Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • : Andrée OGER est maire honoraire de Croth, conseillère départementale de Saint André de l'Eure et chevalier de la Légion d'Honneur.
  • Contact

Rendez-vous

Fête de l'Huma 2016

Vendredi 10, samedi 11 et dimanche 12 septembre
Parc du Bourget
3 jours : 35 €
    

   ------------------------------ 

 

Salaires et pensions à la traîne, prix et loyers en hausse, profits et actionnaires qui explosent...

 

Front Uni 

contre la vie chère !

   

Campagne de pétition lancée par le PCF

pour exiger de meilleurs salaires, une hausse des minimas sociaux,

 pour exiger des baisses de TVA, un blocage des prix et des loyers

pour taxer les profits et le grandes fortunes
  

Demandez la pétition !

Signez la en ligne sur le site de la Fédération euroise du PCF : www.27.pcf.fr !

Participez au rassemblement devant Bercy (ministère des finances), vendredi 3 juin à 15 h !

Campagne contre la vie chère - affiche PCF 2011
------------------------------------------------
Contre la privatisation de La Poste !

Les communistes adhèrent au Comité Départemental de Défense de La Poste
(cliquez sur l'image !)  


- - - - - - - - - - - - - -

 
 
------------------------------------------------
CRISE : que proposent les communistes ?







 

"Sarkozy a été élu par des pauvres qui se lèvent tôt pour aller faire la fête avec des riches qui se couchent tard".
-------------------------------------------
 Des idées, des vidéos, des sondages sur le site www.sortirdelacrise.tv 
 
-------------------------------------------------
ADN-r--sistance.jpg


 

 














 


ensemble-2.jpg
 

Recherche

Texte libre

Je définirais la mondialisation comme la liberté pour mon groupe d’investir où il veut, le temps qu’il veut, pour produire ce qu’il veut, en s’approvisionnant et en vendant où il veut, et en ayant à supporter le moins de contraintes possibles en matière de droit du travail et de conventions sociales.

P.Barnevick, ancien président de la multinationale ABB. 

Pour moi, un réactionnaire c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est dans l’ordre naturel des choses. Un conservateur, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui pense qu’on n’y peut rien. Un progressiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est injuste. Un communiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui est prêt à faire pour eux ce qu’il ferait pour ses propres enfants.

Ibrahim,
Cuba, un soir lors d’une conversation inoubliable.

 

-------------------------

 

« La dette publique, en d’autres termes l’aliénation de l’État, qu’il soit despotique, constitutionnel ou républicain, marque de son empreinte l’ère capitaliste.
La seule partie de la soi-disant richesse nationale qui entre réellement dans la possession collective des peuples modernes, c’est leur dette publique »

 

Karl MARX 

 

-------------------------

Nouvelles permanences d'Andrée OGER :

 

 

 

Vous pouvez prendre rendez-vous avec Andrée OGER en contactant son secrétariat au 02.32.31.96.25

 

- Mairie de Saint André : les lundis de 17 h à 19 h

- Salle des Fêtes d'Ezy-sur-Eure: les vendredis de 17 h à 19 h

 

-------------------------------------------------------

Dernier tract des communistes
du sud de l'Eure

 (cliquer sur l'image)

 

  Tract St André Septembre 2013 - Recto

 Tract St André Septembre 2013 - Verso

 

 

 ----------------------------------------------------

----------------------------------------

Nouille2.jpeg


----------------------------------------------



 

 

1)

  

 

1)      

         

 

Ebuzzing - Top des blogs - Société

8 mai 2012 2 08 /05 /mai /2012 08:54

Les partis de l'alternance entre gauche libérale et droite libérale ont subi une véritable défaite aux élections du dimanche 6 mai en Grèce mais peuvent espérer garder le pouvoir.

Le pays le plus faible économiquement de la zone euro a été le premier a subir les conséquences du laisser-aller libéral des ces trente dernières années. Entre cadeaux fiscaux aux plus riches et à l'église orthodoxe et clientélisme des deux partis qui gouvernaient le pays jusque là, la Grèce a vu sa dette exploser.

Le remboursement des dettes bancaires et l'explosion des taux accordés par les banques privées à l'état grec ont fini d'enfoncer le pays. La violence de la cure d'austérité imposée au peuple grec, sommé de régler une dette dont il n'est pas responsable (sauf d'avoir fait confiance aux socialistes et à la droite !), a fait voler en éclat le consensus social.

Une alliance droite (Nouvelle Démocratie), sociaux-démocrates (PASOK) et extrême-droite (LA.OS) a fonctionné un temps avant que la colère populaire n'oblige l'extrême-droite a quitté la coalition puis la droite à prendre ses distances.

Plusieurs démissions de députés socialistes et de droite ont entrainé l'effondrement de la majorité parlementaire.

L'Union européenne avec le FMI ont alors pris le contrôle du pays, tel une quelconque colonie.

Effondrement des deux partis du système

C'est cette dérive économique, cette cure d'austérité imposée aux victimes de la finance et cette soumission à l'Europe et aux banques que les électeurs grecs ont sévèrement punis dans les urnes dimanche 6 mai !

Les deux partis qui dirigent le pays depuis la chute de la dictature fasciste des colonels, en 1976, ont subi une cinglante défaite :

- les socialistes du PASOK se sont effondrés de 43,90 % des voix en 2009 à seulement 13,19 % cette fois-ci (- 30,7 % !). Ils ne sont plus que la troisième force politique en Grèce et se retrouvent avec seulement 41 députés (108 sièges de perdus !) ;

- la droite de Nouvelle Démocratie baisse fortement de 33,50 % à 18,87 % (- 14,6 %) ; elle reste la première force politique malgré tout avec 108 élus ; l'atomisation du vote lui permet même de gagner des sièges (+ 17) !

A eux deux, PASOK et ND ne représentent plus que 32 % des voix et 149 députés. il en faut 151 pour avoir une majorité parlementaire !

Poussée de la gauche radicale

La surprise vient de la coalition de gauche radicale SYRIZA, partenaire du PCF au niveau européen dans le Parti de la Gauche Européenne que préside Pierre Laurent, secrétaire national du PCF.

Avec 16,77 %, SYRIZA devient la deuxième force politique en Grèce et progresse de 12,20 % ! SYRIZA aura désormais 52 députés contre 13 auparavant (+ 39 !).

Plus radical et anticapitaliste, le Parti communiste grec (KKE) progresse aussi de 0,9 % à 8,5 %. Il gagne 5 députés à 26 députés. Sa stratégie de refus de toute alliance a dû peser négativement dans le vote populaire.

A gauche également, la Gauche Démocrate (DIMAR) se présentait pour la première fois à ces élections et obtient 6,1 % des voix et 19 sièges. DIMAR présente un discours de gauche moins clivé que les deux précédents sur l'Europe et ouvert sur une alliance avec le PASOK.

Ces trois partis de gauche totalisent 31,4 % des voix et 97 sièges.

Néo-nazis en embuscade

Des anciens députés de la Nouvelle Démocratie qui refusaient l'austérité ont présenté leur propre parti, les "Grecs indépendants". Ils prennent une part de l'électorat de droite et de centre-gauche et obtiennent 10,6 % et 33 sièges, soit la troisème place à ces élections.

A l'extrême-droite, le LA.OS pait sa compromission avec le pouvoir et passe de 5,6 à 2,7 % des voix, perdant ses 15 députés.

C'est un parti clairement fasciste, avec symboles et vestes brunes, Aube Dorée, qui remporte la mise avec 6,97 % des voix (+ 6,7 %) et 21 députés. C'est la première fois qu'un parti fasciste entre dans le parlement grec depuis la chute de la dictature fasciste en 1976, signe d'un désarroi de certains grecs pour qui un régime autoritaire mettrait de l'ordre dans un pays ou corruption et mainmise de l'étranger (l'Europe, le FMI) deviennent pesants.

Salade grecque

Ces élections ont montré l'atomisation de l'électorat grec et le risque du retour d'un pouvoir fasciste dans le pays. Les milices brunes d'Aube dorée ont organisés des ratonnades contre les militants de gauche le jour même du scrutin.

En face, près d'un tiers des grecs cherchent une solution dans une gauche de rupture avec le modèle libéral et l'austérité imposée par l'Europe et les financiers.

Quelle sera la composition du futur gouvernement ? Une alliance autour des partis de la crise, PASOK et ND, parait bien partie. Mais qui les soutiendra ?

En France, après la défaite de Nicolas Sarkozy, il va être nécessaire de dégager une majorité parlementaire pour gouverner.

Il est évident que les socialistes appelereont à nouveau à un vote utile pour se dégager une majorité absolue.

Comme en Grèce ou en Espagne, c'est la pression populaire qui permettra d'imposer le ton de la politique du nouveau président. Ne comptons pas sur les seuls élus !

Par contre, pour éviter une gestion du pays sourde aux attentes populaires, les travailleurs ont besoin d'un relai efficace au Parlement, voire même d'une force sans laquelle il n'y aura pas de majorité à gauche.

Ce relai des luttes et des attentes des mouvements sociaux au parlement, ce sont les candidats du PCF et du Front de gauche qui les incarneront, comme ils sont les relais des luttes des travailleurs depuis des années, depuis Conti, Renault, M-real ou Glaxo.

La gauche radicale a marqué des points en Grèce, comme l'a fait le Front de gauche à l'élection présidentielle en France.

Il est possible d'acdentuer cette poussée de la gauche radicale, pour rompre avec le libéralisme, même social.

En juin prochain, donnons-nous un maximum de députés communistes et du Front de Gauche !

Partager cet article

Repost 0
Published by Solidaire - dans Dans le Monde
commenter cet article

commentaires