Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • : Andrée OGER est maire honoraire de Croth, conseillère départementale de Saint André de l'Eure et chevalier de la Légion d'Honneur.
  • Contact

Rendez-vous

Fête de l'Huma 2016

Vendredi 10, samedi 11 et dimanche 12 septembre
Parc du Bourget
3 jours : 35 €
    

   ------------------------------ 

 

Salaires et pensions à la traîne, prix et loyers en hausse, profits et actionnaires qui explosent...

 

Front Uni 

contre la vie chère !

   

Campagne de pétition lancée par le PCF

pour exiger de meilleurs salaires, une hausse des minimas sociaux,

 pour exiger des baisses de TVA, un blocage des prix et des loyers

pour taxer les profits et le grandes fortunes
  

Demandez la pétition !

Signez la en ligne sur le site de la Fédération euroise du PCF : www.27.pcf.fr !

Participez au rassemblement devant Bercy (ministère des finances), vendredi 3 juin à 15 h !

Campagne contre la vie chère - affiche PCF 2011
------------------------------------------------
Contre la privatisation de La Poste !

Les communistes adhèrent au Comité Départemental de Défense de La Poste
(cliquez sur l'image !)  


- - - - - - - - - - - - - -

 
 
------------------------------------------------
CRISE : que proposent les communistes ?







 

"Sarkozy a été élu par des pauvres qui se lèvent tôt pour aller faire la fête avec des riches qui se couchent tard".
-------------------------------------------
 Des idées, des vidéos, des sondages sur le site www.sortirdelacrise.tv 
 
-------------------------------------------------
ADN-r--sistance.jpg


 

 














 


ensemble-2.jpg
 

Recherche

Texte libre

Je définirais la mondialisation comme la liberté pour mon groupe d’investir où il veut, le temps qu’il veut, pour produire ce qu’il veut, en s’approvisionnant et en vendant où il veut, et en ayant à supporter le moins de contraintes possibles en matière de droit du travail et de conventions sociales.

P.Barnevick, ancien président de la multinationale ABB. 

Pour moi, un réactionnaire c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est dans l’ordre naturel des choses. Un conservateur, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui pense qu’on n’y peut rien. Un progressiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est injuste. Un communiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui est prêt à faire pour eux ce qu’il ferait pour ses propres enfants.

Ibrahim,
Cuba, un soir lors d’une conversation inoubliable.

 

-------------------------

 

« La dette publique, en d’autres termes l’aliénation de l’État, qu’il soit despotique, constitutionnel ou républicain, marque de son empreinte l’ère capitaliste.
La seule partie de la soi-disant richesse nationale qui entre réellement dans la possession collective des peuples modernes, c’est leur dette publique »

 

Karl MARX 

 

-------------------------

Nouvelles permanences d'Andrée OGER :

 

 

 

Vous pouvez prendre rendez-vous avec Andrée OGER en contactant son secrétariat au 02.32.31.96.25

 

- Mairie de Saint André : les lundis de 17 h à 19 h

- Salle des Fêtes d'Ezy-sur-Eure: les vendredis de 17 h à 19 h

 

-------------------------------------------------------

Dernier tract des communistes
du sud de l'Eure

 (cliquer sur l'image)

 

  Tract St André Septembre 2013 - Recto

 Tract St André Septembre 2013 - Verso

 

 

 ----------------------------------------------------

----------------------------------------

Nouille2.jpeg


----------------------------------------------



 

 

1)

  

 

1)      

         

 

Ebuzzing - Top des blogs - Société

3 juin 2011 5 03 /06 /juin /2011 09:13

Dans un silence médiatique total, le président hondurien est revenu au pays près de deux ans après un coup d'Etat organisé par l'armée, l'Eglise et le patronat local, avec le soutien tacite des Etats-Unis. Déjà à l'époque, les médias français avaient été silencieux, voire hostiles (relire Honduras : un an après le coup d'état, le peuple résiste toujours ). Ceci explique peut-être le silence actuel des médias français ?

La pression populaire aura permis cette première avancée. En attendant la chute du président actuel, héritier du putsch.

Solidaire


 

Manuel Zelaya a effectué un retour triomphal samedi 28 mai au Honduras au milieu d'une foule de partisans, deux ans après le coup d'Etat qui l'avait évincé du pouvoir. Des dizaines de milliers de partisans vêtus de rouge l'ont attendu durant des heures

Honduras : Retour du Président Manuel Zelaya
Ce retour n’est dû qu’à la force croissante des latino-américains, aux syndicats, aux mouvements paysans, indigènes et aux organisations populaires progressistes du Honduras, au travail constant des médiateurs du Venezuela, de la Colombie, du Brésil, du Nicaragua...
Les États-Unis avaient cru que le coup porté à l’unité de l’ALBA en organisant il y a deux ans ce coup d’État avec leurs élèves locaux de la School of Americas, puis en finançant la dictature et ses mercenaires, pourrait durer et servir de tête de pont pour reconquérir leur influence perdue en Amérique Latine. Mais ni le black-out médiatique, ni les assassinats sélectifs, ni la terreur généralisée, n’ont pu empêcher l’effort conjugué de la résistance hondurienne et des gouvernements latino-américains.
Ce colosse moustachu d'1 mètre 90 est arrivé en provenance du Nicaragua voisin, où il avait passé la nuit précédente après un exil de 16 mois en République dominicaine. Certains ont fait un malaise en raison de la chaleur, supérieure à 30 degrés Celsius.
Le 28 juin 2009, M. Zelaya, élu sous l'étiquette libérale en 2006, mais auteur d'un virage à gauche deux ans plus tard qui avait divisé son parti, avait été arrêté au saut du lit, en pyjama, par l'armée de ce petit pays pauvre d'Amérique centrale. Avec l'aval du Congrès et de la Cour suprême.
Ces trois institutions dénonçaient sa volonté d'organiser une consultation, selon elles illégale, visant à réformer la Constitution qui interdit à un président de briguer un second mandat. Le retour de M. Zelaya est rendu possible par l'annulation récente des poursuites pour corruption et haute trahison à son encontre.
L’écran de Telesur montre en direct et en continu la fête de dizaines de milliers de citoyen(ne)s au poing levé, aux cris de "Unidad, Unidad !", et "Si se pudo !, si se pudo !" ("oui nous avons pu, nous avons pu !") qui donnent l’abrazo collectif à leur "héros" Mel Zelaya. Le drapeau du Che pointe et les chansons du Front National de la Résistance Populaire rappellent l’impunité des militaires putschistes.
"Un message d'espoir"
"C'est un message d'espoir et d'optimisme pour les démocraties d'Amérique latine," a déclaré l'ex-président au micro de la chaîne internationale Telesur, basée au Venezuela de son allié Hugo Chavez. Il est arrivé à 14h25 heure locale à l'aéroport international de Tegucigalpa, en provenance de Managua, au Nicaragua, où il était arrivé vendredi soir.
Ce nombre croissant d’heure en heure exprime un immense saut de conscience. Les visages souffrants du peuple victime du coup d’État ont fait place aux larmes de joie, à un peuple différent, qui commence à sortir de manière incroyable, dans une ambiance indescriptible, d’une histoire qui au Honduras semblait liée pour toujours à l’armée et à une élite anachroniques, éternelles gardiennes du cimetière et de la misère.
M. Zelaya, 58 ans, est revenu accompagné de son épouse Xiomara Castro, de sa fille, de ses deux petites-filles et de personnalités internationales, comme l'ancien président panaméen, Martin Torrijos, le chef de la diplomatie du Venezuela, Nicolas Maduro, ou l'ex-sénatrice colombienne, Piedad Cordoba.
Après les retrouvailles avec ses partisans, il devait être reçu au palais présidentiel par le chef de l'Etat du Honduras, Porfirio Lobo. L'adoption en février d'une réforme de la Constitution, autorisant des référendums sur des points comme celui interdisant toute réélection du président, pourrait lui permettre de briguer un nouveau mandat en 2013, d'autant qu'il revient avec un fort capital politique.
L'OEA avait exclu le Honduras de ses rangs après le coup d'Etat et attendait le retour de Zelaya pour le réintégrer en son sein, permettant de débloquer l'aide internationale, vitale pour ce pays où 70% des près de huit millions d'habitants vivent avec moins de 4 dollars (3 euros) par jour.
Zelaya revient avec l'intention affichée de mener une "lutte pacifique et démocratique" pour reprendre le pouvoir aux élites qui l'en ont évincé.
L'adoption en février d'une réforme de la Constitution, autorisant des référendums sur des points comme celui interdisant toute réélection du président, pourrait lui permettre de briguer un nouveau mandat en 2013, d'autant qu'il revient avec un fort capital politique.
Zelaya "a aidé les pauvres, ce qu'aucun président n'avait fait. C'est pour cela que nous sommes tous là, car nous espérons aussi que sous sa direction, on puisse faire quelque chose avec le Front de résistance (FNRP)", rassemblement de mouvements sociaux créé après le coup d'Etat, a déclaré Arnulfo Mendez, 62 ans.
Si la Constitution n'est pas réformée l'ancien président pourrait laisser la place à son épouse, Xiomara Castro, 51 ans, très en vue après le putsch.
"Elle a gagné ce droit dans la rue après le coup d'Etat, elle exerce un leadership"

Partager cet article

Repost 0
Published by Solidaire - dans Dans le Monde
commenter cet article

commentaires