Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • : Andrée OGER est maire honoraire de Croth, conseillère départementale de Saint André de l'Eure et chevalier de la Légion d'Honneur.
  • Contact

Rendez-vous

Fête de l'Huma 2016

Vendredi 10, samedi 11 et dimanche 12 septembre
Parc du Bourget
3 jours : 35 €
    

   ------------------------------ 

 

Salaires et pensions à la traîne, prix et loyers en hausse, profits et actionnaires qui explosent...

 

Front Uni 

contre la vie chère !

   

Campagne de pétition lancée par le PCF

pour exiger de meilleurs salaires, une hausse des minimas sociaux,

 pour exiger des baisses de TVA, un blocage des prix et des loyers

pour taxer les profits et le grandes fortunes
  

Demandez la pétition !

Signez la en ligne sur le site de la Fédération euroise du PCF : www.27.pcf.fr !

Participez au rassemblement devant Bercy (ministère des finances), vendredi 3 juin à 15 h !

Campagne contre la vie chère - affiche PCF 2011
------------------------------------------------
Contre la privatisation de La Poste !

Les communistes adhèrent au Comité Départemental de Défense de La Poste
(cliquez sur l'image !)  


- - - - - - - - - - - - - -

 
 
------------------------------------------------
CRISE : que proposent les communistes ?







 

"Sarkozy a été élu par des pauvres qui se lèvent tôt pour aller faire la fête avec des riches qui se couchent tard".
-------------------------------------------
 Des idées, des vidéos, des sondages sur le site www.sortirdelacrise.tv 
 
-------------------------------------------------
ADN-r--sistance.jpg


 

 














 


ensemble-2.jpg
 

Recherche

Texte libre

Je définirais la mondialisation comme la liberté pour mon groupe d’investir où il veut, le temps qu’il veut, pour produire ce qu’il veut, en s’approvisionnant et en vendant où il veut, et en ayant à supporter le moins de contraintes possibles en matière de droit du travail et de conventions sociales.

P.Barnevick, ancien président de la multinationale ABB. 

Pour moi, un réactionnaire c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est dans l’ordre naturel des choses. Un conservateur, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui pense qu’on n’y peut rien. Un progressiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est injuste. Un communiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui est prêt à faire pour eux ce qu’il ferait pour ses propres enfants.

Ibrahim,
Cuba, un soir lors d’une conversation inoubliable.

 

-------------------------

 

« La dette publique, en d’autres termes l’aliénation de l’État, qu’il soit despotique, constitutionnel ou républicain, marque de son empreinte l’ère capitaliste.
La seule partie de la soi-disant richesse nationale qui entre réellement dans la possession collective des peuples modernes, c’est leur dette publique »

 

Karl MARX 

 

-------------------------

Nouvelles permanences d'Andrée OGER :

 

 

 

Vous pouvez prendre rendez-vous avec Andrée OGER en contactant son secrétariat au 02.32.31.96.25

 

- Mairie de Saint André : les lundis de 17 h à 19 h

- Salle des Fêtes d'Ezy-sur-Eure: les vendredis de 17 h à 19 h

 

-------------------------------------------------------

Dernier tract des communistes
du sud de l'Eure

 (cliquer sur l'image)

 

  Tract St André Septembre 2013 - Recto

 Tract St André Septembre 2013 - Verso

 

 

 ----------------------------------------------------

----------------------------------------

Nouille2.jpeg


----------------------------------------------



 

 

1)

  

 

1)      

         

 

Ebuzzing - Top des blogs - Société

1 juin 2013 6 01 /06 /juin /2013 09:52

Après Nestor, sa femme Cristina Kirchner mène une politique de gauche qui a sorti l'Argentine d'une crise économique qui a mené le pays à la panne complète : plus d'argent, entreprises arrêtées, salaires impayés, ....

Comme quoi ! L'exemple argentin démontre qu'on peut sortir un pays d'une crise majeure avec des mesures de nationalisation et de relance.

Pour cela, il faut un gouvernement de gauche combatif !! Et pas un gouvernement qui continue d'appliquer les mêmes purges libérales qui ont affaibli la France et l'Europe ces trente dernières années !


Le 25 mai 2003, Nestor Kirchner prêtait serment et promettait de "sortir l'Argentine de l'enfer", après une décennie néolibérale sous Carlos Menem (1989-1999), cinq présidents démissionnaires en quatre ans (1999-2003) et le séisme de la crise économique de 2001.

Dix ans plus tard, les indicateurs économiques sont flatteurs. La dette colossale est passée de 160 % à 40 % du PIB, l'industrie moribonde a été relancée, 5 millions d'emplois créés et le chômage est passé de 25 à 8 %. Mais le ralentissement de l'économie a progressivement grippé le modèle argentin. La croissance (8,9% en moyenne de 2003 à 2006) a néanmoins chuté à 1,9% en 2012. Un effet collatéral du ralentissement économique mondial, donc du ralentissement des exportations.

Cependant, avec 1,9 % de croissance, on est bien au dessus des 0,1 % français !...

Trois succès majeurs sont à accorder aux années Kirchner : l'essor économique du pays dont le PIB a doublé de 2003 à 2013, la remise en cause de l'amnistie accordée aux militaires et un nouveau positionnement en Amérique latine.

Après l'amnistie accordée par l'ex-président Menem, procureurs et juges ont reçu le feu vert de Nestor Kirchner pour juger les militaires pour les crimes, enlèvements, tortures commis pendant la dictature (1976-1983). Le plus sanguinaire d'entre eux, l'ex-général Jorge Videla est mort dans sa prison le 17 mai, à l'âge de 87 ans, condamné à la prison à perpétuité pour avoir fait disparaître des milliers d'opposants. 7 à 8 000 selon Videla, 30 000 pour les organisations de défense des droits de l'homme.

Aucun autre pays d'Amérique latine, où les dictatures ont sévi dans les années 1970 et 1980, n'est allé aussi loin. Plusieurs centaines de militaires ont été jugés et condamnés par la justice civile.

Au pouvoir, les Kirchner, militants de gauche des années 1970 (sous la dictature, donc), ont tissé des liens étroits avec le Venezuela d'Hugo Chavez et d'autres Etats latino-américains gouvernés par la gauche (Equateur, Bolivie, Brésil, Cuba).

Jusque dans les années 1990, Buenos Aires suivait les consignes de Washington. Les bonnes relations des Etats-Unis avec l'Argentine de la dictature se sont refroidies et l'Argentine de Kirchner s'est tournée vers la Chine, principal destinataire de la production de soja, dont l'Argentine est le premier exportateur mondial (81 milliards de dollars en 2012).

Cristina Kirchner a succédé à son mari en 2007. Aujourd'hui elle est bombardée de critiques et les accusations de corruption se multiplient contre des figures de l'entourage des Kirchner, baptisée sphère K (K pour Kirchner) par leurs détracteurs. Si tout n'est pas rose, les tenants de la droite n'ont finalement que peu de critiques à faire sur le bilan économique et social de son mandat.

Mme Kirchner, surnommée la "Reine Cristina", est taxée de populisme pour avoir acheté les droits de retransmission TV des matches de football. Un investissement onéreux mais une des mesures les plus populaires de sa présidence avec l'allocation attribuée aux mères célibataires. Elle a heurté les marchés en nationalisant tous les fonds de pension et la compagnie pétrolière YPF au détriment du géant espagnol Repsol.

Dans sa logique d'interventionnisme de l'Etat dans l'économie, le gouvernement a gelé les prix dans la grande distribution, établi un contrôle des changes pour empêcher la fuite de devises, imposé des mesures protectionnistes ou remis en cause la domination du groupe de médias Clarin en situation de quasi-monopole.

Voilà des mesures qui n'ont pas plus ni à la droite, ni aux milieux d'affaires, ni à l'OMC mais qu'a pris quand même ce gouvernement ! Une voie que devrait suivre la France pour sortir du marasme libéral actuel.

Sommée par le FMI de publier les chiffres réels de l'inflation (10% officiellement, 25% selon les experts en 2012), la présidente a au contraire adopté une mesure critiquée par les milieux économiques, le gel des prix dans la grande distribution, pour contrer la hausse des prix, qui dépasse les 20% depuis 2010.

Pour le publicitaire Menendez Braga, les Kirchner dérangent car "ils remettent en question les monopoles, l'ordre établi et se préoccupent de la redistribution de la richesse". "La première décennie du XXIe siècle est celle de la plus forte croissance des deux siècles d'histoire de l'Amérique latine. Les Kirchner en ont profité et gagné en popularité", affirme le politologue Rosendo Fraga, opposant au régime. Une phrase qu'il a dû avoir du mal à sortir mais où il évite de faire un lien entre l'orientation politique de gauche et le bilan économique positif, en plein effondrement du capitalisme, en Europe notamment.

Réélue en 2011 dès le 1er tour, Cristina Kirchner achèvera son second et dernier mandat en 2015.

Reste à savoir si l'Argentine saura poursuivre dans la même voix, comme a su le faire le Vénézuéla en élisant Nicola Maduro.

Partager cet article

Repost 0
Published by Solidaire - dans Dans le Monde
commenter cet article

commentaires