Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • : Andrée OGER est maire honoraire de Croth, conseillère départementale de Saint André de l'Eure et chevalier de la Légion d'Honneur.
  • Contact

Rendez-vous

Fête de l'Huma 2016

Vendredi 10, samedi 11 et dimanche 12 septembre
Parc du Bourget
3 jours : 35 €
    

   ------------------------------ 

 

Salaires et pensions à la traîne, prix et loyers en hausse, profits et actionnaires qui explosent...

 

Front Uni 

contre la vie chère !

   

Campagne de pétition lancée par le PCF

pour exiger de meilleurs salaires, une hausse des minimas sociaux,

 pour exiger des baisses de TVA, un blocage des prix et des loyers

pour taxer les profits et le grandes fortunes
  

Demandez la pétition !

Signez la en ligne sur le site de la Fédération euroise du PCF : www.27.pcf.fr !

Participez au rassemblement devant Bercy (ministère des finances), vendredi 3 juin à 15 h !

Campagne contre la vie chère - affiche PCF 2011
------------------------------------------------
Contre la privatisation de La Poste !

Les communistes adhèrent au Comité Départemental de Défense de La Poste
(cliquez sur l'image !)  


- - - - - - - - - - - - - -

 
 
------------------------------------------------
CRISE : que proposent les communistes ?







 

"Sarkozy a été élu par des pauvres qui se lèvent tôt pour aller faire la fête avec des riches qui se couchent tard".
-------------------------------------------
 Des idées, des vidéos, des sondages sur le site www.sortirdelacrise.tv 
 
-------------------------------------------------
ADN-r--sistance.jpg


 

 














 


ensemble-2.jpg
 

Recherche

Texte libre

Je définirais la mondialisation comme la liberté pour mon groupe d’investir où il veut, le temps qu’il veut, pour produire ce qu’il veut, en s’approvisionnant et en vendant où il veut, et en ayant à supporter le moins de contraintes possibles en matière de droit du travail et de conventions sociales.

P.Barnevick, ancien président de la multinationale ABB. 

Pour moi, un réactionnaire c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est dans l’ordre naturel des choses. Un conservateur, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui pense qu’on n’y peut rien. Un progressiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est injuste. Un communiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui est prêt à faire pour eux ce qu’il ferait pour ses propres enfants.

Ibrahim,
Cuba, un soir lors d’une conversation inoubliable.

 

-------------------------

 

« La dette publique, en d’autres termes l’aliénation de l’État, qu’il soit despotique, constitutionnel ou républicain, marque de son empreinte l’ère capitaliste.
La seule partie de la soi-disant richesse nationale qui entre réellement dans la possession collective des peuples modernes, c’est leur dette publique »

 

Karl MARX 

 

-------------------------

Nouvelles permanences d'Andrée OGER :

 

 

 

Vous pouvez prendre rendez-vous avec Andrée OGER en contactant son secrétariat au 02.32.31.96.25

 

- Mairie de Saint André : les lundis de 17 h à 19 h

- Salle des Fêtes d'Ezy-sur-Eure: les vendredis de 17 h à 19 h

 

-------------------------------------------------------

Dernier tract des communistes
du sud de l'Eure

 (cliquer sur l'image)

 

  Tract St André Septembre 2013 - Recto

 Tract St André Septembre 2013 - Verso

 

 

 ----------------------------------------------------

----------------------------------------

Nouille2.jpeg


----------------------------------------------



 

 

1)

  

 

1)      

         

 

Ebuzzing - Top des blogs - Société

15 avril 2011 5 15 /04 /avril /2011 09:09

De Villepin à Sarkozy, en passant par Le Pen, la droite française se découvre un penchant social à moins d'un an des Présidentielles.

La course à gauche ? Les discours enflammés de Villepin pour un revenu citoyen et de Sarkozy pour obliger les entreprises à redistribuer des miettes de leurs bénéfices aux salariés nous rappellent la Présidentielle de 1995 et le duel Chirac contre Balladur pour savoir qui serait le plus social des deux.

Entre une gauche social-démocrate qui tente d'apparaître modérée pour rassurer un électorat centriste et une droite qui, depuis des décennies, joue la carte sociale pendant les campagnes électorales pour mieux servir les intérêts de la finance et du patronat une fois élue, on comprend mieux pourquoi plus d'un électeur sur deux ne fait plus confiance aux hommes politiques dans ce pays !

Car, ne nous y trompons pas ! Ce virage social des différentes composantes de la droite ne vise qu'un objectif : tenter d'apparaître comme étant à l'écoute des soucis des français, en terme de lutte contre le chômage, la précarisation sociale et la perte de pouvoir d'achat.

L'ultralibéralisme économique associé au conservatisme social de la droite et de l'extrême-droite ont entrainé notre société dans une récession économique et démocratique profonde. Le chômage de masse et la précarisation des emplois sont devenus des généralités dans les grands pays capitalistes ; les destructions de services publics, notamment dans les domaines de la santé ou de l'éducation, entrainent la réapparition de problèmes sanitaires que l'on croyait quasiment disparus en Europe (Galle, tuberculose,...) et la rupture sociale de couches de plus en plus nombreuses de citoyens ; les mesures de contrôle social (vidéosurveillance, contrôle des médias et de l'internet, fichage systématique, restrictions syndicales et politiques,...) éloignent nos pays des canons démocratiques dont ils se font officiellement les défenseurs à l'étranger,...

Depuis des décennies, en France, les mesures économiques et sociales prises vont toutes dans le même sens : celui des allègements de "charges" pour les entreprises, les diminutions des droits du travail pour les salariés, la réduction de la sphère publique par des privatisations successives (automobile, industrie, banques, énergie, poste,...) ou par le non remplacement des fonctionnaires,...

Quel est le résultat de ces politiques ? La France va t-elle mieux ? Les salariés vivent-ils mieux maintenant que dans les années 80 ou même 90 ? Le chômage recule t-il ? Avons-nous l'impression que notre pays progresse économiquement, socialement ou écologiquement ?

Si vous répondez OUI à ces questions, c'est que vous faites partie de ces quelques milliers de foyers français privilégiés par les gouvernements successifs ces dernières années, ces français dont les revenus confortables viennent avant tout des bénéfices de vos placements et des dividendes de vos actions. Vous qui bénéficiez depuis 2007 et l'arrivée de Sarkozy à l'Elysée d'un nombre incroyable de nouvelles niches fiscales, d'un plafonnement des prélèvements à 50 % de vos revenus (le bouclier fiscal) et qui allez bientôt bénéficier d'un nouvel allègement de l'Impôt de Solidarité sur la Fortune.

Pour les dizaines de millions de français qui répondraient NON à ces questions, comme certainement vous, cher internaute, l'avenir peut paraître bien sombre.

Posons-nous la question de savoir s'il est possible d'inverser les choses ? Non pas d'inverser l'Histoire, de faire dans la nostalgie, mais de rebondir, de repartir vers l'avant, vers une société de progrès tenant compte des connaissances actuelles et des nécessaires réflexions sur l'avenir de la planète, sur le réchauffement climatique et la pollution qui menacent aujourd'hui la survie même de l'espèce humaine ?

Au moins trente ans de politiques libérales et de dérégulation économique et sociale ont amené notre monde au bord du chaos. Arrêter cette course vers l'autodestruction de l'humanité nécessite de changer profondément ces choix politiques, de redonner de l'air à ceux qui vivent de leur travail, de remettre du lien social, de la protection sociale, dans cette société et de réfléchir à notre développement économique en tenant compte de ses conséquences sur l'environnement.

Ces ruptures avec le système économique actuel, chacun le ressent, plus ou moins consciemment. "On ne peut plus continuer comme ça !", reflexion souvent entendue qui peut s'appliquer autant à la fuite des entreprises, à l'appauvrissement généralisé de la population ou aux menaces écologiques qui approchent.

La droite et le patronat entendent aussi cette réflexion. Ils savent pertinnement que leurs politiques, si elles sont expliquées crûment, franchement, ne passeront pas dans l'opinion et auprès d'un électorat inquiet. C'est pourquoi, depuis plusieurs dizaines d'années, la droite change son discours à l'approche des élections pour donner l'impression d'avoir changé, d'avoir compris. Tout ça, pour revenir à ses dogmes ultralibéraux dès les élections passées.

La nouveauté, c'est de voir le FN changer également son discours politique et économique en seulement trois mois. Comme si tous les cadres et penseurs du FN étaient tombés en même temps dans un pot de peinture rouge ! Là non plus, ne nous y trompons pas ! La fille du milliardaire Le Pen, filleule d'un proxénète, est à la tête d'une organisation de droite radicalement antirépublicaine et antidémocratique. Son crédo, c'est aussi le libéralisme et la casse des acquis sociaux, comme tout parti de droite qui se respecte.

Le changement de discours des partis de droite et d'extrême-droite est purement électoral. 2012 approche. Il faut s'assurer le vote de la multitude, de ces millions de salariés, de paysans, d'artisans et de commerçants qui sont volés et méprisés toute l'année.

Baignés par l'idéologie ultra-libérale depuis leur plus jeune âge, fréquentant les classes aisées et les beaux quartiers depuis toujours, les caciques de la droite, FN compris, sont au service exclusif de leurs amis de classes.

Non, définitvement. Ne laissons personne tomber dans le panneau d'un quelconque virage social de la droite française !

La rupture avec les choix politiques de ces trentes dernières années et avec les dogmes capitalistes , seules les forces qui la prônent depuis toujours peuvent l'incarner.

Présent en force au moment des grandes conquêtes sociales, des luttes et des mouvements de 1936, 1947, 1968 ou 1981, le Parti communiste est de ces forces sur lesquelles le peuple peut compter.

Aux pâles copies de forces de progrès que tentent d'incarner la droite et son extrême, choisissez plutôt l'original, le Parti communiste !

Partager cet article

Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article

commentaires