Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • : Andrée OGER est maire honoraire de Croth, conseillère départementale de Saint André de l'Eure et chevalier de la Légion d'Honneur.
  • Contact

Rendez-vous

Fête de l'Huma 2016

Vendredi 10, samedi 11 et dimanche 12 septembre
Parc du Bourget
3 jours : 35 €
    

   ------------------------------ 

 

Salaires et pensions à la traîne, prix et loyers en hausse, profits et actionnaires qui explosent...

 

Front Uni 

contre la vie chère !

   

Campagne de pétition lancée par le PCF

pour exiger de meilleurs salaires, une hausse des minimas sociaux,

 pour exiger des baisses de TVA, un blocage des prix et des loyers

pour taxer les profits et le grandes fortunes
  

Demandez la pétition !

Signez la en ligne sur le site de la Fédération euroise du PCF : www.27.pcf.fr !

Participez au rassemblement devant Bercy (ministère des finances), vendredi 3 juin à 15 h !

Campagne contre la vie chère - affiche PCF 2011
------------------------------------------------
Contre la privatisation de La Poste !

Les communistes adhèrent au Comité Départemental de Défense de La Poste
(cliquez sur l'image !)  


- - - - - - - - - - - - - -

 
 
------------------------------------------------
CRISE : que proposent les communistes ?







 

"Sarkozy a été élu par des pauvres qui se lèvent tôt pour aller faire la fête avec des riches qui se couchent tard".
-------------------------------------------
 Des idées, des vidéos, des sondages sur le site www.sortirdelacrise.tv 
 
-------------------------------------------------
ADN-r--sistance.jpg


 

 














 


ensemble-2.jpg
 

Recherche

Texte libre

Je définirais la mondialisation comme la liberté pour mon groupe d’investir où il veut, le temps qu’il veut, pour produire ce qu’il veut, en s’approvisionnant et en vendant où il veut, et en ayant à supporter le moins de contraintes possibles en matière de droit du travail et de conventions sociales.

P.Barnevick, ancien président de la multinationale ABB. 

Pour moi, un réactionnaire c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est dans l’ordre naturel des choses. Un conservateur, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui pense qu’on n’y peut rien. Un progressiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est injuste. Un communiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui est prêt à faire pour eux ce qu’il ferait pour ses propres enfants.

Ibrahim,
Cuba, un soir lors d’une conversation inoubliable.

 

-------------------------

 

« La dette publique, en d’autres termes l’aliénation de l’État, qu’il soit despotique, constitutionnel ou républicain, marque de son empreinte l’ère capitaliste.
La seule partie de la soi-disant richesse nationale qui entre réellement dans la possession collective des peuples modernes, c’est leur dette publique »

 

Karl MARX 

 

-------------------------

Nouvelles permanences d'Andrée OGER :

 

 

 

Vous pouvez prendre rendez-vous avec Andrée OGER en contactant son secrétariat au 02.32.31.96.25

 

- Mairie de Saint André : les lundis de 17 h à 19 h

- Salle des Fêtes d'Ezy-sur-Eure: les vendredis de 17 h à 19 h

 

-------------------------------------------------------

Dernier tract des communistes
du sud de l'Eure

 (cliquer sur l'image)

 

  Tract St André Septembre 2013 - Recto

 Tract St André Septembre 2013 - Verso

 

 

 ----------------------------------------------------

----------------------------------------

Nouille2.jpeg


----------------------------------------------



 

 

1)

  

 

1)      

         

 

Ebuzzing - Top des blogs - Société

3 octobre 2013 4 03 /10 /octobre /2013 10:05

Quoi qu'en dise l'héritière du chateau de Montretout, le Front National est bien un parti d'extrême-droite !

La stratégie de banalisation du Front National, menée conjointement par le FN lui-même et soutenue par la presse et l'UMP, atteint un point critique : celui où il faut désormais "déclasser" le parti de la catégorie "extrême-droite". Difficile quand il faut passer au delà des réalités et de l'Histoire !

L'extrême-droite avait ses révisionnistes, à l'image de Robert Faurisson, qui nient l'existence des chambres à gaz, donc de l'extermination massive de populations par les nazis durant la Seconde guerre mondiale.

Voilà maintenant que le révisionnisme historique de l'extrême-droite touche le passé et la réalité du Front National ! Et c'est Marine Le Pen qui tente de faire avaler la couleuvre aux français !

En deux entrevues, l'une au journal "L'Express", l'autre sur RTL, Marine Le Pen rejette pour le premier le classement à droite, pour le deuxième, le classement à l'extrême-droite !

Dans un premier temps, la voilà qui tente de se démarquer de la droite en affirmant : "Nous ne sommes absolument pas un parti de droite, ceux qui le pensent font une erreur d'analyse totale".

Dans un second temps, la voilà qui joue la fille outrée en lançant : "Je m'élève encore plus contre la formulation d'extrême droite". Elle parle même de futures poursuites judiciaires, à l'image de celles qu'avait, a-t-elle relevé, intentées son père et fondateur du FN en 1997.  Houlàlà ! On a peur !... 

«Le fait d'affubler le Front national de ce terme volontairement péjoratif d'extrême droite est une faute déontologique de la part des journalistes, un acte de militantisme et une bavure intellectuelle. » Rien que ça !

"Dans le même sac, on met Breivik (le massacreur extrémiste de droite norvégien, ndlr), Aube dorée (le mouvement néo-nazi grec) on secoue bien et on se dit qu'il y aura une bonne image bien crade" du Front national, a-t-elle accusé.

C'est bien là que repose la stratégie du Front National et l'objectif recherché dans cette tentative de falsification de l'Histoire et des faits !

Le Front National, parti d'extrême-droite, dans son passé comme dans son présent, ne peut se départir de la réalité de son parcours, des "valeurs" de haine qu'il véhicule et des violences qu'entraine son idéologie !

Si elle cite Breivik et Aube Dorée, elle ne cite pas le nazisme ou le pétainisme, réalités beaucoup plus dure de ce que donne l'extrême-droite lorsqu'elle arrive au pouvoir ! Elle ne cite pas non plus l'OAS, dont sont issus bon nombre de cadres historique du parti d'extrême-droite fondé par son père, du temps de la guerre pour maintenir coûte-que-coûte "l'Algérie française" contre De Gaulle et les communistes.

Revisiter l'Histoire du FN, c'est oublier les dérapages paternels, ceux sur les chambres à gaz, "détail de l'Histoire" par exemple !

Revisiter l'Histoire du FN, c'est oublier que ce parti est un rassemblement, un front, comme l'indique son nom, de forces d'extrême-droite issus de plusieurs origines, catholiques intégristes, nationalistes durs, néo-pétainistes,... C'est un fait, une réalité ! Le nier ne changera pas les faits !

La réalité du Front National, c'est que ce parti reste et demeure un parti d'extrême-droite, prônant un repli nationaliste sur des bases racistes, ethniques et religieuses, cultivant le rejet de la différence religieuse, ethnique, politique ou sexuelle.

Malgré la passation de pouvoir entre le père et la fille, celui-ci reste aux manettes. Il affirme par ailleurs qu'il n'y a pas de désaccords idéologiques entre eux, seulement une divergence "tactique". Tout est dit.

La réalité du Front National, ce sont aussi les liens prouvés, avec des organisations néo-nazies comme le Groupement Union Défense (GUD), ou les Jeunesses Nationalistes Révolutionnaires, dissoutes après l'assassinat de Clément Méric.

La réalité de Marine Le Pen, c'est aussi le bal des néo-nazis autrichiens auquel elle a été invitée en janvier 2012, à Vienne, sur invitation du député d'extrême-droite du FPÖ, Martin Graf !

Le Front National de Marine Le Pen, c'est la droite dans sa forme extrêmiste. Ultralibérale quoi qu'elle dise !

Le programme du FN, c'est une forme de dérégulation sociale accompagnée d'un repli dans nos frontières.

Dans la bonne tradition d'extrême-droite, le FN déteste les syndicats. Pétain avait fait dissoudre les syndicats et crée des corporations regroupants patrons et travailleurs. Le FN laisserait les salariés seuls face à leurs patrons !

Le programme du FN veut faire la peau au SMIC et aux retraites par répartition pour imposer un système par capitalisation, à l'américaine. Un système où seuls les gros salaires auraient accès !

Le programme du FN, c'est le déclassement social des travailleurs immigrés. Cela ne servirait pas les travailleurs "nationaux", comme l'affirme ce parti raciste, bien au contraire ! En faisant des immigrés des travailleurs de seconde zone, avec moins de droits, cela créérait une concurrence entre travailleurs français et immigrés sur le marché du travail national, à l'image de la concurrence créée par la mondialisation entre travailleurs de différents pays. Seuls les patrons en bénéficieraient !

La technique du caméléon

Aujourd'hui poussée dans les médias pour récupérer l'électorat déboussolé par l'alignement idéologique de la droite et de la gauche sociale démocrate, alors que le capitalisme est en crise et incapable de répondre aux besoins sociaux des peuples du monde, l'extrême-droite tente de se placer en dehors du champs politique pour occuper le terrain de la contestation du système.

On voit même désormais le FN tenter de récupérer des slogans et des thèmes de campagne de la gauche radicale (Retraites, par exemple). A quand l'étiquette d'extrême-gauche revendiquée par Marine Le Pen ?

Mais, pour arriver au pouvoir, le Front National et la dynastie Le Pen savent qu'ils auront besoin d'un électorat de droite modéré, comme ont eu besoin de la droite modérée les nazis pour arriver au pouvoir en Allemagne en 1933.

D'où le grand écart stratégique d'une Marine Le Pen qui se dit en dehors du système et surtout pas de droite mais qui cherche des alliances municipales avec l'UMP !

Entre récupération de la contestation sociale et main tendue à la droite classique, la stratégie actuelle du Front National rappelle celle qu'appliquent historiquement les partis d'extrême-droite pour accéder au pouvoir.

On sait ce que cela donne, de haine, de morts, de dégradation des droits sociaux quand l'extrême-droite arrive au pouvoir : Allemagne nazie, Italie fasciste, Portugal de Salazar, Espagne franquiste, Grèce des colonels, Chili de Pinochet,... les exemples sont nombreux et morbides.

Aujourd'hui en France, les rapprochements idéologiques et électoraux entre la droite UMP et le FN illustrent clairement que le FN reste un parti de la droite extrême. La tentative de Marine Le Pen de faire sauter le qualificatif d'extrême-droite a pour objectif de faire disparaître le dernier verrou "républicain" qui empêche des alliances claires et massives entre droite classique et FN.

Marine Le Pen a beau tenté de réécrire l'Histoire et de faire passer son parti pour républicain, les militants des droits humains, les héritiers de la Résistance que nous sommes, continueront de démasquer le loup d'extrême-droite lorsqu'il tente de se faire passer pour l'agneau.

Oui, Mme Le Pen, le Front National est un parti d'extrême-droite, socialement et économiquement au service du Capital, du patronat, la violence et la haine en plus !

Partager cet article

Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article

commentaires