Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • : Andrée OGER est maire honoraire de Croth, conseillère départementale de Saint André de l'Eure et chevalier de la Légion d'Honneur.
  • Contact

Rendez-vous

Fête de l'Huma 2016

Vendredi 10, samedi 11 et dimanche 12 septembre
Parc du Bourget
3 jours : 35 €
    

   ------------------------------ 

 

Salaires et pensions à la traîne, prix et loyers en hausse, profits et actionnaires qui explosent...

 

Front Uni 

contre la vie chère !

   

Campagne de pétition lancée par le PCF

pour exiger de meilleurs salaires, une hausse des minimas sociaux,

 pour exiger des baisses de TVA, un blocage des prix et des loyers

pour taxer les profits et le grandes fortunes
  

Demandez la pétition !

Signez la en ligne sur le site de la Fédération euroise du PCF : www.27.pcf.fr !

Participez au rassemblement devant Bercy (ministère des finances), vendredi 3 juin à 15 h !

Campagne contre la vie chère - affiche PCF 2011
------------------------------------------------
Contre la privatisation de La Poste !

Les communistes adhèrent au Comité Départemental de Défense de La Poste
(cliquez sur l'image !)  


- - - - - - - - - - - - - -

 
 
------------------------------------------------
CRISE : que proposent les communistes ?







 

"Sarkozy a été élu par des pauvres qui se lèvent tôt pour aller faire la fête avec des riches qui se couchent tard".
-------------------------------------------
 Des idées, des vidéos, des sondages sur le site www.sortirdelacrise.tv 
 
-------------------------------------------------
ADN-r--sistance.jpg


 

 














 


ensemble-2.jpg
 

Recherche

Texte libre

Je définirais la mondialisation comme la liberté pour mon groupe d’investir où il veut, le temps qu’il veut, pour produire ce qu’il veut, en s’approvisionnant et en vendant où il veut, et en ayant à supporter le moins de contraintes possibles en matière de droit du travail et de conventions sociales.

P.Barnevick, ancien président de la multinationale ABB. 

Pour moi, un réactionnaire c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est dans l’ordre naturel des choses. Un conservateur, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui pense qu’on n’y peut rien. Un progressiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est injuste. Un communiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui est prêt à faire pour eux ce qu’il ferait pour ses propres enfants.

Ibrahim,
Cuba, un soir lors d’une conversation inoubliable.

 

-------------------------

 

« La dette publique, en d’autres termes l’aliénation de l’État, qu’il soit despotique, constitutionnel ou républicain, marque de son empreinte l’ère capitaliste.
La seule partie de la soi-disant richesse nationale qui entre réellement dans la possession collective des peuples modernes, c’est leur dette publique »

 

Karl MARX 

 

-------------------------

Nouvelles permanences d'Andrée OGER :

 

 

 

Vous pouvez prendre rendez-vous avec Andrée OGER en contactant son secrétariat au 02.32.31.96.25

 

- Mairie de Saint André : les lundis de 17 h à 19 h

- Salle des Fêtes d'Ezy-sur-Eure: les vendredis de 17 h à 19 h

 

-------------------------------------------------------

Dernier tract des communistes
du sud de l'Eure

 (cliquer sur l'image)

 

  Tract St André Septembre 2013 - Recto

 Tract St André Septembre 2013 - Verso

 

 

 ----------------------------------------------------

----------------------------------------

Nouille2.jpeg


----------------------------------------------



 

 

1)

  

 

1)      

         

 

Ebuzzing - Top des blogs - Société

10 avril 2014 4 10 /04 /avril /2014 09:59

Seule force à défendre l'intégrité territoriale de l'Ukraine, le Parti communiste (KPU) subit les agressions des forces d'extrême-droite qui soutiennent le nouveau pouvoir à Kiev.

Avec 5 millions de voix aux dernières élections et près de 14 % des voix, le Parti communiste d'Ukraine est une force qui compte.

Dès le début des tensions sur la question de la signature d'un accord de coopération avec l'Union européenne, le KPU a proposé un référendum. Cette solution aurait eu le mérite de mettre chacun au pied du mur et de rendre incontestable par toutes les forces en présence la signature de cet accord ou son rejet.

Malgré 4,5 millions de signatures, le président sortant, Viktor Ianoukovitch a préféré prendre sa décision sans consulter le peuple. Cela aura suffi à l'opposition pro-européenne et aux forces néo-nazies pour déclencher une insurrection armée qui a abouti au départ forcé du président et à la prise de pouvoir de l'opposition.

Depuis, le pays vit sous tension entre des régions de l'ouest, partisane de l'opposition et où les groupes néo-nazis (Pravy Sektor, Svoboda) contrôlent la rue et font la chasse aux "opposants" et aux russophones, et des régions de l'est, culturellement proches de la Russie et inquiètes par les exactions des partisans du nouveau pouvoir à Kiev.

Entre les deux, le Parti communiste ukrainien prône une solution politique qui passe par l'éviction des groupes néo-nazis de Kiev et des rues ukrainiennes et par la rpise en compte des revendications régionales, notamment sur le fédéralisme.

Dans un contexte dangereux, les députés communistes continuent de siéger au parlement de Kiev (la Rada) pour faire entendre la voix des ukrainiens de la rue et la voix des démocrates contre celle des extrémistes de Svoboda.

Mardi 8 avril, c'est d'ailleurs en plein parlement que des députés d'extrême-droite ont agressé le premier secrétaire du Parti communiste, Petr Simonenko, alors qu'il faisait son allocution et qu'il dénonçait les agissements violents des milices d'extrême-droite. L'empêchant de parler et distribuant des coups de poing aux autres parlementaires, les députés de Svoboda ont réussi leur coup en empêchant le leader communiste de finir son allocution.

Mercredi 9 avril, ce sont les locaux du siège national du KPU qui ont été incendiés au coeur de Kiev. Les 220 m2 de locaux étaient occupés depuis des semaines par des miliciens d'extrême-droite armés. Ceux-ci avaient déjà brûlé des livres (comme sous Hitler !), saccagé des meubles, les archives, les statues et tous les drapeaux communistes ou soviétiques conservés dans ces locaux.

Ces agressions de plus en plus fortes contre le Parti communiste font suite à d'autres agressions contre des militants et responsables locaux du KPU un peu partout dans le pays. En mars, c'est le responsable du KPU sur Lviv (ouest) qui avait été lynché par une foule menée par l'extrême-droite et contraint de fuir en Russie.

Depuis, d'autres militants et des points de distribution de tracts du KPU ont subi les assauts des "démocrates" ukrainiens que soutient notre pays avec l'Union européenne.

Difficile dans ce climat de critiquer l'attitude d'une population russophone, largement majoritaire dans le sud et l'est du pays, qui se tourne vers la Russie par crainte du retour des néo-nazis et des exactions des milices qu'ont subi ces populations durant la Seconde guerre mondiale.

Il apparait de plus en plus clair que ce sont aujourd'hui les milices d'extrême-droite, armées durant l'insurrection, qui font la loi en Ukraine et que la seule force aujourd'hui qui tente de maintenir l'unité du pays et de combattre le fascisme, c'est le Parti communiste d'Ukraine.

Nous renouvelons ici notre soutien à nos camarades ukrainiens et notre appel au gouvernement français pour qu'il arrête de soutenir une opposition arrivée au pouvoir de manière violente et noyautée par une extrême-droite qui revendique publiquement son passé nazi.

Partager cet article

Repost 0
Published by Solidaire - dans Dans le Monde
commenter cet article

commentaires