Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • : Andrée OGER est maire honoraire de Croth, conseillère départementale de Saint André de l'Eure et chevalier de la Légion d'Honneur.
  • Contact

Rendez-vous

Fête de l'Huma 2016

Vendredi 10, samedi 11 et dimanche 12 septembre
Parc du Bourget
3 jours : 35 €
    

   ------------------------------ 

 

Salaires et pensions à la traîne, prix et loyers en hausse, profits et actionnaires qui explosent...

 

Front Uni 

contre la vie chère !

   

Campagne de pétition lancée par le PCF

pour exiger de meilleurs salaires, une hausse des minimas sociaux,

 pour exiger des baisses de TVA, un blocage des prix et des loyers

pour taxer les profits et le grandes fortunes
  

Demandez la pétition !

Signez la en ligne sur le site de la Fédération euroise du PCF : www.27.pcf.fr !

Participez au rassemblement devant Bercy (ministère des finances), vendredi 3 juin à 15 h !

Campagne contre la vie chère - affiche PCF 2011
------------------------------------------------
Contre la privatisation de La Poste !

Les communistes adhèrent au Comité Départemental de Défense de La Poste
(cliquez sur l'image !)  


- - - - - - - - - - - - - -

 
 
------------------------------------------------
CRISE : que proposent les communistes ?







 

"Sarkozy a été élu par des pauvres qui se lèvent tôt pour aller faire la fête avec des riches qui se couchent tard".
-------------------------------------------
 Des idées, des vidéos, des sondages sur le site www.sortirdelacrise.tv 
 
-------------------------------------------------
ADN-r--sistance.jpg


 

 














 


ensemble-2.jpg
 

Recherche

Texte libre

Je définirais la mondialisation comme la liberté pour mon groupe d’investir où il veut, le temps qu’il veut, pour produire ce qu’il veut, en s’approvisionnant et en vendant où il veut, et en ayant à supporter le moins de contraintes possibles en matière de droit du travail et de conventions sociales.

P.Barnevick, ancien président de la multinationale ABB. 

Pour moi, un réactionnaire c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est dans l’ordre naturel des choses. Un conservateur, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui pense qu’on n’y peut rien. Un progressiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est injuste. Un communiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui est prêt à faire pour eux ce qu’il ferait pour ses propres enfants.

Ibrahim,
Cuba, un soir lors d’une conversation inoubliable.

 

-------------------------

 

« La dette publique, en d’autres termes l’aliénation de l’État, qu’il soit despotique, constitutionnel ou républicain, marque de son empreinte l’ère capitaliste.
La seule partie de la soi-disant richesse nationale qui entre réellement dans la possession collective des peuples modernes, c’est leur dette publique »

 

Karl MARX 

 

-------------------------

Nouvelles permanences d'Andrée OGER :

 

 

 

Vous pouvez prendre rendez-vous avec Andrée OGER en contactant son secrétariat au 02.32.31.96.25

 

- Mairie de Saint André : les lundis de 17 h à 19 h

- Salle des Fêtes d'Ezy-sur-Eure: les vendredis de 17 h à 19 h

 

-------------------------------------------------------

Dernier tract des communistes
du sud de l'Eure

 (cliquer sur l'image)

 

  Tract St André Septembre 2013 - Recto

 Tract St André Septembre 2013 - Verso

 

 

 ----------------------------------------------------

----------------------------------------

Nouille2.jpeg


----------------------------------------------



 

 

1)

  

 

1)      

         

 

Ebuzzing - Top des blogs - Société

11 janvier 2012 3 11 /01 /janvier /2012 10:39

L'Allemagne a remplacé les Etats-Unis dans le discours de la droite comme modèle. Sauf que ce modèle, comme les Etats-Unis, est loin d'être un paradis pour les travailleurs !

A entendre les représentants de la droite, gouvernement en tête, et les journalistes "économiques", l'Allemagne serait un pays parfait, économiquement sain, exportateur, sans chômeurs. Une sorte de paradis économique où tout irait pour le mieux.

Sauf que les chiffres sont là, bien loin de la perfection dont on nous parle. Cela relativise beaucoup le discours de comparaison entre la France et l'Allemagne. Comme personne ne peut imaginer que nos gouvernants sont des incompétents qui ne connaissent rien (sauf Morano, Bachelot et quelques autres...), il ne reste que l'hypothèse du discours de propagande, un comparatif manipulé pour faire avaler aux travailleurs français la nécessité de baisser leurs salaires et leurs acquis sociaux dans cette grande lutte fratricide entre travailleurs de tous les pays qui ne bénéficie qu'aux actionnaires des multinationales.

Allemagne : un chômeur pour deux précaires

Si on prend les chiffres du chômage, on pourrait croire que la situation de l'Allemagne est plus favorable, que l'économie allemande est plus performante.

Le taux de chômage officiel en Allemagne est de 6,8 % en décembre 2011 alors que la France voisine désormais les 10 %. Cela fait tout de même près de 2,9 millions de chômeurs en Allemagne.

Première explication : la démographie. Chacun sait que la natalité allemande est au plus bas. Elle a connu un court sursaut avec l'annexion de la RDA, où les taux étaient bons. Cela n'a pas duré.

De fait, avec beaucoup moins de jeunes entrant sur le marché du travail, l'Allemagne a moins de nouveaux arrivants à intégrer dans son marché du travail que la France. Ce que le très sarkozyste Dominique Lefèvre avait bêtement résumé en mettant sur le dos des jeunes le taux de chômage français (relire : Selon Frédéric Lefebvre (UMP), ce sont les bébés qui sont responsables du chômage ! )

Mais au delà de la démographie, ces chiffres cachent une autre réalité : l'immense précarisation du marché du travail en Allemagne depuis le passage en force de la réforme Hartz IV par les socialistes allemands en 2003.

Hartz IV a entrainé rapidement une baisse des chiffres du chômage. La mesure la plus importante de cette réforme est la réduction des indemnités versées aux chômeurs de longue durée qui refusent d'accepter des emplois en dessous de leur qualification ; de plus, ces chômeurs peuvent être embauchés à des salaires inférieurs à la convention collective du secteur.

Volkswagen propose des emplois à 400 € par mois, sans paiement des charges sociales ! Et on a vu aussi fleurir des emplois payés seulement 1 € de l'heure, les 1-euros jobs ! Une nouvelle forme d'esclavagisme légal. Il y a même eu des menaces de sanctions contre des femmes refusant des postes de prostituées ("serveuses offrant des services sexuels") car ce "métier" est légal en Allemagne et les maisons de passe peuvent utiliser le Pôle-Emploi allemand pour recruter ! C'est beau le capitalisme moderne !...

Par des artifices comptables, le gouvernement allemand magouille ses chiffres du chômage, comme le gouvernement français. Mieux, ce sont 6 millions d'allemands qui entrent dans le dispositif Hartz IV, sortant de fait des statistiques du chômage. On est plus près de 9 millions d'allemands au chômage et en grande précarité que des 3 millions officiels !

L'Allemagne plus endettée que la France !

Autre chiffre dont on ne nous parle jamais : l'endettement de l'Allemagne.

A l'automne dernier, les médias ont repris en choeur les chiffres faramineux de la dette allemande dont une grosse partie était dissimulée dans des "comptes" spéciaux pour échapper à la publication. L'Allemagne doit 5 000 milliards de dollars à ses créanciers et non 2 000 milliards comme elle l'affirmait ! Cela représente 83 % du Produit Intérieur Brut allemand.

En France, la dette publique est de près de 1 700 milliards d'euros soit 85,3 % du PIB. A noter que la dette de la France était de 1 200 milliards d'euros fin 2007 : + 500 milliards d'euros en 4 ans ! Bravo la droite ! Bravo Sarko !

En tout cas, on est en Allemagne comme en France bien loin de la vertu annoncée et des chiffres exigées par la rigueur budgétaire des traités de Maastricht !

Un pays de vieux qui meurent de plus en plus jeunes

Comme je le disais précédemment, l'évolution démographique de l'Allemagne est extrêmement négative.

La natalité allemande est basse. Le taux d'enfants par femme est de 1,4. On est loin du taux de 2,01 qui est considéré comme le seuil de renouvellement des générations. En France, ce taux est de plus de 2 enfants par femme depuis trois ans désormais !

De ce fait, la population allemande baisse. Elle est encore à 81,8 millions d'habitants mais recule depuis 2002 et son maximum à 82,5 millions d'habitants. Elle est attendue entre 69 et 73 millions d'habitants en 2050.

En France, c'est l'inverse. Notre pays voit sa population augmenter avec comme facteurs, dans l'ordre : la natalité (on l'a vu), l'espérance de vie et l'immigration. La France vient de passer les 65 millions d'habitants dont 16 millions ont moins de 20 ans. Elle devrait atteindre 67 millions d'habitants en 2030.

Plus dramatique est l'évolution de l'espérance de vie qui baisse pour les travailleurs pauvres.

Si elle progresse légèrement d'années en années pour atteindre 79,84 ans en 2011, les chiffres officiels montrent que les salariés les moins bien payés connaissent une évolution inverse.

L'espérance de vie passe de 77,5 ans en 2001 à 
75,5 ans en 2011 chez les personnes qui ont le triste privilège de figurer parmi les moins bien payées. Et ce recul atteint même presque quatre ans (de 77,9 ans à 74,1 ans) chez les citoyens de la partie orientale de l’Allemagne, ceux de l'ex-RDA. Chômage plus élevé et recul de l'espérance de vie : on comprend que beaucoup de citoyens de l'ex-RDA regrettent le socialisme !

A l'inverse, l'espérance de vie en France (78,1 ans pour les hommes et 84,1 ans pour les femmes) progresse pour toutes les catégories, même si des disparités de classes sociales perdurent. Notre système de retraite, notre Sécu et la médecine du travail y sont pour beaucoup. Enfin, tant qu'ils existent encore...

Nous voilà donc avec une Allemagne que la droite, le gouvernement, les médias et les milieux économiques nous mettent en avant. Il y aurait compétition pour être aussi efficace que les allemands et finalement vivre aussi bien qu'eux.

Sauf que nos camarades allemands, on le voit, connaissent les affres du chômage et de la précarité dans des proportions plus élevées que chez nous, que leur espérance de vie baisse dans un pays où le nombre d'enfants décroît, entrainant un vieillissement général de la population, source d'inquiétudes futures pour les retraites comme pour l'économie.

Encore une fois, les partisans du capitalisme nous sortent un faux modèle pour nous orienter vers un cul-de-sac économique et social, fatal pour les travailleurs comme pour le pays.

Dans l'Allemagne des années 2000, les seuls gagnants ce sont les employeurs qui exploitent à bas coûts des salariés précarisés et les actionnaires de ces entreprises. Comme en France.

Encore une fois, les communistes ont raison de refuser le dumping social, la mise en concurrence des travailleurs et de rappeler ce slogan : "Travailleurs de tous pays : unissez-vous !"

Partager cet article

Repost 0
Published by Solidaire - dans Dans le Monde
commenter cet article

commentaires