Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • : Andrée OGER est maire honoraire de Croth, conseillère départementale de Saint André de l'Eure et chevalier de la Légion d'Honneur.
  • Contact

Rendez-vous

Fête de l'Huma 2016

Vendredi 10, samedi 11 et dimanche 12 septembre
Parc du Bourget
3 jours : 35 €
    

   ------------------------------ 

 

Salaires et pensions à la traîne, prix et loyers en hausse, profits et actionnaires qui explosent...

 

Front Uni 

contre la vie chère !

   

Campagne de pétition lancée par le PCF

pour exiger de meilleurs salaires, une hausse des minimas sociaux,

 pour exiger des baisses de TVA, un blocage des prix et des loyers

pour taxer les profits et le grandes fortunes
  

Demandez la pétition !

Signez la en ligne sur le site de la Fédération euroise du PCF : www.27.pcf.fr !

Participez au rassemblement devant Bercy (ministère des finances), vendredi 3 juin à 15 h !

Campagne contre la vie chère - affiche PCF 2011
------------------------------------------------
Contre la privatisation de La Poste !

Les communistes adhèrent au Comité Départemental de Défense de La Poste
(cliquez sur l'image !)  


- - - - - - - - - - - - - -

 
 
------------------------------------------------
CRISE : que proposent les communistes ?







 

"Sarkozy a été élu par des pauvres qui se lèvent tôt pour aller faire la fête avec des riches qui se couchent tard".
-------------------------------------------
 Des idées, des vidéos, des sondages sur le site www.sortirdelacrise.tv 
 
-------------------------------------------------
ADN-r--sistance.jpg


 

 














 


ensemble-2.jpg
 

Recherche

Texte libre

Je définirais la mondialisation comme la liberté pour mon groupe d’investir où il veut, le temps qu’il veut, pour produire ce qu’il veut, en s’approvisionnant et en vendant où il veut, et en ayant à supporter le moins de contraintes possibles en matière de droit du travail et de conventions sociales.

P.Barnevick, ancien président de la multinationale ABB. 

Pour moi, un réactionnaire c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est dans l’ordre naturel des choses. Un conservateur, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui pense qu’on n’y peut rien. Un progressiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est injuste. Un communiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui est prêt à faire pour eux ce qu’il ferait pour ses propres enfants.

Ibrahim,
Cuba, un soir lors d’une conversation inoubliable.

 

-------------------------

 

« La dette publique, en d’autres termes l’aliénation de l’État, qu’il soit despotique, constitutionnel ou républicain, marque de son empreinte l’ère capitaliste.
La seule partie de la soi-disant richesse nationale qui entre réellement dans la possession collective des peuples modernes, c’est leur dette publique »

 

Karl MARX 

 

-------------------------

Nouvelles permanences d'Andrée OGER :

 

 

 

Vous pouvez prendre rendez-vous avec Andrée OGER en contactant son secrétariat au 02.32.31.96.25

 

- Mairie de Saint André : les lundis de 17 h à 19 h

- Salle des Fêtes d'Ezy-sur-Eure: les vendredis de 17 h à 19 h

 

-------------------------------------------------------

Dernier tract des communistes
du sud de l'Eure

 (cliquer sur l'image)

 

  Tract St André Septembre 2013 - Recto

 Tract St André Septembre 2013 - Verso

 

 

 ----------------------------------------------------

----------------------------------------

Nouille2.jpeg


----------------------------------------------



 

 

1)

  

 

1)      

         

 

Ebuzzing - Top des blogs - Société

17 juin 2011 5 17 /06 /juin /2011 08:55

En cette période de baccalauréat, beaucoup d'autres jeunes passent leurs examens, oraux et soutenances. La course au diplôme, nécessaire dans un monde technologique, s'est accompagné d'un effondrement des salaires. Pour le plus grand bien des patrons.

L'INSEE vient de publier une étude qui démontre que "aujourd'hui, c'est chez les jeunes que la proportion de pauvres est la plus élevée". C'est la situation inverse qui prévalait dans les années 70, avec une misère qui touchait essentiellement les personnes âgées.

Cette statistique prouve ce que chacun recent : la France, comme le monde occidental capitaliste, est en régression sociale. Pour la première fois dans l'histoire contemporaine de l'Occident, une génération vit moins bien que la génération qui la précède, cela même en comptant la grande crise de 1936 et les années de guerre et d'après-guerre mondiale !

Jamais, l'espoir d'une vie meilleure ne semblait aussi utopique pour les jeunes qu'aujourd'hui !

Preuve de la profonde crise du système, la panne de l'ascenseur social se traduit par une dévalorisation complète des diplômes. Autrefois, l'obtention d'un diplôme garantissait au jeune qui l'obtenait un avenir professionnel et un bon salaire.

Ce n'est plus le cas.

L'explosion du chômage dans les années 80 et jusqu'à aujourd'hui, a permis au patronat et à la droite de mettre d'abord les salaires sous pression (depuis le tournant de la Rigueur de 1983) puis de destructurer mesures après mesures le marché de l'emploi. Aujourd'hui, deux tiers des offres d'emplois sont en contrats précaires ou en temps partiels.

Alors qu'avec le Certificat d'étude, vous trouviez un bon emploi dans les années 60, il fallait impérativement le bac dans les années 80. Aujourd'hui, même avec un bac + 5, aucune garantie ne vous est assurée. Sauf à être dans des secteurs comme la finance, dans des écoles privées où seule la jeunesse dorée est admise.

La France a donc connu une course à la qualification depuis l'après-guerre et bénéficie aujourd'hui d'une jeunesse très diplômée. Cette qualification a, à l'inverse, été fortement dévalorisée ce qui permet aujourd'hui au patronat de bénéficier d'une main d'oeuvre formée et qualifiée pour un coût nettement moindre que ce qu'elle aurait dû payer dans les années 50 ou 60.

Précarité, bas salaires, peur du déclassement et du chômage, sont le lot quotidien de beaucoup de jeunes et de craintes de leurs parents.

C'est un moyen de pression sur les travailleurs, pour les museler, les contraindre à accepter pire encore.

Cette réalité sociale est aussi détournée par le système capitaliste pour en faire une arme de division entre travailleurs, en jouant sur la peur du travailleur étranger, moins cher, du travailleur immigré, qui vient "voler" notre travailleur, du fonctionnaire qui "coûte cher et ne sert à rien", du syndicaliste qui "ne comprend pas les réalités de l'entreprise", etc.

C'est aujourd'hui le coeur du discours de la droite et de l'extrême-droite et la source de la démobilisation des travailleurs, indépendants ou salariés, du public comme du privé. Une démobilisation qui permet au patronat, aux financiers et à la droite de démolir toujours plus les règles et protections sociales acquises de haute lutte par nos parents.

Face à cet effondrement social, un sondage IPSOS indique que 66 % des français encourageraient leurs enfants à devenir fonctionnaires, pour la sécurité de l'emploi et une reconnaissance du bienfait de la fonction publique (à 67 %).

La France de 2011, comme l'ensemble du monde occidental révèle une crise de civilisation majeure où le progrès et l'espoir n'existent pas. Cette crise montre l'incapacité du système capitaliste en place à générer du progrès, de la redistribution sociale et, pire, son incapacité à corriger son impact destructeur sur notre environnement.

Cette crise du capitalisme est aussi une crise de la représentation politique qui en a la gestion, incapable ou refusant de freiner la financiarisation de l'économie ou d'en limiter les dégâts.

C'est bien d'une rupture avec ce modèle de société dont à besoin le monde et la France !

Comme au sortir de la guerre, pour relancer l'économie et sortir la société de la paupérisation, c'est bien de d'intervention collective, de contrôle populaire sur les choix de société dont nous avons besoin. En clair d'un peu plus de socialisme.

Partager cet article

Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article

commentaires