Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • : Andrée OGER est maire honoraire de Croth, conseillère départementale de Saint André de l'Eure et chevalier de la Légion d'Honneur.
  • Contact

Rendez-vous

Fête de l'Huma 2016

Vendredi 10, samedi 11 et dimanche 12 septembre
Parc du Bourget
3 jours : 35 €
    

   ------------------------------ 

 

Salaires et pensions à la traîne, prix et loyers en hausse, profits et actionnaires qui explosent...

 

Front Uni 

contre la vie chère !

   

Campagne de pétition lancée par le PCF

pour exiger de meilleurs salaires, une hausse des minimas sociaux,

 pour exiger des baisses de TVA, un blocage des prix et des loyers

pour taxer les profits et le grandes fortunes
  

Demandez la pétition !

Signez la en ligne sur le site de la Fédération euroise du PCF : www.27.pcf.fr !

Participez au rassemblement devant Bercy (ministère des finances), vendredi 3 juin à 15 h !

Campagne contre la vie chère - affiche PCF 2011
------------------------------------------------
Contre la privatisation de La Poste !

Les communistes adhèrent au Comité Départemental de Défense de La Poste
(cliquez sur l'image !)  


- - - - - - - - - - - - - -

 
 
------------------------------------------------
CRISE : que proposent les communistes ?







 

"Sarkozy a été élu par des pauvres qui se lèvent tôt pour aller faire la fête avec des riches qui se couchent tard".
-------------------------------------------
 Des idées, des vidéos, des sondages sur le site www.sortirdelacrise.tv 
 
-------------------------------------------------
ADN-r--sistance.jpg


 

 














 


ensemble-2.jpg
 

Recherche

Texte libre

Je définirais la mondialisation comme la liberté pour mon groupe d’investir où il veut, le temps qu’il veut, pour produire ce qu’il veut, en s’approvisionnant et en vendant où il veut, et en ayant à supporter le moins de contraintes possibles en matière de droit du travail et de conventions sociales.

P.Barnevick, ancien président de la multinationale ABB. 

Pour moi, un réactionnaire c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est dans l’ordre naturel des choses. Un conservateur, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui pense qu’on n’y peut rien. Un progressiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est injuste. Un communiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui est prêt à faire pour eux ce qu’il ferait pour ses propres enfants.

Ibrahim,
Cuba, un soir lors d’une conversation inoubliable.

 

-------------------------

 

« La dette publique, en d’autres termes l’aliénation de l’État, qu’il soit despotique, constitutionnel ou républicain, marque de son empreinte l’ère capitaliste.
La seule partie de la soi-disant richesse nationale qui entre réellement dans la possession collective des peuples modernes, c’est leur dette publique »

 

Karl MARX 

 

-------------------------

Nouvelles permanences d'Andrée OGER :

 

 

 

Vous pouvez prendre rendez-vous avec Andrée OGER en contactant son secrétariat au 02.32.31.96.25

 

- Mairie de Saint André : les lundis de 17 h à 19 h

- Salle des Fêtes d'Ezy-sur-Eure: les vendredis de 17 h à 19 h

 

-------------------------------------------------------

Dernier tract des communistes
du sud de l'Eure

 (cliquer sur l'image)

 

  Tract St André Septembre 2013 - Recto

 Tract St André Septembre 2013 - Verso

 

 

 ----------------------------------------------------

----------------------------------------

Nouille2.jpeg


----------------------------------------------



 

 

1)

  

 

1)      

         

 

Ebuzzing - Top des blogs - Société

30 janvier 2014 4 30 /01 /janvier /2014 11:38

Comme un parfum de 1934 et de poussée fasciste. En attendant un nouvel été 1936 ?

On les voit, on les entend sur tous les terrains. Les mouvements d'extrême droite tentent actuellement de créer un climat anti-système généralisé, non pas pour rompre avec le capitalisme, mais pour rompre avec la démocratie parlementaire.

L'actualité de l'extrême-droite, c'est la convergence de mouvements divers, contre le mariage homosexuel et la procréation médicalement assistée, contre le régime présidentiel, contre l'éducation nationale, autour de l'Affaire Dieudonné et, politiquement, sur des terrains abandonnés par la gauche de gouvernement.

La Manif pour tous, mouvement mal nommé qui regroupe les opposants au mariage pour tous, continue d'agiter la sphère anti-homosexuelle, depuis les milieux religieux, intégristes catholiques et islamistes musulmans, jusqu'aux forces politiques conservatrices (UMP) ou fascistes (extrême-droite).

La loi est passée et ces organisations n'ont pas réussi à provoquer une mobilisation populaire contre elle, les français étant moins bloqués moralement que les quelques centaines de milliers de personnes, enfants compris, qui ont à l'époque refuser la loi.

Aujourd'hui, c'est contre la procréation médicalement assistée que ces extrémistes veulent manifester. Qu'ils cachent cela derrière une homophobie assumée, et le rejet de la maternité pour les couples homosexuels, n'est qu'un paravent derrière lequel se cachent des organisations dont la finalité est de mettre fin à toutes les mesures qui ont permis aux femmes de se libérer de leur rôle de simple génitrice, de ventre. C'est le cas de l'IVG ou de la contraception libre et gratuite pour les jeunes femmes mineures.

Dans le même ordre d'idée, les campagnes pour le boycott de l'école, orchestrées par des militants se réclamant de la gauche nationaliste et de l'écrivain ouvertement national-socialiste Alain Soral, cachent elles aussi un relent de conformisme social des années quarante.

Alors que le ministère de l'Education national lance une campagne pour l'égalité des sexes auprès des enfants, en tentant de briser l'idée que femmes et hommes seraient faits pour des métiers différents, ces groupuscules tentent de faire croire qu'il s'agit d'enseigner la masturbation aux tout petits et l'homosexualité en primaire ! Que des parents aient été assez crédules pour croire à ces infos et, surtout, pour ne pas aller interroger directement les enseignants, cela pose question !

Mais, au delà de la campagne de désinformation, assez typique de l'extrême-droite, il y a aussi une attaque en règle contre la confiance en l'Education nationale, structure centrale de la République française.

La convergence entre courants d'extrême-droite s'est vue également le week-end dernier avec la manifestation pour exiger la "destitution de François Hollande".

A l'instar de l'extrême-droite ukrainienne, l'extrême-droite française fait front uni pour obtenir dans la rue, par l'agitation, ce qu'elle ne peut gagner dans les urnes : la décrédibilisation du système républicain et la chute du gouvernement démocratiquement élu.

Déjà en Ukraine, on a vu droite conservatrice, église et néo-nazis convergés, se rassembler, occuper la rue puis les ministères avant d'en arriver à interdire les partis "gênants", dont le parti majoritaire et le parti communiste. Un parfum de 1933 allemand ou de 1934 français, quand l'extrême droite manifestait à Paris et tentait d'envahir l'Assemblée nationale.

Ce dimanche, on a vu ainsi, bras dessus-bras dessous, des néo-nazis (les "Identitaires"), des catholiques intégristes (Civitas), des partisans de Dieudonné et des petits patrons exiger la destitution de Hollande (par qui ?). Pour mettre qui à la place ? Pas un président de gauche, évidemment ! Et peut-être même pas un président de droite !...

D'ailleurs, on retrouve peu ou prou les mêmes personnes et les mêmes organisations autour de Dieudonné, ex-humoriste devenu, par glissement successifs, un pamphlétaire assurant la jonction entre des militants sincères de la cause palestinienne et des mouvements d'extrême-droite pour qui tout bon juif est un juif mort.

Là aussi, la convergence entre courants militants et la victimisation de Dieudonné (Merci Valls !) donne de l'importance au personnage et, au final, sert ses intérêts et ceux de sa "cause".

Derrière tout ça, se tapit l'extrême-droite officielle, sa vitrine publique et d'apparence convenable, le Front National.

Même si le Front National et marine Le Pen ne sont pas directement associés à ses événements, sauf dans le cadre des menées anti-IVG et anti-Homo du mouvement de La manif pour Tous, c'est bien l'extrême-droite qui se nourrit de se climat anti-présidentiel, anti-éducation, anti-justice et anti-parlementaire que créées ces diverses campagnes.

Le FN se sert également des inquiétudes légitimes du peuple de France, face à la montée du chômage et de l'intégration forcée de la France dans l'Union européenne pour faire passer ses idées de repli nationaliste et de rejet de tout ce qui vient de l'étranger.

Derrière ces discours, il n'y a pas, jamais, de dénonciation du système capitaliste, des classes bourgeoises qui profitent de la crise et du système libéral pour s'enrichir sur le dos des peuples !

L'extrême-droite sert d'échappatoire à un système capitaliste en crise majeure pour éviter une remise en cause de son existence même. L'extrême-droite envoie les peuples en colère vers de faux responsables, qu'ils soient juifs ou immigrés, pour expliquer la crise. Ces mouvements ne visent pas "le système" économique mais le "système" politique, c'est-à-dire le cadre républicain et démocratique dans lequel vit la France depuis la Libération.

Pour les communistes, effectivement, il faut s'attaquer à la crise capitaliste et à un système politique qui sert à le gérer au mieux des intérêts des nantis. Mais cela doit se faire en rassemblant la population sur des critères d'intérêts sociaux, d'intérêts de classes, et non sur des critères religieux ou ethniques !

Défendre les intérêts des ouvriers et des salariés, cela ne peut se faire en divisant ceux-ci en fonction de leurs origines et de leurs ethnies mais bien en les rassemblant contre ceux qui profitent de leur travail, qui les licencient !

Déjà en 1934, les extrêmes droite se sont rassemblées en France (les ligues factieuses) pour tenter de destabiliser la République et établir un régime autoritaire, à l'image de l'Allemagne hitlérienne ou de l'Italie fasciste.

Le peuple français a su réagir. Cela a permis la constitution du Front Populaire et les grandes conquêtes sociales de 1936, après plusieurs semaines de grèves massives.

La crise capitaliste qui s'approfondit alors qu'une élite de profiteurs s'enrichit, un système politique qui ne peut répondre aux besoins du peuple car lié au capitalisme, et une gauche gouvernementale soumise aux marchés, voilà qui créé de la désillusion et de la colère ! Un terreau facile pour une extrême-droite démagogue et qui s'appuie sur des idées simplistes et qui transorme la colère en haine.

Aux militants et mouvements de gauche d'être capables, au contraire, de rassembler les classes populaires, les travailleurs, autour d'un programme conquérant, positif, rassembleur et anti-capitaliste !

Cette année, les Municipales et, surtout, les Européennes seront l'occasion de démontrer qu'il existe une alternative politique progressiste à une gestion libérale et pro-européenne de la société.

Et, enfin, saisissons-nous de la rue, des manifs et des murs pour montrer à nos compatriotes et au pouvoir qu'il y a toujours, en France, une porte à gauche, ouverte pour le changement. Le vrai !

Partager cet article

Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article

commentaires