Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • : Andrée OGER est maire honoraire de Croth, conseillère départementale de Saint André de l'Eure et chevalier de la Légion d'Honneur.
  • Contact

Rendez-vous

Fête de l'Huma 2016

Vendredi 10, samedi 11 et dimanche 12 septembre
Parc du Bourget
3 jours : 35 €
    

   ------------------------------ 

 

Salaires et pensions à la traîne, prix et loyers en hausse, profits et actionnaires qui explosent...

 

Front Uni 

contre la vie chère !

   

Campagne de pétition lancée par le PCF

pour exiger de meilleurs salaires, une hausse des minimas sociaux,

 pour exiger des baisses de TVA, un blocage des prix et des loyers

pour taxer les profits et le grandes fortunes
  

Demandez la pétition !

Signez la en ligne sur le site de la Fédération euroise du PCF : www.27.pcf.fr !

Participez au rassemblement devant Bercy (ministère des finances), vendredi 3 juin à 15 h !

Campagne contre la vie chère - affiche PCF 2011
------------------------------------------------
Contre la privatisation de La Poste !

Les communistes adhèrent au Comité Départemental de Défense de La Poste
(cliquez sur l'image !)  


- - - - - - - - - - - - - -

 
 
------------------------------------------------
CRISE : que proposent les communistes ?







 

"Sarkozy a été élu par des pauvres qui se lèvent tôt pour aller faire la fête avec des riches qui se couchent tard".
-------------------------------------------
 Des idées, des vidéos, des sondages sur le site www.sortirdelacrise.tv 
 
-------------------------------------------------
ADN-r--sistance.jpg


 

 














 


ensemble-2.jpg
 

Recherche

Texte libre

Je définirais la mondialisation comme la liberté pour mon groupe d’investir où il veut, le temps qu’il veut, pour produire ce qu’il veut, en s’approvisionnant et en vendant où il veut, et en ayant à supporter le moins de contraintes possibles en matière de droit du travail et de conventions sociales.

P.Barnevick, ancien président de la multinationale ABB. 

Pour moi, un réactionnaire c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est dans l’ordre naturel des choses. Un conservateur, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui pense qu’on n’y peut rien. Un progressiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est injuste. Un communiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui est prêt à faire pour eux ce qu’il ferait pour ses propres enfants.

Ibrahim,
Cuba, un soir lors d’une conversation inoubliable.

 

-------------------------

 

« La dette publique, en d’autres termes l’aliénation de l’État, qu’il soit despotique, constitutionnel ou républicain, marque de son empreinte l’ère capitaliste.
La seule partie de la soi-disant richesse nationale qui entre réellement dans la possession collective des peuples modernes, c’est leur dette publique »

 

Karl MARX 

 

-------------------------

Nouvelles permanences d'Andrée OGER :

 

 

 

Vous pouvez prendre rendez-vous avec Andrée OGER en contactant son secrétariat au 02.32.31.96.25

 

- Mairie de Saint André : les lundis de 17 h à 19 h

- Salle des Fêtes d'Ezy-sur-Eure: les vendredis de 17 h à 19 h

 

-------------------------------------------------------

Dernier tract des communistes
du sud de l'Eure

 (cliquer sur l'image)

 

  Tract St André Septembre 2013 - Recto

 Tract St André Septembre 2013 - Verso

 

 

 ----------------------------------------------------

----------------------------------------

Nouille2.jpeg


----------------------------------------------



 

 

1)

  

 

1)      

         

 

Ebuzzing - Top des blogs - Société

13 juillet 2011 3 13 /07 /juillet /2011 09:22

Après la Grèce, c'est toute la zone euro qui se retrouve menacée de banqueroute par les marchés spéculatifs.

Chacun se rappelle du discours qui avait prévalu avant la mise en place de la monnaie unique euroépenne : finie la spéculation ! Finie l'inflation ! La monnaie unique allait permettre aux économies européennes d'être plus fortes ensemble. On voit le résultat.

Depuis l'éclatement de la bulle spéculative immobilière en 2007 et l'effondrement du secteur bancaire et financier, les économistes de gauche, à l'instar des communistes, avaient prévenu du danger que représentait le renflouement des banques par les états sans réforme de fond du système financier.

De fait, les dettes privées, celles des banques et des spéculateurs, sont devenues publiques avec l'injection de milliers de milliards d'euros d'argent public sur les marchés pour éviter l'effondrement des bourses et de l'économie. Sauf que, la loi du marché reprenant vite le dessus, tout cet argent injecté dans les marchés financiers n'a pas été utilisé à relancer l'économie ou à améliorer le sort des travailleurs. Bien au contraire ! Les banques et les organismes spéculatifs ont fait ce qu'ils font toujours : ils ont cherché à spéculer avec cet argent pour dégager les plus gros bénéfices possibles et rémunérer un maximum leurs actionnaires et les possesseurs de capitaux.

Les organismes financiers ont ainsi prêter aux états, à des taux souvent élevés, l'argent public qui venait de leur être versé ! Un peu comme si vous donniez de l'argent à votre banquier pour qu'il vous le prête avec des intérêts faramineux ! Une arnaque !

Spéculer contre les monnaies, puis contre les états les plus fragiles, est devenu une activité lucrative. Tout comme la spéculation sur les denrées alimentaires ou les stocks de pétrole.

L'Islande a ainsi été attaquée dès le lendemain de la crise pour l'obliger à rembourser l'argent de la banque islandaise privée Icesave qui avait fait faillitte. Les islandais ont refusé de céder et de payer pour les spéculateurs. Bien leur en a pris.

Pour la Grèce, le gouvernement "socialiste", avec l'appui de la droite, de l'Europe et du FMI, a au contraire décidé d'optempérer aux ordres des marchés en acceptant l'aide européenne au lieu de faire une croix sur sa dette. C'est le peuple grec qui se voit aujourd'hui sommé de régler l'ardoise des marchés financiers. La résistance populaire grecque, avec en pointe les communistes du KKE et leur syndicat, le PAME, est un exemple de combat contre les marchés financiers.

Mais les marchés ont de la suite dans les idées et ce sont désormais l'Espagne et l'Italie qui sont dans la ligne de mire.

Une fois encore, l'Europe montre quels intérêts elle sert ; au lieu de prendre la défense du peuple italien, elle pousse (sans trop de difficultés) le gouvernement de Silvio Berlusconi vers le renforcement des politiques d'austérité en Italie.

Angela Merkel résume assez bien la philosophie de nos élites européennes qui acceptent la spéculation contre les états. Pour elle,  "l'Italie doit envoyer elle-même un signal important qui est l'adoption d'un budget répondant à des exigences d'économies et de consolidation". En clair : austérité ! austérité !

L'outil de stabilité que devait être l'euro est devenu un outil d'austérité contre les peuples après avoir été un outil de flambée des prix.

Face à une crise qui est d'abord une crise du modèle capitaliste, les tenants du système, gouvernements, banquiers ou entreprises, n'ont qu'un discours : encore plus de libéralisme, toujours moins d'état et moins de règles sociales !

Depuis le début de la crise économique et du chômage dans les années 70, les dérégulations, privatisations et mondialisations n'ont apporté que plus de chaos, de misère et de chômage en France, en Europe et dans le Monde.

En 40 ans de libéralisme, la situation n'a fait que se dégrader pour les peuples, les travailleurs et l'environnement : le libéralisme est un échec !

C'est bien d'un changement complet de stratégie politique et économique dont a besoin le pays et l'Europe.

Même si l'idée fâche, y compris à gauche, la question de la sortie de l'euro se pose.

Cette sortie est possible. Des travaux d'économiste, notamment autour d'ATTAC, le démontrent. Elle permettrait une reprise en main de nos politiques économiques et industrielles en dehors du libéralisme débridé du capitalisme et de l'Europe.

A l'inverse du Front national, cette sortie de l'euro ne doit pas se faire avec un repli nationaliste mais, au contraire, avec la volonté de tisser des liens avec d'autres pays pour des échanges économiques mutuellement avantageux. C'est ce qu'essaient de faire les pays d'Amérique du Sud autour du Vénézuela, de la Bolivie et de Cuba avec l'Alliance Bolivarienne pour les Amériques (ALBA). Cette sortie de l'euro doit s'accompagner de mesures contre les fuites de capitaux et d'une nationalisation du secteur bancaire.

2012 pourra être l'occasion électorale d'exprimer notre volonté collective de sortir des schémas conservateurs libéraux ou sociaux libéraux qui dominent le débat politique français depuis les années 80.

En attendant, soyons solidaires des peuples en lutte contre l'austérité qui leur est imposée par les marchés financiers grâce à l'Europe et à leurs gouvernements ! Leurs luttes permettront ou non d'éviter que nous connaissions, à notre tour, la mise en place de programmes de super austérité en France.

 Affiche-PCF-crise.jpg

Partager cet article

Repost 0
Published by Solidaire - dans Dans le Monde
commenter cet article

commentaires