Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • : Andrée OGER est maire honoraire de Croth, conseillère départementale de Saint André de l'Eure et chevalier de la Légion d'Honneur.
  • Contact

Rendez-vous

Fête de l'Huma 2016

Vendredi 10, samedi 11 et dimanche 12 septembre
Parc du Bourget
3 jours : 35 €
    

   ------------------------------ 

 

Salaires et pensions à la traîne, prix et loyers en hausse, profits et actionnaires qui explosent...

 

Front Uni 

contre la vie chère !

   

Campagne de pétition lancée par le PCF

pour exiger de meilleurs salaires, une hausse des minimas sociaux,

 pour exiger des baisses de TVA, un blocage des prix et des loyers

pour taxer les profits et le grandes fortunes
  

Demandez la pétition !

Signez la en ligne sur le site de la Fédération euroise du PCF : www.27.pcf.fr !

Participez au rassemblement devant Bercy (ministère des finances), vendredi 3 juin à 15 h !

Campagne contre la vie chère - affiche PCF 2011
------------------------------------------------
Contre la privatisation de La Poste !

Les communistes adhèrent au Comité Départemental de Défense de La Poste
(cliquez sur l'image !)  


- - - - - - - - - - - - - -

 
 
------------------------------------------------
CRISE : que proposent les communistes ?







 

"Sarkozy a été élu par des pauvres qui se lèvent tôt pour aller faire la fête avec des riches qui se couchent tard".
-------------------------------------------
 Des idées, des vidéos, des sondages sur le site www.sortirdelacrise.tv 
 
-------------------------------------------------
ADN-r--sistance.jpg


 

 














 


ensemble-2.jpg
 

Recherche

Texte libre

Je définirais la mondialisation comme la liberté pour mon groupe d’investir où il veut, le temps qu’il veut, pour produire ce qu’il veut, en s’approvisionnant et en vendant où il veut, et en ayant à supporter le moins de contraintes possibles en matière de droit du travail et de conventions sociales.

P.Barnevick, ancien président de la multinationale ABB. 

Pour moi, un réactionnaire c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est dans l’ordre naturel des choses. Un conservateur, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui pense qu’on n’y peut rien. Un progressiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est injuste. Un communiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui est prêt à faire pour eux ce qu’il ferait pour ses propres enfants.

Ibrahim,
Cuba, un soir lors d’une conversation inoubliable.

 

-------------------------

 

« La dette publique, en d’autres termes l’aliénation de l’État, qu’il soit despotique, constitutionnel ou républicain, marque de son empreinte l’ère capitaliste.
La seule partie de la soi-disant richesse nationale qui entre réellement dans la possession collective des peuples modernes, c’est leur dette publique »

 

Karl MARX 

 

-------------------------

Nouvelles permanences d'Andrée OGER :

 

 

 

Vous pouvez prendre rendez-vous avec Andrée OGER en contactant son secrétariat au 02.32.31.96.25

 

- Mairie de Saint André : les lundis de 17 h à 19 h

- Salle des Fêtes d'Ezy-sur-Eure: les vendredis de 17 h à 19 h

 

-------------------------------------------------------

Dernier tract des communistes
du sud de l'Eure

 (cliquer sur l'image)

 

  Tract St André Septembre 2013 - Recto

 Tract St André Septembre 2013 - Verso

 

 

 ----------------------------------------------------

----------------------------------------

Nouille2.jpeg


----------------------------------------------



 

 

1)

  

 

1)      

         

 

Ebuzzing - Top des blogs - Société

4 février 2014 2 04 /02 /février /2014 12:02

Lundi 3 février, l'assemblée du Conseil général donnait son avis sur la nouvelle carte des cantons qui entrera en vigueur pour les élections de l'an prochain.

Elle n'a fait que donner son avis puisque c'est, au final, le ministère qui est le maître des coups de ciseaux qui dessinent les nouveaux cantons eurois.

Les communistes se sont opposés nationalement au nouveau mode de scrutin qui va se mettre en place, une usine à gaz qui réorganise les cantons sur le schéma des intercommunalités. Une organisation qui préfigure la disparition pure et simple des départements voulue par l'Europe et par les partis aveuglément pro-européens, de droite comme de gauche.

Le PCF a refusé aussi ce mode de scrutin car il continue de favoriser le bipartisme (UMP / PS) avec ses grandes circonscriptions alors que les communistes ont toujours revendiqué leur préférence pour le système proportionnel qui permet aux forces politiques d'être TOUTES représentées en fonction de leur poids politique.

Logiquement, au niveau départemental, les 4 conseillers généraux communistes ont suivi l'avis général des communistes et ont voté contre cette carte. Un vote symbolique, de toute façon, puisque l'Etat décide pour les eurois !

Comme les élus UMP ont voté contre pour des raisons moins démocratiques mais politiciennes et qu'une élue de la majorité (Anne Mansouret) a également voter contre, l'assemblée départementale a donc, finalement, exprimé son rejet de cette nouvelle carte cantonale par 23 voix contre 18 et 2 abstentions (Jean-Luc Récher et Jean-Pierre Flambard).

Vous trouverez ici la déclaration de vote d'Andrée Oger.

Solidaire


De presque toutes les interventions que nous avons entendues il ressort que le système avec lequel nous avons été élus ne donnait plus satisfaction.

Dans notre département, par exemple, certains cantons avaient moins de 5000 habitants alors que d’autres frôlaient les 30 000. Ce n’était objectivement pas juste puisque nous avions tous ici une voix. Certains Eurois étaient donc sous représentés même si leur Conseiller général était de grande valeur.

Il fallait donc trouver un mode de scrutin plus juste, plus représentatif et la notion de proportionnelle vient immédiatement à l’esprit car c’est indiscutablement le mode de scrutin le plus équitable et qui permet la parité.

On me dit que cela aurait fait entrer dans notre assemblée des gens dont on ne veut pas ! Mais est-il juste de combattre des courants de pensée en jouant sur le mode d’élection ?

Est-ce le but d’une loi électorale que d’éliminer telle ou telle fraction de la population ? Je ne le crois pas même si cela s’est fait couramment dans l’histoire.

Il est plus normal, plus démocratique de promouvoir une politique qui réponde vraiment aux besoins des gens, de s’attaquer aux idées et de démontrer combien elles sont dangereuses et à quoi elles conduisent. Ce n’est pas le choix qui a été fait et je le regrette

On a donc refusé toute proportionnelle pour les élections  au conseil départemental, alors qu’on l’a admis peu ou prou pour d’autres élections. On aurait pu, quand même, réfléchir à un scrutin proportionnel par circonscriptions par exemple ou au moins pour les villes. Il faut regarder le découpage d’Evreux, qui perdure pour telle rue, tel trottoir vous élirez tel conseiller départemental, pour l’autre trottoir un autre. Comment les gens peuvent-ils s’y reconnaître ? Quel sens cela a-t-il ?

Deuxième reproche à l’ancien mode de scrutin, il n’était pas paritaire. C’est indiscutable !

Regardons notre assemblée : aucun ouvrier en activité, très peu de salariés, pas de jeunes, pas de Français d’origine étrangère,  beaucoup de professions libérales, de fonctionnaires, de retraités. Ce n’est vraiment pas très représentatif de notre société. 

Mais ce manque de représentativité là ne gène apparemment personne ! Je le regrette.

C’est le manque de parité homme/femme qui gène et qu’il faut combattre. Je ne suis pas contre car il est vrai que dans cet hémicycle, nous ne sommes que 5 femmes sur 43 élus! Et je remercie vivement le Président de notre Assemblée d’avoir proposé aux  4 femmes de sa majorité des postes de  Vice Présidentes montrant ainsi sa considération à notre égard !

Bien sur que je défends la notion de parité hommes/femmes !

Elue depuis 1965, j’en ai connu des attaques, des propos inadmissibles dans ce domaine, Et dans cette assemblée j’ai été la seule femme pendant 3ans . Il m’arrivait de dire peu modestement au Président de l’époque qu’à moi toute seule, je représentais  la moitié de sa population départementale et que je devais être écoutée !

Il fallait donc modifier les choses pour que les femmes aient leur juste place et on a inventé un système, unique au monde, que personne, je crois, ne nous copiera : le scrutin binominal paritaire majoritaire à deux tours, rien que le nom est indigeste.

2 candidats par canton avec leurs suppléants sans changer de façon importante le nombre d’élus départementaux. Il fallait aussi réduire le nombre des cantons et revoir leur contour. Un redécoupage, même fait dans les meilleures intentions, prête inévitablement à la critique, bien sûr. Et voilà que fleurissent les accusations de découpage orienté, voire  de charcutage. Je ne suivrai pas bien entendu ces affirmations.

Mais je m’inquiète… comme beaucoup des femmes que j’ai rencontrées et qui se posent des questions : cette parité obligatoire, elle est  un peu condescendante, un peu humiliante…. Sommes-nous des êtres fragiles qu’il faut  protéger ?

Nous nous demandons si nous serons sollicitées, si nous serons  choisies comme candidates parce que nous sommes  capables ou parce qu’il faut une femme absolument ?

Chacune de nous va se poser la question. Car si on nous considère comme capables pourquoi ne nous a-ton pas contactées plus tôt ? Quand il n’était pas obligatoire d’avoir des femmes sur les listes ? C’est une question angoissante, je vous assure.

Il aurait fallu pour le moins que ces mesures soient transitoires pour que vienne  le temps où il n’y aura plus besoin de quota, où les choses se feront naturellement dans l’intérêt des populations.

Ce système où il y aura des listes de 4 noms va obliger à passer par  les formations  politiques. Nous ne sommes plus à l’époque de la candidature individuelle d’une personnalité locale qui s’est fait connaître par son activité, son dévouement, ses compétences.

Ça aussi c’est un peu dommage.

Je crois qu’on pouvait trouver d’autres solutions moins tarabiscotées, plus justes. D’autant que l’écart entre le canton le moins peuplé  et le plus peuplé est encore dans la proportion de 1 à 1,5 . La loi pouvait faire mieux.

Voilà pourquoi  j’avoue qu’au moment d’indiquer quel sera mon vote, je suis ennuyée. Je ne peux approuver un système qui ne donne aucune part à la proportionnelle, je suis réservée sur cette parité obligatoire, je suis éberluée par un mode de scrutin abracadabrant.

Mais je peine à mêler ma voix à celles d’élus appartenant à un parti dont certains membres ont déposé un amendement  demandant le déremboursement de l’IVG, je répugne  à mêler ma voix à celles de certains membres d’un parti qui défilait hier sur des mots d’ordre plus que rétrogrades à l’égard des femmes.

Il est évident que ce projet qu’on nous soumet aujourd’hui est dans le droit fil des projets que préparait le gouvernement Sarkozy et qui rassemblait, contre lui, à l’époque, toute la gauche.

Ce n’est pas moi ni mes amis qui avons changé, c’est la droite qui critique aujourd’hui ce qu’elle défendait hier, c’est une partie de la gauche qui défend aujourd’hui ce qu’elle attaquait hier.

En conscience et après avoir longuement réfléchi, je voterai contre ce projet qui nous est soumis.

Partager cet article

Repost 0
Published by Solidaire - dans Dans le département
commenter cet article

commentaires