Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • : Andrée OGER est maire honoraire de Croth, conseillère départementale de Saint André de l'Eure et chevalier de la Légion d'Honneur.
  • Contact

Rendez-vous

Fête de l'Huma 2016

Vendredi 10, samedi 11 et dimanche 12 septembre
Parc du Bourget
3 jours : 35 €
    

   ------------------------------ 

 

Salaires et pensions à la traîne, prix et loyers en hausse, profits et actionnaires qui explosent...

 

Front Uni 

contre la vie chère !

   

Campagne de pétition lancée par le PCF

pour exiger de meilleurs salaires, une hausse des minimas sociaux,

 pour exiger des baisses de TVA, un blocage des prix et des loyers

pour taxer les profits et le grandes fortunes
  

Demandez la pétition !

Signez la en ligne sur le site de la Fédération euroise du PCF : www.27.pcf.fr !

Participez au rassemblement devant Bercy (ministère des finances), vendredi 3 juin à 15 h !

Campagne contre la vie chère - affiche PCF 2011
------------------------------------------------
Contre la privatisation de La Poste !

Les communistes adhèrent au Comité Départemental de Défense de La Poste
(cliquez sur l'image !)  


- - - - - - - - - - - - - -

 
 
------------------------------------------------
CRISE : que proposent les communistes ?







 

"Sarkozy a été élu par des pauvres qui se lèvent tôt pour aller faire la fête avec des riches qui se couchent tard".
-------------------------------------------
 Des idées, des vidéos, des sondages sur le site www.sortirdelacrise.tv 
 
-------------------------------------------------
ADN-r--sistance.jpg


 

 














 


ensemble-2.jpg
 

Recherche

Texte libre

Je définirais la mondialisation comme la liberté pour mon groupe d’investir où il veut, le temps qu’il veut, pour produire ce qu’il veut, en s’approvisionnant et en vendant où il veut, et en ayant à supporter le moins de contraintes possibles en matière de droit du travail et de conventions sociales.

P.Barnevick, ancien président de la multinationale ABB. 

Pour moi, un réactionnaire c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est dans l’ordre naturel des choses. Un conservateur, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui pense qu’on n’y peut rien. Un progressiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est injuste. Un communiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui est prêt à faire pour eux ce qu’il ferait pour ses propres enfants.

Ibrahim,
Cuba, un soir lors d’une conversation inoubliable.

 

-------------------------

 

« La dette publique, en d’autres termes l’aliénation de l’État, qu’il soit despotique, constitutionnel ou républicain, marque de son empreinte l’ère capitaliste.
La seule partie de la soi-disant richesse nationale qui entre réellement dans la possession collective des peuples modernes, c’est leur dette publique »

 

Karl MARX 

 

-------------------------

Nouvelles permanences d'Andrée OGER :

 

 

 

Vous pouvez prendre rendez-vous avec Andrée OGER en contactant son secrétariat au 02.32.31.96.25

 

- Mairie de Saint André : les lundis de 17 h à 19 h

- Salle des Fêtes d'Ezy-sur-Eure: les vendredis de 17 h à 19 h

 

-------------------------------------------------------

Dernier tract des communistes
du sud de l'Eure

 (cliquer sur l'image)

 

  Tract St André Septembre 2013 - Recto

 Tract St André Septembre 2013 - Verso

 

 

 ----------------------------------------------------

----------------------------------------

Nouille2.jpeg


----------------------------------------------



 

 

1)

  

 

1)      

         

 

Ebuzzing - Top des blogs - Société

14 octobre 2011 5 14 /10 /octobre /2011 08:55

Le patron de Renault Trucks, branche véhicules industriels du groupe Volvo, accuse ses salariés de voleurs à la veille de quitter la direction de l'entreprise. C'est vraiment prendre les gens pour des cons !

Selon la légende, en 2009, le patron de Renault Trucks, filiale du groupe Volvo, préfère prendre des mesures de chômage partiel plutôt que licencier au pire moment de la crise. Mais depuis, affirme-t-il, l'absentéisme a fortement augmenté : "Notre absentéisme est monté de 3,5% à 12%" après ce que Stefano Chmielewski qualifie de "chômage partiel".

Et le patron de Renault Trucks de se demander s’il n’aurait pas mieux fait de licencier, car "on vole l'Etat et on vole les gens qui travaillent tous les jours", explique-t-il. "Parce que 12% d’absentéisme, ça veut dire 12% de la force qu’il faut remplacer, 12% de gens qui prennent des cours de vélo le dimanche et se déclarent malades le lundi : ce sont des voleurs", accuse Stefano Chmielewski.

Côté syndical, ces chiffres ne sont pas contestés mais c'est la dégradation des conditions de travail qui serait en cause.

Comme partout ailleurs, le manque de personnel, les rythmes de travail et la pression sur les salariés entraine du stress et des accidents. D'ailleurs, le 3 octobre, 4 salariés présents sur le site Renault Trucks de Saint Priest ont été blessés. Certainement des tirs au flan, monsieur Chmielewski ?

Pour aller plus loin, d'une part, Renault Trucks a licencié durant cette période, notamment à la fonderie de Vénissieux.

D'autre part, loin d'être un comportement solidaire, philanthropique, le groupe Renault Trucks a utilisé toutes les astuces légales, avec du chômage partiel ou du chômage longue durée, pour faire prendre en charge ses salariés par les finances publiques, donc par les impôts. Des licenciements auraient coûtés beaucoup plus chers à l'entreprise !

Et aujourd'hui encore, les licenciements menacent dans ce groupe de 14 000 salariés dont 10 000 salariés en France. Le même Stefano Chmielewski parlait d'abandonner la branche "défense" (ex-Berliet) en début d'année, ce qui entrainerait des centaines de licenciements. Ce mois-ci, c'est le groupe Volvo qui annonce une réorganisation de sa filiale, avec regroupement de sites de productions et de services commerciaux. On sait ce que cela annonce en termes d'emplois !

Les syndicats se déclarent d’ailleurs inquiets pour l’avenir et les emplois.

Mais que l'on se rassure ! Stefano Chmielewski ne quitte pas le groupe et va prendre en charge, pour Volvo, les ventes au gouvernement. Gageons qu'il aura de confortables indemnités pour son départ de Renault Trucks et, on l'imagine, un bon salaire et de beaux avantages pour son nouveau poste !

Quant au groupe Volvo, on peut être tranquille : le groupe suédois a fait état d'un bénéfice d'exploitation en hausse de 60% à 7,65 milliards de couronnes suédoises (840 millions d'euros) au deuxième trimestre 2011, contre une prévision à 7,67 milliards selon une enquête Reuters. Il y a encore des sous dans la tirelire !

C'est donc devenue une méthode de management et de pression sur les salariés : l'insulte et la pression psychologique.

Mais qui sont les voleurs ? Ces salariés sous pression et qui n'éprouvent plus de plaisir à aller travailler pour des salaires à peine supérieurs au SMIC ou ces actionnaires qui se partagent chaque année un gateau de plus en plus gros mais qui n'ont jamais foutu les pieds ni dans une usine, ni dans un bureau du groupe ?

Au delà du cas Renault Trucks, c'est devenu une banalité de voir les salariés traînés dans la boue, au sein de l'entreprise comme au niveau national.

Pas rentables, pas compétitfs ? Si c'était vrai, pourquoi tous ces actionnaires et leurs PDG ne laissent-ils pas aux salariés ou à l'Etat le soin de gérer eux-mêmes ces équipes de bras cassés ?

Peut-être à cause des juteux bénéfices que tirent de ces entreprises les vrais fainéants, tous ces gus qui prennent du bon temps dans des clubs ou sur des bateaux aux Caraïbes pendant que les salariés triment ?

Pour 2011, rien que les 40 entreprises qui composent le CAC 40 à la Bourse de Paris annoncent plus de 90 milliards d'euros de bénéfices. Sur le dos de qui ? Des salariés !

Tout cet argent part ensuite dans les poches de quelques milliers de particuliers suffisamment riches pour posséder des parts de ces entreprises. Si cet argent servait à rémunérer mieux les salariés, à embaucher le personnel manquant et à dynamiser la recherche industrielle et à améliorer les conditions de travail, il y aurait effectivement beaucoup moins d'absentéisme dans les entreprises et beaucoup plus d'argent en circulation dans ce pays.

Cracher à la gueule des salariés est à la mode. Avant, ce n'était que sur les fonctionnaires, coupables (et pour cause) de travailler dans des services non rentables. Maintenant, tous les salariés y ont droit !

De la part du patronat, le mépris est désormais affiché sans honte.

Aux salariés de montrer, de leur côté, leur solidarité et leur force.

Ce qu'ils nous ont pris de richesses et ce qu'ils nous ont arraché de conquêtes sociales, nous pouvons les leur reprendre. Cela ne tient qu'à notre unité, à notre mobilisation. Dans les rues et dans les urnes.

Notre passivité et notre division sont leurs meilleurs alliées.

Partager cet article

Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article

commentaires