Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • : Andrée OGER est maire honoraire de Croth, conseillère départementale de Saint André de l'Eure et chevalier de la Légion d'Honneur.
  • Contact

Rendez-vous

Fête de l'Huma 2016

Vendredi 10, samedi 11 et dimanche 12 septembre
Parc du Bourget
3 jours : 35 €
    

   ------------------------------ 

 

Salaires et pensions à la traîne, prix et loyers en hausse, profits et actionnaires qui explosent...

 

Front Uni 

contre la vie chère !

   

Campagne de pétition lancée par le PCF

pour exiger de meilleurs salaires, une hausse des minimas sociaux,

 pour exiger des baisses de TVA, un blocage des prix et des loyers

pour taxer les profits et le grandes fortunes
  

Demandez la pétition !

Signez la en ligne sur le site de la Fédération euroise du PCF : www.27.pcf.fr !

Participez au rassemblement devant Bercy (ministère des finances), vendredi 3 juin à 15 h !

Campagne contre la vie chère - affiche PCF 2011
------------------------------------------------
Contre la privatisation de La Poste !

Les communistes adhèrent au Comité Départemental de Défense de La Poste
(cliquez sur l'image !)  


- - - - - - - - - - - - - -

 
 
------------------------------------------------
CRISE : que proposent les communistes ?







 

"Sarkozy a été élu par des pauvres qui se lèvent tôt pour aller faire la fête avec des riches qui se couchent tard".
-------------------------------------------
 Des idées, des vidéos, des sondages sur le site www.sortirdelacrise.tv 
 
-------------------------------------------------
ADN-r--sistance.jpg


 

 














 


ensemble-2.jpg
 

Recherche

Texte libre

Je définirais la mondialisation comme la liberté pour mon groupe d’investir où il veut, le temps qu’il veut, pour produire ce qu’il veut, en s’approvisionnant et en vendant où il veut, et en ayant à supporter le moins de contraintes possibles en matière de droit du travail et de conventions sociales.

P.Barnevick, ancien président de la multinationale ABB. 

Pour moi, un réactionnaire c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est dans l’ordre naturel des choses. Un conservateur, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui pense qu’on n’y peut rien. Un progressiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est injuste. Un communiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui est prêt à faire pour eux ce qu’il ferait pour ses propres enfants.

Ibrahim,
Cuba, un soir lors d’une conversation inoubliable.

 

-------------------------

 

« La dette publique, en d’autres termes l’aliénation de l’État, qu’il soit despotique, constitutionnel ou républicain, marque de son empreinte l’ère capitaliste.
La seule partie de la soi-disant richesse nationale qui entre réellement dans la possession collective des peuples modernes, c’est leur dette publique »

 

Karl MARX 

 

-------------------------

Nouvelles permanences d'Andrée OGER :

 

 

 

Vous pouvez prendre rendez-vous avec Andrée OGER en contactant son secrétariat au 02.32.31.96.25

 

- Mairie de Saint André : les lundis de 17 h à 19 h

- Salle des Fêtes d'Ezy-sur-Eure: les vendredis de 17 h à 19 h

 

-------------------------------------------------------

Dernier tract des communistes
du sud de l'Eure

 (cliquer sur l'image)

 

  Tract St André Septembre 2013 - Recto

 Tract St André Septembre 2013 - Verso

 

 

 ----------------------------------------------------

----------------------------------------

Nouille2.jpeg


----------------------------------------------



 

 

1)

  

 

1)      

         

 

Ebuzzing - Top des blogs - Société

27 mars 2012 2 27 /03 /mars /2012 10:58

Après une journée de grève générale au Portugal, l'Allemagne vient de connaître à son tour une journée de mobilisation sociale.

Comme d'habitude, il ne faut pas compter sur la télévision pour nous informer de ce qu'il se passe à l'étranger sur le plan social ! Il est vrai que nos médias doivent véhiculer l'idée que la France est un mauvais exemple : trop de grèves, trop de syndicats, trop de vacances, trop "d'assistés", trop de fainéants...

Parler de mouvements sociaux à l'étranger reviendrait à laisser trainer l'idée que, finalement, les conflits sociaux sont monnaie courante à travers le monde capitaliste, y compris en Allemagne, nouvelle image d'Epinal d'un capitalisme vertueux où les salariés bosseraient durs et fermeraient leur gueule pour le bien commun. Sous-entendu : c'est parce que les français réclament trop que l'économie française va mal.

L'Allemagne : entre appauvrissement et grèves

Sauf que le modèle allemand est loin d'être exemplaire. En tout cas sur un plan social.

Sur ce blog, nous avons eu l'occasion de parler il y a peu de cette Allemagne où tant de travailleurs vivent sous le seuil de pauvreté, où le chômage est lui aussi camouflé par des artifices qui obligent les chômeurs allemands à travailler pour des salaires de 1 € de l'heure (les "1 € jobs"). Nous vous invitons à relire : Le modèle allemand vanté par Sarkozy, c'est la précarité et l'érosion démographique . Un article pour se rappeler également que l'Allemagne d'aujourd'hui plonge dans un marasme démographique qui annonce un avenir difficile pour ceux qui devront partir en retraite dans 20 ou 30 ans.

En tout cas, l'Allemagne d'aujourd'hui connait aussi ses grèves, et pas seulement dans l'automobile.

Ce mardi, ce sont les salariés de la Fonction Publique qui étaient appelés à la grève. Avec un grand succès.

La grève était orchestrée par le puissant syndicat des services Verdi et fait suite à une série d'autres mouvements depuis trois semaines qui ont touché transports en commun, crèches, hôpitaux et administrations dans toute l'Allemagne. Verdi réclame des hausses de salaires de 6,5% cette année pour 2 millions de salariés de l'Etat fédéral et des communes. Ceux-ci ont proposé la semaine dernière une hausse de 3,3% répartie sur deux ans, soit 1,65 % par an, une offre rejetée par le syndicat. Les prochaines négociations sont prévues les 28 et 29 mars.
L'Allemagne bloquée par une grève, notamment dans les transports ? Une info que les groupes Hersant, Bouyghes ou Bolloré se refusent à diffuser.

Le Portugal bloqué par la grève générale le 22 mars dernier

Depuis des mois, les salariés se mobilisent contre des politiques d'austérité concoctées par l'Europe et l'alliance droite-socialistes et qui pénalisent (évidemment) les seuls travailleurs.

Le 22 mars dernier, le syndicat CGT-P (lié au PC portugais) appelait seul à une journée de grève générale avec des manifestations dans 35 villes du pays. Une journée parfaitement réussie.

C'est le cas dans les transports, où le métro de Lisbonne a été fermé (100% de grévistes), une seule ligne fonctionnait au ralenti à Porto (90% de grévistes). Les tramways de Lisbonne étaient perturbés (50%), tout comme les transports urbains de l'Alentejo et du Ribatejo (70%). Le port de Lisbonne a également été fermé à l'activité, en ce qui concerne les transports de voyageurs.

Dans les services publics, l'adhésion a été massive, 70% aux télécoms ainsi qu'à l'énergie, entre 60 et 80% dans l'éducation nationale. Dans les principaux hôpitaux de la capitale, les services ont fonctionné au ralenti, à Dona Estefania la grève a été suivie par 93% des infirmières et 100% du personnel administratif, à Sao José par 84% des infirmières et 100% du personnel des urgences.

Dans le secteur privé, en dépit des intimidations et du chantage patronal, la grève a été massivement suivie dans les principaux sites industriels du pays : 60% au site Citroen de Setubal, 70% aux chantiers navals de Setubal, 85% à l'usine Parmalat de Palmela, 85% à St-Gobain (Loures) et enfin 100% à l'usine Bosch de Braga.

Grèce, Belgique, Espagne : la contestation grandit

Il y a quelques semaines, c'était la Belgique qui était touchée par une grève générale historique. Là aussi, aucune info dans les médias dominants.

La Grèce, quant à elle, continue de voir s'affronter les travailleurs, organisés notamment autour du syndicat communiste PA.ME, et le pouvoir politique d'union entre socialistes et droite. Les élections de fin avril annoncent déjà une forte poussée des partis de la gauche radicale, autour de 42 % des voix, notamment du Parti communiste grec (KKE).

En Espagne, deux régions autonomes importantes viennent de renouveler leur parlement, un an après les élections précédentes où IU avait déjà connu une bonne progression. Dans les deux cas, la coalition Izquierda Unida (Gauche Unie) a connu une forte poussée, en voix et en sièges, malgré une hausse de l'abstention.

Ce progrès se fait au détriment essentiel des socialistes, qui ont perdu le pouvoir l'an dernier en voulant imposer une super austérité au peuple espagnol. La droite progresse en pourcentage grâce à la baisse de la participation car elle perd également des voix (- 160 000 voix en Andalousie et - 12 000 dans les Asturies). En 1 an de pouvoir seulement !

En Andalousie, IU avec 11,34 % (430 000 voix) et 12 sièges, gagne 120 000 voix et double son nombre d'élus !

Dans les Asturies (nord de l'Espagne), IU avec 13,78 % (69 000 voix) et 5 sièges, gagne 7 100 voix et 1 siège.

Partout en Europe, les gouvernements tentent d'imposer l'austérité avec l'aide de l'Union européenne et du FMI.

Les ripostes prennent différentes formes mais ce sont toujours les syndicats et les partis anticapitalistes, communistes souvent, qui sont à l'offensive.

L'exemple espagnol avec Izquierda Unida, équivalent du Front de Gauche, et la montée de la gauche radicale grecque, dans la rue et dans les urnes, rejoignent ce que nous connaissons en France, pour cette campagne électorale.

Comme en Espagne, au Portugal, en Belgique, Grèce, République tchèque, Russie, Moldavie, à Chypre et ailleurs en Europe, ce n'est pas aux peuples de payer pour les banques et les spéculateurs !

Comme à ces élections en Espagne et comme l'annoncent les sondages en Grèce, l'alternative réside dans une gauche de résistance, une gauche qui s'attaque aux racines du mal, le contrôle des financiers sur l'économie donc sur la nation.

Aujourd'hui, Jean-Luc Mélenchon est crédité de 13 à 14 % des voix. Donnons encore plus de force à sa candidature !

Et, dans la foulée, lors des Législatives de juin, faisons tomber des circonscriptions dans l'escarcelle de la gauche de combat, le Front de Gauche avec le Parti communiste !

Partager cet article

Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article

commentaires