Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • : Andrée OGER est maire honoraire de Croth, conseillère départementale de Saint André de l'Eure et chevalier de la Légion d'Honneur.
  • Contact

Rendez-vous

Fête de l'Huma 2016

Vendredi 10, samedi 11 et dimanche 12 septembre
Parc du Bourget
3 jours : 35 €
    

   ------------------------------ 

 

Salaires et pensions à la traîne, prix et loyers en hausse, profits et actionnaires qui explosent...

 

Front Uni 

contre la vie chère !

   

Campagne de pétition lancée par le PCF

pour exiger de meilleurs salaires, une hausse des minimas sociaux,

 pour exiger des baisses de TVA, un blocage des prix et des loyers

pour taxer les profits et le grandes fortunes
  

Demandez la pétition !

Signez la en ligne sur le site de la Fédération euroise du PCF : www.27.pcf.fr !

Participez au rassemblement devant Bercy (ministère des finances), vendredi 3 juin à 15 h !

Campagne contre la vie chère - affiche PCF 2011
------------------------------------------------
Contre la privatisation de La Poste !

Les communistes adhèrent au Comité Départemental de Défense de La Poste
(cliquez sur l'image !)  


- - - - - - - - - - - - - -

 
 
------------------------------------------------
CRISE : que proposent les communistes ?







 

"Sarkozy a été élu par des pauvres qui se lèvent tôt pour aller faire la fête avec des riches qui se couchent tard".
-------------------------------------------
 Des idées, des vidéos, des sondages sur le site www.sortirdelacrise.tv 
 
-------------------------------------------------
ADN-r--sistance.jpg


 

 














 


ensemble-2.jpg
 

Recherche

Texte libre

Je définirais la mondialisation comme la liberté pour mon groupe d’investir où il veut, le temps qu’il veut, pour produire ce qu’il veut, en s’approvisionnant et en vendant où il veut, et en ayant à supporter le moins de contraintes possibles en matière de droit du travail et de conventions sociales.

P.Barnevick, ancien président de la multinationale ABB. 

Pour moi, un réactionnaire c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est dans l’ordre naturel des choses. Un conservateur, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui pense qu’on n’y peut rien. Un progressiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est injuste. Un communiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui est prêt à faire pour eux ce qu’il ferait pour ses propres enfants.

Ibrahim,
Cuba, un soir lors d’une conversation inoubliable.

 

-------------------------

 

« La dette publique, en d’autres termes l’aliénation de l’État, qu’il soit despotique, constitutionnel ou républicain, marque de son empreinte l’ère capitaliste.
La seule partie de la soi-disant richesse nationale qui entre réellement dans la possession collective des peuples modernes, c’est leur dette publique »

 

Karl MARX 

 

-------------------------

Nouvelles permanences d'Andrée OGER :

 

 

 

Vous pouvez prendre rendez-vous avec Andrée OGER en contactant son secrétariat au 02.32.31.96.25

 

- Mairie de Saint André : les lundis de 17 h à 19 h

- Salle des Fêtes d'Ezy-sur-Eure: les vendredis de 17 h à 19 h

 

-------------------------------------------------------

Dernier tract des communistes
du sud de l'Eure

 (cliquer sur l'image)

 

  Tract St André Septembre 2013 - Recto

 Tract St André Septembre 2013 - Verso

 

 

 ----------------------------------------------------

----------------------------------------

Nouille2.jpeg


----------------------------------------------



 

 

1)

  

 

1)      

         

 

Ebuzzing - Top des blogs - Société

10 février 2014 1 10 /02 /février /2014 11:51

Le leitmotiv libéral contre les dépenses publiques est repris en boucle par nos gouvernements, de droite comme socialistes.

Alors ? Utiles ou utiles les dépenses publiques ? Utiles ou inutiles les services publics ? Les fonctionnaires ?

A en croire le Parti socialiste au gouvernement, il faut tailler dans le dépense publique donc dans les services publics et les effectifs de fonctionnaires. Le PS poursuit sa mue libérale et s'approprie un discours et des valeurs de droite.

Pourtant, encore dans l'opposition début 2014, le PS et son candidat Hollande n'avaient pas de mots assez durs pour dénoncer les politiques de Sarkozy et de l'UMP contre les investissements publics et contre le non-remplacement d'un départ en retraite sur deux dans la Fonction publique !

Il y a même eu un voeu de voter par la majorité socialiste en session du Conseil général sur ces questions ! C'était, il est vrai, sous Sarkozy !

Aujourd'hui, le gouvernement décide de diminuer de 1,5 milliards d'euros par an et dès 2014 les dotations de l'Etat aux collectivités locales, régions, départements et communes. Autant d'argent en moins pour les usagers, pour les territoires et pour les entreprises locales ! Car, n'oublions pas que 70 % des investissements publics sont réalisés par les collectivités locales !

Ces 1,5 milliards, ce n'est pas que de l'argent public "économisé", c'est bien de l'investissement utile qui ne sera pas fait : pour les routes, les collèges et lycées, la vie sportive et associative, l'environnement, l'aide aux personnes âgées ou handicapées, l'investissement économique et les infrastructures comme l'internet, l'équipement des collectivités,... bref ! Des tonnes de dépenses qui servent quotidiennement à chacun d'entre nous et à nos proches !

Côté services publics et fonctionnaires, c'est la même chose !

Les sondages sont contradictoires et les français ont beau être harcelés psychologiquement, dressés à haïr les fonctionnaires, il y a quand même une majorité de français qui s'inquiète de la dégradation de l'enseignement, du manque de moyen des hôpitaux, quand on ne les ferme pas tout simplement, de la lenteur de la justice, du manque de policiers, des services publics qui perdent en réactivité, CAF, Sécu, Impôts, etc.

Le discours anti-services publics et anti-fonctionnaires s'oppose aux besoins croissants de nos concitoyens en services de proximité, en mécanismes de solidarité.

Qui peut accepter une fermeture d'école, de bureau de poste, de gendarmerie ou de perception dans sa commune ? Qui souhaite voir disparaître la maternité ou la chirurgie de l'hôpital voisin ? Qui peut souhaiter avoir moins de pompiers, moins d'agents EDF, moins d'agents des routes, notamment en ces temps météorologiques perturbés où ces services publics sont en pointe pour aider les bretons, les habitants du sud-ouest ou du Var sous les eaux ?

Nos concitoyens savent bien que ce sont les agents des services publics qui se dévouent pour aider les sinsitrés. Quelqu'un a t-il vu des agents de Véolia, de Vinci, de Bouyghes, de SFR ou d'une autre grande entreprise privée intervenir bénévolement dans ces régions ? Non.

Le problème n'est pas dans l'esprit de solidarité des personnels de ces entreprises, mais dans les missions que leur attribuent leurs directions. Une entreprise privée fait des affaires, des bénéfices. Elle ne fait ni dans le social, ni dans l'humanitaire !

C'est toute la différence avec le service public et c'est pour cela que réfléchir uniquement en termes de bilan financier, de comptabilité, pour une entreprise publique ou une collectivité locale, c'est faire fausse route. Volontairement.

Quand le Département verse une subvention pour reconstruire des classes d'école dans un village ou pour améliorer la sécurité routière aux entrées d'un hameau, elle ne réfléchit pas rentabilité mais "bien public", "intérêt commun" !

Oui ! Il faut surveiller la dépense publique !

Il faut la surveiller non pas pour la réduire mais pour la rendre efficace, permettre de mener plusieurs opérations utiles avec la même quantité d'argent.

Réduire la dépense publique en réduisant l'argent disponible, c'est supprimer des investissements utiles à tous, à "l'intérêt commun", et c'est réduire aussi les contrats passés avec les entreprises locales, de travaux publics, d'artisanat, de commerce !

Et réduire l'emploi public, en ne renouvelant pas les postes laissés vacants par ceux qui partent en retraite, c'est jouer contre le service public et contre l'emploi ! Contre le service public car, logiquement, les missions remplies par le salarié qui part en retraite ne peuvent être menées complètement par ceux qui restent et qui doivent, déjà, mener les leurs. Contre l'emploi parce que tout emploi de fonctionnaire non renouvelé, c'est un emploi en moins pour un jeune en recherche d'emploi !

Et que dire des blocages de salaires que subissent les fonctionnaires depuis Sarkozy et aujourd'hui encore, malgré le changement théorique de majorité !

Les propos de Vincent Peillon sur le blocage des évolutions de carrière dans l'Education nationale (pour l'instant) ne sont pas là pour rassurer les personnels enseignants et non enseignants de cet important ministère. Ni pour les motiver !

1 milliard d'euros d'économie, certes ! Mais 1 milliard d'euros d'économie sur le dos des personnels !

C'est autant de pouvoir d'achat en moins pour les enseignants et les personnels de l'Education nationale donc 1 milliard de moins en aliments, en courses diverses, en équipement des ménages, en dépenses de loisirs... donc moins d'argent pour notre économie.

Réduire la dépense public, c'est ralentir l'investissement donc l'économie de nos territoires !

Réduire les salaires et le nombre de postes de fonctionnaires, c'est aussi réduire la croissance donc l'économie française !

Réduire le nombre de fonctionnaires, c'est accroître le chômage !

Réduire les services publics, c'est affaiblir les familles en difficultés, les personne fragiles, les territoires ruraux, et laisser au privé des services autrefois gratuits !

Finalement, le seul intérêt de cette course à la réduction de l'investissement public, c'est de laisser le champs libre au secteur privé qui va monnayer chèrement ces services, et c'est trouver un nouvel argument pour financer de nouvelles réductions d'impôts... pour les entreprises.

Partager cet article

Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article

commentaires