Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • : Andrée OGER est maire honoraire de Croth, conseillère départementale de Saint André de l'Eure et chevalier de la Légion d'Honneur.
  • Contact

Rendez-vous

Fête de l'Huma 2016

Vendredi 10, samedi 11 et dimanche 12 septembre
Parc du Bourget
3 jours : 35 €
    

   ------------------------------ 

 

Salaires et pensions à la traîne, prix et loyers en hausse, profits et actionnaires qui explosent...

 

Front Uni 

contre la vie chère !

   

Campagne de pétition lancée par le PCF

pour exiger de meilleurs salaires, une hausse des minimas sociaux,

 pour exiger des baisses de TVA, un blocage des prix et des loyers

pour taxer les profits et le grandes fortunes
  

Demandez la pétition !

Signez la en ligne sur le site de la Fédération euroise du PCF : www.27.pcf.fr !

Participez au rassemblement devant Bercy (ministère des finances), vendredi 3 juin à 15 h !

Campagne contre la vie chère - affiche PCF 2011
------------------------------------------------
Contre la privatisation de La Poste !

Les communistes adhèrent au Comité Départemental de Défense de La Poste
(cliquez sur l'image !)  


- - - - - - - - - - - - - -

 
 
------------------------------------------------
CRISE : que proposent les communistes ?







 

"Sarkozy a été élu par des pauvres qui se lèvent tôt pour aller faire la fête avec des riches qui se couchent tard".
-------------------------------------------
 Des idées, des vidéos, des sondages sur le site www.sortirdelacrise.tv 
 
-------------------------------------------------
ADN-r--sistance.jpg


 

 














 


ensemble-2.jpg
 

Recherche

Texte libre

Je définirais la mondialisation comme la liberté pour mon groupe d’investir où il veut, le temps qu’il veut, pour produire ce qu’il veut, en s’approvisionnant et en vendant où il veut, et en ayant à supporter le moins de contraintes possibles en matière de droit du travail et de conventions sociales.

P.Barnevick, ancien président de la multinationale ABB. 

Pour moi, un réactionnaire c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est dans l’ordre naturel des choses. Un conservateur, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui pense qu’on n’y peut rien. Un progressiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est injuste. Un communiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui est prêt à faire pour eux ce qu’il ferait pour ses propres enfants.

Ibrahim,
Cuba, un soir lors d’une conversation inoubliable.

 

-------------------------

 

« La dette publique, en d’autres termes l’aliénation de l’État, qu’il soit despotique, constitutionnel ou républicain, marque de son empreinte l’ère capitaliste.
La seule partie de la soi-disant richesse nationale qui entre réellement dans la possession collective des peuples modernes, c’est leur dette publique »

 

Karl MARX 

 

-------------------------

Nouvelles permanences d'Andrée OGER :

 

 

 

Vous pouvez prendre rendez-vous avec Andrée OGER en contactant son secrétariat au 02.32.31.96.25

 

- Mairie de Saint André : les lundis de 17 h à 19 h

- Salle des Fêtes d'Ezy-sur-Eure: les vendredis de 17 h à 19 h

 

-------------------------------------------------------

Dernier tract des communistes
du sud de l'Eure

 (cliquer sur l'image)

 

  Tract St André Septembre 2013 - Recto

 Tract St André Septembre 2013 - Verso

 

 

 ----------------------------------------------------

----------------------------------------

Nouille2.jpeg


----------------------------------------------



 

 

1)

  

 

1)      

         

 

Ebuzzing - Top des blogs - Société

23 mars 2012 5 23 /03 /mars /2012 09:34

Deux sondages en deux jours montrent la poursuite de la poussée du candidat du Front de Gauche et la baisse continue de l'héritière de la maison Le Pen.

Hier, un premier sondage CSA donnait Jean-Luc Mélenchon, François Bayrou et Marine Le Pen dans un mouchoir de poche. Les deux premiers totalisaient 13 % des intentions de vote et la semi-démente, 13,5 %.

Ce matin, c'est BVA qui publie un nouveau sondage où, cette fois-ci, Jean-Luc Mélenchon passe en tête à 14 % d'intentions de vote contre 13 % pour François Bayrou et Marine Le Pen !

Il faut toujours se méfier des sondages, ne serait-ce que pour leurs marges d'erreur. Cependant, ce qui est significatif, c'est l'évolution des intentions de vote sur le long terme, toujours à la hausse pour le candidat du Front de Gauche, stables pour François Bayrou, et toujours en baisse pour la porte-parole de l'extrême-droite.

Dans ces deux derniers sondages, Jean-Luc Mélenchon gagne 2 % pour CSA et 5 % pour BVA, institut qui le sous-estimait constamment jusque là. Depuis le mois d'octobre, le candidat du Front de gauche est ainsi passé de 4 % des intentions de vote à 14 % soit une progression de 10 points !

A l'inverse, Marine Le Pen est en baisse de 2,5 % pour CSA et de 2 % pour BVA. Depuis l'automne, la fille Le Pen est passée de 22 % d'intentions de vote à 13 %, une chute de 9 points ! Elle qui envisageait de rééditer le coup de 2002 se trouve reléguée à 15 points des deux favoris, dans une dynamique négative. Pourvu que ça dure !

Pour l'extrême-droite, l'absence d'assise militante (même pas
30 000 adhérents, peu d'élus) et un programme fait surtout d'invectives et d'incantations, ont eu raison d'une candidate qui ne tient pas la route dès qu'on lui pose des questions un peu sérieuses. On l'a vu face à Jean-Luc Mélenchon, contrainte de botter en touche constamment ("je ne vous répondrai pas") et de faire mine de lire ses fiches pour échapper à des questions précises (notamment l'avortement).  Cela se voit aussi dans les faibles effectifs qu'elle attire dans ses meetings (3 000 personnes à Rouen, autant à Marseille, une "place forte" de l'extrême-droite).

Par ailleurs, la concurrence à l'extrême-droite est rude depuis que Nicolas Sarkozy a pris les rênes de la droite française, enterrant le gaullisme de la Résistance, pour amener l'UMP sur des positions idéologiques proches de celles de l'extrême-droite et des intégristes catholiques. Ce n'est pas pour rien si Christine Boutin lui a apporté son soutien !

Côté Front de Gauche, la dynamique militante est là.

Des meetings qui font salle comble, comme à Rouen le 6 mars
(10 000 personnes), des militants sur le terrain (comme aujourd'hui à Saint André), une action forte pour revigorer les valeurs de la République dimanche 18 mars (100 000 manifestants soit 3 fois les effectifs du FN !) et un candidat, Jean-Luc Mélenchon, au discours clair, construit et dynamique, le Front de Gauche a réussi à briser l'omerta médiatique qu'il rencontrait en début de campagne et à conquérir les esprits de centaines de milliers de travailleurs, redonnant de la valeur aux sentiments de classe et aux valeurs de liberté, d'égalité, de fraternité et de solidarité inhérentes à la gauche française.

Les crimes commis à Toulouse et Montauban sont venus briser l'actualité française de bien triste manière.

On voit aujourd'hui un chef de l'état tenté de redorer son blason avec la mort du terroriste et une leader de l'extrême-droite qui cherche à jouer sur les peurs de l'étranger en surfant sur l'islamisme radical dont se revendiquait l'assassin.

Qu'on ne compte pas  sur nous pour tomber dans le panneau ! La campagne ne changera pas de ton, ni de rythme. Ce serait montrer aux terroristes qu'ils peuvent destabiliser notre pays et ce serait détourner l'attention des travailleurs des programmes politiques des uns et des autres au profit exclusif de ceux qui n'ont que la haine et la vengeance comme slogans.

Emploi, pouvoir d'achat, protection sociale, éducation et formation, services publics,... les politiques de la droite et des capitalistes enfoncent chaque année un peu plus notre pays vers un état de sous-développement et de misère généralisée dont il faut sortir. Ce sont les vrais enjeux de cette élection. C'est sur ces questions que le Front de gauche porte le débat et a des véritables propositions à faire, pour remettre "l'Humain d'abord".

En route vers les 20 % Pourquoi pas ?

Partager cet article

Repost 0

commentaires