthday To You » est bien libre de droits depuis 1921, la Warner devra rembourser les royalties réclamés depuis fin 2009. Si la Cour juge que même le dépôt « Good Morning To All » n’était pas conforme, puisque la chanson serait déjà tirée d’un vieux chant religieux, la Warner devra reverser des dizaines de millions de dollars.

En attendant, il est encore possible de contourner le copyright. En tuant le personnage qui s’apprêtait à la chanter, comme dans « The Game » de David Fincher :

Ou en en faisant sa propre version, comme dans « Alice au Pays des Merveilles » :

Mise à jour : ou encore, nous signale Guillaume42 sur Twitter, comme le Colbert Show qui chante Hapy Birthday sur la musique de l’hymne américain, juste pour éviter d’engraisser la Warner...

Partager cet article

Repost 0
Published by Solidaire - dans Dans le Monde
commenter cet article

commentaires