Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • : Andrée OGER est maire honoraire de Croth, conseillère départementale de Saint André de l'Eure et chevalier de la Légion d'Honneur.
  • Contact

Rendez-vous

Fête de l'Huma 2016

Vendredi 10, samedi 11 et dimanche 12 septembre
Parc du Bourget
3 jours : 35 €
    

   ------------------------------ 

 

Salaires et pensions à la traîne, prix et loyers en hausse, profits et actionnaires qui explosent...

 

Front Uni 

contre la vie chère !

   

Campagne de pétition lancée par le PCF

pour exiger de meilleurs salaires, une hausse des minimas sociaux,

 pour exiger des baisses de TVA, un blocage des prix et des loyers

pour taxer les profits et le grandes fortunes
  

Demandez la pétition !

Signez la en ligne sur le site de la Fédération euroise du PCF : www.27.pcf.fr !

Participez au rassemblement devant Bercy (ministère des finances), vendredi 3 juin à 15 h !

Campagne contre la vie chère - affiche PCF 2011
------------------------------------------------
Contre la privatisation de La Poste !

Les communistes adhèrent au Comité Départemental de Défense de La Poste
(cliquez sur l'image !)  


- - - - - - - - - - - - - -

 
 
------------------------------------------------
CRISE : que proposent les communistes ?







 

"Sarkozy a été élu par des pauvres qui se lèvent tôt pour aller faire la fête avec des riches qui se couchent tard".
-------------------------------------------
 Des idées, des vidéos, des sondages sur le site www.sortirdelacrise.tv 
 
-------------------------------------------------
ADN-r--sistance.jpg


 

 














 


ensemble-2.jpg
 

Recherche

Texte libre

Je définirais la mondialisation comme la liberté pour mon groupe d’investir où il veut, le temps qu’il veut, pour produire ce qu’il veut, en s’approvisionnant et en vendant où il veut, et en ayant à supporter le moins de contraintes possibles en matière de droit du travail et de conventions sociales.

P.Barnevick, ancien président de la multinationale ABB. 

Pour moi, un réactionnaire c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est dans l’ordre naturel des choses. Un conservateur, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui pense qu’on n’y peut rien. Un progressiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est injuste. Un communiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui est prêt à faire pour eux ce qu’il ferait pour ses propres enfants.

Ibrahim,
Cuba, un soir lors d’une conversation inoubliable.

 

-------------------------

 

« La dette publique, en d’autres termes l’aliénation de l’État, qu’il soit despotique, constitutionnel ou républicain, marque de son empreinte l’ère capitaliste.
La seule partie de la soi-disant richesse nationale qui entre réellement dans la possession collective des peuples modernes, c’est leur dette publique »

 

Karl MARX 

 

-------------------------

Nouvelles permanences d'Andrée OGER :

 

 

 

Vous pouvez prendre rendez-vous avec Andrée OGER en contactant son secrétariat au 02.32.31.96.25

 

- Mairie de Saint André : les lundis de 17 h à 19 h

- Salle des Fêtes d'Ezy-sur-Eure: les vendredis de 17 h à 19 h

 

-------------------------------------------------------

Dernier tract des communistes
du sud de l'Eure

 (cliquer sur l'image)

 

  Tract St André Septembre 2013 - Recto

 Tract St André Septembre 2013 - Verso

 

 

 ----------------------------------------------------

----------------------------------------

Nouille2.jpeg


----------------------------------------------



 

 

1)

  

 

1)      

         

 

Ebuzzing - Top des blogs - Société

2 décembre 2013 1 02 /12 /décembre /2013 09:34

Depuis la place d’Italie jusqu’à Bercy, les organisateurs ont annoncé pas moins de 100 000 marcheurs. Des manifestants contre la hausse de la TVA et pour une révolution fiscale, rassemblés notamment à l’appel du Front de gauche, qui n’a pas été le seul à participer au succès de cette marche.

 Marche pour la justice fiscale: PLUS DE 100 000 à PARIS !

Les travailleurs sont aussi venus en nombre, les égoutiers de Paris, les syndicalistes de la CGT finances, CGT Air France, travailleurs en lutte de Petroplus, PSA Poissy, Sanofi… Il y avait également toutes les formations du Front de gauche, du NPA et de Lutte ouvrière. A l’arrivée à Bercy, les porte-paroles des formations représentées ont successivement pris la parole.
Jean-Luc Mélenchon a parlé en premier
« Salut et honneur à ceux qui ont sacrifié tant de temps et d’argent pour être ici. J’adresse un salut spécialement chaleureux aux organisations syndicales de branches ou d’entreprises en lutte qui ont co-organisé cette marche avec nous » a commencé le co-président du PG. Puis citant Hugo, il déclame: « C’est de l’enfer des pauvre qu’est fait le paradis des riches », il poursuit : « Notre marche dit avant toute chose : dans l’épreuve que vit le pays, nous autres, nous ne perdons pas le message de notre cœur ni celui de notre intelligence. L’ennemi ce n’est pas l’immigré, ni le fonctionnaire ni le travailleur révolté, nous ne nous trompons pas de colère. L’ennemi, il y en a un, c’est la finance française et mondialisée. […] L’ennemi, c’est celui qui fait flotter sa barque personnelle sur l’océan du malheur des autres. […] Nous sommes le matin qui va se lever sur l’année 1788. Nous faisons éclater cette réalité insupportable : le problème n’est pas le coût du travail, c’est celui du capital ! […] 100 ans après la création de l’impôt sur le revenu, le système fiscal protège aujourd’hui la finance. Le niveau d’imposition des plus hautes tranches contribue moins qu’il y a 10 ans. Si on avait maintenu les impôts tels qu’ils étaient en 2000, il y aurait eu 100 milliards d’euros supplémentaires dans les caisses… » Jean-Luc Mélenchon a invité toute l’opposition de gauche, les syndicats, les associations écologiques, à se rassembler à nouveau pour préparer une nouvelle journée de mobilisation contre la hausse de la TVA en janvier. Il a conclu en citant à nouveau Victor Hugo, dans l’espoir que cette marche inspire nos voisins européens : « ce que Paris conseille, l’Europe le médite. Ce que Paris commence, l’Europe le continue ! »
Pierre Laurent, secrétaire national du PCF
« Si nous sommes ici à Paris sachez bien que nous ne sommes pas seul, il y a eu d’autres rassemblements à Bordeaux, à Toulouse et même à Tulle… L’heure est à la mobilisation pour imposer une nouvelle politique pour la France. C’est à nous de repartir en campagne pour rétablir l’espoir, sur les ruines de ce qu’a détruit ce gouvernement qui a oublié ce qu’être de gauche voulait dire. En 2014 la TVA rapportera plus de 138 milliards d’impôt, alors que l’impôt sur les sociétés ne rapportera plus que 36 milliards d’euros, en baisse de plus de 13 milliards à cause du dernier cadeau fiscal. La seule compétitivité visée, c’est celle des profits et des dividendes.[..] Qu’on ne compte pas sur nous pour confondre notre colère avec les revendications patronales du zéro impôt. [...] Le rouge que nous avons au cœur, il n’a pas de frontière. Ni bretonne, ni française, ni européenne. C’est le rouge des prolétaires de tous les pays ! Au 1er janvier, à l’exception de quelques produits de première nécessité, tout va augmenter. Alors que le pouvoir d’achat est déjà tellement attaqué. Comme si la situation n’était pas déjà insupportable pour ces 8 millions de pauvres. Il faut dire à Bruxelles, nous ne voulons plus de cette politique d’austérité. Il faut interdire les licenciements boursiers. Ouvrez les comptes des entreprises, révélez le montant des dividendes. Oui, une politique de justice sociale et fiscale est possible dans ce pays, nous créons suffisamment de richesses pour cela ! [..] Nous voulons des portiques et des taxes, mais sur les routes de la finance et de l’évasion fiscale ! » Pierre Laurent a conclu lui en citant Aimé Césaire : « j’ai eu, je garde, j’ai le libre choix de mes ennemis. Lepen, elle choisit aussi ses ennemis, l’immigré et l’étranger. Et bien nous, nous croyons en l’unité de l’humanité, c’est bien le sens de l’humain d’abord. »
Nathalie Arthaud, porte parole de Lutte Ouvrière.
« La seule réforme fiscale juste, ce serait la suppression de toutes les taxes indirectes… La seule politique fiscale juste serait de faire payer les capitalistes qui gagnent leur argent sur le dos des travailleurs. Les travailleurs n’ont pas à servir d’amortisseurs. [...] C’est en prenant l’initiative de la fronde sociale que les travailleurs pourront aussi lutter contre ce climat délétère marqué par l’abstention et la monté du Front national. [...] Le gouvernement de Hollande mène une politique anti-ouvrier comme la droite, il faut que les ouvrier le combatte comme s’il était de droite. Malgré nos divergences, nous pouvons tous participer en reprenant le chemin des luttes. »
Christian Piquet, porte-parole de Gauche Unitaire
« La gauche et le camp des travailleurs retrouvent le chemin de la rue, de la mobilisation, de la lutte sociale… Il y avait urgence. Le peuple qui s’est débarrassé en 2012 du président des riches, ne l’a pas fait pour élire le président des patrons. C’est aujourd’hui une majorité de la gauche qui voit bien comme nous que l’on va dans le mur. La politique du gouvernement n’a plus de majorité à gauche. Si toutes ces voix se conjuguent, se fédèrent, elles peuvent devenir une force qui nous replacera sur le chemin de nouvelles conquêtes, aussi décisives que l’étaient en leur époque les congés payés ou la sécurité sociale. Pour le dire autrement, c’est d’un nouveau Front populaire que nous voulons ! »
Denis Durand de la CGT finances
« Nous avons décidé de rejoindre cette marche, car nous syndiquons les fonctionnaires du ministère des Finances mais aussi ceux de la banque de France… Depuis longtemps nous nous battons pour une révolution fiscale. Et si nous parlons de révolution, c’est qu’il ne faut pas s’attaquer qu’à la marge… Par exemple nous nous battons pour un impôt sur les sociétés qui frappe au coeur les grandes entreprises qui créent du chômage et de la précarité. Nous nous battons pour que notre administration ait les moyens de lutter contre la fraude et l’évasion fiscale. Nous nous battons pour que l’ensemble de ces mesures ait une cohérence à l’échelle européenne. C’est aussi pour ça que nous voulons mettre fin à la prétendue indépendance de la BCE… Vous pouvez compter sur nous pour être à vos côtés pour penser cette grande réforme fiscale, pour l’humain d’abord et pour combattre les marchés financiers. »
De notre département, ce sont plus de cent manifestants comptabilisés qui ont rejoint le cortège parisien, un bon résultat pour un "petit" département et pour une manifestation organisée si rapidement !
Hollande à l'Elysée, Ayrault à Matignon et le Parti socialiste à Solférino vont-ils entendre le message, eux qui sont si prompts à suspendre une écotaxe au premier froncement de sourcil de petits patrons et d'agriculteurs ?
Avec à peine 1/4 de soutien dans les sondages et des déroutes électorales à chaque élection partielle, les socialistes et leurs alliés radicaux et verts devraient arrêtés de jouer l'autruche et avouer leur conversion totale au libéralisme financier. Ils ne le feront pas de peur de voir s'évanouir les militants et élus sincèrement de gauche qui continuent de croire au changement tant annoncé.
Pourtant, il est évident aujourd'hui que, si l'équipe à changer en mai 2012, le cap politique est le même que sous Sarkozy.
Electeurs et militants socialistes doivent se poser la juste question : faut-il déserter le terrain militant et les isoloirs, quitte à favoriser la droite et l'extrême-droite ? Ou ne vaut-il pas mieux choisir de se battre au côté de ceux qui ne désertent pas la bataille pour le progrès social et une juste répartition des richesses en France, Front de Gauche et Parti communiste en tête ?
Au delà de la querelle de chiffres, la manifestation du 1er décembre, organisée en deux semaines et sans relai médiatique (!), a été un succès. Le refus de ce gouvernement de le reconnaître montre qu'il ne compte pas infléchir une politique entièrement soumise aux intérêts du Capital, grandes entreprises et marchés financiers en tête.
Sauf à mobiliser dans la rue et dans les urnes une véritable opposition populaire et progressiste.

Partager cet article

Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article

commentaires