Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • : Andrée OGER est maire honoraire de Croth, conseillère départementale de Saint André de l'Eure et chevalier de la Légion d'Honneur.
  • Contact

Rendez-vous

Fête de l'Huma 2016

Vendredi 10, samedi 11 et dimanche 12 septembre
Parc du Bourget
3 jours : 35 €
    

   ------------------------------ 

 

Salaires et pensions à la traîne, prix et loyers en hausse, profits et actionnaires qui explosent...

 

Front Uni 

contre la vie chère !

   

Campagne de pétition lancée par le PCF

pour exiger de meilleurs salaires, une hausse des minimas sociaux,

 pour exiger des baisses de TVA, un blocage des prix et des loyers

pour taxer les profits et le grandes fortunes
  

Demandez la pétition !

Signez la en ligne sur le site de la Fédération euroise du PCF : www.27.pcf.fr !

Participez au rassemblement devant Bercy (ministère des finances), vendredi 3 juin à 15 h !

Campagne contre la vie chère - affiche PCF 2011
------------------------------------------------
Contre la privatisation de La Poste !

Les communistes adhèrent au Comité Départemental de Défense de La Poste
(cliquez sur l'image !)  


- - - - - - - - - - - - - -

 
 
------------------------------------------------
CRISE : que proposent les communistes ?







 

"Sarkozy a été élu par des pauvres qui se lèvent tôt pour aller faire la fête avec des riches qui se couchent tard".
-------------------------------------------
 Des idées, des vidéos, des sondages sur le site www.sortirdelacrise.tv 
 
-------------------------------------------------
ADN-r--sistance.jpg


 

 














 


ensemble-2.jpg
 

Recherche

Texte libre

Je définirais la mondialisation comme la liberté pour mon groupe d’investir où il veut, le temps qu’il veut, pour produire ce qu’il veut, en s’approvisionnant et en vendant où il veut, et en ayant à supporter le moins de contraintes possibles en matière de droit du travail et de conventions sociales.

P.Barnevick, ancien président de la multinationale ABB. 

Pour moi, un réactionnaire c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est dans l’ordre naturel des choses. Un conservateur, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui pense qu’on n’y peut rien. Un progressiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est injuste. Un communiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui est prêt à faire pour eux ce qu’il ferait pour ses propres enfants.

Ibrahim,
Cuba, un soir lors d’une conversation inoubliable.

 

-------------------------

 

« La dette publique, en d’autres termes l’aliénation de l’État, qu’il soit despotique, constitutionnel ou républicain, marque de son empreinte l’ère capitaliste.
La seule partie de la soi-disant richesse nationale qui entre réellement dans la possession collective des peuples modernes, c’est leur dette publique »

 

Karl MARX 

 

-------------------------

Nouvelles permanences d'Andrée OGER :

 

 

 

Vous pouvez prendre rendez-vous avec Andrée OGER en contactant son secrétariat au 02.32.31.96.25

 

- Mairie de Saint André : les lundis de 17 h à 19 h

- Salle des Fêtes d'Ezy-sur-Eure: les vendredis de 17 h à 19 h

 

-------------------------------------------------------

Dernier tract des communistes
du sud de l'Eure

 (cliquer sur l'image)

 

  Tract St André Septembre 2013 - Recto

 Tract St André Septembre 2013 - Verso

 

 

 ----------------------------------------------------

----------------------------------------

Nouille2.jpeg


----------------------------------------------



 

 

1)

  

 

1)      

         

 

Ebuzzing - Top des blogs - Société

1 septembre 2011 4 01 /09 /septembre /2011 09:48

"Réduire la dette", c'est le leitmotiv de tous les gouvernements occidentaux, seul remède selon les défenseurs du capitalisme, pour lutter contre la crise. L'exemple grec démontre l'inverse.

Dans un rapport rendu public mercredi traitant de la Grèce, la commission de Bruxelles estime qu'"une augmentation importante de la dette, un grand déficit de départ et une profonde récession ont poussé à l'extrême la dynamique de la dette qui est maintenant hors de contrôle". Un aveu d'échec sur un plan de super austérité infligé au peuple grec, avec à la clé des reculs sociaux énormes, malgré le versement de 159 milliards d'euros.

C'est qu'à supprimer des emplois, augmenter taxes et impôts, fermer des écoles et d'autres services publics ou diminuer le salaire des fonctionnaires et les pensions des retraités, les trois concepteurs du plan d'austérité grec (le gouvernement socialiste, l'Union européenne et le FMI) ont plombé totalement la consommation donc la croissance. Alors que la croissance était attendue en baisse de 3,5 %, elle sera finalement de 4,5 % ! Une forte récession.

Du coup, moins de consommation, c'est moins de taxes dans les caisses de l'Etat grec, moins d'emplois donc moins d'impôts. Au final, l'austérité nourrit les déficits publics. La dette grecque atteind aujourd'hui 350 milliards d'euros, plus qu'avant le plan d'aide européen ! Faut le faire !

Et ce sont ces mêmes recettes moisies qui sont planifiées pour le reste de l'Europe, Italie, Portugal et Espagne en tête ! Autant dire que le résultat sera le même : hausse du chômage et de la précarité, baisse généralisée du pouvoir d'achat, donc baisse des rentrées fiscales de l'Etat et dette qui continue de grimper.

Mais si ces recettes sont si mauvaises, comme on le voit en Grèce, pourquoi continuent-ils tous ?

Il faut noter que la Grèce n'est pas le premier pays à subir ce type de cure. Dans les années 80, ce sont bon nombre de pays en développement, en Afrique et en Amérique latine essentiellement, qui ont été victimes de "plans d'ajustement structurels" commandités par le FMI et la Banque mondiale avec l'aide des gouvernements locaux. On connait le résultat de ces plans : privatisations massives, appauvrissement de la population, développement d'une classe extrêmement aisée très minoritaire.

Mobilisations en Europe

Les grecs continuent de se battre bec et ongles contre les mesures prises par le triumvirat PASOK-FMI-Europe, sous l'impulsion du syndicat de classe PAME (lié au PC grec), malgré le silence des médias français.

D'autres peuples d'Europe haussent également le ton.

Les espagnols, tout d'abord, multiplient les expressions de colère contre un pouvoir qui s'en prend uniquement aux travailleurs et aux jeunes alors que le chômage frôle déjà les 21 %. Le mouvement des Indignados reprend après l'été et les syndicats espagnols ont appelé à une grève générale le 6 septembre prochain.

Raison de plus de se mobiliser pour les travailleurs espagnols, l'accord entre la droite (Parti populaire, CiU catalane, PNV basque,...) et les socialistes (PSOE) sur l'adoption de la "règle d'or" chère à Sarkozy et Merkel le 30 août dernier au Parlement. Seuls les communistes, nationalement, ont refusé de voter cette règle d'or. Celle-ci est qualifiée de règle "pour satisfaire les demandes des spéculateurs " (UGT) et de "menace permanente contre les institutions de l'état providence" (Commissions Ouvrières - CCOO) . Le PC espagnol, par la voix de son secrétaire général, José-Luis Centella, rejoind les analyses que font les communistes français de cette austérité en estimant "qu'il se confirme que le capital entend profiter de la crise pour consolider son modèle néolibéral".

Les italiens ont choisi également la date du 6 septembre pour battre le pavé, à l'appel de la CGIL, premier syndicat du pays. Malgré sa perte de crédibilité, le gouvernement corrompu de Berlusconi tente d'imposer lui aussi une gignatesque régression sociale dans la péninsule italienne. Le pays a connu de fortes mobilisations estudiantines en début d'année et des grèves des métallos, notamment chez FIAT, à l'appel de la FIOM, branche industrielle de la CGIL.

Les portugais se mobiliseront un peu plus tard, le 1er octobre, à l'appel de la grande centrale syndicale CGTP, proche du PC portugais.

Les 75 milliards d'euros de prêts cotroyés par l'Europe et le FMI au Portugal sont considérés par le syndicat comme un "plan d'agression". 75 mesures ont été prises pour faire payer la crise aux travailleurs portugais, depuis des hausses d'impôts et de taxes (électricité, gaz,...) jusqu'à une réforme du marché du travail défavorable, évidemment, aux salariés.

Mobilisations en France

Avec l'annonce d'un plan de rigueur par le gouvernement, les syndicats savent bien qu'il s'agit d'une première salve, pour ouvrir la voie à des mesures encore plus douloureuses ultérieurement, certainement après les législatives de juin 2012. C'est la même méthode qu'ailleurs en Europe.

Déjà dans l'Education nationale, le énième plan de purge s'applique à cette rentrée et enfonce un peu plus notre Education Nationale dans une pénurie qui pénalise autant les personnels que les enfants. Les syndicats enseignants, notamment la FSU, appellent à une journée d'action dans l'Education le 27 septembre prochain.

Plus généralement, la CGT souhaite appeler le monde du travail à hausser le ton.

Une intersyndicale s'organise ce soir et réunit la CGT, la CFDT, l'UNSA, la FSU et SUD pour étudier les actions à entreprendre. FO, comme souvent, fait bande à part avec une journée fixée au 20 septembre, tandis que la CGC et la CFTC ont décidé de ne pas y participer.

D'ores et déjà, c'est à une grande mobilisation, avec grèves et manifestations, qu'appelle la CGT, la FSU et SUD.

Il serait temps que le peuple français se réveille s'il ne veut pas vivre le cauchemar grec et s'il veut retrouver la retraite à 60 ans.

Dans ce contexte social, la gauche a besoin d'affirmer ses valeurs et de bousculer le capitalisme et ses défenseurs pour renverser les priorités dans ce pays en remettant l'humain au coeur des décisions économiques et sociales. Si le PS reste dans une logique comptable qui est de mauvaise augure pour les présidentielles et les législatives, les communistes, avec leurs partenaires du Front de Gauche, multiplient les propositions pour démontrer que l'alternative au capitalisme de crise permanente existe !

Avec les batailles pour l'emploi industriel que nous soutenons, avec notre volonté de bâtir un Front Uni contre la Vie Chère, avec notre constant soutien aux services publics, nous souhaitons défendre l'idée d'une civilisation où l'humain prime.

Loin des fausses envolées de l'extrême-droite, foncièrement ultra-libérale et conservatrice, en faveur du monde du travail, les salariés savent qu'ils ont toujours pu compter et qu'ils peuvent rtoujours compter sur le parti communiste, un parti d'hommes et de femmes qui partagent la vie des travailleurs, à l'usine comme au bureau, dans les villages et dans les quartiers.

Alors, comme en Grèce, au Portugal, en Espagne, au Chili ou en Italie, c'est au peuple de reprendre en main son destin, de refuser la dictature des marchés.

Exprimons-nous ! Mobilisons-nous ! Mettons la dette hors la loi !

Partager cet article

Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article

commentaires