Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • : Andrée OGER est maire honoraire de Croth, conseillère départementale de Saint André de l'Eure et chevalier de la Légion d'Honneur.
  • Contact

Rendez-vous

Fête de l'Huma 2016

Vendredi 10, samedi 11 et dimanche 12 septembre
Parc du Bourget
3 jours : 35 €
    

   ------------------------------ 

 

Salaires et pensions à la traîne, prix et loyers en hausse, profits et actionnaires qui explosent...

 

Front Uni 

contre la vie chère !

   

Campagne de pétition lancée par le PCF

pour exiger de meilleurs salaires, une hausse des minimas sociaux,

 pour exiger des baisses de TVA, un blocage des prix et des loyers

pour taxer les profits et le grandes fortunes
  

Demandez la pétition !

Signez la en ligne sur le site de la Fédération euroise du PCF : www.27.pcf.fr !

Participez au rassemblement devant Bercy (ministère des finances), vendredi 3 juin à 15 h !

Campagne contre la vie chère - affiche PCF 2011
------------------------------------------------
Contre la privatisation de La Poste !

Les communistes adhèrent au Comité Départemental de Défense de La Poste
(cliquez sur l'image !)  


- - - - - - - - - - - - - -

 
 
------------------------------------------------
CRISE : que proposent les communistes ?







 

"Sarkozy a été élu par des pauvres qui se lèvent tôt pour aller faire la fête avec des riches qui se couchent tard".
-------------------------------------------
 Des idées, des vidéos, des sondages sur le site www.sortirdelacrise.tv 
 
-------------------------------------------------
ADN-r--sistance.jpg


 

 














 


ensemble-2.jpg
 

Recherche

Texte libre

Je définirais la mondialisation comme la liberté pour mon groupe d’investir où il veut, le temps qu’il veut, pour produire ce qu’il veut, en s’approvisionnant et en vendant où il veut, et en ayant à supporter le moins de contraintes possibles en matière de droit du travail et de conventions sociales.

P.Barnevick, ancien président de la multinationale ABB. 

Pour moi, un réactionnaire c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est dans l’ordre naturel des choses. Un conservateur, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui pense qu’on n’y peut rien. Un progressiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est injuste. Un communiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui est prêt à faire pour eux ce qu’il ferait pour ses propres enfants.

Ibrahim,
Cuba, un soir lors d’une conversation inoubliable.

 

-------------------------

 

« La dette publique, en d’autres termes l’aliénation de l’État, qu’il soit despotique, constitutionnel ou républicain, marque de son empreinte l’ère capitaliste.
La seule partie de la soi-disant richesse nationale qui entre réellement dans la possession collective des peuples modernes, c’est leur dette publique »

 

Karl MARX 

 

-------------------------

Nouvelles permanences d'Andrée OGER :

 

 

 

Vous pouvez prendre rendez-vous avec Andrée OGER en contactant son secrétariat au 02.32.31.96.25

 

- Mairie de Saint André : les lundis de 17 h à 19 h

- Salle des Fêtes d'Ezy-sur-Eure: les vendredis de 17 h à 19 h

 

-------------------------------------------------------

Dernier tract des communistes
du sud de l'Eure

 (cliquer sur l'image)

 

  Tract St André Septembre 2013 - Recto

 Tract St André Septembre 2013 - Verso

 

 

 ----------------------------------------------------

----------------------------------------

Nouille2.jpeg


----------------------------------------------



 

 

1)

  

 

1)      

         

 

Ebuzzing - Top des blogs - Société

13 janvier 2012 5 13 /01 /janvier /2012 10:27

Malgré des oppositions de façade sur leurs programmes économiques, les partis de droite ont tous un point commun : leur volonté d'en finir avec les acquis sociaux, la réglementation du temps de travail et les outils de défense des salariés que sont les syndicats.

Entre une Marine LE PEN qui se présente comme candidate "anti-système", un Nicolas SARKOZY, président du Fouquet's, et un François BAYROU, qui veut apparaître comme une troisième voie politique, les coups bas et les échanges vifs se multiplient.

Quelle que soit la tonalité des discours, chacune de ces personnes restent sur une vision de droite de la société et un ancrage politique dans le capitalisme que chacun tente de camoufler derrière un discours plus ou moins ouvriériste, plus ou moins populiste.

Pour l'UMP et Nicolas SARKOZY, le bilan de ces dernières années suffit pour démontrer à quel point la majorité actuelle est au service des classes aisées, des milieux du grand patronat , de la finance et des gros actionnaires.

En faveur de ces classes, on peut citer le bouclier fiscal, l'allègement de l'ISF ou la suppression de la Taxe professionnelle.

Contre les classes populaires et les salariés, actifs ou retraités, on peut rappeler la réforme du code du travail, la réforme des retraites et les hausses de TVA ou créations de taxes (Taxe Soda) qui se succèdent ces derniers temps.

Les dernières propositions de l'UMP vont encore une fois dans le même sens, avec une TVA sociale qu ferait payer aux consommateurs, donc aux travailleurs, des allègements supplémentaires de charges sociales des entreprises.

Pour le MODEM, faut-il rappeler le parcours de ce parti, issu du très européen UDF de GISCARD, héritage revendiqué par François BAYROU ? Le passage de ce dernier et de nombre de ses soutiens à des postes ministériels, sous Chirac notamment, a laissé de douloureuses traces dans le monde de la santé (DOUSTE-BLAZY) ou dans le monde de l'éducation (Réforme BAYROU en 1992-1993).

François BAYROU vient également d'annoncer que, s'il était élu président de la République, il renégocierait les 35 heures avec les syndicats pour leur "assouplissement". Lui aussi prône le "travailler plus pour gagner la même chose " !

Pour le Front National, la mystification est identique.

Derrière un discours qui se veut antimondialiste et protecteur des petites gens, le Front National prône des solutions économiques et sociales qui vont dans le sens des politiques libérales des dernières années et d'une dérégulation socilae encore plus forte.

Le FN de Marine LE PEN est contre le SMIC, qui constitue pourtant un palier de sécurité pour des millions de salariés. L'extrême-droite est aussi pour un système d'assurances privées pour remplacer la Sécu, système que ne pourront pas se payer des millions de travailleurs et de retraités, comme c'est le cas aux Etats-Unis.

Le FN est aussi pour une forte dérégulation sociale, supprimant les discussions nationales avec les syndicats (que le FN veut voir remplacés par des "corporations" comme sous Pétain) par des négociations de branche. Un système qui fragilise les salariés des branches les plus faibles (comme le commerce et la distribution) et, au final, l'ensemble des salariés.

Marine LE PEN est contre la retraite à 60 ans. D'ailleurs, au plus fort du mouvement sur les retraites, elle souhaitait que le gouvernement envoie les CRS contre les grévistes, les traitant de terroristes et accusant Sarkozy de laisser s'installer "le chaos" !

En septembre 2010, son papa, Président du FN, déclarait "je comprends les nécessités de la réforme", "je comprends qu'il faille adapter", rappelant "quand même" que, "par démagogie", la gauche a ramené la retraite de 65 à 60 ans après l'arrivée du président François Mitterrand à l'Elysée en 1981.  De la démagogie la retraite à 60 ans ou un progrès social ? L'extrême-droite a choisi son camps.

Le programme du FN est d'ailleurs flou là dessus (et pour cause) mais, même si Marine LE PEN a changé son discours durant le mouvement des retraites, le FN revendique encore la retraite à 65 ans avec 40 annuités de cotisations ! Un discours différent du programme : de la démagogie.

Pire, les attaques de l'extrême-droite contre les syndicats illustrent la haine viscérale du FN contre les forces qui organisent les travailleurs et qui s'opposent aux forces patronales, à celles du capitalisme mondialisé.

Le 5 janvier dernier, le porte-parole de la campagne de marine LE PEN, Louis Aliot, publiat un communiqué sur le combat des travailleurs de la raffinerie Pétroplus mettant en cause "le sectarisme des syndicats de moins en moins représentatifs (qui) est une atteinte à la démocratie et un mauvais coup porté à l'image des salariés en lutte pour le maintien de leur activité". Une attaque en règle de ces syndicats qui sont justement à l'origine du mouvement de défense du site, qui informent et mobilisent les salariés, qui organisent des assemblées générales quotidiennes pour permettre une gestion démocratique du mouvement !

Faut-il aussi rappeler que les élus du Front National en Région PACA ont refusé, en décembre, de voter une motion de soutien aux salariés de Fralib (tisanes Eléphant) en lutte à Marseille pour la sauvegarde de leurs emplois sous prétexte que les syndicats étaient derrière ? Une bonne excuse pour abandonner les travailleurs aux griffes du capitalisme international !

Quel que soit le parti politique, la droite est un pilier du capitalisme, qu'elle soit de centre-droit ou d'extrême-droite. Malgré des divergences de programme et des visions plus ou moins nationalistes, racistes, autoritaires du pouvoir, la droite est objectivement du côté du capitalisme, au service des classes possédantes.

Il est malheureux que nombre de travailleurs se sentent attirés par ces forces là.

il est également malheureux de voir une social-démocratie, en France comme partout en Europe, dériver vers le centre-droit, par manque de courage politique ou par facilité.

Les travailleurs n'ont d'intérêts que dans leur union, par delà leurs origines et leurs nationalités, par delà leurs métiers.

Ce sont nos divisions, savamment entretenues par la droite et l'extrême-droite, et la faiblesse de nos syndicats et de nos organisations politiques qui expliquent notre incapacité collective à répondre aux attaques dont nous sommes victimes, qu'elles viennent de l'outil capitaliste supranational que constitue l'Europe, ou qu'elles viennent de notre propre gouvernement.

Le Parti communiste a toujours été la force de la classe ouvrière et des travailleurs.

Avec le Front de Gauche, le PCF tente de renouer avec une dynamique populaire qui permette le retour de cette union des travailleurs pour reconquérir la parole et reprendre notre part des richesses produites dans ce pays.

Cette dynamique de Front s'enracine doucement depuis sa création, en 2008. Dans cette lutte politique, les médias écartent le plus souvent possible les militants et candidats du PCF et du Front de Gauche pour favoriser les partis du système, notamment le FN, et faire croire que Bayrou ou Le Pen pourraient être des "alternatives".

A chacun de prendre conscience de la place qu'il a à prendre dans cette bataille politique historique pour faire barrage à la fascisation rampante de ce pays et pour ressouder et remobiliser les travailleurs autour du Front de Gauche et du Parti communiste.

Partager cet article

Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article

commentaires