Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • : Andrée OGER est maire honoraire de Croth, conseillère départementale de Saint André de l'Eure et chevalier de la Légion d'Honneur.
  • Contact

Rendez-vous

Fête de l'Huma 2016

Vendredi 10, samedi 11 et dimanche 12 septembre
Parc du Bourget
3 jours : 35 €
    

   ------------------------------ 

 

Salaires et pensions à la traîne, prix et loyers en hausse, profits et actionnaires qui explosent...

 

Front Uni 

contre la vie chère !

   

Campagne de pétition lancée par le PCF

pour exiger de meilleurs salaires, une hausse des minimas sociaux,

 pour exiger des baisses de TVA, un blocage des prix et des loyers

pour taxer les profits et le grandes fortunes
  

Demandez la pétition !

Signez la en ligne sur le site de la Fédération euroise du PCF : www.27.pcf.fr !

Participez au rassemblement devant Bercy (ministère des finances), vendredi 3 juin à 15 h !

Campagne contre la vie chère - affiche PCF 2011
------------------------------------------------
Contre la privatisation de La Poste !

Les communistes adhèrent au Comité Départemental de Défense de La Poste
(cliquez sur l'image !)  


- - - - - - - - - - - - - -

 
 
------------------------------------------------
CRISE : que proposent les communistes ?







 

"Sarkozy a été élu par des pauvres qui se lèvent tôt pour aller faire la fête avec des riches qui se couchent tard".
-------------------------------------------
 Des idées, des vidéos, des sondages sur le site www.sortirdelacrise.tv 
 
-------------------------------------------------
ADN-r--sistance.jpg


 

 














 


ensemble-2.jpg
 

Recherche

Texte libre

Je définirais la mondialisation comme la liberté pour mon groupe d’investir où il veut, le temps qu’il veut, pour produire ce qu’il veut, en s’approvisionnant et en vendant où il veut, et en ayant à supporter le moins de contraintes possibles en matière de droit du travail et de conventions sociales.

P.Barnevick, ancien président de la multinationale ABB. 

Pour moi, un réactionnaire c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est dans l’ordre naturel des choses. Un conservateur, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui pense qu’on n’y peut rien. Un progressiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est injuste. Un communiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui est prêt à faire pour eux ce qu’il ferait pour ses propres enfants.

Ibrahim,
Cuba, un soir lors d’une conversation inoubliable.

 

-------------------------

 

« La dette publique, en d’autres termes l’aliénation de l’État, qu’il soit despotique, constitutionnel ou républicain, marque de son empreinte l’ère capitaliste.
La seule partie de la soi-disant richesse nationale qui entre réellement dans la possession collective des peuples modernes, c’est leur dette publique »

 

Karl MARX 

 

-------------------------

Nouvelles permanences d'Andrée OGER :

 

 

 

Vous pouvez prendre rendez-vous avec Andrée OGER en contactant son secrétariat au 02.32.31.96.25

 

- Mairie de Saint André : les lundis de 17 h à 19 h

- Salle des Fêtes d'Ezy-sur-Eure: les vendredis de 17 h à 19 h

 

-------------------------------------------------------

Dernier tract des communistes
du sud de l'Eure

 (cliquer sur l'image)

 

  Tract St André Septembre 2013 - Recto

 Tract St André Septembre 2013 - Verso

 

 

 ----------------------------------------------------

----------------------------------------

Nouille2.jpeg


----------------------------------------------



 

 

1)

  

 

1)      

         

 

Ebuzzing - Top des blogs - Société

27 juillet 2011 3 27 /07 /juillet /2011 10:36
Naissance du Front élargi de résistance populaire au HondurasS’appuyant sur le Front national de résistance populaire (FNRP), l’ancien président Manuel Zelaya et plus de 1 600 délégués venus des 18 départements honduriens, ont fondé le 26 juin dernier, lors d’une assemblée plénière ouverte, le Front élargi de résistance populaire (FARP), en vue de participer aux élections de 2013.

La création de ce mouvement devrait modifier complètement le panorama politique hondurien. Il met fin définitivement au bipartisme qu’imposaient le Parti libéral et le Parti national, tous deux de droite.
Il ne s’agit pas d’une formation politiquede plus. Pour Patricia Rodas, ancienne ministre des Affaires étrangères et membre de la Commission politique du FNRP, la création d’une force politique de transformation et de changement signifie « le début de la fin du bipartisme et la destruction de la barrière qui permettra de vaincre l’État oligarchique ».
Les journaux de droite furieux, comme le Heraldo et La Tribuna, ont même lancé des attaques contre le président Porfirio Lobo pour avoir signé l’Acte de réconciliation nationale, qui a permis le retour du président déchu, Manuel Zelaya, et de ses ministres. Pour Patricia Rodas, les quelques riches d’un pays dont la majorité vit dans la misère « ne cesseront pas de nous attaquer et nous savons que nous avons affaire à un adversaire puissant. Aujourd’hui, le peuple hondurien se révolte et va se mobiliser pour conquérir sa liberté ».

Dans l’acte de constitution du Front élargi, l’ex-président Zelaya – désigné Coordinateur national – a insisté sur le fait que cette organisation et son bras politique, le Front élargi de résistance populaire, sont les seules forces au Honduras capables « de vaincre le monstrueux modèle économique qui nous exploite. Cette oligarchie a perdu tout droit de gouverner et doit être écartée au plus tôt du pouvoir politique ».
Le Front, a-t-il déclaré, a été créé afin de participer aux élections ; le Front de Résistance sera une instance de lutte populaire, comme il l’a été depuis sa création, le 28 juin 2009, au moment où les militaires et l’oligarchie ont perpétré le coup d’État, jusqu’à aujourd’hui.
Stratégie de Manuel Zelaya : « parvenir à convoquer une nouvelle Assemblée constituante pour refonder le Honduras et obtenir le pouvoir ».
L’ex-président a pu revenir dans son pays environ deux ans après le coup d’État contre son gouvernement. Il a appelé les enseignants, les ouvriers, les paysans, les petits commerçants et les chefs d’entreprise qui ont condamné la rupture institutionnelle à rejoindre ce front.
Le 28 juin 2009, l’oligarchie et Washington avaient comploté pour créer le scénario qui leur a permis d’expulser par la force le président Zelaya du Honduras. Le projet consistant à convoquer une nouvelle Assemblée constituante qui tracerait de nouveaux horizons pour les majorités était vu d’un très mauvais oeil par ces dix familles, dont la fortune ne cesse d’augmenter.
Une féroce répression s’est abattue contre les membres du Front national de résistance populaire. Créé à la suite du putsch militaire, il a immédiatement organisé d’énormes manifestations dans les rues.
Selon des données du COFADEH (Comité des parents de prisonniers disparus au Honduras), Du 28 juin 2009 à mars 2011, 95 assassinats politiques, 244 cas de traitements cruels et inhumains et 200 personnes exilées ont été recensés au Honduras. Il y a eu 6 000 arrestations pour des raisons politiques, et 157 personnes ont été jugées pour ce même motif.
L’Amérique latine tout entière a rejeté le coup d’État.
Selon Patricia Rodas, les premières tâches sont d’obtenir les 46 000 signatures qui permettront au Front élargi de résistance populaire de s’inscrire comme parti politique, et ensuite les 500 000 indispensables pour demander au Congrès l’organisation d’un référendum sur la convocation d’une Assemblée constituante.
Au Honduras, pays d’une population de 8 millions de personnes, 70 % des habitants vivent dans la pauvreté, dont 40 % dans l’extrême pauvreté.
Blog Nicolas Maury
La démocratie sélective et les droits de l'Homme à géométrie variable de nos démocraties et de nos médias tolèrent complétement un coup d'état militaire et une répression violente des défenseurs honduriens de la démocratie. C'est vrai que Zelaya et son gouvernement s'attaquaient aux intérêts des grandes compagnies occidentales pour le compte du peuple du Honduras : de dangereux terroristes !

Partager cet article

Repost 0
Published by Solidaire - dans Dans le Monde
commenter cet article

commentaires