Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • : Andrée OGER est maire honoraire de Croth, conseillère départementale de Saint André de l'Eure et chevalier de la Légion d'Honneur.
  • Contact

Rendez-vous

Fête de l'Huma 2016

Vendredi 10, samedi 11 et dimanche 12 septembre
Parc du Bourget
3 jours : 35 €
    

   ------------------------------ 

 

Salaires et pensions à la traîne, prix et loyers en hausse, profits et actionnaires qui explosent...

 

Front Uni 

contre la vie chère !

   

Campagne de pétition lancée par le PCF

pour exiger de meilleurs salaires, une hausse des minimas sociaux,

 pour exiger des baisses de TVA, un blocage des prix et des loyers

pour taxer les profits et le grandes fortunes
  

Demandez la pétition !

Signez la en ligne sur le site de la Fédération euroise du PCF : www.27.pcf.fr !

Participez au rassemblement devant Bercy (ministère des finances), vendredi 3 juin à 15 h !

Campagne contre la vie chère - affiche PCF 2011
------------------------------------------------
Contre la privatisation de La Poste !

Les communistes adhèrent au Comité Départemental de Défense de La Poste
(cliquez sur l'image !)  


- - - - - - - - - - - - - -

 
 
------------------------------------------------
CRISE : que proposent les communistes ?







 

"Sarkozy a été élu par des pauvres qui se lèvent tôt pour aller faire la fête avec des riches qui se couchent tard".
-------------------------------------------
 Des idées, des vidéos, des sondages sur le site www.sortirdelacrise.tv 
 
-------------------------------------------------
ADN-r--sistance.jpg


 

 














 


ensemble-2.jpg
 

Recherche

Texte libre

Je définirais la mondialisation comme la liberté pour mon groupe d’investir où il veut, le temps qu’il veut, pour produire ce qu’il veut, en s’approvisionnant et en vendant où il veut, et en ayant à supporter le moins de contraintes possibles en matière de droit du travail et de conventions sociales.

P.Barnevick, ancien président de la multinationale ABB. 

Pour moi, un réactionnaire c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est dans l’ordre naturel des choses. Un conservateur, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui pense qu’on n’y peut rien. Un progressiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est injuste. Un communiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui est prêt à faire pour eux ce qu’il ferait pour ses propres enfants.

Ibrahim,
Cuba, un soir lors d’une conversation inoubliable.

 

-------------------------

 

« La dette publique, en d’autres termes l’aliénation de l’État, qu’il soit despotique, constitutionnel ou républicain, marque de son empreinte l’ère capitaliste.
La seule partie de la soi-disant richesse nationale qui entre réellement dans la possession collective des peuples modernes, c’est leur dette publique »

 

Karl MARX 

 

-------------------------

Nouvelles permanences d'Andrée OGER :

 

 

 

Vous pouvez prendre rendez-vous avec Andrée OGER en contactant son secrétariat au 02.32.31.96.25

 

- Mairie de Saint André : les lundis de 17 h à 19 h

- Salle des Fêtes d'Ezy-sur-Eure: les vendredis de 17 h à 19 h

 

-------------------------------------------------------

Dernier tract des communistes
du sud de l'Eure

 (cliquer sur l'image)

 

  Tract St André Septembre 2013 - Recto

 Tract St André Septembre 2013 - Verso

 

 

 ----------------------------------------------------

----------------------------------------

Nouille2.jpeg


----------------------------------------------



 

 

1)

  

 

1)      

         

 

Ebuzzing - Top des blogs - Société

13 janvier 2013 7 13 /01 /janvier /2013 09:47

Après deux ans de guerre, la réalité du terrain est de plus en plus favorable au gouvernement syrien en dépit des efforts des occidentaux et de leurs alliés arabes pour le renverser.

On a fait grand cas de la conférence de presse de Bachar El Assad il y a quelques jours, la première depuis sept mois.

Il est vrai que l'événement est rare.

La plupart des journalistes occidentaux sont aujourd'hui très ennuyé par le conflit syrien. Si les régimes occidentaux et les dictatures pétrolières arabes soutiennent à fond les rebelles armés, les événements sur le terrain ne permettent plus aux médias de relayer aussi ostensiblement le message gouvernemental d'une révolte populaire victorieuse contre une dictature sanguinaire.

D'une part, la situation militaire sur le terrain évolue en faveur de l'armée régulière syrienne, à l'inverse du schéma souhaité par l'OTAN et de ce qui s'est déroulé en Libye.

C'est le cas de la "bataille de Damas", telle que l'appelaient les "insurgés" qui a tourné au fiasco courant décembre : l'armée syrienne a repris le contrôle de nombreux quartiers stratégiques de la banlieue de Damas et tué des centaines de rebelles dans les vergers d'où ils opéraient. Ce samedi matin, l’AFP titrait ainsi son compte-rendu de la situation militaire : "L’armée progresse autour de Damas". C'est le cas aussi de la "bataille d'Alep" où, de l'avis même des rebelles, la situation se dégrade pour eux, l'armée syrienne reprenant rue par rue les positions rebelles et affirmant son contrôle sur les alentours, notamment l'axe Alep-Frontière turque par où pouvaient arriver des renforts militaires et des équipements qataris ou turcs. C'est le cas également de la symbolique bataille autour de l'aéroport militaire de Taftanaaz, près d'Idleb (Nord) dont le siège par les rebelles a été levé après des mois de combats.

D'autre part, sur ce qui est de la Révolution elle-même, il apparait de plus en plus clairement que les effectifs rebelles sont désormais essentiellement sous la coupe islamiste (Front Al Nosra, par exemple) et composés d'éléments étrangers, libyens, afghans, turcs, tatars,...

Cette réalité djihadiste en Syrie explique en partie un soutien réel de la population syrienne au régime : alaouites, chiites, chrétiens et sunnites modérés, tout comme les kurdes, sont les cibles répêtées des radicaux islamistes. Car, parmi les 60 000 victimes avancées par l'OSDH (ONG islamiste basée à Londres, rappelons-le !), il y a de nombreux militaires syriens et, malheureusement, des milliers de civils syriens victimes d'exactions de la part des rebelles : des centaines de civils alaouites (femmes et enfants compris) ont d'ors et déjà été massacrés par des brigades rebelles pour leur simple appartenance à cette communauté religieuse ! Plusieurs religieux modérés ont également été assassinés. Et on ne parle pas des attentats à la voiture piégée qu'a connu Damas et sa banlieue !

L'un des responsables de l'ASL, Abu Ahmed, qui se bat depuis le début de la « bataille d’Alep » en juillet dernier, et qui est originaire d’un petit village proche de la frontière turque, admet dans un entretien publié cette semaine par l'agence Reuters que ce peuple alépin « n’a pas l’esprit révolutionnaire » ; il estime même à « 70% » la proportion des habitants qui soutiennent Bachar al-Assad. Une proportion qui s’explique selon lui par l’existence de fortes communautés « minoritaires », mais aussi par le comportement des insurgés depuis des mois : "l'ASL a perdu son soutien populaire". C'est sûr que le pillage des stocks de farine et de blé (revendus en Turquie), le sabotage des stations électriques, le pillage et l'assassinat de civils mécontents, cela ne favorise pas la sympathie !...

On est donc loin de l'idée de "territoires libérés" comme le présentent nos gouvernements ni d'un soutien populaire à cette rébellion.

De fait, la colère populaire contre le gouvernement syrien et Bachar El Assad du printemps 2011 s'est transformée en une crainte d'une division ethnique et religieuse du pays et d'un passage sous la coupe islamiste, comme en Libye.

Les véritables opposants au régime syrien se retrouve dans une situation paradoxale, exigeant des réformes politiques et économiques en Syrie mais contraints de faire front avec l'armée syrienne et, donc, le pouvoir en place, pour défendre l'intégrité territoriale du pays, son indépendance vis-à-vis de l'Occident, et rejeter les brigades djihadistes qui menacent les civils et la démocratie.

C'est ainsi que le Parti communiste syrien, début décembre, affirmait que "la première tâche des communistes, comme de tous les patriotes, est de défendre l'indépendance nationale de la Syrie et de défendre l'intégrité du territoire national, face à la conspiration impérialiste, sioniste, des régimes arabes réactionnaires et de s'opposer aux agissements criminels des ennemis de la patrie, des exécutants des volontés du colonisateur" tout en critiquant parallèlement le gouvernement de Bachar El Assad et en mettant en avant l'importance d'un "Front social et économique" et  "l'importance de suivre une autre politique économique qui protège et renforce la production nationale, réponde aux intérêts des masses qui sont le pilier de la résistance nationale syrienne, et cela ne passe que par un changement de cap radical dans les orientations sociales et économiques du gouvernement, et une rupture avec le libéralisme économique sous toutes ses formes."

Comme les communistes le répêtent depuis le début, le soutien de l'Occident et des dictatures pétrolières du Golfe à cette rébellion ne peut pas aboutir au développement d'une démocratie en Syrie. Les faits prouvent que ce sont effectivement le gouvernement et les djihadistes qui profitent de cette violence tandis que la population civile souffre et que le pays voit ses infrastructures se dégrader.

Comme pour l'iraq ou la Libye, il ne sortira rien de bon d'un soutien ou d'une intervention étrangère en Syrie.

La France doit cesser son soutien à la rébellion étrangère en Syrie et intervenir pour qu'un réelle processus politique s'ouvre en Syrie pour que, premièrement, cessent les violences, et que, deuxièmement, une ouverture politique permette la prise en compte des attentes populaires par le pouvoir en Syrie.

Partager cet article

Repost 0
Published by Solidaire - dans Dans le Monde
commenter cet article

commentaires