Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • : Andrée OGER est maire honoraire de Croth, conseillère départementale de Saint André de l'Eure et chevalier de la Légion d'Honneur.
  • Contact

Rendez-vous

Fête de l'Huma 2016

Vendredi 10, samedi 11 et dimanche 12 septembre
Parc du Bourget
3 jours : 35 €
    

   ------------------------------ 

 

Salaires et pensions à la traîne, prix et loyers en hausse, profits et actionnaires qui explosent...

 

Front Uni 

contre la vie chère !

   

Campagne de pétition lancée par le PCF

pour exiger de meilleurs salaires, une hausse des minimas sociaux,

 pour exiger des baisses de TVA, un blocage des prix et des loyers

pour taxer les profits et le grandes fortunes
  

Demandez la pétition !

Signez la en ligne sur le site de la Fédération euroise du PCF : www.27.pcf.fr !

Participez au rassemblement devant Bercy (ministère des finances), vendredi 3 juin à 15 h !

Campagne contre la vie chère - affiche PCF 2011
------------------------------------------------
Contre la privatisation de La Poste !

Les communistes adhèrent au Comité Départemental de Défense de La Poste
(cliquez sur l'image !)  


- - - - - - - - - - - - - -

 
 
------------------------------------------------
CRISE : que proposent les communistes ?







 

"Sarkozy a été élu par des pauvres qui se lèvent tôt pour aller faire la fête avec des riches qui se couchent tard".
-------------------------------------------
 Des idées, des vidéos, des sondages sur le site www.sortirdelacrise.tv 
 
-------------------------------------------------
ADN-r--sistance.jpg


 

 














 


ensemble-2.jpg
 

Recherche

Texte libre

Je définirais la mondialisation comme la liberté pour mon groupe d’investir où il veut, le temps qu’il veut, pour produire ce qu’il veut, en s’approvisionnant et en vendant où il veut, et en ayant à supporter le moins de contraintes possibles en matière de droit du travail et de conventions sociales.

P.Barnevick, ancien président de la multinationale ABB. 

Pour moi, un réactionnaire c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est dans l’ordre naturel des choses. Un conservateur, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui pense qu’on n’y peut rien. Un progressiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est injuste. Un communiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui est prêt à faire pour eux ce qu’il ferait pour ses propres enfants.

Ibrahim,
Cuba, un soir lors d’une conversation inoubliable.

 

-------------------------

 

« La dette publique, en d’autres termes l’aliénation de l’État, qu’il soit despotique, constitutionnel ou républicain, marque de son empreinte l’ère capitaliste.
La seule partie de la soi-disant richesse nationale qui entre réellement dans la possession collective des peuples modernes, c’est leur dette publique »

 

Karl MARX 

 

-------------------------

Nouvelles permanences d'Andrée OGER :

 

 

 

Vous pouvez prendre rendez-vous avec Andrée OGER en contactant son secrétariat au 02.32.31.96.25

 

- Mairie de Saint André : les lundis de 17 h à 19 h

- Salle des Fêtes d'Ezy-sur-Eure: les vendredis de 17 h à 19 h

 

-------------------------------------------------------

Dernier tract des communistes
du sud de l'Eure

 (cliquer sur l'image)

 

  Tract St André Septembre 2013 - Recto

 Tract St André Septembre 2013 - Verso

 

 

 ----------------------------------------------------

----------------------------------------

Nouille2.jpeg


----------------------------------------------



 

 

1)

  

 

1)      

         

 

Ebuzzing - Top des blogs - Société

11 juin 2014 3 11 /06 /juin /2014 08:53

La querelle entre le fondateur et l'héritière de la maison Front National est-elle une véritable opposition idéologique ?

Après le retrait du site internet du Front National d'une vidéo plus qu'explicite où Jean-Marie Le Pen renoue avec ses provocations antisémites. Quoiqu'il s'en défende, a posteriori, parler d'envoyer Bruel dans une prochaine "fournée" est lourd de sous-entendu, avec la notion de four et de groupe que contient ce mot.

Certes, le Front National, par la voix de Marine Le Pen et de ses caporaux, a vite tenter de prendre ses distances avec les propos du fondateur. Même si l'un des cadres du FN refuse l'antisémitisme, le terme officiel, par la voix de Marine Le Pen, c'est "faute politique". Il y a dans cette expression, là aussi, une volonté de ne pas dénoncer clairement le fonds des propos tout en en critiquant la forme.

De fait, le Front National sait pertinemment qu'il ne peut pas rejeter ce qui fait son fonds historique, ce qui soude le coeur militant de l'extrême-droite : la haine de l'autre, le juif, le musulman, l'immigré ou le rrom.

Ces dernières années ont été riches d'exemples de militants faisant le salut nazi, posant devant le drapeau nazi, tenant des propos racistes explicites.

Ces militants et candidats frontistes ont été exclus, certes, mais ils ont été exclus car leurs actes ont été rendus publics.

Dans sa campagne de dédiabolisation, le FN ne peut se permettre de laisser transparaître les "valeurs" qui sont les siennes. Il faut apparaître comme un parti certes différent, un parti de contestation de l'ordre actuel, mais pas un parti repoussoir !

Dans sa course au pouvoir, le FN sait que s'il continue d'être considéré comme un parti d'extrême-droite, avec ce que l'Histoire a montré de l'extrême-droite, il sera toujours un parti minoritaire, même lorsqu'il arrive au second tour d'une élection présidentielle, comme en 2007.

D'où cette volonté de rejeter le qualificatif de parti d'extrême droite et les propos ou actes qui laisseraient apparaître le vrai visage du FN.

Mais, pas besoin de travestir la réalité, de l'amplifier puisque d'exclusions en petites phrases, les cadres et militants FN laissent régulièrement perler leur haine du juif et de l'étranger, ou leur nostalgie des régimes totalitaires !

Même Marine Le Pen s'est laisser-aller en participant l'an dernier au bal des nostalgiques du nazisme à Vienne !

Et puis, il suffit de lire un programme du FN, ce que ne font pas nombre d'électeurs de ce parti, pour y retrouver les vieilles thématiques de l'extrême-droite contre les immigrés, contre les institutions républicaines, pour la peine de mort et la défense de "valeurs chrétiennes" réactionnaires, ou contre les droits sociaux des travailleurs, notamment le SMIC ou le droit de se syndiquer.

Deriière la querelle entre père et fille, se cache avant tout un combat de stratégie pour permettre au FN d'accéder au pouvoir, localement et nationalement : assumer publiquement ses idées ou se masquer derrière un masque de vertu ?

La stratégie actuelle voulue par Marine Le Pen et ses caporaux semble réussir comme le montre les résultats de l'extrême-droite aux Européennes. Le risque, assumé, est de se fâcher avec une vieille garde et les éléments les plus radicaux pour qui le nouveau visage du FN peut apparaître comme une trahison.

Quoi qu'il en dise, le FN reste un parti d'extrême-droite.

Derrière un discours de victime et d'apparente défense des "Français", le FN n'est pas l'ennemi du système économique qui étrangle notre économie et les travailleurs, de ce pays comme de partout en Europe, mais l'ennemi du système politique parlementaire.

Le FN n'est pas l'ennemi de l'Europe parce qu'elle est libérale mais parce qu'elle est une porte vers l'étranger.

Le FN n'est pas le défenseur des petits contre les grands, mais d'une France traditionnaliste qui n'existe plus, catholique, artisanale et repliée sur elle-même.

Le FN ne redonnera pas la parole aux Français, il la retirera aux étrangers, aux opposants à son système, syndicats ou ennemis politiques.

Le FN ne ressoudera pas la France autour d'un projet positif, il continuera de diviser les Français selon leurs origines, leurs religions, leurs choix idéologiques, pour le plus grand profit de multinationales et d'un monde de la finance qui, lui, est uni.

Ce qui divise aujourd'hui le FN, ce n'est pas l'objectif, la philosophie, mais bien la stratégie, la manière d'avancer ses pions, frontalement selon Jean-Marie Le Pen et l'aile radicale, sournoisement selon Marine Le Pen et ses soutiens.

Pour la France comme pour les travailleurs, le Front National est présenté comme une alternative à un système politique qui a perdu toute crédibilité après trente années d'alternance entre une droite affairiste et une gauche sociale-démocrate qui mènent des politiques semblables. Mais le FN n'est pas une alternative car son programme est également libéral.

Le FN joue en France le rôle de tous les partis d'extrême-droite, de tout temps et partout dans le monde.

Comme le Parti nazi en Allemagne dans les années 30 ou le parti fasciste en Italie dans les années 20, l'extrême-droite sert de soupape de sécurité à la colère populaire en période de crise et de solution politique alternative aux partis de gouvernement quand la colère populaire est trop forte et menace l'organisation même de la société capitaliste.

En Allemagne, en 1933, le Parti communiste pesait plus de 30 % des voix, tandis qu'en Italie, le Parti communiste connaissait une poussée militante et électorale importante aux élections de 1926. L'Espagne venait de basculer dans la République et connaissait une politique sociale très progressiste à la veille de la guerre civile déclenchée par Franco, l'armée et l'Eglise. L'arrivée au pouvoir des forces fascistes stoppera le risque de révolution communiste et devait permettre, au contraire, d'éradiquer les idées communistes.

D'alternative politique, il n'y en a qu'une. Celle qui prône le renversement ou le dépassement du capitalisme et la mise en place d'un autre système économique, basée sur la satisfaction des besoins humains et sociaux, le socialisme.

Le Front National est un parti du système capitaliste, opposé uniquement au système parlementaire actuel.

Derrière les querelles internes entre le fondateur et les jeunes loups du parti, le FN demeure partisan d'un régime dur, autoritaire, basé sur la ségrégation raciale et religieuse, un parti qui entrainera l'explosion du monde du travail et la concurrence entre travailleurs en France sur ces critères ethniques, pour le plus grand profit des entreprises.

Partager cet article

Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article

commentaires