Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • : Andrée OGER est maire honoraire de Croth, conseillère départementale de Saint André de l'Eure et chevalier de la Légion d'Honneur.
  • Contact

Rendez-vous

Fête de l'Huma 2016

Vendredi 10, samedi 11 et dimanche 12 septembre
Parc du Bourget
3 jours : 35 €
    

   ------------------------------ 

 

Salaires et pensions à la traîne, prix et loyers en hausse, profits et actionnaires qui explosent...

 

Front Uni 

contre la vie chère !

   

Campagne de pétition lancée par le PCF

pour exiger de meilleurs salaires, une hausse des minimas sociaux,

 pour exiger des baisses de TVA, un blocage des prix et des loyers

pour taxer les profits et le grandes fortunes
  

Demandez la pétition !

Signez la en ligne sur le site de la Fédération euroise du PCF : www.27.pcf.fr !

Participez au rassemblement devant Bercy (ministère des finances), vendredi 3 juin à 15 h !

Campagne contre la vie chère - affiche PCF 2011
------------------------------------------------
Contre la privatisation de La Poste !

Les communistes adhèrent au Comité Départemental de Défense de La Poste
(cliquez sur l'image !)  


- - - - - - - - - - - - - -

 
 
------------------------------------------------
CRISE : que proposent les communistes ?







 

"Sarkozy a été élu par des pauvres qui se lèvent tôt pour aller faire la fête avec des riches qui se couchent tard".
-------------------------------------------
 Des idées, des vidéos, des sondages sur le site www.sortirdelacrise.tv 
 
-------------------------------------------------
ADN-r--sistance.jpg


 

 














 


ensemble-2.jpg
 

Recherche

Texte libre

Je définirais la mondialisation comme la liberté pour mon groupe d’investir où il veut, le temps qu’il veut, pour produire ce qu’il veut, en s’approvisionnant et en vendant où il veut, et en ayant à supporter le moins de contraintes possibles en matière de droit du travail et de conventions sociales.

P.Barnevick, ancien président de la multinationale ABB. 

Pour moi, un réactionnaire c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est dans l’ordre naturel des choses. Un conservateur, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui pense qu’on n’y peut rien. Un progressiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est injuste. Un communiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui est prêt à faire pour eux ce qu’il ferait pour ses propres enfants.

Ibrahim,
Cuba, un soir lors d’une conversation inoubliable.

 

-------------------------

 

« La dette publique, en d’autres termes l’aliénation de l’État, qu’il soit despotique, constitutionnel ou républicain, marque de son empreinte l’ère capitaliste.
La seule partie de la soi-disant richesse nationale qui entre réellement dans la possession collective des peuples modernes, c’est leur dette publique »

 

Karl MARX 

 

-------------------------

Nouvelles permanences d'Andrée OGER :

 

 

 

Vous pouvez prendre rendez-vous avec Andrée OGER en contactant son secrétariat au 02.32.31.96.25

 

- Mairie de Saint André : les lundis de 17 h à 19 h

- Salle des Fêtes d'Ezy-sur-Eure: les vendredis de 17 h à 19 h

 

-------------------------------------------------------

Dernier tract des communistes
du sud de l'Eure

 (cliquer sur l'image)

 

  Tract St André Septembre 2013 - Recto

 Tract St André Septembre 2013 - Verso

 

 

 ----------------------------------------------------

----------------------------------------

Nouille2.jpeg


----------------------------------------------



 

 

1)

  

 

1)      

         

 

Ebuzzing - Top des blogs - Société

6 décembre 2012 4 06 /12 /décembre /2012 11:13

Après 2,6 % de hausse en 2012, les sociétés privées d'autoroute annoncent des hausses de 1,18 à 2,24 % au 1er février 2013.

La palme revient tout de même à la partie normande de la concession accordée à la SAPN (groupe espagnol Albertis) avec 2,29 % de hausse !

Résumons concrètement le dossier :

Les 9 000 km d'autoroutes françaises ont été privatisés en 2005, par Dominique de Villepin (premier ministre de jacques Chirac) après une première ouverture par le "socialiste" Lionel Jospin en 2002.

La vente a rapporté 14,9 milliards d'euros à l'Etat, un prix très largement bradé aux yeux de nombreux spécialistes de l'époque, relayés par l'association de consommateur CLCV, L'Humanité ou Marianne ;

De 2005 (dernière année avant la privatisation) à 2010, le prix moyen du kilomètre s’est envolé de 16,4 %, soit deux fois plus vite que l’inflation ! Au kilomètre, les prix sont passés de 8,28 centimes par kilomètre parcouru en 2005 à 9,64 centimes du kilomètre hors taxe cinq ans plus tard.

Les effectifs salariés des sociétés d'autoroute ont chuté de 14 % depuis la privatisation, se situant désormais sous les 15 000 ; adieu les caissiers d'autoroute !

Les investissements, notamment d'entretien, stagnent à 2 milliards d'euros par an ; pas d'inflation dans ce domaine !

Des tarifs en hausse, des salariés moins nombreux à payer et des investissements stables : les bénéfices explosent !

Entre 2005 et 2010, le bénéfice réalisé sur chaque kilomètre facturé à un automobiliste s’est amélioré de 30 %, pour atteindre 1,8 centime, ainsi qu'a pu le calculer Marianne. Et, comme le trafic a continué d’augmenter durant cette période, le bénéfice total des sociétés d’autoroutes a fait un bond de… 65 % !

Sur 100 € de tickets d'autoroute, 12 € net allaient dans les poches des actionnaires en 2005. Cinq ans plus tard, ce sont 16,30 € qui filent directement dans leur escarcelle.

Au final, entre 2005 et 2010, ce sont 5 milliards d'euros de dividende qui ont été versés aux actionnaires de ces différentes sociétés d'autoroute, notamment les géants des travaux publics que sont Vinci (ASF, Cofiroute, Escota, Vinci), Eiffage (APRR) et l’espagnol Albertis (Sanef) !

Sans parler de l’intégration fiscale qui permet à l’entreprise mère de diminuer son résultat fiscal du coût de l’endettement de sa filiale. En mettant comme dette le coût de rachat de ces sociétés d'autoroute et les frais de construction des nouvelles infrastructures, ces sociétés ont économisé 1,5 milliards d'euros en cinq ans sur les impôts qu'ils auraient dû payer à l'Etat... donc au contribuable !

A 15 milliards d'euros comme prix de vente pour nos autoroutes, on comprend bien, avec ces chiffres de dividendes et d'économies d'impôts, que la droite avait réellement bradé nos autoroutes à ses petits copains en 2005 !

Pour l'usager, c'est par contre la douche froide à chaque augmentation du prix des péages !

Alors, au moment où l'Etat pleure sur ses caisses vides, il serait peut-être temps de regarder à nouveau sur ces autoroutes construites au frais des contribuables et qui servent aujourd'hui de planche à billets pour quelques grosses boîtes privées !

Même sans augmenter les tarifs autoroutiers, l'Etat réalisera quand même une marge colossale et pourra réhumaniser nos autoroutes, pour le plus grand bien des usagers, de l'emploi et des comptes publics.

Il sera peut-être temps de regarder également la question des travaux d'aménagement au niveau de Criquebeuf sur Seine que réclament à corps et à cris depuis des années les usagers, riverains et élus (notamment communistes).

Comme l'eau, l'électricité, le gaz ou le logement, le secteur du transport est vital pour les travailleurs et pour l'économie, c'est donc collectivement que doit être pensée et assurée sa gestion, dans l'intérêt public et non dans l'intérêt égoïste de quelques actionnaires.

Les actionnaires des géants du BTP ont fait assez d'argent avec nos autoroutes.

Il est temps de renationaliser ces sociétés d'autoroutes.

Partager cet article

Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article

commentaires