Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • : Andrée OGER est maire honoraire de Croth, conseillère départementale de Saint André de l'Eure et chevalier de la Légion d'Honneur.
  • Contact

Rendez-vous

Fête de l'Huma 2016

Vendredi 10, samedi 11 et dimanche 12 septembre
Parc du Bourget
3 jours : 35 €
    

   ------------------------------ 

 

Salaires et pensions à la traîne, prix et loyers en hausse, profits et actionnaires qui explosent...

 

Front Uni 

contre la vie chère !

   

Campagne de pétition lancée par le PCF

pour exiger de meilleurs salaires, une hausse des minimas sociaux,

 pour exiger des baisses de TVA, un blocage des prix et des loyers

pour taxer les profits et le grandes fortunes
  

Demandez la pétition !

Signez la en ligne sur le site de la Fédération euroise du PCF : www.27.pcf.fr !

Participez au rassemblement devant Bercy (ministère des finances), vendredi 3 juin à 15 h !

Campagne contre la vie chère - affiche PCF 2011
------------------------------------------------
Contre la privatisation de La Poste !

Les communistes adhèrent au Comité Départemental de Défense de La Poste
(cliquez sur l'image !)  


- - - - - - - - - - - - - -

 
 
------------------------------------------------
CRISE : que proposent les communistes ?







 

"Sarkozy a été élu par des pauvres qui se lèvent tôt pour aller faire la fête avec des riches qui se couchent tard".
-------------------------------------------
 Des idées, des vidéos, des sondages sur le site www.sortirdelacrise.tv 
 
-------------------------------------------------
ADN-r--sistance.jpg


 

 














 


ensemble-2.jpg
 

Recherche

Texte libre

Je définirais la mondialisation comme la liberté pour mon groupe d’investir où il veut, le temps qu’il veut, pour produire ce qu’il veut, en s’approvisionnant et en vendant où il veut, et en ayant à supporter le moins de contraintes possibles en matière de droit du travail et de conventions sociales.

P.Barnevick, ancien président de la multinationale ABB. 

Pour moi, un réactionnaire c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est dans l’ordre naturel des choses. Un conservateur, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui pense qu’on n’y peut rien. Un progressiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est injuste. Un communiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui est prêt à faire pour eux ce qu’il ferait pour ses propres enfants.

Ibrahim,
Cuba, un soir lors d’une conversation inoubliable.

 

-------------------------

 

« La dette publique, en d’autres termes l’aliénation de l’État, qu’il soit despotique, constitutionnel ou républicain, marque de son empreinte l’ère capitaliste.
La seule partie de la soi-disant richesse nationale qui entre réellement dans la possession collective des peuples modernes, c’est leur dette publique »

 

Karl MARX 

 

-------------------------

Nouvelles permanences d'Andrée OGER :

 

 

 

Vous pouvez prendre rendez-vous avec Andrée OGER en contactant son secrétariat au 02.32.31.96.25

 

- Mairie de Saint André : les lundis de 17 h à 19 h

- Salle des Fêtes d'Ezy-sur-Eure: les vendredis de 17 h à 19 h

 

-------------------------------------------------------

Dernier tract des communistes
du sud de l'Eure

 (cliquer sur l'image)

 

  Tract St André Septembre 2013 - Recto

 Tract St André Septembre 2013 - Verso

 

 

 ----------------------------------------------------

----------------------------------------

Nouille2.jpeg


----------------------------------------------



 

 

1)

  

 

1)      

         

 

Ebuzzing - Top des blogs - Société

19 janvier 2012 4 19 /01 /janvier /2012 10:57

Jean-Claude Juncker affirme que la zone euro est au bord de la récession. La conséquence des politiques monétaires et économiques uniquement tournées vers la rentabilité du capital.

Quand il parle de récession de la zone euro, il sait se quoi il parle le luxembourgeois Jean-Claude Juncker !

Gouverneur de la Banque mondiale de 1989 à 1995, Jean-Claude Juncker a assumé ensuite la responsabilité de gouverneur du Fonds monétaire international (FMI, avant Strauss-Kahn) et de gouverneur de la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD). C'est l'un des pères du traité de Maastricht qui, en 1992, a consacré l'Union Economique et Monétaire. Il est aujourd'hui président de l'Eurogroupe, structure qui rassemble les ministres des finances européens.

Inutile de vous dire que Jean-Claude Juncker est de droite et un chaud partisan du fédéralisme européen !

Lors d'une conférence de presse au Luxembourg hier, il a déclaré que "dans la zone euro, nous sommes au bord de la récession technique". Une récession "technique" est définie par les économistes par deux trimestres consécutifs au moins de recul du Produit intérieur brut (PIB).

Nous voilà donc "au bord" de la récession !

Punaise ! Et dire que l'on nous assène depuis des années que l'Europe et l'euro sont là pour garantir la stabilité économique et la croissance de l'Europe ! Et dire que toutes les mesures d'austérité mises en place depuis 2008 sont là pour épurer la dette des pays européens et soutenir les économies !

Nous aurait-on menti ? A moins que nos dirigeants ne soient incompétents ?

Pour ceux qui, comme les communistes, ont une lecture critique de la construction européenne depuis le début, il n'y a aucune surprise dans cet échec économique. Malheureusement. Nous aurions préféré nous tromper !

Dans cette situation de récession qui arrive, il n'y a pas de surprise ni d'échec des politiques menées par nos dirigeants, par l'Europe et par la Banque Centrale Européenne. Il s'agit de conséquences logiques d'orientations économiques qui ne visaient qu'un objectif : accroître la rentabilité des capitaux privés pour accroître les dividendes des actionnaires des banques, fonds d'investissement et grandes entreprises.

La politique de l'euro fort, menée par la BCE, visait à rendre attractive l'Europe pour les capitaux étrangers.

La politique de lutte contre l'inflation visait à accroître le différentiel entre le taux de rentabilité des actions et placements et l'inflation pour satisfaire les spéculateurs.

Les politiques de réduction des dépenses publiques servaient d'une part à camoufler des réductions d'impôts pour les plus riches et pour les entreprises et, d'autre part, à privatiser des entreprises publiques ou à ouvrir des marchés publics rentables pour permettre aux possesseurs de capitaux de s'ouvrir de nouveaux débouchés donc de nouvelles sources de béénfices.

Evidemment, tout cela ne peut se faire qu'au détriment de l'intérêt du plus grand nombre ! L'argent doit bien être pris quelque part.

A trop pressurer les investissements productifs et la recherche, à réduire toujours plus le pouvoir d'achat des travailleurs, par le biais de réductions d'effectifs salariés, de nouvelles taxes et de la stagnation des salaires et pensions, c'est la croissance qui a fini par trinquer !

Alors que l'Amérique du Sud ou la Chine sont dans une politique d'investissement, d'équipement et de croissance des classes moyennes par la volonté politique de leurs gouvernements, les grandes puissances occidentales visaient, quant à elles, la rentabilité maximale des capitaux. C'est bien pour cela que la crise du capitalisme affecte en premier lieu les grandes puissances occidentales, Europe, Etats-Unis et Japon, alors que les économies des pays progressistes ne connaissent pas les mêmes difficultés !

L'Europe et la France vont donc connaître des croissances de leur PIB proche de 0 ou même négatives alors que la Chine reste aux alentours des 10 % et que l'Amérique du sud voisine les 4 %.

Mais ce résultat catastrophique des prévisions de croissance n'est pas un échec pour nos gouvernements. C'est seulement une possible gêne politique des dirigeants politiques face à leurs peuples au moment des élections.

En effet, crise ou pas crise, les profits des banques et des grandes entreprises sont au beau fixe, et avec eux, les dividendes des actionnaires et des grandes fortunes !

C'est ce que nous révélions ici ces derniers jours avec les plus de 37 milliards d'euros de bénéfices que vont se répartir les actionnaires des quarante entreprises du CAC 40 sur les bénéfices 2011 (relire :AAA : Ah ! Ah ! Ah ! La belle Arnaque ! ).

Est-ce par ce qu'il fait preuve d'un minimum de moralité ou parce qu'il s'inquiète d'éventuelles explosions sociales, comme en Grèce, que Juncker déclare que "nous devons consolider nos finances publiques mais il faut aussi attirer l'attention sur la nécessité qu'il y a de doter l'Europe d'une véritable politique de croissance" ?

Ce qui est sûr, c'est que le retrait du mouvement ouvrier, sur le plan syndical et politique, a permis au capitalisme de reprendre des acquis sociaux et des parts des richesses nationales qu'il avait céder après des décennies de luttes sociales et politiques.

Rééquilibrer les forces en présence et retrouver de la croissance, du pouvoir d'achat et des emplois, ne se fera que si nos gouvernants et ceux qui les commandes, dans les beaux quartiers, ont chaud aux fesses.

Se mobiliser localement, dans nos communes et nos entreprises, et agir politiquement pour développer les forces politiques qui sont du côté des travailleurs constituent les moyens de pression que nous avons pour retrouver notre pouvoir et notre dignité.

Le Front de Gauche, avec le Parti communiste, sont sur le plan politique les seules forces aujourd'hui en capacité de faire mentir les vautours du capitalisme, ceux qui nous annoncent encore plus de souffrances et de difficultés, à l'image de Jean-Claude Juncker.

Partager cet article

Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article

commentaires